Navigation – Plan du site
Articles

Les deux visions de l'Europe qu'ont les Allemands

Thomas Petersen
p. 25-34

Résumé

Aristide Briand et Gustav Stresemann, Konrad Adenauer et Robert Schuman pouvaient-ils seulement imaginer qu’un jour, certains considéreraient l’intégration européenne comme une menace pour la liberté ? C’était peu probable à l’époque. Mais pas aujourd’hui, si on en croit le débat public en Allemagne. Le symptôme le plus révélateur en est la fulgurante montée en puissance du parti Alternative für Deutschland (AfD). Quelques mois seulement après sa création il y a tout juste un an, il a remporté 4,7 % des voix lors des élections au Bundestag, le 22 septembre 2013, ne ratant que de peu la barre des 5 % nécessaires pour entrer au Bundestag. La probabilité est grande de voir l’AfD représenté au Parlement européen à l’issue des élections du 25 mai de cette année.

Comme son rejet de l’intégration européenne dans sa configuration actuelle, et surtout de l’Euro, est souvent défendu par des arguments à l’emporte-pièce, ce parti se voit reprocher par nombre de ses contradicteurs politiques d’être un parti radical de droite, en quelque sorte l’équivalent allemand du Front national français. Mais c’est passer à côté de l’essentiel. Certes, nombre de thèses défendues par l’AfD relèvent du populisme de droite, mais son programme se fonde surtout sur la doctrine libérale. Son président, l’économiste Bernd Lucke, est professeur à l’Université de Hambourg, et l’un de ses plus éminents candidats au Parlement européen est Hans-Olaf Henkel, ancien président de la Fédération allemande de l’industrie (BDI). Aucun des deux ne peut être soupçonné d’extrémisme. Et au parti AfD, rien de comparable non plus au nationalisme agressif d’un FN.

Ses thèses et son électorat sont ancrés au centre du spectre politique. Autrement dit, les doutes profonds sur l’intégration européenne exprimés par l’AfD sont ceux qui animent aujourd’hui le centre pourtant traditionnellement pro-européen de la société allemande. Au cœur de son euroscepticisme se trouve la hantise que l’Union européenne soit une construction centralisée, souffrant d’un manque de légitimation démocratique et bridant tant la souveraineté de ses Etats membres que la liberté d’action individuelle de leurs citoyens.

La question qui se pose dès lors est de savoir si une telle approche est largement partagée par les Allemands ou si, à terme, elle ne reflètera que l’opinion d’une petite minorité. Pour répondre à cette question, il faut élargir le champ.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’idée d’Europe et la liberté
A l’origine de l’idée d’Europe :
la libre circulation des biens ?
Plutôt la paix, grâce à
un cadre contraignant
Entente franco-allemande :
préalable et condition sine qua non
Institutions communes d’abord,
union des peuples ensuite
La CECA pour rendre
impossible tout réarmement
Interdépendance financière
dès avant l’Euro
L’intégration européenne, menace pour la liberté des individus ?
Un processus rampant de distanciation vis-à-vis de l’Europe
La vision du monde des
jeunes Allemands en 1947
Résignation et défiance
vis-à-vis du politique
Mais un espoir : l’idée d’Europe
Depuis,
l’enthousiasme pour l’Europe
a cédé le pas au désintérêt
La jeune génération
n’assimile plus l’Europe à la paix
Les questions techniques
ont pris le pas sur l’idéal
Les dernières grandes étapes ont présumé de la force des Allemands
L’impact de la crise de la dette souveraine
2010/11 : une brusque chute
de l’adhésion à l’Europe
Puis, regain de confiance
La perte de confiance dans l’Europe était passagère
Les Allemands ont
confiance dans l’Euro
L’intégration européenne
tient à cœur aux Allemands
L’image de l’Europe a pris
des contours plus précis…
… grâce à la crise
de la dette souveraine

Aperçu du début du texte

Aristide Briand et Gustav Stresemann, Konrad Adenauer et Robert Schuman pouvaient-ils seulement imaginer qu’un jour, certains considéreraient l’intégration européenne comme une menace pour la liberté ? C’était peu probable à l’époque. Mais pas aujourd’hui, si on en croit le débat public en Allemagne. Le symptôme le plus révélateur en est la fulgurante montée en puissance du parti Alternative für Deutschland (AfD). Quelques mois seulement après sa création il y a tout juste un an, il a remporté 4,7 % des voix lors des élections au Bundestag, le 22 septembre 2013, ne ratant que de peu la barre des 5 % nécessaires pour entrer au Bundestag. La probabilité est grande de voir l’AfD représenté au Parlement européen à l’issue des élections du 25 mai de cette année.

Comme son rejet de l’intégration européenne dans sa configuration actuelle, et surtout de l’Euro, est souvent défendu par des arguments à l’emporte-pièce, ce parti se voit reprocher par nombre de ses contradicteurs politiques d’êt...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Petersen, « Les deux visions de l'Europe qu'ont les Allemands », Regards sur l'économie allemande, 112 | 2014, 25-34.

Référence électronique

Thomas Petersen, « Les deux visions de l'Europe qu'ont les Allemands », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 112 | avril 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://rea.revues.org/4658 ; DOI : 10.4000/rea.4658

Haut de page

Auteur

Thomas Petersen

Docteur en sciences de la communication, est chercheur à l’Institut für Demoskopie d’Allensbach. Il enseigne également
à l’Université de Mayence et préside la World Association for Public Opinion Research (WAPOR). Dans le quotidien F.A.Z.,
il publie régulièrement les « Allensbach-Analysen » sur l’état de l’opinion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page