Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Audiovisuel

BUHL Hendrik, Tatort. Gesellschaftspolitische Themen in der Krimireihe ; DIE LANDESMEDIENANSTALTEN, Programmbericht 2013. Fernsehen in Deutschland ; DIE LANDESMEDIENANSTALTEN, Jahrbuch 2013/2014. Landesmedienanstalten und privater Rundfunk in Deutschland
p. 47
Référence(s) :

BUHL Hendrik, Tatort. Gesellschaftspolitische Themen in der Krimireihe, UVK Verlagsgesellschaft, Constance/Munich, 2014, 358 p.

DIE LANDESMEDIENANSTALTEN, Programmbericht 2013. Fernsehen in Deutschland, Vistas Verlag, Berlin, 2014, 244 p.

DIE LANDESMEDIENANSTALTEN, Jahrbuch 2013/2014. Landesmedienanstalten und privater Rundfunk in Deutschland, Vistas Verlag, Berlin, 2014, 472 p.

Texte intégral

1Il y a deux moments sacrés dans la journée des Allemands. En semaine, le JT Tagesschau (ARD, 20 h – 20 h 15) ; le dimanche, la collection policière Tatort (ARD, 20 h 15 - 21 h 45). Le premier se comprend immédiatement : l’information est le ciment de la démocratie de la RFA. Le second est moins évident : certes, les Allemands sont friands de divertissement et de happy ends comme tout humain ; mais en regardant leur série culte, ils participent pareillement au jeu démocratique. Car ce Tatort – une collection lancée en 1970 ! – présente maintes caractéristiques qui en font un format de divertissement à part dans l’offre télévisuelle allemande : il participe de l’information. D’abord, il reflète la grande diversité culturelle et audiovisuelle de notre voisin : chaque région a son commissaire, qui agit dans son environnement régional, ce qui peut inclure aussi les pays voisins. Chaque établissement membre de l’ARD (seul ou en partenariat) produit ses propres épisodes, sorte de série particulière au sein de la collection qui elle, est diffusée à l’échelle nationale. Tatort reflète ainsi le fédéralisme politique, administratif, policier, audiovisuel et culturel de l’Allemagne. Enfin, la collection est un formidable vivier de créativité, permettant en permanence de mettre en concurrence, de lancer et de renouveler auteurs, réalisateurs et acteurs. Enfin, et c’est l’élément décisif, chaque intrigue est construite depuis toujours sur les grandes questions de société. En ce sens, la collection est même un fonds historique précieux pour qui veut comprendre l’évolution de la société allemande et de ce qui la préoccupe depuis plus de 40 ans. Il est d’autant plus étonnant que cette collection policière n’ait pas fait jusqu’ici l’objet d’une recherche systématique en sciences sociales. Cela rend d’autant plus précieuse l’analyse fouillée de Hendrik Buhl qui montre comment Tatort contribue à sa manière à former des citoyens éclairés, conformément à la mission de service public de la télévision, et qui développe des outils pour l’analyse scientifique de cette contribution. D’autant que Tatort est loin d’être un cas isolé dans la production audiovisuelle.

2Bien que, en comparaison, il ne s’agisse ‘que’ de rapports annuels, les deux que vient de publier la conférence permanente des autorités de régulation de l’audiovisuel privé fourmillent d’enseignements sur la valeur accordée à l’analyse de la qualité de l’information ou de la fiction sur les antennes des radios et télévisions allemandes, de même que sur leurs portails en ligne. Le premier (Jahrbuch 2013/14) dresse un état des lieux du marché et des questions de régulation. Le deuxième (Programmbericht 2013) passe en revue les programmes des 8 grandes chaînes généralistes allemandes, un exercice auquel se livrent les CSA allemands depuis 1998 et donc inscrit lui aussi dans la continuité. (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

«  Audiovisuel », Regards sur l'économie allemande, 113 | 2014, 47.

Référence électronique

«  Audiovisuel », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 113 | juillet 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/4705

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page