Navigation – Plan du site
Articles

Compagnons de voyage. Les médias et l’Unité allemande

Uwe Kammann
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 47-61

Résumé

La représentation ou, plus précisément : la vision que nous avons de l’Unité alle­mande est essentiellement l’œuvre des médias. Karl Brenke ne rappelle-t-il pas dans ce numéro le rôle fondamental joué par une petite phrase du chan­ce­lier Kohl dans la perception de l’état de l’économie est-allemande ? Eugen Spitznagel ne montre-t-il pas, lui aussi, en filigrane, le caractère vivace du rêve perdu des « paysages fleuris » quand on regarde le marché du travail dans les nouveaux Län­der ? Et Thomas Petersen ne nous retrace-t-il pas à quel point l’évolution de l’opinion alle­mande au fil des 20 ans écoulés est fonction de la relation que les médias font des événements ?
Nous avons donc demandé à un acteur de l’information, un de ceux qui ont ac­compagné au jour le jour les événements qui se bousculaient depuis l’été 1989, puis le processus de l’unification jusqu’à aujourd’hui, de nous faire part de son té­moignage comme de son analyse. Uwe Kammann exerçait alors de hautes res­ponsabilités : il était rédacteur en chef du service médias (Kirche und Rundfunk,  rebaptisé ensuite epd medien) de l’agence d’informationde l’Eglise protes­tante d’Allemagne : epd (créée en 1948. En tant que fournisseur d’information aux autres médias, il était tenu au profond respect de la déontologie, à commencer par la rigueur dans l’exposé des faits ; mais il était aussi observateur et critique des contenus délivrés par les médias : en tant que tel, il lui revenait en parallèle d’examiner et de relater la manière dont les autres présentaient les faits. Revivons avec lui les étapes d’un processus à l’issue duquel l’Allemagne s’est forgé une nouvelle identité… (IB)

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1« Anschluss » : le ministre-président social-démocrate du Brandebourg, Ma­thias Platzeck, avait eu ce mot dans les jours précédant la célébration du 20e anniver­saire de l’Unité allemande – déclenchant une belle polémique. Ri­chard Schröder, qui présidait la commission du SPD est-allemand de la Volks­kammer (le par­lement de la RDA) en 1990, exigea par exemple qu’il soit renon­cé, même dans les polémiques internes au monde politique, à toute comparai­son avec l’époque nazie. Même en 1990, il était « totalement erroné » d’établir une rela­tion entre l’adhésion de la RDA au territoire où s’applique la Loi fondamentale avec « l’An­schluss » de l’Autriche à l’Allemagne nazie en mars 1933. Le secré­taire général fédéral de la CDU, Hermann Gröhe, dit qu’il était « honteux » que M. Platzeck, qui avait été un défenseur des droits du citoyen en RDA, s’appro­prie ainsi « l’a­mal­game historique contre nature de ce parti incurablement passéiste qu’est Die LINKE ». La vérité est autre : la réunification des deux Etats allemands ré­pondait à « la volonté clairement exprimée de presque tous les citoyens de l’ex-RDA ».  

RDA : la « bonne » Allemagne ?!

2Cet échange était un des rares d’une telle force qu’on ait pu relever dans les in­nombrables positions et réflexions précédant la célébration de l’Unité. En effet, on pouvait observer au con­traire que tant les prises de positions des person­nalités po­litiques que les com­mentaires et analyses de presque tous les médias sui­vaient une ligne relative­ment homogène – à la grande surprise de nombre de contem­po­rains. Car voici seulement cinq, sept ou huit ans, les pro­ducteurs de ces formules choc particulièrement lugubres dont sont si friands les médias se complaisaient encore à en émailler le catalogue thématique du pro­cessus d’uni­fi­cation. Par exemple : « liquidation totale de la RDA », « discrimination des Alle­mands de l’est en matière de salaires », « ségrégationn » sys­tématique des nou­veaux Länder et des Allemands de l’est, « destruction au bulldozer » de préten­dus acquis sociaux ou encore « dévas­tation » culturelle et mentale… Présentée ainsi avec force juge­ments à l’emporte-pièce, l’ex-RDA ne pouvait alors appa­raître au fond que comme la meilleure des deux Allemagne, comme un petit Cha­peron rouge promis à un bel avenir, mais hélas dévoré par le grand méchant Loup capitaliste.

