Navigation – Plan du site
Articles

L’Allemagne et sa mutation agricole

Thierry Pouch
p. 55-66

Résumé

Alors que l’Allemagne est traditionnellement perçue comme une économie spécialisée dans l’industrie, la réunification lui a permis de se doter d’une agriculture et d’une industrie agroalimentaire performantes, au point de supplanter la France dans la hiérarchie des pays exportateurs de produits agricoles. Si la compétitivité des produits agricoles et alimentaires allemands est peu analysée par les économistes, elle n’aura pas échappé à la profession agricole de ce côté-ci du Rhin, profession qui fait régulièrement part de ses préoccupations au sujet de la pression concurrentielle que leur infligent les exploitants agricoles et les industries alimentaires allemands.
L’objet de cet article est donc de revenir sur l’émergence en Allemagne d’un secteur agricole qui a été restructuré à partir de la fin de la décennie 1990, après des années difficiles de reconfiguration de l’appareil de production agricole consécutives de la réunification. Qu’est-ce qui différencie l’agriculture allemande d’aujourd’hui par rapport à celle de l’avant réunification ? Quels ont été les facteurs de cette réorganisation ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Progression des productions agricoles depuis 2000
La dynamique de la production porcine
Les productions laitières : le dualisme allemand
L’expansion de la filière avicole
Céréales : pas de leadership, mais une dynamique positive
Une agriculture performante sur les marchés extérieurs
Un modèle agricole en pleine évolution

Aperçu du début du texte

Progression des productions agricoles depuis 2000

Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la construction européenne a été lancée, une sorte de division du travail s’était dessinée entre la France et l’Allemagne : l’Allemagne avait vocation à devenir la puissance industrielle dominante de l’Europe communautaire, tandis que la France se voyait promise au rang de leader agricole. Il fallait y voir la conséquence non seulement d’une construction politique, mais également le résultat d’une géographie agricole particulière. L’Allemagne d’après 1945 était en effet dotée d’une surface agricole inférieure de moitié à celle de la France, sur laquelle ne pouvaient pas se déployer des productions agricoles sur grande échelle. La partition de l’Allemagne a amplifié cette contrainte liée à la disponibilité des terres. On ne s’attendait donc pas à ce que le secteur agricole allemand, cinquante ans après la création de la Politique agricole commune (PAC), gagne en productivité, ainsi qu’en parts ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pouch, « L’Allemagne et sa mutation agricole », Regards sur l'économie allemande, 116-117 | 2015, 55-66.

Référence électronique

Thierry Pouch, « L’Allemagne et sa mutation agricole », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 116-117 | juillet 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/4818 ; DOI : 10.4000/rea.4818

Haut de page

Auteur

Thierry Pouch

économiste, chef du service études économiques aux Chambres d’agriculture, Paris, et chercheur associé au Laboratoire REGARDS, Université de Reims Champagne-Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page