Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Communication et politique dans l’UE

HEINZE J., Regierungskommunikation in Deutschland. Eine Analyse von Produktion und Rezeption / HEPP A., BRÜGGEMANN M., KLEINEN-von KÖNIGSLÖW K., LINGENBERG S., MÖLLER J., Politische Diskurskulturen in Europa. Die Mehrfachsegmentierung europäischer Öffentlichkeit / HUBER C. K., Zwischen Routine, Ratspräsidentschaft und Gipfel. Interaktionen von Medien und Politik in der Europäischen Union / WESSLER H., BRÜGGEMANN M., Transnationale Kommunikation. Eine Einführung
Référence(s) :

HEINZE J., Regierungskommunikation in Deutschland. Eine Analyse von Produktion und Rezeption, Springer VS, Wiesbaden, 2012, 250 p.

HEPP A., BRÜGGEMANN M., KLEINEN-von KÖNIGSLÖW K., LINGENBERG S., MÖLLER J., Politische Diskurskulturen in Europa. Die Mehrfachsegmentierung europäischer Öffentlichkeit, Springer VS, Wiesbaden, 2012, 250.

HUBER C. K., Zwischen Routine, Ratspräsidentschaft und Gipfel. Interaktionen von Medien und Politik in der Europäischen Union, Springer VS, Wiesbaden, 2012, 250 p.

WESSLER H., BRÜGGEMANN M., Transnationale Kommunikation. Eine Einführung, Springer VS, Wiesbaden, 2012, 215 p.

Texte intégral

1Un des aspects constructifs de l’actuelle crise de la dette souveraine est de nous rappeler l’importance de l’interaction qui lie le politique et l’espace public via les médias. Il suffit de penser à la surenchère de titres catastrophiques sur un « éclatement » de la zone Euro, une « crise de l’Euro », ou les campagnes de « sauvetage » de tel pays, voire de la monnaie, pour comprendre que cette dramatisation crée des attentes dans l’opinion et force le politique à y répondre. Or comme il n’existe pas encore UN espace public européen, contrairement au rêve de certains qui négligent alors la diversité et plus encore l’absence quasi-totale d’institutions sur lesquelles pourrait se fonder une démocratie européenne et alors seulement naître un espace public afférent, la crise a révélé au grand jour la vitalité des nationalismes qu’on croyait pourtant avoir surmontés au fil de l’intégration. Cette situation révèle à quel point ‘l’espace public’ européen est en réalité fragmenté et même segmenté en une multitude de cultures discursives (HEPP et al.) qui mènent chaque opinion à comprendre l’Europe à sa manière.

2Mais comment les Allemands, les Français, les Italiens et les autres peuvent-ils se construire une idée commune de l’Europe si la communication du politique est elle-même morcelée et manque de continuité, tendances que favorise la présidence tournante de l’UE ? L’attention médiatique est alors attirée tous les six mois sur la mise en lumière de performances nationales et beaucoup moins sur l’œuvre commune, dans une permanente interaction entre porte-parole des gouvernements et journalistes qu’étudie de près cette thèse de HUBER. Dans ce cadre, on redécouvre un aspect souvent négligé des sciences de la communication, qui préfèrent se concentrer d’habitude sur les campagnes électorales : l’analyse de la communication gouvernementale en ‘temps normal’. C’est là l’objet d’une thèse qui aborde la question à la fois sous l’angle de sa production que de sa réception par le citoyen en Allemagne (HEINZE). Reste un aspect qui gagne en importance, qu’il s’agisse d’Europe ou du monde : la communication transnationale, telle qu’elle s’effectue via les médias. WESSLER/BRÜGGEMANN y consacrent un manuel d’initiation destiné aux étudiants. Mais cette question ne peut être étudiée sans tenir compte des structures nationales respectives en la matière ni la multitude des interactions existant entre celles-ci. Ce qui passe aussi par l’analyse comparée des articulations entre émetteurs et récepteurs comme des circuits suivis par les items dans la communication trans-frontières. (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Communication et politique dans l’UE », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 105 | juillet 2012, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/4430

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page