Navigation – Plan du site
Articles

La transition énergétique allemande : mission impossible ?

Isabelle Bourgeois
p. 5-16

Résumé

« Les Japonais font machine arrière sur l’abandon du nucléaire – par peur de voir s’envoler le prix de l’électricité. Le tournant énergétique n’est possible que si on a les moyens de se l’offrir ». C’est sur cette remarque acerbe que s’ouvrait un éditorial du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, commentant le retour inconditionnel au nucléaire décidé par le Japon au début de février (F.A.Z., 09-02-2014). En Allemagne, l’avarie de la centrale de Fukushima après le tsunami de 2011 avait soulevé un vent de panique, et le gouvernement Merkel II avait annoncé le 30 mai 2011 l’abandon accéléré du nucléaire en 2022. Le gouvernement Merkel III, constitué à la fin de 2013, a fait de l’aménagement de cette sortie l’un des axes majeurs de sa politique – au nom de la compétitivité industrielle du site Allemagne.

Mais alors que les milieux industriels affirmaient en mai 2011 partager « foncièrement la volonté politique d’une révolution énergétique » (BDI, communiqué du 29-05-2011), le ton a vite changé. Six mois plus tard, ils conjuraient les pouvoirs publics de « ménager le tournant énergétique de manière à ce que la compétitivité mondiale de l’Allemagne n’en souffre pas et que soit préservé l’emploi industriel » (BDI, position du 14-12-2011). Deux ans après, Ulrich Grillo, président de la Fédération de l’industrie BDI, voit planer un risque aigu sur la compétitivité ; il constate que l’adhésion des industriels comme des ménages à la transition énergétique est en chute libre. Les premiers s’alarment parce que ni la sécurité ni la rentabilité de l’approvisionnement en électricité ne leur semblent garanties de manière suffisante, les seconds grognent parce que leur facture énergétique explose. Sans une révision urgente de cette politique, l’Allemagne sera bientôt « l’homme malade de l’Europe », conclut-il (Die Welt, 20-11-2013).

Si l’objectif du tournant énergétique reste consensuel, ce sont les modalités de sa mise en œuvre qui se trouvent actuellement sur la sellette – tout particulièrement la loi de promotion des énergies renouvelables (Erneuerbare Energien-Gesetz, EEG) de 2000. Le subventionnement massif des renouvelables fausse un marché de l’électricité libéralisé depuis 1999, inhibe l’innovation technologique contrairement à ses objectifs affichés, entretient une course aux subventions, viole le droit européen…. Si ces griefs – et les conclusions des experts sur lesquels ils reposent – ne sont pas nouveaux, la sortie accélérée du nucléaire a révélé au grand jour les problèmes de fond d’une transition énergétique qui frôle désormais l’impasse. Le gouvernement fédéral s’apprête à réformer d’urgence la Loi EEG d’ici l’été….

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un coût devenu incontrôlable
Production brute d’électricité :
23 % de renouvelables
et 15 % de nucléaire
Une politique qui a mené
à une situation aberrante
Le coût de la transition énergétique est porté par les ménages
Hausse continue des taxes,
surtout de la EEG-Umlage
La Loi EEG est un instrument
de politique de la demande
EEG-Umlage :
mutualisation des risques
liés aux renouvelables
Solaire et éolien accaparent
la moitié des subventions
Effets inflationnistes de
la prime d’accès au marché…
… et de la hausse
des tarifs garantis
due au photovoltaïque
Mauvaise allocation des moyens
due à une planification dirigiste
Pas de neutralité technologique
Absence de transparence
d’un semblant de marché
L’exception industrielle…
Trois principales
dispositions particulières
Plus de 16 milliards €
d’aides indirectes en 2014
Un prix du kWh élevé en
comparaison européenne
Objectif de ce régime :
réduire le carbon leakage
… entre en contradiction avec les objectifs affichés
Distorsion de la concurrence
2 098 entreprises bénéficiaires
du régime BesAR en 2014
Une aide de
5,1 milliards € en 2014
Un régime qui nuit à
l’efficacité énergétique
Contradiction
avec la Directive
sur l’efficacité énergétique
Un ‘mille-feuille’ illisible
Une grande inconnue :
le nombre de privilégiés
Le marché de l’électricité :
une terra incognita statistique
Des statistiques à réformer
et à harmoniser d’urgence
L’objectif de transparence
des marchés n’est pas tenable

Aperçu du début du texte

« Les Japonais font machine arrière sur l’abandon du nucléaire – par peur de voir s’envoler le prix de l’électricité. Le tournant énergétique n’est possible que si on a les moyens de se l’offrir ». C’est sur cette remarque acerbe que s’ouvrait un éditorial du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, commentant le retour inconditionnel au nucléaire décidé par le Japon au début de février (F.A.Z., 09-02-2014). En Allemagne, l’avarie de la centrale de Fukushima après le tsunami de 2011 avait soulevé un vent de panique, et le gouvernement Merkel II avait annoncé le 30 mai 2011 l’abandon accéléré du nucléaire en 2022. Le gouvernement Merkel III, constitué à la fin de 2013, a fait de l’aménagement de cette sortie l’un des axes majeurs de sa politique – au nom de la compétitivité industrielle du site Allemagne.

Mais alors que les milieux industriels affirmaient en mai 2011 partager « foncièrement la volonté politique d’une révolution énergétique » (BDI, communiqué du 29-05-2011), le ton a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « La transition énergétique allemande : mission impossible ? », Regards sur l'économie allemande, 112 | 2014, 5-16.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « La transition énergétique allemande : mission impossible ? », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 112 | avril 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rea.revues.org/4655 ; DOI : 10.4000/rea.4655

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Chargée de recherche au CIRAC et rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page