Navigation – Plan du site
Articles

Les PME au cœur de la compétitivité : le décrochage France-RFA

Alain Fabre
p. 15-24

Résumé

Les performances allemandes comparées au décrochage français renvoient à une stratégie de croissance fondée sur l’activité productive dans un cas et, dans l’autre, sur l’abandon de la production en faveur de la consommation, supposée être illimitée grâce à la dépense publique. Dans cette alternative formée à la fin des années 1990, l’Allemagne a fait le bon choix, la France le mauvais : loin d’être post-industriel, le monde du XXIe siècle est au contraire hyper-industriel. Les PME, qui traduisent le mieux les caractéristiques du territoire national comme lieu de production, sont en fait le véritable levier de la croissance et de la résorption du chômage. Centre de la stratégie de croissance en Allemagne, les PME sont réduites à la portion congrue en France : la déficience française de PME de 50 personnes et plus constitue le défi le plus important et le plus pressant à relever pour la politique économique française. L’exemple allemand montre combien la mobilisation des atouts compétitifs des PME peut générer d’élévation du niveau de vie et de création d’emplois. Le gouvernement français semble avoir pris conscience et du problème et des vertus des exemples allemands. Mais saura-t-il mettre en œuvre les leçons de l’expérience ?

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

La crise a révélé que…

1La crise survenue à partir de 2008 a conduit, en raison de ses effets déstabilisants sur le rythme de la croissance, le marché du travail et l’endettement des Etats, notamment au sein de la zone Euro, à faire retour sur les stratégies économiques à long terme. La crise a largement montré l’épuisement des stratégies keynésiennes comme celles menées en France, fondées sur la stimulation de la croissance par la consommation, elle-même soutenue par la dépense publique. A l’inverse, l’Allemagne a montré la robustesse de sa stratégie fondée sur un système productif solide et compétitif. Contraste emblématique de cette dichotomie, alors que la France a connu en 2009 une contraction de son PIB (-2,5 %) inférieure de moitié à celle de l’Allemagne (-4,5 %), le chômage s’est envolé dans un cas alors que dans l’autre cas, non seulement il a résisté, mais il a même reculé.

…France et Allemagne n’ont pas la même capacité de réaction

2Cette différence souligne la capacité de réaction à un choc de nature similaire : dans le cas de l’Allemagne, l’aptitude des entreprises à y faire face en raison d’une structure financière solide et de la possibilité de recourir à l’ajustement facile de la quantité de travail – recours à la flexibilité interne et au travail partiel – évite de faire des licenciements la variable d’ajustement de l’adaptation aux chocs (voir REA 101/2011). Dans le cas français, faute de pouvoir compter sur ces deux leviers, la crise ne laisse pas que des traces conjoncturelles : elle provoque la contraction du système productif et l’ajustement par le chômage. En Allemagne, les entreprises peuvent facilement profiter de la reprise de l’activité quand en France, elles ne peuvent en tirer parti, tant la crise les laisse meurtries.

Deux lectures de la mondialisation

3Outre les différences d’évolution des coûts salariaux, de compétitivité, la différence de comportement de l’économie française avec l’économie allemande renvoie aussi de la part des élites françaises à une erreur à peu près totale de compréhension de l’accélération de l’économie internationale sous l’effet de sa mondialisation accrue qui ne fait que souligner davantage la lucidité allemande. De 1982 à 1995, la France avait rétabli sa compétitivité industrielle avec des coûts salariaux (+2 %) croissant moins vite que la productivité (+3 %), provoquant ainsi une élévation de la croissance, un net fléchissement du chômage, et surtout, à l’aune du propos de la présente réflexion, un excèdent extérieur industriel structurel. A la fin des années 1980, les entreprises industrielles françaises étaient les plus profitables du G7, derrière les firmes américaines.

France : ‘américanisation’ et modèle de l’entreprise sans usine

4Inversement, après la chute du Mur de Berlin, les élites françaises eurent la conviction que le monde entrait dans l’âge post-industriel et celui de la fin du travail, pour faire écho au livre au titre éponyme de Jeremy Rifkin, paru en France en 1996 et qui eut un très grand retentissement. Du coup, après la qualification de la France pour l’Euro, les gouvernements abandonnèrent la politique de désinflation compétitive pour une stratégie marginalisant les entreprises, de ralliement à une vulgate keynésienne post-industrielle et post-travail où la consommation est le moteur de la croissance : réduction du temps de travail, distribution généralisée de droits sociaux fictifs financée par la hausse des prélèvements sur les entreprises. Les dirigeants d’entreprises français, à l’exemple de Serge Tchuruk qui prit en 2001 la direction du Groupe Alcatel, participèrent également activement à la conception et à la diffusion de ce nouveau modèle d’entreprise sans usine. Dans ce mélange hétéroclite de vulgate keynésienne et de néo-libéralisme financier, le solde extérieur importe finalement peu, puisque les marchés acceptent de financer instantanément et indéfiniment les déficits des paiements courants dont l’essentiel de la contrepartie se trouve dans l’endettement croissant des Etats. On l’a noté, la France a transposé assez naïvement et sans beaucoup de lucidité le modèle en vogue aux Etats-Unis depuis l’ère Reagan où il repose sur des conditions financières et monétaires qu’aucun autre pays ne peut reproduire.

