Navigation – Plan du site
Articles

La formation professionnelle en Allemagne

Dynamiques socio-économiques et capacités d’adaptation du système dual
René Lasserre
p. 17-32

Résumé

La dynamique de compétitivité et la performance économique qui caractérisent l’économie allemande résultent d’un ensemble de facteurs systémiques qui contribuent à optimiser la gestion de ses entreprises. Parmi ces derniers figure la valorisation du facteur humain dans l’entreprise à laquelle contribue au premier rang la formation professionnelle initiale par l’apprentissage dans le cadre du système de formation duale.
Disposant d’une très large assise dans le tissu entrepreneurial, celle-ci permet non seulement de préserver du chômage une part majoritaire des générations nouvelles en leur assurant une insertion professionnelle efficace, précoce et durable, mais elle assure également la transmission d’un niveau élevé de qualification et contribue à une progression permanente de la compétence professionnelle de la population salariée. Au savoir théorique et technique des jeunes salariés ainsi formés s’ajoute en effet une « compétence d’action » qui leur confère la capacité de s’adapter à un environnement et à des processus de production en mutation constante et de participer activement à l’innovation. Cette dynamique innovante n’est pas le privilège des grandes entreprises, mais s’étend également à l’artisanat et surtout au Mittelstand industriel comme aux activités de services marchands. La formation duale est ainsi au cœur d’une culture entrepreneuriale largement partagée, fondée sur une démarche commune de performance tournée prioritairement vers l’amélioration constante des savoir-faire professionnels.
En dépit de la solidité de son ancrage dans le tissu économique du pays et de la contribution éminente qu’il apporte à sa performance globale, le système dual se trouve cependant fragilisé sous l’effet de deux défis concomitants qui contribuent conjointement à son érosion. D’un côté, le déclin démographique qui réduit le nombre de jeunes arrivant à l’âge actif, de l’autre, l’engouement croissant de ces derniers pour des études supérieures perçues comme potentiellement plus valorisantes, au détriment des formations courtes assurant une insertion plus précoce dans l’activité productive. Face à ce double défi, les milieux professionnels et les pouvoirs publics ont mené une action conjuguée pour préserver la capacité du système dual à assurer le renouvellement du potentiel de qualification dont l’économie a besoin et à promouvoir un équilibre dynamique entre les deux grandes voies de formation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un projet de publication concertée entre le Comité d’études des relations franco-allemandes CERFA (IFRI) et le CIRAC. Elle est parue, dans une première version, dans le n° 112 des Notes du CERFA en mai 2014, téléchargeable sur http://ifri.org/downloads/ndc112lasserre.pdf

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les principes organiques du système dual
La voie royale de la formation professionnelle initiale
Elle accueille plus de la moitié d’une classe d’âge par an…
…mais ne parvient pas à intégrer l’ensemble des sortants du système scolaire
Le socle du potentiel de qualification professionnelle
Le rôle central de l’entreprise dans la gestion du système
Une entreprise sur quatre est formatrice
Un pilotage par le marché…
… qui nourrit la dynamique d’innovation
Une régulation globale concertée
Référence au métier et régulation sociale de branche
Un facteur de compétitivité systémique
La formation duale au cœur de la gestion des ressources humaines
La clé de la qualification et de l’insertion professionnelles
Un avantage de compétitivité salariale
Un investissement en capital humain
Un vecteur d’innovation pour l’entreprise
Un système sous contrainte d’adaptation
Le défi démographique
La baisse à venir du nombre de jeunes en formation duale…
… pèse sur le potentiel de compétitivité
Une politique concertée et résolue de consolidation du système
Améliorer l’ajustement offre/demande
Hausse de l’offre de places d’apprentissage
Effort accru de pré-qualification des jeunes en difficulté
Réduire le taux d’abandon dans les secteurs à faible qualification
L’ouverture européenne et internationale du marché allemand de la formation
Premières initiatives allemandes
L’irrésistible montée en puissance des formations de niveau universitaire
Des salaires plus élevés pour les diplômés du supérieur
50 % de bacheliers dans une classe d’âge
Plus de 22 % de bacheliers choisissent le système dual
L’émergence prometteuse de la formation duale dans le supérieur
Le système dual « fait école » pour la qualification des jeunes diplômés de niveau supérieur
Vers une nouvelle échelle de qualifications
L’exception éducative allemande tient bon

Aperçu du début du texte

Les principes organiques du système dual

La voie royale de la formation professionnelle initiale

Alors qu’en France elle en demeure le parent pauvre, la formation en entreprise (ou apprentissage) constitue en Allemagne la voie royale de la formation professionnelle initiale. Elle est majoritairement organisée sous la forme d’un processus de formation combinée, connu sous le terme de « système dual », puisqu’il se déroule au moins (avec quelques variantes) sur deux lieux de formation : l’entreprise formatrice comme pivot et centre de gravité du système et l’école professionnelle (publique) où sont dispensés, à raison d’environ 20 % du temps, des enseignements généraux et techniques théoriques.

Elle accueille plus de la moitié d’une classe d’âge par an…

En dehors des formations de l’enseignement supérieur, censées mener à des fonctions d’encadrement, le système dual constitue la forme dominante d’acquisition des qualifications professionnelles pour tous les emplois d’opérateurs qualifiés...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « La formation professionnelle en Allemagne », Regards sur l'économie allemande, 113 | 2014, 17-32.

Référence électronique

René Lasserre, « La formation professionnelle en Allemagne », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 113 | juillet 2014, mis en ligne le 17 juillet 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/4688 ; DOI : 10.4000/rea.4688

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Professeur, directeur du CIRAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page