Navigation – Plan du site
Articles

Banque centrale européenne : d’une légitimité de crise à une crise de légitimité ?

Alain Fabre
p. 43-54

Résumé

La Banque centrale européenne (BCE), telle qu’elle se présente après la crise des dettes souveraines, offre un visage bien différent de ce qu’il fut jusqu’en 2007. De la chute de Lehman Brothers en septembre 2008 au début de la crise grecque (2009-2010), la BCE s’est trouvée face à une crise d’une gravité sans précédent qui portait en elle, notamment en 2011, le risque d’une implosion de l’Euro. Face aux gouvernements et aux marchés, elle s’est imposée comme le rempart de la stabilité monétaire et financière.
La crise a mis au grand jour les illusions et les contradictions de la construction d’origine. La BCE a dû se réinventer à partir d’une gestion habile de ses statuts. Au terme de cette transformation, elle est devenue une banque centrale de plein exercice – ce qui était loin d’être le cas avant la crise –, au point de revendiquer désormais sans complexe sa fonction de prêteur en dernier ressort bancaire. Cette phase a consacré son autorité et sa crédibilité. Mais l’adoption, annoncée depuis de nombreux mois, explicite depuis janvier 2015, d’une politique de Quantitative Easing (QE), pointe extrême des techniques dites « non conventionnelles », pourrait bien créer de nouvelles équivoques lourdes de risques pour elle-même et pour l’avenir de l’Euro.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une monnaie unique implique union de transferts, union budgétaire et union bancaire
La crise a permis à la BCE d’affirmer sa légitimité de banque centrale à part entière
La BCE et la « rupture » du Quantitative Easing : les risques de l’équivoque

Aperçu du début du texte

Une monnaie unique implique union de transferts, union budgétaire et union bancaire

La crise des dettes souveraines a mis à nu les contradictions initiales de la monnaie unique. La zone Euro a en effet été construite sur une triple contradiction : une union monétaire n’est viable ni sans transferts entre les Etats qui la composent, ni sans un contrôle des politiques de chacun d’entre eux par tous, ni non plus sans une union bancaire pour éviter les risques de sa fragmentation.

1. Union de transferts

La première contradiction est qu’il ne peut y avoir d’union monétaire sans solidarité de tous au bénéfice de chacun. On a assez dit à juste titre que l’Union monétaire n’était pas une zone monétaire optimale : formulée par Robert Mundell (1960), celle-ci définit une zone monétaire dans laquelle les parties qui la composent ont avantage à adopter une monnaie unique, ce qui suppose une parfaite mobilité des facteurs de production (travail et capital). Mais les Etats-Unis ou l’Allemagne ne le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Fabre, « Banque centrale européenne : d’une légitimité de crise à une crise de légitimité ? », Regards sur l'économie allemande, 116-117 | 2015, 43-54.

Référence électronique

Alain Fabre, « Banque centrale européenne : d’une légitimité de crise à une crise de légitimité ? », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 116-117 | juillet 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://rea.revues.org/4816 ; DOI : 10.4000/rea.4816

Haut de page

Auteur

Alain Fabre

Conseil financier d’entreprises, Expert économique à la Fondation Robert Schuman et à l’institut de l’Entreprise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page