Allemagne : approche pro-active de la globalisation

5En Allemagne, la chute du Mur de Berlin a également donné lieu à une interrogation profonde sur la stratégie à mener. Le choc concomitant de la réunification et de l’accélération de la mondialisation, dans un contexte intérieur et extérieur de questionnement sur le bien-fondé du modèle rhénan, a conduit au choix inverse de celui opéré en France : mobilisation accrue des avantages comparatifs allemands pour non pas subir la mondialisation, mais au contraire tirer parti de ses opportunités, en optant pour une stratégie de montée en gamme de l’appareil productif au moyen d’une évolution des coûts salariaux inférieure à celle de la productivité. L’Agenda 2010 porté par le Chancelier Schröder symbolise la prise de conscience que, dans une économie mondiale où les échanges sont industriels à hauteur des deux tiers, la spécialisation industrielle sur le haut de gamme devient la clé d’une croissance soutenue et la réponse adéquate à la volonté de préserver une protection sociale qui, somme toute, n’est pas moindre qu’en France. A rebours du diagnostic français – et anglo-saxon – les élites allemandes ont compris que non seulement le monde du XXIe siècle, loin d’être post-industriel, est véritablement hyper-industriel, et qu’une insertion correcte dans la troisième révolution industrielle – celle qui place Internet au cœur des processus de production – est la condition première pour préserver son rang dans la hiérarchie de la mondialisation.

La crise de la zone Euro est au fond une crise des stratégies d’industrialisation

6Enfin, la crise de la zone Euro, dont la manifestation première met en évidence une crise de la dette des Etats, est avant tout une crise des stratégies d’industrialisation : industrialisation accrue au Nord dont l’Allemagne est l’exemple le plus probant ; désindustrialisation au Sud, due à une bulle d’endettement public en France, une bulle immobilière et bancaire en Espagne.

Les PME, hérauts ou victimes des stratégies nationales

7La prise de conscience tardive en France de ces processus à l’œuvre, de la pertinence des choix opérés en Allemagne, est le fond du regard porté sur l’un par l’autre. Si la France et l’Allemagne ont conscience de leur rôle clé pour la construction d’une stratégie de développement pour la zone Euro, la manière dont le modèle rhénan a su faire la démonstration de ses mérites conduit à comparer en profondeur les ressorts à l’œuvre. C’est bien sûr le rôle respectif des PME qui reflète le mieux la différence de nature entre les deux modèles.

8Ce n’est pas aux extrêmes du spectre du tissu productif que la différence apparaît, mais au milieu : celui des PME. Selon la Cour des comptes (2011), la France dénombre 23 grands groupes contre 18 pour l’Allemagne ; le nombre d’entreprises est proche en proportion de la population : 3,6 millions en Allemagne, 3,1 millions en France. Sur la base de données Rexecode (2011), la France se distingue en revanche de l’Allemagne par la faiblesse relative et absolue de son tissu de PME : 85 000 entreprises de plus de 20 personnes en France contre 134 000 en Allemagne, soit un rapport de 1,6. La faiblesse française, qui se manifeste dès que les effectifs dépassent 20 personnes, est bien plus nette au dessus de 50 salariés puisqu’on compte deux fois moins de PME qu’en Allemagne. Selon la Cour des comptes encore, tous secteurs confondus, la France compte deux fois moins d’entreprises de taille intermédiaire – de 250 à 5 000 salariés – que l’Allemagne : 5 000 contre 10 000. Les données Rexecode montrent que depuis 2000, la France a perdu environ 15 % de ses entreprises industrielles quand l’Allemagne conservait les siennes. Dans le domaine industriel, les écarts sont semblables. La France recense 23 000 entreprises industrielles de plus de 20 salariés contre 37 000 en Allemagne, soit un ratio de 1,6. Dès que le seuil de 50 salariés est franchi, le ratio s’élève à 2 : l’Allemagne compte 17 000 entreprises de 50 à 250 salariés contre 7 400 en France, soit 2,3 fois plus que la France ; l’Allemagne compte 4 200 entreprises industrielles de plus de 250 personnes contre moins de 2 000 en France, soit 2,1. En France, les entreprises de plus 50 personnes représentent environ 3 % du total contre 10 % en Allemagne.

