Navigation – Plan du site
Notes de lecture
2

Entrepreneuriat

HAUSER Christian, Außenwirtschaftsförderung für kleine und mittlere Unternehmen in der Bundesrepublik Deutschland. Eine empirische Analyse auf der Basis der ökonomischen Theorie des Föderalismus / JASKIEWICZ Peter, Performance-Studie börsennotierter Familienunternehmen in Deutschland, Frankreich und Spanien / MAY Peter, LEHMANN-TOLKMITT Arno, EIBEN Jan, Good Governance in Familienunternehmen. Studie im Auftrag der Kommission „Governance Kodex für Familienunternehmen“ / MEFFERT Jürgen, KLEIN Holger, DNS der Weltmarktführer. Erfolgsformeln aus dem Mittelstand / SCHLÖMER Nadine, KAY Rosemarie et al, Mittelstand und Mitbestimmung. Unternehmensführung, Mitbestimmung und Beteiligung in mittelständischen Unternehmen / WEISSMANN Arnold, Die grossen Strategien für den Mittelstand. Die erfolgreichsten Unternehmer verraten ihre Rezepte / ZfKE, Zeitschrift für KMU und Entrepreneurship, vol. 3, 2006 / ZIESEMER Bernd (ed), Pioniere der deutschen Wirtschaft. Was wir von den großen Unternehmerpersönlichkeiten lernen können
Référence(s) :

HAUSER Christian, Außenwirtschaftsförderung für kleine und mittlere Unternehmen in der Bundesrepublik Deutschland. Eine empirische Analyse auf der Basis der ökonomischen Theorie des Föderalismus, Coll. Schriften zur Mittelstandsforschung, vol. 113, DUV, GWV Fachverlage, Wies­baden, 2006, 344 p.

JASKIEWICZ Peter, Performance-Studie börsennotierter Familienunternehmen in Deutschland, Frankreich und Spanien, Coll. FGF Entrepreneurship-Research Monographien, vol. 56, EUL Verlag, Cologne, 2006, 366 p.

MAY Peter, LEHMANN-TOLKMITT Arno, EIBEN Jan, Good Governance in Familienunternehmen. Studie im Auftrag der Kommission „Governance Kodex für Familienunternehmen“, INTES, Akademie für Familienunternehmen, Bonn, 2007, 17 p.

MEFFERT Jürgen, KLEIN Holger, DNS der Weltmarktführer. Erfolgsformeln aus dem Mittelstand, McKinsey&Co., Redline Wirtschaft, Heidelberg, 2007, 232 p.

SCHLÖMER Nadine, KAY Rosemarie et al, Mittelstand und Mitbestimmung. Unternehmensführung, Mitbestimmung und Beteiligung in mittelständischen Unternehmen, Coll. Schriftenreihe Hans-Böckler-Stiftung, Westfälisches Dampfboot, Münster, 2007, 254 p.

WEISSMANN Arnold, Die grossen Strategien für den Mittelstand. Die erfolgreichsten Unternehmer verraten ihre Rezepte, Campus Verlag, Francfort/New York, 2006, 192 p.

ZfKE, Zeitschrift für KMU und Entrepreneurship, vol. 3, 2006, Duncker & Humblot, Berlin-St. Gallen, 80 p.

ZIESEMER Bernd (ed), Pioniere der deutschen Wirtschaft. Was wir von den großen Unternehmerpersönlichkeiten lernen können, Campus Verlag, Francfort/New York, 2006, 296 p.

Texte intégral

1La santé des PME étant stratégique pour la croissance allemande, ce groupe de sociétés qui représentent plus de 99 % des entreprises et ont un rôle clef dans la qualification des ressources humaines (elles forment 80 % des apprentis) suscite à l’évidence une abondante littérature. Nous avons sélectionné là quelques ouvrages pour donner un aperçu du large éventail des perspectives abordées outre-Rhin pour considérer cette classe moyenne des entreprises (Mittelstand).

2Dans la lignée des publications de l’Institut für Mittelstandsforschung de Bonn dont les enquêtes révèlent que, malgré son abondance, le dispositif d’aide au commerce extérieur est largement boudé par les PME (voir dans ce numéro), une étude empirique montre des voies pour mieux adapter ces aides aux besoins spécifiques des PME en développant plus encore leur ancrage régional et les atouts liés au polycentrisme des activités (HAUSER). Un autre ouvrage (SCHLÖMER et al.) se consacre à un des pivots de la compétitivité des PME allemandes : la co-décision. Certes, la loi imposant la création d’un Conseil d’établissement aux côtés du management ne s’applique qu’aux sociétés de plus de 10 salariés. Mais les petites entités en ont une pratique culturelle très développée, fondée sur des valeurs fortes, dont le respect des salariés et de leurs compétences. Cette approche en termes de valeurs caractérise bien sûr plus particulièrement les entreprises familiales.

3Certaines d’entre elles, ce sont alors souvent des groupes de taille mondiale, sont cotées en bourse, comme la société Wacker Chemie AG dont nous dressons le portrait dans ce numéro, et tant d’autres encore (voir REA 82/07). Mais la coexistence de plusieurs types de propriétaires (famille fondatrice, actionnaires institutionnels et petits porteurs) soulève de nouvelles questions, notamment en termes de gouvernance. C’est là une des problématiques qu’aborde ce numéro 3/06 de la revue ZfKE, revue spécialisée dans les questions d’entrepreneuriat, ou encore une étude réalisée pour le compte de « L‘Académie des entreprises familiales » (Akademie für Familienunternehmen) sise à Bonn et destinée à esquisser un code de gouvernance spécifique. Enfin, et ce constat est commun à l’Allemagne, la France et l’Espagne, les entreprises familiales se révèlent particulièrement performantes. Un jeune chercheur en sciences de gestion (JASKIEWICZ) a consacré une thèse aux raisons qui l’expliquent. Le secret de la réussite réside non pas dans la part de capital détenue par la famille fondatrice, mais dans la manière dont celle-ci fait valoir son influence et ses valeurs.

4Une série d’autres ouvrages préfère le concret. Quelles sont les meilleures pratiques pour réussir ? Une enquête réalisée par le cabinet McKinsey auprès d’un certain nombre de PME (MEFFERT et al.) en retrace quelques-unes. Toutes reposent sur l’internationalisation et l’innovation, mais sans oublier l’élément central : un management ouvert au changement et confiant dans les compétences des salariés. Pour diffuser le même enseignement auprès des plus petites PME, souvent moins bien informées des nouvelles techniques de management et de gestion que les moyennes et grandes, un ancien patron, devenu professeur de gestion ensuite, a réalisé un manuel pratique. L’idée lui en est venue à la suite de sa propre expérience : il avait dû prendre inopinément la succession de son père et découvrir la gestion concrète d’une PME, ce qui l’avait amené à s’apercevoir que les rudiments de cette tâche, telle qu’elle se pose au quotidien, ne sont pas enseignés dans les filières du supérieur (WEISSMANN). Enfin, tout patron qui se respecte cherche des modèles : voici quelques portraits de grands entrepreneurs allemands qui ont fait les riches heures du « miracle économique » (ZIESEMER). Des noms ? Artur Fischer (chevilles), Reinhold Würth (vis) ou encore Hans Riegel (bonbons Haribo). Tous avaient en commun d’être inventifs, ouverts au changement et dotés d’un solide sens des responsabilités. (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Entrepreneuriat », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 83 | octobre 2007, document 2, mis en ligne le 03 juin 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/427

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page