Un préjugé

3Pourtant, quiconque voulait bien regarder les réalités en face, sans laisser tra­ves­tir son regard par l’idéologie (mais aussi quiconque cherchait à cacher sous une belle rhétorique son propre aveuglement, ses erreurs d’appréciation ou ses er­reurs d’interprétation politique) savait depuis toujours que cette image de la « mauvaise » République fédérale capitaliste se jetant sur la « bonne » petite Alle­magne pour la dévorer goulûment n’a jamais été et ne sera jamais qu’une vision déformée de la réalité. Pour le dire d’un mot : cette image est tout simple­ment fausse. Mais cette conscience s’accompagnait (s’accompagne) aussi de ce constat : sa dramaturgie simpliste ne présentant les choses qu’en noir ou blanc est évidemment idéale pour étayer les préjugés – un réflexe courant lors­qu’il s’agit d’une thématique aussi chargée d’émotions et portant sa part de rêve que l’est la réunification.

20 ans après, un bilan globalement positif

4Mais le plus étonnant en cette année 20 du processus d’unification est ceci : c’est presque en chœur que les médias en tirent un bilan globalement positif. Certes, ils évoquent toujours le « caractère inachevé » de l’Unité, mais non plus sous la forme d’un murmure à tonalité négative ; ils le font plutôt en rappelant que l’Unité est une haute mission, et une mission qui exige un effort permanent car il faudra bien trois générations pour que les anciennes différences entre les sociétés, les politiques, les individus, puissent s’abraser comme elles se sont lissées au sein de cet entrelacs de régions qu’est la République fédérale. Dans Das Parlament, un hebdomadaire proche du pouvoir (il est édité par le Bun­destag) et néanmoins hautement réputé, l’ancien écrivain de la RDA, Erich Loest (une autorité res­pec­tée à l’est comme à l’ouest) parvenait à cette conclu­sion au début de septembre : « En 1990, la différence entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest était immense » alors qu’aujourd’hui, 20 ans après, les différences inter-allemandes « se sont déplacées », s’intégrant dans le tableau de la nor­malité d’une Allemagne plurielle faite d’identités et particularités régionales.

Une fierté non dénuée d’humour

5Dans un éditorial ouvrant un bilan approfondi de l’Unité allemande paru dans la presse, se trouve cité en qualité de témoin principal du succès accompli l’ancien ministre fédéral des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher. Avec pour argument central le constat que l’unité intérieure (dans les têtes) est bien plus proche de l’achèvement qu’on ne le croit souvent. Les jeunes sont conscients de leur avenir commun. Quant à l’hebdomadaire libéral Die Zeit (dont un des direc­teurs de la publication n’est autre que l’ex-chancelier SPD Helmut Schmidt), il préféra publier sa reconnaissance d’un processus large­ment plus couronné de succès qu’il ne pensait en la présentant sous une forme ironique plus vendeuse, plaçant cette manchette en une de son cahier Culture : « 20 points que nous réussirons mieux lors de la prochaine réunification ».

Une identité aujourd’hui sereine

6Il exprimait ce faisant la tonalité générale des récits, analyses, descriptions et évaluations publiés dans la presse écrite comme dans les médias électro­niques : une certaine sérénité, voire une auto-admiration non déguisée. Et qui reposait sur des réfexions qu’on pourrait résumer ainsi : au fond, nous avons fait là du bon tra­vail ; enfin, il nous est permis à nouveau, à nous autres Alle­mands, de nous sentir bien dans notre peau et : oui, pour la première fois de­puis 150 ans naît une iden­tité allemande, faite de naturel et de sérénité, pour la première fois, la plupart des Allemands ont réussi à se trouver. Avec une cons­cience naturelle, fruit de l’évi­dence, une profonde détente intérieure après cet enchaînement de crispations et divisions qui ont marqué l’histoire et mené la société allemande jusqu’au bord de l’auto-destruction totale.