Le Mittelstand, base industrielle de l’Allemagne

9Quand on compare les évolutions dans nos deux pays depuis une dizaine d’années, on ne peut qu’être frappé par le lien entre l’érosion de la base productive industrielle française et l’affaissement de ses PME alors que la réussite industrielle internationale allemande repose largement sur celle de son Mittelstand. De 2000 à 2007, la valeur ajoutée industrielle a progressé de 22 % en RFA et de 2,3 % en France. Alors que la valeur ajoutée industrielle française s’élevait à 49 % de celle de l’Allemagne, elle n’en représentait plus que 40 % en 2010. De 2001 à 2007, le taux de croissance annuel moyen de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière allemande a crû à un rythme 2,4 fois plus rapide que celui de l’industrie française : 1,9 % contre 0,8 %. La productivité globale a connu une croissance plus vive en France qu’en RFA (2,4 % contre 1,3 %). L’Allemagne a aussi bénéficié de l’arrêt de la baisse des heures travaillées quand la France subissait la baisse de la contribution du facteur travail : réduction des effectifs et du temps de travail. C’est un phénomène purement capitalistique qui s’est opéré car ce qui frappe, c’est la contraction de l’excédent brut d’exploitation de l’industrie manufacturière. En 2000, il atteignait 68 milliards € en France contre 109 milliards € en Allemagne ; en 2010, il est revenu à 36 milliards € dans le premier cas (-47 %) contre une progression à 117 milliards € dans l’autre (+7 %). Comme le relèvent Christian Saint-Etienne et Robin Rivaton dans une étude récente (2013), le constat à la fin des années 2000 se traduit par un véritable effacement industriel français : « la France a alors mentalement acté sa sortie de l’industrie. Il nous reste quelques ingénieurs brillants, des entrepreneurs courageux et quelques activités industrielles, mais nous ne sommes plus une grande puissance industrielle ».

France : les PME asservies au dogme de la consommation

10Le manque de PME en France par rapport à l’Allemagne provient donc d’un diagnostic erroné, celui de la consommation sanctuarisée par une dépense publique sans limites qui aboutit à un tissu productif asservi à cet objectif ; la comparaison montre surtout que c’est la structure financière des entreprises en relation avec la capacité de conserver ou non au sein de l’entreprise les gains de productivité qui est la clé de la réussite allemande et de la déficience française.

La place des PME en France et en Allemagne
traduit deux conceptions de l’ordre économique et social

En France : l’Etat, ordonnateur de l’ordre social…

11La France et l’Allemagne se singularisent par une différence de statut de l’entreprise dans la stratégie économique et l’ordre social. En France, les objectifs de l’Etat occupent la première place : la société est subordonnée à l’Etat, ce qui suppose un ordre économique dans lequel les entreprises lui sont liées de fait ou de droit. La fascination que les thèses keynésiennes exercent sur les élites françaises tient pour une bonne part au fait qu’en déconnectant de façon significative la consommation des ménages de la production des entreprises, elle resserre leur dépendance à l’égard de l’Etat. Dans la même veine, quand les élites françaises militent pour la politique industrielle dont le modèle s’inspire du colbertisme, il s’agit là encore d’un ordre social dont l’Etat est l’ordonnateur. Dans ce modèle keynésien et colbertiste qui constitue la caractéristique essentielle de l’économie française, les PME sont réduites à la portion congrue. D’une part, le monde de la production est second par rapport à celui de la consommation qui provient largement de la régulation de la société par la dépense publique ; d’autre part, l’univers de la production se trouve largement rattaché à l’imperium étatique. Si l’on cherche à identifier les racines doctrinales de la conception française, on peut citer le Général de Gaulle qui, revenant sur son action, formulait ainsi sa doctrine économique dans ses Mémoires d’espoir : « Pourtant, bien que la liberté reste un levier essentiel de l’œuvre économique, celle-ci n’est pas moins collective, commande directement le destin national et engage à tout instant les rapports sociaux. Cela implique des règles qui ne sauraient procéder que de l’Etat. Bref, il y faut le dirigisme ».

… privilégie les grands groupes liés au secteur public

12Même si, avec le temps, le style différent de ses successeurs, les crises qui se sont succédé depuis le milieu des années 1970, du Plan Calcul aux noyaux durs des privatisations, les formes d’intervention ont évolué, ne serait-ce que pour tenir compte des normes européennes, l’Etat a toujours tenu à conserver des leviers d’implication directe dans le développement de l’activité productive, lui conférant un rôle directeur dans le développement économique. Dans ce schéma, la manière dont l’Etat agit conduit à favoriser les grands groupes, plus particulièrement les groupes publics. Si l’on prend l’exemple du Fonds industriel de Modernisation (FIM) créé en 1983 pour soutenir la modernisation des entreprises et doté de 19 milliards de francs, technique assez emblématique de la politique industrielle française, la mobilisation de ressources publiques aboutit à diriger 66 % des crédits à de grandes entreprises de plus de 2000 salariés, la moitié des entreprises concernées ayant des liens capitalistiques avec le secteur public. Dans la même ligne doctrinale, la politique industrielle française, qui tend à pratiquer le ciblage de ses interventions, alimente ultimement un véritable circuit inversé qui revient à diriger, à travers taxes et subventions, les gains de productivité des PME vers les grands groupes, publics bien souvent.

En Allemagne, le Mittelstand est au centre de l’ordre économique et social

13Dans ces conditions, les PME au sens Mittelstand du terme (voir Bourgeois, 2010) ont peu de place dans la conception française du développement économique. Dans un schéma de type « colbertiste », l’action économique repose sur une relation voulue étroite entre commande publique et groupes publics, l’entraînement des PME dans le sillage de ce type de développement se diffusant par le canal de la sous-traitance. On peut presque dire que, dans ce domaine, l’Allemagne repose sur un paradigme inverse de celui qui a cours en France. L’économie sociale de marché qui repose sur une concurrence libre et non faussée, avec probablement en mémoire les errements des cartels d’avant-guerre, se défie foncièrement de tout ce qui peut s’apparenter à de l’interventionnisme public, qu’il s’agisse d’altérer l’accumulation et la ‘circulation’ des gains de productivité des entreprises ou qu’il s’agisse d’une politique industrielle visant à constituer sur le modèle français forgé dans les années 1960-1970, des champions nationaux en fonction de priorités étatiques.

