Navigation – Plan du site
Articles

Production industrielle : comparaison France-Allemagne

Karl Brenke
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 17-30

Résumé

En cette fin d’été 2012, l’économie allemande a de quoi faire des envieux. L’emploi a augmenté sans discontinuer, et le chômage enregistre son taux le plus bas depuis l’Unité. Certes, la crise de la finance mondiale y avait provoqué une récession d’une ampleur inconnue des autres pays, mais ce n’est là plus qu‘un mauvais souvenir, car le PIB dépasse aujourd’hui de loin ce qu’il était avant la crise. Contrairement aux Etats-Unis, à l’Espagne ou à l’Irlande, l’Allemagne n’a pas connu de bulle immobilière susceptible d’éclater, ni non plus de bulle liée à une consommation excessive comme la Grèce ou le Portugal. Une seule ombre au tableau : la production industrielle avait été sérieusement mise à mal en 2009 par la chute brutale des exportations. Cependant, la demande intérieure ne s’en est guère trouvée affectée parce que la faiblesse des exportations n’a duré que quelques mois et que l’industrie n’avait supprimé que peu d’emplois, ce qui n’a eu qu’un faible impact sur la consommation. Aujourd’hui, l’industrie a retrouvé une robuste santé. Certes, les difficultés que traverse aujourd’hui la zone Euro et la faiblesse persistante de l’activité dans les économies anglo-saxonnes ralentissent la conjoncture allemande. Mais, contrairement à ce que connaissent la plupart des pays européens, rien ne permet d’en conclure à une stagnation, voire à une récession outre-Rhin – du moins pas actuellement.
Cette étonnante robustesse de l’économie allemande est due, entre autres, à la présence d’une industrie puissante en comparaison avec celle d’autres Etats européens, et notamment la France, deuxième économie européenne. Une analyse comparée de la structure comme de l’évolution de ce secteur révèle les forces et faiblesses respectives. L’exercice reste cependant malaisé. En effet, si les statistiques publiées par Eurostat permettent les comparaisons internationales, elles présentent quelques lacunes, ce qui exige, si on veut avoir une vision d’ensemble, de multiplier les sources et de rassembler les informations ainsi recueillies comme les pièces d’un puzzle. Et si certaines données ne sont pas toujours très actuelles, elles n’en restent pas moins utilisables pour l’analyse. Enfin, rappelons que par « industrie », nous entendons, comme il est d’usage en Allemagne, le secteur de la production manufacturière, en un mot : celui qui produit des biens.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Traditionnellement, l’Allemagne est une économie industrielle
L’industrie allemande est fortement tributaire de la conjoncture mondiale…
… contrairement à l’industrie française
L’Allemagne ne s’est pas désindustrialisée
La forte hausse de la production industrielle allemande est essentiellement due aux exportations
L’Europe est pauvre en matières premières
Dans une économie globalisée, les importations augmentent
La création de richesse repose sur l’industrie…
… et les exportations de biens
Exportations allemandes en forte hausse depuis 2001
Hausse des exportations allemandes hors de l’UE
Une industrie axée sur les biens d’investissement et où dominent les secteurs intensifs en R&D
Stabilité de la structure industrielle allemande
France : moins de biens d’investissement et plus de biens de consommation
RFA : 4 branches phares
France : recul enregistré dans presque toutes les branches
Allemagne : rôle moteur de la construction mécanique, l’automobile et la chimie
Allemagne : rôle clé des secteurs intensifs en R&D
L’industrie allemande repose largement sur le Mittelstand
Les critères de définition du Mittelstand, avant tout qualitatifs,…
… ne sont pas pris en considération par les statistiques
Allemagne : part importante des PME de 50 à 250 salariés dans l’industrie
La classification des entreprises par taille est peu pertinente :…
… elle n’informa pas sur leur mode de gouvernance
Salaires : modération en RFA, fortes hausses en France
Salaires horaires bruts : +23 % en RFA en dix ans, +38 % en France
Quel juste équilibre entre hausse des salaires et de la productivité ?
Allemagne : hausse des salaires inférieure à celle de la productivité
France : hausse des salaires disproportionnée par rapport à celle de la productivité
Part des salaires dans la valeur ajoutée supérieure en France
La balance commerciale allemande est excédentaire depuis… 1952
Salaires et productivités plus élevés en Allemagne
Une fourchette des salaires moins large en France…
… mais des charges patronales plus lourdes dans les PME

Aperçu du début du texte

Traditionnellement, l’Allemagne est une économie industrielle

Traditionnellement, l’industrie occupe une place plus importante dans l’économie allemande que dans celle des autres pays européens. Ainsi, au début des années 1970, la part de ce secteur dans la création de richesse était de 37 % en Allemagne, mais elle n’était que d’un petit tiers au Royaume Uni et d’un quart en France. Au fil des mutations économiques et de la tertiarisation, ce secteur a perdu en importance dans toutes les économies industrielles. En 1990, sa part était tombée à 30 % dans l’Allemagne juste avant l’Unité, c’est-à-dire dans les Länder de l’ouest (et à 18 % en France). Le collapsus de l’économie de la RDA a certes entraîné ensuite une explosion de la demande pour les entreprises industrielles des « anciens » Länder (ouest), mais cette tendance n’a été que de courte durée. Dans les « nouveaux » Länder en revanche (est), l’activité industrielle s’est effondrée ; les installations étaient largement obsolètes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karl Brenke, « Production industrielle : comparaison France-Allemagne », Regards sur l'économie allemande, 106 | 2012, 17-30.

Référence électronique

Karl Brenke, « Production industrielle : comparaison France-Allemagne », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 106 | octobre 2012, mis en ligne le 27 octobre 2014, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://rea.revues.org/4466

Haut de page

Auteur

Karl Brenke

Karl Brenke, sociologue, spécialiste du marché du travail au DIW (Berlin)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page