Navigation – Plan du site
Actualité économique

Fiscalité : les impôts et taxes les plus absurdes

Isabelle Bourgeois
p. 81

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1A intervalles réguliers, lorsque sont débattues d’éventuelles réformes fiscales, la presse allemande se fait un plaisir d’aller débusquer dans les Länder et communes (ils ont une large autonomie en matière fiscale) les prélèvements les plus absurdes ou les plus cocasses. Il faut dire qu’elle n’est pas la seule, la Cour des Comptes fédérale et la Fédération allemande des contribuables se livrant régulièrement au même exer­cice. Voici donc un petit aperçu de l’inventivité dont font preuve les communes pour renflouer leurs caisses mises à mal par la récession, puisé dans un échantillon publié le 1er octobre par le quotidien économique Handelsblatt (www.handelsblatt.com).

2La « taxe sur les chiens » n’est plus à présenter, c’est un classique de la fiscalité com­munale, et elle rapporte gros (par exemple un encours de 5,3 millions € aux com­munes de Thuringe en 2009, à en croire le portail www.otz.de des quotidiens Thürin­ger Allgemeine et Thüringer Landeszeitung). Depuis le 1er octobre, Cologne prélève une « taxe sur les lits » (5 % par nuitée à verser par les hôtels) dont l’encours attendu (7 millions € par an) alimentera son budget Culture. Berlin a une formule identique ; Hambourg projette une « taxe de culture » pour 2011, calquée sur le même modèle, et censée rapporter quelque 10 millions € par an. Quant à Essen, la ville a décidé en sep­tembre de frapper les propriétaires de solariums d’un « impôt bronzage » (20 € par mois et par appareil). Plus convenue en comparaison est cette extensionde la clas­sique « taxe sur le divertissement » (Vergnügungssteuer) des communes (elle con­cerne toutes les manifestations festives) : la « taxe sexe » que paient depuis 2003 les prostituées à Cologne ; la ville d’Oberhausen vient de s’en inspirer (6 € par jour). Mais la palme de la créativité revient assurément au village de Niederzim­mern (Thuringe), où la mairie vend aux habitants 50 € pièce les nids de poule, avec pour contrepartie l’apposition d’une plaque commémorative (avec libre choix du texte) dans un tronçon de rue ve­nant d’être refait. Les Allemands ne manquent visiblement pas d’hu­mour : 257 nids de poule au­raient déjà trouvé preneur… (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Fiscalité : les impôts et taxes les plus absurdes », Regards sur l'économie allemande, 98-99 | 2010, 81.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Fiscalité : les impôts et taxes les plus absurdes », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 98-99 | octobre 2010, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/4200

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page