7Une telle approche positive – amplifiée à la surprise générale par tous ces mo­ments de joie festive lors des Coupes du Monde de football 2006 et 2010 – était jusque-là inconnue dans cette ampleur comme ses multiples manifestations. Et elle s’est transmise – sous l’effet de gigantesque catalyseur et d’amplificateur des émotions qu’a eu ce « patriotisme-fiesta » si décontracté qui s’était fait jour au moment de la Coupe du Monde à domicile – sensiblement même aux mé­dias, alors que ces manifestations identitaires les avaient d’abord laissés pour le moins scep­tiques. Ce faisant, les médias ont eux-mêmes développé une nou­velle ap­proche dans l’accompagnement du processus d’unification et jusque dans l’ap­préciation même de l’Unité allemande : eux aussi se montrent désor­mais moins crispés, plus bienveillants, plus sereins. Et c’est ainsi qu’on peut observer comme une synchronisation croissante de ce que pense et ressent l’opinion : 20 ans après la chute du Mur, on perçoit une tonalité entièrement nouvelle, une nouvelle posture – les dents ne grincent plus. Comme si s’était produit dans les médias quelque chose comme une auto-vérification – et ce, dans une société où, surtout dans les années d’après-guerre, les médias ont joué un rôle décisif…

Les médias : « medium et facteur » de l’opinion

8Il y a des vérités aussi incontestées qu’élémentaires, dont celle-ci : le monde mo­derne ne fonctionnerait pas sans les médias. Et encore moins une démo­cratie moderne dont l’idéaltype veut qu’elle soit ouverte. Les médias sont tout simple­ment les courroies de transmission de toute société. Ils le sont quelle que soit leur structure et même quand ils ne sont pas au-dessus de tout soupçon. C’est jus­tement ce rôle, pour le dire d’entrée, qu’on joué les médias en Alle­magne dans ce moment où se conjugaient évolutions internationales et mouve­ments natio­naux, amenant le monde à un tournant fondamental pour le plonger dans une nouvelle ère – de manière visible et sensible pour tous. Et dans tous les moments de cette époque à la fois agitée et passionnante, les médias – au sens le plus large du terme : des médias de masse que sont la télévision, la ra­dio et la presse, jus­qu’au théâtre, en passant par le livre et le cinéma – étaient directement impli­qués, prenant une part active aux évolutions.

Double fonction, constitutionelle, des médias

9Ils assumèrent là exactement cette double caractéristique foncière que le Tri­bunal constitutionnel fédéral avait jadis attribué sous une formule quelque peu tautolo­gique aux médias électroniques en définissant leur rôle comme « me­dium et fac­teur » de l’opinion publique. Traduit en termes plus simples, cela veut dire qu’en tant que vecteurs, les médias enregistrent quelque chose, resti­tuent cette chose comme un miroir, créant un cadre qui en concentre la per­ception et la transmis­sion. Et de l’autre côté, c’est justement grâce à cette diffu­sion – qui implique qu’ils hiérarchisent et commentent, désignent et focalisent ce qu’ils transmettent – que les médias font évoluer le monde.

10On peut illustrer cette fonction par l’image d’un parallélogramme de forces où chaque ligne ou vecteur, en l’occurrence chaque voix qui s’élève dans un but pré­cis, contribue à faire, par sa force particulière et la direction visée, que ces mil­lions de vecteurs ou de flèches médiatiques et flèches d’opinion se re­joignent pour se condenser en une ligne ou flèche directrice qui agit sur le cadre et déter­mine ainsi la forme de cet ensemble. Appliqué à une société, cela signifie que la manière dont elle se présente au sein du parallélogramme qui lui est propre dé­pend de toutes ces innombrables énergies individuelles qui agissent sur elle.

La démocratie allemande repose sur leur fonction de critique …

11Ce même principe permet aussi de mieux comprendre pourquoi, dans la Cons­titution allemande, figurent en position privilégiée, c’est-à-dire au 5e rang des droits fondamentaux, ces quelques phrases qui expriment l’essence de notre so­ciété démocratique et lui confèrent vie : « Chacun a le droit d’exprimer et de diffu­ser libre­ment son opinion par la parole, par l’écrit et par l’image, et de s’in­former sans entraves aux sources qui sont accessibles à tous. La liberté de la presse et la liberté d’informer par la radio, la télévision et le cinéma sont garan­ties. Il n’y a pas de censure » (art. 5 de la Loi fondamentale).

12C’est sur ces phrases si limpides qui font partie des fondements sacrés, invio­lables, de la République fédérale, que repose la success story de la RFA (Pe­ter­sen, 2009) dont le 60e anniversaire fut célébré dans un si frappant élan de com­munion l’an dernier. Après les années de barbarie nazie où le pouvoir ne concé­dait aux médias qu’un unique rôle – celui d’instrument de propagande inféodé au régime ‑, ces phrases tiraient les enseignements pratiques de cette expérience : le rôle des médias doit être d’accompagner la vie politique, sociale et culturelle en la relatant, l’analysant et la commentant. Et ce en tant qu’ins­tance fondée sur la distance avec le pouvoir pour qu’elle puisse assumer sa fonction de critique et permettre à la société de dialoguer avec elle-même.