14L’Allemagne se distingue donc de la France par un cadre conceptuel de son développement économique qui fait des PME et de leur croissance autonome le centre de l’ordre économique et social, et d’une certaine manière de l’ordre national sur lequel l’Allemagne a entendu se reconstruire après la tragédie de la seconde Guerre mondiale, ordre qui devenait ainsi la base de la légitimité politique du nouvel Etat fédéral. De la même façon que de Gaulle incarne la manière française de voir les choses, c’est Ludwig Erhard qui est associé à la conception allemande de l’économie de marché sociale de l’après-guerre. Dans un discours prononcé le 21 avril 1948, voici comment il affirmait ses principes : « Il faut libérer l’économie des contraintes étatiques. (...) Il faut éviter l’anarchie et l’Etat termite, (...) car seul un Etat établissant la liberté et la responsabilité des citoyens peut légitimement parler au nom du peuple».

Deux conceptions de l’autonomie des acteurs sociaux

15Les deux pays se distinguent ainsi par la dévolution du rôle directeur à l’Etat en France ou à la société en Allemagne. Deux exemples emblématiques le signalent d’une manière particulièrement parlante : alors que la France a interdit les fondations par la loi Le Chapelier de 1791, elles se sont imposées en Allemagne tout au long du XIXe siècle. Il en existe environ 570 en France contre 18 000 en Allemagne (Saint-Etienne, Rivaton, 2013) où elles jouent un rôle clé dans la pérennisation du capital des entreprises familiales. Le centralisme français a eu pour effet de déclasser les entités de petite taille autonomes que sont les PME, quand le polycentrisme du fédéralisme allemand créée des conditions favorables à leur essor et à leur pérennité. La France est une économie étatique qui laisse peu de place à l’autonomie des acteurs sociaux et à la régulation économique et sociale par les réseaux.

16Les PME allemandes tirent parti de leur enracinement local qui n’est nullement incompatible avec la vitalité des grands marchés mondiaux qui leur assurent une croissance organique soutenue, quand les PME françaises apparaissent vite pénalisées dans un univers centralisé mais paralysant qui les contraint – aujourd’hui encore – à viser prioritairement un développement intérieur combiné le cas échéant à de opérations de croissance externe à titre de compensation de la difficulté à aller sur les marchés internationaux. Dans cet univers rhénan où l’Etat est tenu à l’écart, l’écosystème des chambres de commerce à l’étranger, des réseaux comme de la négociation sociale, la responsabilité et la solidarité des acteurs est la règle. D’où cette aptitude à forger des compromis quand la France pousse à les considérer comme une compromission qui interdit la manifestation d’une vérité pleine et entière. De cette double caractéristique structurelle, l’Allemagne a su tirer parti pour trouver sa place dans une économie mondiale faisant émerger de nouveaux acteurs qui sont autant de nouveaux marchés, quand la France a pris le parti de sanctuariser son modèle social quitte à faire de la liquidation de son industrie et de ses PME le mode de régulation de sa mondialisation défensive.

Les PME, révélateurs de la force du modèle allemand, des faiblesses du modèle français

17Si la réflexion autour du rôle respectif des PME en France et en Allemagne tient une place accrue et renouvelée depuis la crise de 2008 et celle de la zone Euro entre 2009 et 2012, c’est qu’à rebours de bien des idées préconçues, elles sont apparues comme la double clé de la stratégie pertinente dans une économie mondialisée et de la bonne façon de résoudre sur le long terme les divergences structurelles de la monnaie unique dont précisément les deux économies, française et allemande, constituent la clé de voûte.

Colbert et Keynes versus Ricardo et Schumpeter

18Alors que le modèle français conçoit son ouverture à l’économie mondiale dans une logique principalement défensive de containment, la stratégie allemande, fondée sur une politique macro-économique de stabilité budgétaire et centrée sur le rôle moteur du Mittelstand, a montré qu’elle procurait croissance, baisse du chômage et aptitude à préserver un haut degré de protection sociale. On peut même considérer que, dans la mesure où le modèle français plonge ses racines conceptuelles chez Jean-Baptiste Colbert et John Maynard Keynes, il s’inscrit davantage dans un système d’économie fermée, quand le modèle rhénan, qui plonge les siennes chez David Ricardo – au double sens du terme puisque si l’on pense facilement aux avantages comparatifs de l’échange international, il faut également ne pas oublier son théorème en matière de finances publiques selon lequel toute dépense publique ne stimule pas la croissance en raison de sa substitution à une dépense privée, les agents économiques anticipant tôt ou tard des hausses d’impôts – et Joseph Schumpeter, théoricien de l’entrepreneur.

