Navigation – Plan du site
Editorial

France-Allemagne : une entente a minima

René Lasserre
p. 1-2

Texte intégral

1Depuis l’élection de François Hollande à la Présidence de la République, l’incertitude a plané sur les perspectives de succès du Sommet Européen des 28 et 29 juin, tant les divergences de politique économique entre les responsables de la nouvelle majorité et ceux du gouvernement allemand ont été clairement affichées, donnant lieu, au plus haut niveau, à de multiples passes d’armes, suivies d’opérations de conciliation de dernière heure. A travers ces tensions s’est exprimée, du côté français, la volonté proclamée de redéfinir le partenariat franco-allemand sur de nouvelles bases. Ceci afin de faire prévaloir une politique européenne qui ne soit plus exclusivement axée sur l’objectif de stabilité financière mais s’appuie à la fois sur une action conjointe en faveur d’une politique de soutien à la croissance et sur une solidarité financière européenne élargie pour garantir de la dette. Du côté allemand, au contraire, on campe fermement sur le double refus de principe d’une politique de croissance financée à crédit et d’une communautarisation de la dette sous la forme d’euros-obligations. Et l’on persiste à préconiser, pour enrayer la crise de la dette souveraine et assurer la sauvegarde de l’Euro, une démarche résolue d’intégration renforcée, fondée sur la mise en place de disciplines budgétaires communes et de responsabilités économiques partagées.

2La résurgence et la cristallisation de ces clivages franco-allemands qui, du côté français, relèvent davantage d’une posture doctrinale que d’une stratégie économique crédible, n’ont heureusement pas enrayé la poursuite du processus d’intégration des politiques économiques européennes. En fait, on a assisté les 28 et 29 juin à une sorte de sommet à double détente. Dans le sommet de premier niveau se sont réglées les querelles doctrinales du ménage franco-allemand, sous la forme d’un compromis politique sur la croissance et la stabilité. Accord politique symbolique entre Paris et Bonn, qui s’est concrétisé par l’adoption par le Conseil Européen d’un Pacte pour la croissance et l’emploi à l’échelle des 27, mais d’une portée modeste, limitée à 1 % du PIB de l’UE. En contrepartie de cette avancée sur cette logique de croissance qu’il entend incarner, le Président français s’est engagé à ratifier le Traité de stabilité en l’état, confirmant ainsi son ralliement mesuré à la politique européenne de consolidation budgetaire.

3Au-delà de cet accord politique de base franco-allemand, le sommet proprement européen a permis d’apporter sur d’autres registres importants des réponses concrètes et d’ouvrir des perspectives plus conséquentes pour la résolution de la crise de la dette souveraine. C’est en particulier le cas pour l’ouverture préventive de procédures d’urgence de recapitalisation des banques et de rachats des dettes souveraines, sollicitées par l’Espagne et l’Italie fortement endettées, auxquelles l’Allemagne a accepté de consentir solidairement. Mais l’initiative la plus importante du dernier sommet est indéniablement la mise en place, dans les six prochains mois, sous l’égide de l’exécutif européen, d’un mécanisme de supervision des banques auprès de la BCE, destiné à préfigurer une union bancaire. Venant conforter le Pacte européen de stabilité formalisé par le TSCG de mars 2012 et le Mécanisme européen de stabilité entrant en vigueur en juillet, cette nouvelle étape devrait constituer une avancée décisive vers une gouvernance économique européenne intégrée que le monde entier attend.

4Ce processus d’intégration s’annonce sans aucun doute difficile au plan technique et risque de susciter de nombreux débats politiques internes au niveau des Etats membres, comme en témoigne la discussion virulente qui vient de s’engager en Allemagne autour du projet d’union bancaire. Raison de plus pour que les gouvernants européens fassent preuve de détermination dans leurs choix politiques et s’engagent résolument, au-delà des décisions communautaires, sur la voie de la remise en ordre et de la convergence effective de leurs économies. De ce point de vue, le couple franco-allemand ne saurait encore prétendre faire figure de tandem tant, dans sa nouvelle configuration, il présente de fortes asymétries conceptuelles et une capacité d’action commune qui s’en trouve, au moins temporairement, singulièrement réduite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « France-Allemagne : une entente a minima », Regards sur l'économie allemande, 105 | 2012, 1-2.

Référence électronique

René Lasserre, « France-Allemagne : une entente a minima », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 105 | juillet 2012, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/4415

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Directeur du CIRAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page