… et sur leur pluralisme

13Aujourd’hui, plus de 60 ans après, le constat s’impose : cet objectif a été large­ment atteint, même si ce processus n’a bien sûr pas été ni n’est encore exempt de nombre d’égarements ou d’erreurs, d’âpres affrontements idéologiques ou de féroces batailles entre concurrents sur le marché. Il n’en reste pas moins que chacun des grands secteurs – de la presse, en passant par l’audiovisuel et le cinéma, et jusqu'au livre (je n’inclus pas ici les nouvelles formes de médias) – a pu développer ses propres points forts et sa contribution à un paysage média­tique qui a su conquérir, grâce au pluralisme comme à la qualité que lui at­testent de nombreux observateurs, une place dans le palmarès de tête des compa­rai­sons internationales.

Les médias ont joué un rôle majeur dans le processus d’unification

14Cette qualité globale qui s’était progressivement développée dans la RFA d’avant l’Unité et qui est la résultante de l’ensemble de ses com­posantes, a joué un rôle majeur pour permettre à la société allemande de trou­ver son identi­té grâce à un perpétuel processus d’apprentissage : d’abord dans la prise de conscience, sou­vent impulsée de l’extérieur, de la barbarie et de la terreur du passé immédiat, puis dans la revendication violente d’une remise en question du statu quo de la société au cours des années 1960/70, et enfin dans une nou­velle sérénité identi­taire (Petersen, 2009). Ce processus s’est effectué au sein d’un système démo­cratique foncièrement stable où les médias rem­plissent cor­rectement dans l’en­semble le rôle de charnière que leur confère la Constitution.

15Or – et c’est là la première thèse centrale de la présente contribution ‑ cette même configuration positive a rempli son rôle quand eurent à se réunir, voici deux décennies, deux systèmes qu’on ne pouvait imaginer plus différents. Ils avaient cependant une grande communauté culturelle : le lien de la langue. Sans parler d’un passé commun. Bien sûr, on peut toujours mettre de l’eau dans son vin quand on évoque globa­lement les mérites d’un système. Il n’en reste pas moins que nombre d’obser­va­teurs patentés des médias, rompus à l’exercice des compa­raisons internatio­nales comme Isabelle Bourgeois en France, attestent de la fonctionalité de l’interaction entre médias et sociétés en Allemagne, avant ou après l’Unité. Elle constate ainsi que la République fédérale est « une démo­cratie construite sur la libre circulation de l’information » et souligneque l’Alle­magne est une « société civile organisée » avec de multiples capitales et centres de pouvoir et de déci­sion (Bourgeois, 2010). Parmi les principaux fac­teurs expliquant le bon fonction­nement de l’inter­action entre médias et société, elle cite l’organisation fédérale du pays, le sys­tème des établissements de ra­diodiffusion de droit public (régio­naux et auto­nomes), de même que la puis­sance des éditeurs de presse dont le capital n’est pas détenu par des groupes étrangers aux médias (comme c’est le cas par exemple en France). Plus fonda­mentalement encore, c’est « l’in­dépen­dance structurelle » du pouvoir média­tique par rapport au pouvoir politique (Bourgeois, 2009/10) qui, parce qu’elle s’applique largement au quotidien, ex­plique le bon fonctionnement de cette interaction entre médias et société.

Pluralisme structurel des pouvoirs et des médias

RFA et RDA : deux conceptions du rôle des médias

16Le principe pivot sur lequel repose ce paysage médiatique – et que le Tribunal constitutionel fédéral a rappelé à de nombreuses reprises, l’érigeant en norme pour un audiovisuel qui fut très longtemps exclusivement public (c’est-à-dire, dans l’acception allemande, appartenant à la collectivité des citoyens, donc de la société) – est le pluralisme. Cette norme de droit fondatrice, essentielle pour la re­construction de la République fédérale, était aussi le noble fruit de l’expé­rience, tirant un trait sur un passé de dictature où le pilotage central avait abouti à une large mise au pas, où interprétation, information, orientation et directives étaient synchrones et homogènes. Un tel pilotage central, décidé, mis en œuvre et con­trôlé par l’Etat, caractérisait aussi le système médiatique de la RDA, à quelques réserves ou particularités spécifiques près, bien sûr.