19Dans un modèle économique où la concurrence est toujours sujette au soupçon, où les flux du circuit économique échappent pour une bonne part aux mécaismes de fixation libre des prix – ceux du travail par exemple –, où les entreprises sont dépossédées de l’essentiel de leurs gains de productivité par un système voué essentiellement à la distribution généralisée de rentes sociales, l’accélération de l’immersion de l’économie française dans l’échange international depuis les chocs pétroliers des années 1970 n’est au fond qu’une généralisation d’un réime économique concurrentiel. Dans ces conditions, l’Allemagne qui pratique une économie intérieure concurrentielle est forcément mieux armée pour s’insérer aisément grâce à son tissu de PME dans une économie mondiale qui valorise ses atouts, quand les mêmes phénomènes en France mettent à nu leur assujettissement à un Etat qui se pense ultimement comme un garant de rentes sociales.

Deux lectures opposées des facteurs de croissance

20Le croisement des situations respectives de la France et de l’Allemagne montre assez que la croissance résulte foncièrement d’un processus d’accumulation capitalistique nourri par un régime concurrentiel libre et ouvert à l’échange international. Contrairement à ce que les élites françaises croient communément, la consommation ne tire pas en tant que telle la croissance. Nous savons depuis les économistes classiques et Marx que c’est l’accumulation de capital permise par l’investissement et les gains de productivité – produire plus à quantité de facteurs identique – qui permet la hausse de la production et d’une consommation ‘saine’». Si la consommation atteignait 100 % du PIB, par définition, la croissance du stock de capital serait nulle et donc la croissance tout court également. Dès lors que la consommation n’a pas pour contrepartie partielle une production efficace marchande, qu’elle est en d’autres termes le produit de l’endettement privé ou public, elle favorise non la croissance mais l’appauvrissement comme le montrent tant d’exemples de comportements privés ou de politiques économiques fondées sur cette illusion.

Standort Deutschland versus site France : 2 modes de fonctionnement

21Les PME sont les premières bénéficiaires ou les premières victimes de choix fondés sur la priorité donnée soit à l’accumulation des gains de productivité dans les entreprises soit à leur dépossession par la rente publique. Et si les PME reflètent le mieux cette dichotomie, c’est précisément parce que leur croissance peut devenir soit un piège dont il n’est pas aisé de sortir, soit le processus cumulatif vertueux qui installe une croissance structurelle. C’est ce processus qui élève ce que les économistes appellent la croissance potentielle, celle où les moyens de production accumulés permettent de générer une quantité de biens plus importante que dans la situation antérieure. Ce que la situation des PME reflète le plus, c’est le fonctionnement du Standort Deutschland ou du site France, l’Allemagne ou la France comme lieux de production. En effet, dès que les raisons les conduisent à déplacer leur centre de gravité hors de France, soit à la manière des grands groupes, soit à la manière des groupes familiaux (Ricard, L’Oréal, Burelle,...) qui les imitent, les entreprises françaises ne font pas apparaître de déficiences par rapport à leurs compétiteurs internationaux. C’est lorsqu’on met en regard les performances des PME au sens de Standort national que les différences sont les plus marquées.

22La comparaison entre la France et l’Allemagne montre qu’il ne peut y avoir de développement propice aux PME quand les priorités nationales pénalisent le travail et la production au profit de la consommation érigée en priorité absolue. La différence entre les 57 % de dépenses publiques en pourcentage du PIB en France et les 47 % en Allemagne représente 10 points de taux. Avec le taux allemand de dépense publique, la France dépenserait 200 Md€ de moins. En raison de son inertie en matière de réduction de dépenses, l’application des règles de discipline budgétaire européennes conduit inévitablement la France à augmenter les prélèvements obligatoires. La Cour des Comptes (2011) souligne à quel point les entreprises sont mises à contribution en France avec à leur charge 46 % des prélèvements obligatoires contre 28 % en Allemagne. La part de ces derniers pesant sur les entreprises s’élève à 18 % du PIB en France contre moins de 11 % en Allemagne. Les impôts sur le capital – pas uniquement sur les entreprises – représentent près de 10 % du PIB en France contre 7 % en Allemagne.

Taxer les facteurs de production ou la consommation ?

23La singularité française par rapport à l’Allemagne dans le domaine de la taxation des facteurs de production ne se limite pas au capital ou aux entreprises, la propension à taxer le travail est également plus forte en France qu’en Allemagne. Si les taux d’imposition du travail salarié ne sont pas très éloignés (41 % en France contre 39 % en Allemagne), en revanche les évolutions observées depuis une dizaine d’années font clairement ressortir une divergence croissante. Depuis 2004, en vue de favoriser la compétitivité des entreprises, l’Allemagne a opté pour un transfert des prélèvements sur le travail vers la consommation (baisse de 1,6 point des cotisations sociales en 2007). L’Allemagne met ainsi en relief la nécessité de ne pas pénaliser les facteurs de production qui sont placés par la mondialisation en situation de concurrence – cette concurrence étant d’ailleurs très vive au sein même de l’Union européenne – alors que la consommation dont l’assiette est fixe est peu délocalisable sauf quelques exceptions frontalières. Avec la hausse de 3 points du taux normal de TVA le 1er janvier 2007, l’exemple allemand a paru faire école pour toute l’Europe alors que dans le même temps la France a reculé devant un transfert de nature similaire.

