Navigation – Plan du site
Articles

L’Allemagne, un pays d’immigrés

Thomas Petersen
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 23-33

Résumé

De l’autre bout du continent nous parvenaient de terribles nouvelles. Du seul fait de leur appartenance religieuse, un nombre incommensurable d’honnêtes citoyens se trouvaient privés de leurs droits civiques, en butte à d’incessantes brimades et contraints de se réfugier dans la clandestinité. Et des dizaines de milliers d’entre eux durent fuir leur pays pour chercher asile dans une nouvelle patrie.
Dans celle-ci, on se demanda alors quel accueil réserver à tous ces migrants. Le gouvernement ayant décidé de les laisser entrer, ils affluèrent en masse. Puis, soudainement, les autochtones s’aperçurent que le monde autour d’eux n’était plus le même, tant il y avait de gens qui parlaient une autre langue que la leur et qui vivaient de surcroît selon des us et coutumes étrangers. En un bref laps de temps, le pays d’accueil vit son nombre d’habitants tripler ; quant à celui de la capitale, il doubla en l’espace d’une seule décennie. Des quartiers entièrement nouveaux surgirent de terre. Et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les immigrés jouèrent un rôle essentiel dans les domaines clés de l’économie comme de la cité.
Le pays où se produisaient ces événements était l’Electorat de Brandebourg, et sa capitale, Berlin. Les immigrés étaient des protestants français que l’édit de Fontainebleau, qui révoquait en 1685 l’édit de Nantes, avait contraints à reconstruire leur vie ailleurs. Les descendants de ces huguenots sont présents, aujourd’hui encore, dans la vie publique allemande. Parmi eux, l’actuel ministre fédéral de l’Intérieur, Thomas de Maizière, dont les ancêtres avaient dû fuir Metz avant de trouver refuge dans le Brandebourg…

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’immigration fait partie intégrante de l’histoire allemande
XVIIe-XIXe siècles : huguenots, Polonais, Italiens…
Années 1950 : 9 millions de réfugiés
Puis : « travailleurs invités » et « rapatriés »
Les Allemands : une population métissée
Une intégration réussie
Serviabilité et pragmatisme
Un million de demandeurs d’asile ou plus en 2015
Quelques actes de violence en réaction…
… mais rien de comparable avec l’hostilité des années 1990
C’est le désarroi qui prédomine dans l’opinion allemande
Le sort des migrants en mer Méditerranée a profondément ému les Allemands
Face à l’afflux de réfugiés en RFA, des préoccupations pragmatiques
Et le souci de leur réserver le meilleur accueil
Mais inquiétudes quant aux conséquences de cet afflux massif
Des craintes plus fortes à l’est
Au total : une profonde perplexité, voire un grand désarroi
Comment gérer une migration des peuples
Inquiétude croissante
Perte de confiance dans la capacité du gouvernement à contrôler la situation…
… nourrie par l’expérience sur le terrain
Le soutien aux réfugiés en hausse
« Culture de l’accueil »
La peur de l’Orient en Occident
Le siège de Vienne en 1529 a laissé une empreinte durable
C’est elle que PEGIDA cherche à récupérer
Une vision contradictoire de l’islam
Pas d’amalgame entre islam et terroristes
Mais un ressenti de l’altérité
Pour beaucoup d’Allemands, l’islam ne fait pas partie de l’Allemagne

Aperçu du début du texte

L’immigration fait partie intégrante de l’histoire allemande

XVIIe-XIXe siècles : huguenots, Polonais, Italiens…

Cet épisode illustre combien les Allemands sont habitués de longue date à vivre avec des étrangers au sein de leur pays. Tout au long des siècles, leur pays n’a cessé de surmonter le défi d’importantes vagues successives d’immigration, une expérience probablement plus marquée que celle des autres pays européens du fait de la situation centrale de l’Allemagne sur le continent. Tantôt, comme au XVIIe siècle, ces immigrés venaient de l’ouest, tantôt ils affluaient du sud ou de l’est, comme ce fut le cas à la fin du XIXe siècle, lorsque des centaines de milliers de Polonais ou d’Italiens trouvèrent refuge dans la région de la Ruhr où ils ont fini par représenter un septième de la population. Dans nombre de villes industrielles, ils en constituaient même la majorité.

Années 1950 : 9 millions de réfugiés

Plus près de nous, l’histoire de l’après-guerre aussi est marquée par les mouv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Petersen, « L’Allemagne, un pays d’immigrés », Regards sur l'économie allemande, 118-119 | 2015, 23-33.

Référence électronique

Thomas Petersen, « L’Allemagne, un pays d’immigrés », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 118-119 | décembre 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rea.revues.org/4890 ; DOI : 10.4000/rea.4890

Haut de page

Auteur

Thomas Petersen

Docteur en sciences de la communication, est chercheur à l’Institut für Demoskopie d’Allensbach. Il enseigne également à l’Université de Mayence. Dans le quotidien F.A.Z., il publie régulièrement les « Allensbach-Analysen » sur l’état de l’opinion.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page