Ouest : les citoyens contrôlent le politique ; Est : l’Etat pilote la société via les médias

17Dans ses grandes lignes, une distinction fondamentale démarquait jusqu’à l’au­tomne 1989 le système médiatique d’une Allemagne de l’Ouest démocratique et celui d’une Allemagne de l’Est régie par la préfiguration d’un socialisme d’Etat. Dans l’acception de l’Ouest, les médias étaient (et sont toujours) considérés, sous leur vi­sion idéal­typique, comme des moyens permettant aux citoyens de s’éclairer eux-mêmes, en pleine responsabilité ; et il appartient à une société ainsi formée par les mé­dias et constituée grâce à eux de contrôler le politique. Dans l’acception de l’Est, les médias étaient considérés, toujours sous la forme d’idéal­type, comme un ins­trument de pilotage de la société par l’Etat et ses institutions.

RDA : un pluralisme de facto importé par les ondes

18Toutefois, comparé aux systèmes de pilotage du même type, l’Allemagne orien­tale se dinstinguait par une sorte de correctif qui le relativisait : à savoir un sys­tème concurrent (celui de l’Allemagne occidentale limitrophe) dans la même langue, reposant sur la libre circulation de l’information, et qui de ce fait livrait quasi à domicile un pluralisme de valeurs, alors que l’Etat socialiste aurait tant souhaité rendre sa ‘maison’ imperméable aux influences extérieures. Mais comme, par principe, les informations transmises par les ondes traversent portes et fenêtres même quand elles sont fermées, permettant la comparaison et un ju­gement différencié, ce flux interdit à la situation de se figer.

19Aujour’dhui, en 2010, sur le réseau mondial qu’est la Toile, nous connaissons à nouveau une situation comparable, alors que se livrent une concurrence avivée des types de médias très différents, véhiculant des approches multiples, autant de miroirs qui ne cessent de refléter différemment la réalité, et autant de nou­veaux forums où se forment en permanence des visions nouvelles et multiples visions du monde. Ces évolutions ont elles aussi modifié les règles du jeu mé­dia­tique, dans le sens d’une perpétuelle révolution interne entretenant la relati­visa­tion de chacune des approches ainsi en compétition, et peut-être même au sens d’une inflation immanente des vérités et valeurs des médias. Or les exi­gences ainsi accrues entretiennent et entraînent bien sûr, elles aussi, la capacité de cha­cun à adapter sa pensée, à changer d’approche, à apprendre les règles du jeu indispensables à la survie et qui consistent à comparer les informations, leurs sources et les lectures proposées afin de se forger sa propre opinion et d’être ain­si capable d’agir ou, au moins, d’accroître sa capacité à agir.

RFA : un pluralisme institutionnel aussi

20L’organisation fédérale prononcée de la RFA a eu une contribution majeure dans le développement du pluralisme, puisqu’elle instaure un équilibre quasi structurel des centres de pouvoir et d’influence. Cela a toujours été le cas de la presse où les principaux journaux – comme les quotidiens Frankfurter Allge­meine Zeitung, Süddeutsche Zeitung, Tagesspiegel, Die Welt ou Stuttgarter Zeitung – paraissent en des lieux géographiques différents : Francfort, Munich, Berlin ou Stuttgart. Quant à Hambourg, c’est le lieu de production des grands hebdomadaires que sont Der Spiegel, Die Zeit et stern. Mais la radio et la télévision aussi sont l’éma­nation de cette structure polycentrique du pays, qu’il s’agisse de leur genèse his­torique, de la structure des établissements ou de leur culture ; Berlin (donc le siège du gouvernement fédéral) n’est qu’un lieu parmi d’autres dans ce réseau. Les Länder exercent un fort pouvoir sur l’audio­visuel de droit public puisqu’ils disposent chacun sur son territoire des compé­tences législatives en ce qui con­cerne les grandes lignes de l’organisation des opérateurs qui sont par ailleurs et par principe indépendants de l’Etat dans leur gestion comme leurs programmes. Quant aux deux plus grands groupes d’opé­rateurs privés (RTL et Pro7Sat.1), ils ont leur fief respectivement à Cologne et Munich. C’est ainsi que se présente l’équilibre régional des pouvoirs média­tiques en Alle­magne.