La structure financière, clef du développement des PME : talon d’Achille en France, force de frappe en Allemagne

24La principale traduction des choix stratégiques dans l’un et l’autre des deux pays affecte directement la rentabilité des entreprises et leur structure financière. C’est un domaine où l’exemple allemand montre à quel point la force de frappe financière de ses PME fait la différence par rapport à la situation française.

Le rôle de la rentabilité financière et des fonds propres dans la capacité des PME à innover, investir, exporter, créer des emplois

Les PME industrielles allemandes plus rentables

25Si l’Allemagne est capable tout à la fois de tirer parti de la montée en puissance des marchés émergents, de maintenir un niveau élevé d’innovation et d’investissement, et de préserver l’emploi en période de crise, c’est la force de la structure financière des entreprises et notamment des PME qui permet de relever tous ces défis simultanément (voir REA 108/2013). Selon les calculs établis par la Banque de France (données 2010), la rentabilité opérationnelle des PME françaises dans l’industrie manufacturière est inférieure de 30 % à celle des PME allemandes : elle atteint 3,5 % du chiffre d’affaires dans un cas contre 5 % dans l’autre. On retrouve un écart de même ampleur en matière de rentabilité financière (résultat net/capitaux propres) : 15 % pour les PME allemandes contre 10 % pour les PME françaises. Henri Lagarde a calculé que si une PME française opérait dans un univers social et fiscal allemand, pour un CA et une structure de coûts de production identiques, son résultat courant atteindrait 22 % de ses ventes au lieu de 10 % en régime français. La différence principale vient des charges sociales employeurs qui s’élèvent à 38 % du chiffre d’affaires en application des règles françaises contre 17 % avec les cotisations allemandes.

Un taux de marge supérieur…

26Avec la modération salariale, combinée à la flexibilisation salariale dont le modèle fut l’accord de Pforzheim conclu en 2004 entre IG Metall et Gesamtmetall, de même que les effets des Lois Hartz, les PME, comme l’ensemble des entreprises allemandes, ont pu bénéficier depuis le milieu des années 2000 d’une évolution favorable de leur taux de marge (excédent brut d’exploitation/valeur ajoutée) qui dépasse 40 % contre 28 % en France, ce qui correspond à un niveau historiquement bas. Les entreprises françaises voient leur vulnérabilité accrue : si leur taux d’investissement varie peu (20 %), en revanche le taux d’autofinancement français est plus faible et décroissant : 88 % en 2000, 67 % en 2011, alors qu’il est supérieur et croissant en Allemagne : 80 % en 2000, 100 % en 2011.

… et plus de fonds propres…

27La structure bilancielle des PME allemandes est plus forte que celle des PME françaises : avec la différence de rentabilité, elle repose plus largement sur les ressources d’exploitation ; elle compte davantage de ressources bancaires longues. A l’inverse, les PME françaises doivent compter sur une moindre contribution des ressources d’exploitation et sur un accès plus limité aux financements longs. A partir des données analysées par la Banque de France, on peut observer qu’en tenant compte des provisions qui jouent un rôle majeur dans le pilotage financier des entreprises allemandes, la somme des fonds propres et provisions atteignait 51 % en 2010 contre 45 % dans les PME françaises. Les données 2010 confirment la structure traditionnelle comparée entre PME françaises et allemandes. Si on tient compte de l’endettement bancaire supérieur à un an, les ressources longues représentent un total de 60 % du total de bilan des PME allemandes contre 55 % dans celui des PME françaises. En France, les PME sont fortement dépendantes des financements à court terme, principalement en provenance des fournisseurs : ceux-ci contribuent à hauteur de 18 % des ressources bilancielles des PME françaises contre moins de 9 % des PME allemandes.

… leur permettent d’investir et d’innover

28La rentabilité et la structure financière comparée des PME allemandes et françaises jouent un rôle décisif dans leur aptitude à innover, à investir, c’est-à-dire à pouvoir répondre aux variations de la demande mondiale et à la possibilité de monter en gamme pour échapper à la pression sur les prix et les marges. La variation des prix de la valeur ajoutée manufacturière a été nulle en Allemagne entre 2001 et 2007 tandis qu’elle était négative de 6 % en France, ce qui signifie que les entreprises doivent accepter des baisses de marge pour conserver leurs parts de marché. La faiblesse française en matière de gamme de produits est très accusée : son élasticité-prix est à 1 contre 0,4 pour l’Allemagne. Même l’Italie bénéficie d’une capacité supérieure à celle de la France pour résister à la pression des prix, avec une élasticité de 0,6. On peut résumer la situation en indiquant que la compétitivité des entreprises françaises est désormais inférieure d’un tiers à celle des entreprises allemandes, mais aussi britanniques, espagnoles ou italiennes.

