Navigation – Plan du site
Articles

Les élections au Parlement européen

État de l’euroscepticisme en France, en Allemagne et en Europe. Quelles conséquences pour la poursuite de l’union politique européenne ?
Roland Cayrol, Christian Lequesne, Thomas Petersen, Henrik Uterwedde et Isabelle Bourgeois
p. 5-16

Résumé

Les élections européennes qui se sont achevées le 25 mai soulèvent un certain nombre de questions. Nous avions à élire notre parlement de citoyens européens. Mais qu’est-ce qu’un citoyen européen ? Nous ne le savons pas. Quelle est la fonction de ce Parlement européen ? Elle ne s’impose pas à l’évidence. Nos députés à Strasbourg et Bruxelles, nous ne les connaissons guère non plus, à part quelques têtes de liste que nous avons découvertes peu avant le scrutin. Quant à l’adjectif européen, il est lourdement surchargé de sens les plus divers et les plus contradictoires : paix, prospérité, modèle social, mais aussi cause de toutes les crises qui nous frappent, source de tous les maux : chômage, précarisation, euro fort, perte de souveraineté, immigration incontrôlée, dilution de nos valeurs, déficit démocratique, etc.
Qu’est-ce que l’Europe ? La question est déterminante pour notre adhésion à ce projet que nous poursuivons en commun depuis plus de 60 ans. Mais il est impossible d’y répondre simplement. Les réalités institutionnelles sont complexes, le changement que nous vivons nous fait peur. L’Europe s’est élargie à 28 Etats membres, elle a une monnaie en vigueur dans 18 Etats déjà ; mais le marché intérieur est loin d’être parachevé. La mobilité des personnes et des biens est largement assurée, celle des capitaux a progressé ; maintenant se pose la difficile question de l’articulation entre nos modèles d’Etat-providence. L’Union a quelques institutions communautaires ; mais leur articulation reste à définir plus précisément, entre elles, entre l’échelon communautaire et l’échelon national – et même l’échelon régional.
L’Europe politique reste à construire. Voulons-nous une fédération ? Si oui, ce qui est loin de faire consensus, alors comment doivent s’articuler les compétences respectives des Etats membres et de l’UE ? Quels rouages définir exactement pour la « démocratie représentative » dans l’UE ? Nous nous trouvons aujourd’hui à une croisée des chemins. Et c’est peut-être la difficulté à affronter ce défi décisionnel qui explique le résultat du scrutin de ces élections européennes. Ne serait-ce pas notre profonde peur de décider que révèle la montée de l’euroscepticisme, du souverainisme et des populismes de tous bords ?

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce débat s’est tenu le 2 juin à la Maison Heinrich Heine à Paris. Il était organisé par le CIRAC, en coopération avec le Centre de recherche Civilisations et identités culturelles comparées (CICC) de l’Université de Cergy-Pontoise (UCP), le DFI, le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA), et avec le concours de la Fondation de l’UCP.

Ce débat constituait le troisième volet du cycle thématique « France-Allemagne-Europe » proposé en 2014 par l’Institut d’études avancées de l’Université de Cergy-Pontoise (IEA). Il fait suite à deux conférences-débats :
– la première s’était tenue le 13 mars 2014 à l’Université de Cergy-Pontoise, sur le thème « La nouvelle constellation politique franco-allemande : un nouveau souffle pour l’Europe ? » ;
– la deuxième, organisée le 29 avril 2014 au Goethe-Institut de Paris, était intitulée : « Les positions française et allemande sont-elles conciliables face aux enjeux de l’union politique et de la gouvernance économique européennes ? ».