Il a joué un rôle clé dans l’unification

21Et c’est justement à cet équilibre régional des pouvoirs médiatiques, ancré dans le fédéralisme, que revient le rôle de facteur clé dans la réunification. Il explique pourquoi, malgré tous les antagonismes, malgré tous les écueils, malgré toutes les douloureuses récusations collectives et indiviuelles, malgré toutes les in­jus­tices commises dans le détail, la réunification a pu suivre son chemin. Et pour­tant, ce chemin, il fallait le concevoir, le décider, le tracer et le paver ; et faire le plus souvent tout cela en même temps.

22Certains, mus par la ferme volonté de l’action, auraient assurément préféré mo­nopoliser ces médias qui accompagnaient le processus d’unification de leurs cri­tiques et polémiques, pour en faire un ‘commando de l’unification’. Certains leur auraient volontiers dicté à partir de quand il aurait fallu cesser d’évoquer les « Ossis » et les « Wessis », la « Stasi », les « chevaliers d’industrie », « les con­quistadors des bananes » ou le « Mur dans les têtes », quand il eût été de leur devoir de louer la Treuhand en tant qu’institution dotée du pouvoir d’exé­cuter le processus de transformation économique, et quand ils auraient dû faire l’éloge des « Krauses » et « Seiters » ‑ nommés ici en tant que prototypes de ministres de l’est et de l’ouest en charge du processus d’unification – au lieu d’accompa­gner leur action avec un méticuleux sens critique.

Le débat sur le processus d’unification était une res publica

23Or c’est justement parce que la relation et/ou transmission du processus d’uni­fi­cation dans l’espace public fut si transparente, qu’elle fut sans concession et qu’elle ne recula pas devant les conflits, et ce tous azimuts, que les acteurs ont agi de leur mieux. Car sans nul doute : pour déployer toute son énergie dans l’action, chacun a besoin d’air frais, et en permanence ; et donc du débat, de la confrontation des schémas de pensée.

24Aujourd’hui, 20 ans après, on a du mal à imaginer combien les débats ont par­fois été virulents, et pas seulement entre des camps sommairement par­tagés entre est et ouest, mais bien plutôt au sein même des innombrables groupes, groupus­cules, formations, mouvements politiques, partout à l’est même, à l’ouest même, par-delà les points cardinaux et l’ancienne ligne de démarcation.

Cible de la haine des médias : R. Mühlfenzl, chargé de liquider l’office audiovisuel de la RDA

25Une personnalité illustre à la perfection la complexité de l’affrontement de ces intérêts : Rudolf Mühlfenzl, ancien responsable (organisation et programmes) tant dans l’audiovisuel public que privé. Il avait été chargé (par le chancelier Helmut Kohl personnellement) du poste de plénipotentiaire du gouvernement fédéral pour l’audiovisuel avec pour mission de liquider un organisme appelé « l’Institu­tion » (die Einrichtung). Cette appellation quelconque et banale dési­gnait l’audio­visuel de l’ex-RDA, c’est-à-dire toutes les chaînes et radios an­ciennement contrô­lées par l’Etat, pilotées depuis Berlin, et sises à Berlin, ca­pi­tale de la RDA. Autre­ment dit, il s’agissait d’un appareil d’Etat occupant plus de 14 000 salariés, du di­recteur général (Generalintendant) jusqu’aux jardi­nières d’enfants et cuisinières, en passant par les directeurs de programmes et les journalistes. Ce qui était par­ticulier au transfert de cette administration mé­dia­tique, dont la gestion était cen­tralisée et qui était placée sous le contrôle du Politbureau, dans cette « Einrich­tung » instituée ad hoc, c’était qu’elle concer­nait en réalité des êtres humains, chacun avec sa biographie, ses angoisses et ses espoirs, et dont le destin profes­sionnel et hu­main dé­pen­dait maintenant d’un plénipotentiaire nommé Mühlfenzl.

26C’est ainsi que ce Rudolf Mühlfenzl s’attira la haine pas seulement des salariés de l’audiovisuel de l’ex-RDA ou de nombre de ces intellectuels est-allemands qui prônaient un régime nouveau, à mi-chemin entre capitalisme et socialisme – la « troisième voie ». Les médias de l’ouest aussi, qui accompa­gnaient ce proces­sus de liquidation de l’audiovisuel de l’ex-RDA, achevé à la fin 1991, critiquèrent vivement R. Mühlfenzl et lui manifestèrent leur hostilité. Pour résumer, quitte à forcer le trait : il était présenté généralement comme un exé­cuteur de sang froid pourchassant impitoyablement toute tentative de réfléchir à ce qu’aurait pu être une « troisième voie », et donc comme le fossoyeur média­tique d’un nouveau système audiovisuel qui aurait été bâti sur un modèle propre et aurait intégré l’ex­périence de l’est.