Dépenses de R&D des entreprises : +20 % en Allemagne, -14 % en France en vingt ans

29Entre le milieu des années 1990 et la fin de la première décennie 2000, les dépenses de R&D des entreprises, toutes tailles confondues, ont baissé de 14 % en France et augmenté de 20 % en Allemagne. Les entreprises allemandes déposent 2,5 fois plus de brevets que les françaises : 11 000 contre 4 000. Les fonds propres apparaissent comme un facteur décisif puisque les entreprises allemandes les utilisent à hauteur de 71 % de leur dépense de R&D. La R&D est fonction de la taille : en France, les entreprises sont 20 % à réaliser des dépenses de R&D quand leurs effectifs sont inférieurs à 50 personnes, 49 % quand leurs effectifs sont compris entre 50 et 250, et 73 % au-delà. Dans ces trois tranches d’effectifs, la propension des entreprises allemandes à dépenser en R&D est supérieure à la situation française : 36 % pour les moins de 50 salariés, 58 % pour les plus de 50 et moins de 250 salariés, 83 % au-delà. Quand on combine la moindre démographie française en matière de PME et leur propension inférieure à innover, on ne peut que voir clairement l’ampleur du handicap français. Dans une économie mondiale où l’innovation joue un rôle discriminant croissant dans la compétitivité des entreprises, la petite taille des PME françaises ne permet pas de relever le défi dans la mesure où les unités de plus de 250 personnes consacrent à la R&D des dépenses 80 fois supérieures à celles de moins de 20 personnes. Le handicap français en matière de PME de plus de 50 personnes est d’autant plus pénalisant que l’intensité des dépenses de R&D des entreprises françaises est supérieur de 30 % à celles de leurs consœurs allemandes (550 000 € dans les entreprises françaises de 50 à 250 salariés contre 400 000 € en Allemagne).

« Exporter pour grandir »…

30La pénalisation française dans les échanges mondiaux en découle : alors que la France enregistre un déficit commercial d’environ 2 % du PIB, l’Allemagne dégage un excédent de 4 %. Dans le domaine industriel, l’écart est particulièrement accusé : le solde industriel français était encore positif de 11 milliards € en 2003, il était négatif de 45 milliards € en 2011 contre un excédent allemand, la même année, de 266 milliards €. La dégradation de la situation française traduit aussi la faiblesse des PME dans la possibilité de participer aux échanges internationaux. L’Allemagne compte environ 350 000 entreprises exportatrices dont 98 % sont des PME : leur nombre a crû de 25 000 au cours des années 2000. En France, les entreprises exportatrices sont 105 000, soit 7 000 de moins qu’en 2000.

31Comme le relève Christian Stoffaës, « le coût marginal de l’exportation est une variable essentielle. L’activité exportatrice requiert un coût fixe élevé. Car lorsque l’investissement d’infrastructure nécessaire à l’entretien d’un flux régulier d’exportation a été réalisé, l’exportateur se trouve en mesure de réaliser d’importantes économies d’échelle ; il lui coûte peu d’exporter une unité supplémentaire de sa production ». Mais inversement, c’est l’exportation qui aide à grandir, ce que précise encore Christian Stoffaës : « Il ne faut pas grandir pour exporter mais exporter pour grandir. Cette question conditionne évidemment la politique industrielle. On a longtemps pensé en France qu’il fallait concentrer l’industrie pour la rendre performante. C’est l’inverse qui est vrai. Une entreprise moyenne qui exporte devient plus productive et grandit par croissance interne ». Application naturelle du jeu des avantages comparatifs, autrement dit des spécialisations industrielles, conforme à l’analyse de Ricardo. Cette logique vaut également pour les PME françaises : en 2011, selon des données Banque de France, ce sont les PME exportatrices qui ont pu le mieux assurer la croissance de leur activité.

… et embaucher

32Enfin, last but not least, la faiblesse française en matière de PME est grosse de conséquences sur l’emploi. Les entreprises françaises de plus de 20 salariés ont en moyenne un effectif de 127 personnes contre 166 dans les entreprises allemandes. La différence s’accentue avec la taille : les entreprises françaises dont les effectifs sont compris entre 250 et 1 000 personnes regroupent 21 % des salariés en France contre 31 % en Allemagne. La taille moyenne des entreprises de ce segment est de 387 salariés en France contre 531 en Allemagne. Selon les calculs réalisés par Rexecode (2011), si la France avait une structure de PME semblable à celle de l’Allemagne en rapport avec son PIB, elle enregistrerait 880 000 emplois industriels de plus (315 000 dans les PME de moins de 250 personnes et 600 000 pour les entreprises aux effectifs supérieurs).

Les PME, cœur de la convergence ou du décrochage franco-allemand

33Le choix fait il y a dix ans en France de passer à l’ère post-industrielle comme celui fait en Allemagne quasi au même moment de mobiliser ses avantages comparatifs pour saisir les opportunités de la mondialisation, produisent pleinement leurs effets aujourd’hui. Dans un système économique où les grands groupes ont largement la possibilité de se soustraire au territoire national comme lieu de production, ce sont les PME qui deviennent le moyen de relever les défis. Le décrochage français – par comparaison avec l’exemple allemand – s’analyse ultimement comme l’illusion d’accéder aux paradis artificiels de la consommation soutenue par une dépense et un endettement publics acceptés par des marchés financiers supposés éternellement bienveillants. La crise de 2008 aura eu cette vertu pédagogique de ramener la France au réel, pour la pérennité de son propre développement économique, la préservation de son niveau de vie et de ses équilibres sociaux. Car le risque existe bel et bien en France d’un décrochage économique qui porte en lui potentiellement tous les ingrédients d’une crise sociale et politique.

