Navigation – Plan du site
Notes de lecture
4

Économie informelle

SCHNEIDER Friedrich, BADEKOW Helmut, Ein Herz für Schwarzarbeiter. Warum die Schatten­wirt­schaft unseren Wohlstand steigert
Référence(s) :

SCHNEIDER Friedrich, BADEKOW Helmut, Ein Herz für Schwarzarbeiter. Warum die Schatten­wirt­schaft unseren Wohlstand steigert, Econ, Ullstein Buchverlage, Berlin, 2006, 172 p.

Texte intégral

1Non, le travail au noir n’est pas dommageable à l’économie ; au contraire, il génère croissance et emplois. Sous son apparence volontairement provocatrice, l’ouvrage poursuit l’objectif de rompre le cou aux clichés et de ramener le débat, envenimé par la hausse de la TVA, sur un terrain plus factuel. Pour ce faire, le Prof. Schneider (Université de Linz, Autriche), spécialiste réputé de l’économie informelle (il est également chercheur auprès de l’OCDE) s’est associé à un journaliste économique. Le poids du travail dissimulé en RFA ? Plus de 346 milliards € en 2005, soit près d’un cinquième du PIB. La raison de cet engouement des Allemands pour le travail au noir réside dans un niveau de prélèvements trop élevé et dans une régulation trop rigide du marché de l’emploi. Cela plaide pour des réformes structurelles afin de réintégrer ces activités de l’ombre dans l’économie ‘officielle’. (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Économie informelle », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 81 | mai 2007, document 4, mis en ligne le 23 avril 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/442

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page