On lui reprochait d’être le fossoyeur de la « troisième voie »

27On le présentait donc comme le fossoyeur de tous ces objectifs, de toutes ces vi­sions d’une organisation possible, qui animaient à l’est les défenseurs des droits de l’Homme qui prônaient une RDA réformée, c’est-à-dire un pays auto­nome, à moderniser et à démocratiser pas à pas, et qui n’aurait pas été soumis aux normes ni aux modes d’organisation de la République fédérale (ils étaient ras­semblés notamment au sein de l’instance de concertation Runder Tisch : « Table ronde », constituée en décembre 1989). Aujourd’hui, avec le recul, on ne peut que ‘réhabiliter’ l’image de R. Mühlfenzl : il a enseveli, et à juste titre, la structure audiovisuelle du complexe politico-propagandiste des fonctionnaires du Parti. Dans une récente interview accordée à epd medien, Roland Tichy, qui était alors son bras droit, décrit le déroulement des opérations, ainsi que les mé­canismes comme les secrets alors apparus au grand jour. Sa conclusion : il n’y avait pas d’autre solution qu’une rupture totale, tant cet appareil était impré­gné par les usages des fonctionnaires du Parti.

Pour les médias, l’ouverture de la RDA est une chance unique de participer activement au processus

28Qu’il soit ici permis une remarque personnelle à l’auteur, dont les révolutions de cette époque, les événements qui se succédaient à un rythme effréné, les débats fondamentaux et profondes mutations en cours ont marqué les années les plus passionnantes et les plus productives de sa propre vie professionnelle – média­tique. J’étais à l’époque rédacteur en chef de la revue spécialisée sur les médias epd medien (elle s’appelait alors Kirche und Rundfunk). Cette revue bihebdo­ma­daire sui­vait jusque-là essen­tielle­ment l’évo­lution du paysage audiovisuel de la Répu­blique fédérale sous ses divers as­pects : politique des médias, économie des mé­dias, structure du paysage et cri­tique des programmes. Mais à cette époque, alors que du jour au lendemain tout semblait changer, les constellations d’ac­teurs, et jusqu’à leurs fondements mêmes, ce qui valait avant tout pour les mé­dias de la RDA valait aussi pour notre petite équipe rédactionnelle : nous tra­vaillions dans une atmos­phère fiévreuse et passionnée. Jamais au­paravant, notre rédaction n’avait res­senti aussi intensé­ment (toutes les autres pareille­ment, à l’ouest comme à l’est) que le travail journalistique permettait de changer les choses ; nous le pouvions, nous le vou­lions et nous le devions.

29C’était une chance unique à nos yeux que de pouvoir, dans cette situation histo­rique, contribuer à forger l’avenir, c’est-à-dire à le faire en livrant une infor­mation objective et digne de foi, en relatant les événements dans le plus haut respect de la véracité des faits, pour permettre l’articulation et la diffusion des principales po­sitions exprimées par les principales parties impliquées. Nous étions mus par l’idée, et même l’espoir, que s’offrait là à nous l’opportunité d’un renouveau et qu’il était maintenant possible de faire évoluer dans un sens positif une Répu­blique fédérale largement ankylosée. Si je me souviens bien, la critique à l’en­contre d’une ‘vieille’ République fédérale perçue ou publiquement présentée comme réfractaire aux réformes, en proie à l’immobilisme, était alors dans l’air du temps au sein de toutes rédactions, commune à toutes les ap­proches, qu’elles soient conservatrices, libérales ou sociales.

RDA : un renouveau menant parfois à des situations cocasses

30Ces bouleversements qui avaient lieu dans un laps de temps très bref et qui re­mettaient en question tout ce qui semblait jusque-là figé pour l’éternité pou­vaient aboutir à des situations cocasses. C’est ainsi que, au début de 1990, tout juste trois mois après la chute du Mur, un journaliste (en l’occurrence l’au­teur) se trouva soudain dans le bureau du Medienkontrollrat face à un homme portant une longue barbe… (c’était le signe distinctif des intellectuels de la RDA). Ce barbu donc, Andreas Graf, était en réalité chercheur (spécialiste de l’anar­chisme !) et avait été hissé via la « Table ronde » à son poste de respon­sabilité au sein du Medienkontrollrat (mot à mot : « Conseil de contrôle des médias » ; sic !), une insti­tution créée par la Volkskammer dans l’impro­visation la plus totale et chargée de veiller au renou­veau démocratique des médias dans ce qui était encore la RDA (il siégea pour la première fois le 13 février).