34Le retour au réel importe aussi dans sa dimension européenne : on ne peut jouir d’une monnaie unique en zone Euro et oublier les implications de sa politique nationale sur les autres économies de l’Union monétaire. Le décrochage français, à travers l’abandon de son industrie et de ses PME, est donc potentiellement un facteur d’implosion de la zone euro : l’Allemagne, malgré la solidité et la puissance de son économie, ne dispose pas des moyens de faire face seule à la crise. Ni l’Italie à l’intérieur de la zone Euro ni le Royaume-Uni à l’extérieur ni la Pologne à sa porte, ne peuvent constituer un substitut véritable à une France qui faillirait à ses responsabilités aux côtés de l’Allemagne.

35L’ouverture de la Chancelière aux idées – peu précises au demeurant – de gouvernement économique européen proposé par le Président Hollande dans sa conférence de presse du 13 mai dernier, de même que la volonté d’inscrire la lutte contre le chômage des jeunes dans une perspective européenne comme a voulu le souligner la rencontre franco-allemande du 30 mai à Paris, témoignent de la volonté allemande de ne pas abuser de son leadership européen tout en ouvrant la voie à la diffusion des solutions qui ont fait leurs preuves. Mais la bienveillance allemande a certainement ses limites : faute pour le gouvernement français, dans la situation d’extrême fragilité des PME, de prendre la véritable mesure de la situation, le risque existe bel et bien que leur décrochage ne s’accentue. Le gouvernement français a accepté de se ranger aux avis du rapport Gallois avec l’instauration du crédit d’impôt compétitivité. Il a instauré à partir d’entités existantes une Banque publique d’investissement (BPI) censée s’inspirer de son modèle allemand, la KFW ; il a accepté sous la pression des « Pigeons » de réviser quasi-intégralement son dispositif de taxation des plus-values. Après un début de mandat qu’on peut qualifier de catastrophique pour les entreprises, le Président et son gouvernement tentent de leur adresser des signaux de confiance. Leur soutien aux accords conclus en janvier 2013 par les partenaires sociaux, inspirés du modèle allemand également, s’inscrit dans la même conception. Enfin, l’hommage rendu aux réformes réalisées par le Chancelier Schröder lors du 150e anniversaire du SPD à Leipzig par le Président Hollande laisse – peut-être – augurer d’un nouvel infléchissement « social-démocrate » de la politique française.

36Pour autant, les mesures annoncées comme la ligne plus souple affichée depuis quelques semaines par le gouvernement Ayrault sont loin de permettre aux PME de combler les lacunes du « modèle français » par rapport à la situation de leurs homologues allemandes. La sanctuarisation des dépenses publiques, malgré les appels de la Commission européenne, laisse peu de marge de manœuvre pour alléger le joug qui pèse sur les PME françaises. A ce compte, l’attrition du tissu français de PME ne peut que se poursuivre.

37Jusqu’où ? Le drame des élites françaises, c’est que l’Allemagne ait raison : car en montrant la vertu de l’autonomie des PME comme facteur de réussite économique et d’intégration sociale, l’Allemagne ne souligne que davantage l’inefficacité de la subordination de l’économie et de la société à la technocratie d’Etat. Au fond, c’est sa légitimé même que mettent en cause les réussites mondiales des PME allemandes.

Haut de page

Bibliographie

Banque de France, Direction des Entreprises, « Les PME en Europe : les disparités entre pays et secteurs sont plus fortes en 2010 qu’avant la crise », Bulletin n°°188, 2ème trimestre 2012

Bourgeois I. (dir), PME allemandes : les clés de la performance, Editions du CIRAC, 2010

Bourgeois I., Lasserre R., « Les PME allemandes : une compétitivité à dimension sociale et humaine », OSEO, Rapport PME 2010, Paris, 2010

COE-REXECODE, Mettre un terme à la divergence de compétitivité entre la France et l’Allemagne, Paris, 2011

Cour des Comptes, Les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne, Paris, 2011

Eudeline J-F., Sklénard G., Zakhartchouk A., « L’industrie manufacturière en France depuis 2008 : Quelles ruptures ? » INSEE, Note de conjoncture, décembre 2012

Kohler D., Weisz J-D., Pour un nouveau regard sur le Mittelstand, Rapport au Fonds stratégique d’investissement, Paris, La Documentation française, 2012

Lagarde H., France-Allemagne, Du chômage endémique à la prospérité retrouvée, Paris, Presse des Mines, 2011

Saint-Etienne Ch., Rivaton R., Le Kapital, Pour rebâtir l’Industrie, Paris, Fondation pour l’innovation politique, 2013

Stoffaës Ch., Mittelstand : Notre chaînon manquant, Paris, Conseil d’Analyse Economique franco-allemand, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Fabre, « Les PME au cœur de la compétitivité : le décrochage France-RFA », Regards sur l'économie allemande, 109 | 2013, 15-24.

Référence électronique

Alain Fabre, « Les PME au cœur de la compétitivité : le décrochage France-RFA », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 109 | juillet 2013, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/4556 ; DOI : 10.4000/rea.4556

Haut de page

Auteur

Alain Fabre

Alain Fabre, Conseil financier d’entreprises, Expert économique à la Fondation Robert Schuman et à l’institut de l’Entreprise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page