Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Europe

p. 75-76
Référence(s) :

DEROSIER Jean-Philippe, Les limites constitutionnelles à l’intégration européenne. Etude comparée : Allemagne, France, Italie, Bibliothèque constitutionnelle et de science politique, Tome 144, LGDJ, Lextenso éditions, Issy-les-Moulineaux, 2015, 602 p.

HAU Michel, France-Allemagne : la difficile convergence, Coll. Convergences, vol. 84, Peter Lang, Berne, 2015, 222 p.

ORTNER Christina, Wie junge Erwachsene die EU sehen und was die Medien dazu beitragen. Zur Bedeutung medienvermittelter Erfahrungen für die Entwicklung von Orientierungen gegenüber der EU, Coll. Lebensweltbezogene Medienforschung, Nomos Verlagsgesellschaft, Baden-Baden, 2014, 334 p.

WEIDENFELD Werner, WESSELS Wolfgang (eds.), Jahrbuch der Europäischen Integration 2014, Institut für Europäische Politik, Nomos Verlagsgesellschaft, Baden-Baden, 2014, 584 p.

Texte intégral

1Dans sa thèse d’habilitation, J.-P. DEROSIER aborde une des questions clés pour la poursuite de l’intégration de l’UE : celle des normes constitutionnelles nationales qui ne pourront jamais alimenter le droit primaire de l’Union, soit parce qu’elles sont le fondement même de la structure étatique, soit parce que certaines d’entre elles sont des principes immuables inscrits dans les Constitutions. Cette étude comparée France/Allemagne/Italie parvient à la conclusion que la constitutionnalisation de l’UE « ne pourrait résulter que d’une révolution juridique ». Quoi qu’il en soit, l’intégration de l’UE se poursuit continûment, comme le montre l’édition 2014 du Jahrbuch der europäischen Integration qui paraît tous les ans depuis 1980 et constitue une très précieuse chronique du processus. Un aspect trop méconnu encore de l’intégration est celui de la perception qu’en ont les citoyens des Etats membres par l’intermédiaire de leurs médias. Certes, des enquêtes comme Eurobarometer analysent l’état de l’opinion, mais ce n’est que récemment qu’on a commencé à s’intéresser à l’interaction entre médias et opinion. Ainsi la thèse de C. ORTNER, qui se penche plus particulièrement sur le cas des jeunes Autrichiens. M. HAU, pour sa part, analyse l’évolution comparée des sociétés française et allemande dans le contexte européen (et celui de la mondialisation). Sa conclusion : la société française commence à adopter certains traits du modèle allemand, ce qui nourrit son différend croissant avec ses gouvernements mais pourrait bien finir par forcer ces derniers à enfin tourner le dos à la nostalgie de la puissance et à s’ouvrir au monde réel. (Isabelle Bourgeois)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Europe », Regards sur l'économie allemande, 116-117 | 2015, 75-76.

Référence électronique

« Europe », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 116-117 | juillet 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://rea.revues.org/4844

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page