En savoir plus : www.cirac.u-cergy.fr

Animation du débat : Isabelle Bourgeois.
Synthèse du débat : Isabelle Bourgeois, avec le concours de Solène Hazouard et de Mélanie Prieur.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un vote débouchant sur une ‘grande coalition’
L’équilibre au centre du PE est préservé…
…malgré la montée des extrêmes
Renforcement des votes de grande coalition au PE ?
Comment vont s’impliquer les députés d’extrême-droite au PE ?
France et Allemagne : une large adhésion à l’Europe
Les Français sont partagés sur l’Europe
Les peurs françaises font l’amalgame entre Europe et mondialisation
Crise générale de confiance dans les institutions
Mais le substrat pro-européen domine
Après la guerre, seule l’Europe offre une perspective aux Allemands
Aujourd’hui : lassitude épidermique, …
… mais les Allemands sont restés foncièrement européens
Eurosceptiques, nationalistes, souverainistes : qui sont-ils ?
L’AfD : un parti libéral-conservateur rassemblant les déçus de l’Euro
L’AfD est révélateur de la montée des nationalismes
Les électeurs allemands ne cherchaient pas à sanctionner la chancelière
La présence d’un député NPD au PE est purement arithmétique
De grandes différences entre FN et Front de gauche
Plus important que l’opposition gauche-droite, celle entre libéralisme et autoritarisme
En France, connotation négative du libéralisme
Un déni d’Europe dans les espaces publics
Nos omissions sur l’Europe ont fait le lit du nationalisme
Partout, il y a un manque de repères sur le projet européen
En France, aucun parti n’ose défendre l’Europe
L’Europe manque cruellement de symboles
Comment légitimer l’Europe à partir des valeurs ?
Les valeurs semblent acquises aux yeux de l’opinion
La crise en Ukraine vient rappeler que l’Europe est œuvre de paix
La question aujourd’hui est : quelle Europe voulons-nous ?
Quelle démocratie pour l’Europe ?
Des compromis sont nécessaires pour faire avancer l’Europe
Logique majoritaire en France et en Grande-Bretagne versus logique proportionnelle
Le PE efface la logique d’affrontement gauche-droite caractéristique de la France
Décrispation du débat gauche-droite en Allemagne
L’Allemagne est aujourd’hui une démocratie mature
La culture du libéralisme existe en France aussi, dans certaines régions
Sommes-nous des citoyens éclairés ?
Les Français sont mal informés
Les Allemands aussi
Les Français doutent de la démocratie
Il n’y a pas un problème d’offre, mais de demande d’information
Et la fonction d’agenda setting de la presse ?
Elle semble mise à mal par les réseaux sociaux
Quelles perspectives pour l’union politique de l’Europe ?
Le respect de la démocratie veut que J.-C. Juncker soit élu président de la Commission
Accepter les transferts de souveraineté
Il faut un nouvel agenda positif
Régler d’abord les problèmes au niveau national
Intégrer davantage la notion de subsidiarité

Aperçu du début du texte

Un vote débouchant sur une ‘grande coalition’

Christian Lequesne : La première chose que nous remarquons à l’échelle des Vingt-Huit est un taux de participation qui se maintient par rapport à la dernière élection en 2009, sans que nous ayons d’ailleurs vraiment d’éléments d’explication. Le soir du scrutin, nombre d’hommes et de femmes politiques ont présenté cela comme le résultat de la « politisation » de l’enjeu : le fait qu’on vote pour un Parlement qui devrait, si ceci intervient, élire le président de la Commission. Je pense qu’une l’hypothèse plus plausible est qu’il existe une petite montée des extrêmes, qu’il ne faut toutefois pas surestimer, et que, par définition, les extrêmes se mobilisent toujours beaucoup au moment du vote.

L’équilibre au centre du PE est préservé…

Nous sommes, en France, très polarisés sur le résultat du FN qui arrive en première place avec 24 élus sur 74. Mais l’équilibre du Parlement européen reste le même qu’en 2009 : les deux principaux groupes – le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Cayrol, Christian Lequesne, Thomas Petersen, Henrik Uterwedde et Isabelle Bourgeois, « Les élections au Parlement européen », Regards sur l'économie allemande, 113 | 2014, 5-16.

Référence électronique

Roland Cayrol, Christian Lequesne, Thomas Petersen, Henrik Uterwedde et Isabelle Bourgeois, « Les élections au Parlement européen », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 113 | juillet 2014, mis en ligne le 17 juillet 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://rea.revues.org/4681 ; DOI : 10.4000/rea.4681

Haut de page

Auteurs

Roland Cayrol

Directeur de recherche associé au CEVIPOF et fondateur de l’institut CSA

Christian Lequesne

Directeur de recherche au CERI et professeur à Sciences PO

Articles du même auteur

Thomas Petersen

Chercheur à l’Institut für Demoskopie d’Allensbach

Articles du même auteur

Henrik Uterwedde

Directeur adjoint de l’Institut Franco-allemand (DFI), Ludwigsburg

Articles du même auteur

Isabelle Bourgeois

Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page