31Tout dans ce renouveau des médias était mémorable. Car ce Medienkon­trollrat était hébergé… dans les locaux du ministère de l’Information de la RDA. Or avant la dictature de la RDA, le même immeuble au centre de Berlin (Est) abri­tait… le bureau du ministre nazi et propagandiste en chef du régime hitlé­rien : Joseph Goebbels. Un fait qui avait de quoi plonger dans une perplexité extrême même les journalistes occidentaux les plus chevronnés. Et quel ne fut pas leur étonne­ment lorsqu’ils durent constater que, dans ces lieux stratégiques du pou­voir de la RDA, les téléphones étaient aussi rares que les télécopieurs, et que l’information mettait un temps interminable à circuler dans les rouages tortueux d’un système de communication d’un autre âge.

32Friedrich Wilhelm von Sell, qui avait dirigé l’établissement de radiodiffusion West­deutscher Rundfunk (Cologne ; le plus grand d’Allemagne) et qui se trou­vait soudain, au début des années 1990, investi d’une sorte de mission d’aide au dé­veloppement occidental à la tête du nouvel établissement Ostdeutscher Rund­funk, minuscule en comparaison (et logé dans les ‘baraquements de Ba­bels­berg’ qui étaient une sorte de P.C. pour la reconstruction de l’audiovisuel est-alle­mand), dut demander à son assistant de mettre en marche un poste de TSF mili­taire pour joindre ses têtes de pont à Cologne et Düsseldorf… C’était le règne de l’improvisation. Mais en même temps, il vous donnait le sentiment d’avoir des ailes, on se sentait engagé à l’extrême dans ce nouveau départ vers l’inconnu qu’on saluait comme une chance malgré toutes les incertitudes.

Le pouvoir des images

La TV ouest-allemande a eu un rôle amplificateur et protecteur

33Dans cette révolution pacifique de la RDA, les médias ont indéniablement joué un rôle d’entraînement. Par exemple, parce que, en octobre 1989, les habitants de Leipzig pouvaient suivre à la TV ouest-allemande leurs « manifes­tations du lun­di », voir leur mouvement s’amplifier sur le grand boulevard Ring­straße et cons­ta­ter qu’on ne tirait pas sur la foule. Ce sont ces images, diffu­sées par les journaux télévisés de l’ouest, qui en firent un mouvement de masse, ce qui anima en re­tour les réflexions des télépectateurs de l’est comme de l’ouest, les rendant médi­tatifs et certainement pleins d’espoir aussi, et qui limitèrent fortement la lati­tude d’action des acteurs politiques à l’Est. Car ceux-ci savaient que toute mani­festa­tion de violence ferait immédiatement le tour du monde sous forme d’images télé­visées. Cet espace public potentielle­ment global les plaçait devant des choix cor­néliens, alors qu’à l’inverse, il plaçait largement sous sa protection les citoyens.

Face aux caméras, les Allemands de l’Est se mettent en scène

34Les citoyens et téléspectateurs est-allemands se mirent dès lors à produire eux-mêmes des images reflétant les mutations de la société et les impulsions poli­tiques. Ces quantités impressionnantes de drapeaux noir-rouge-or que la foule agitait sciemment devant l’opéra de Leipzig (au fait, d’où provenaient-ils, ces dra­peaux sans le marteau, le compas et les épis, symboles officiels de la RDA ?), elles disaient aux téléspectateurs à l’ouest comme à l’est de l’Alle­magne : nos re­vendications vont plus loin encore, nous voulons une Allemagne unie. Or je me rappelle que cela n’était pas forcément pour plaire à un certain nombre de jour­na­listes TV de l’ouest bien ancrés dans les cercles traditionnels de la capi­tale (Bonn). Ni non plus à un nombre non négligeable de mes con­frères de la presse écrite. Ce qui les amena souvent, dans leurs informations et commen­taires, à mi­norer l’ampleur des événements – et ce, contrairement à l’évidence même. La perspective d’une éventuelle réunification ? Plutôt une vision d’hor­reur dans l’es­prit de nombreux journalistes ouest-allemands…

La chute du Mur : un méga-event !

35Et quand finalement le Mur tomba, sa chute elle aussi était plus qu’idéale­ment médiatique : c’était un méga-event ! Qu’il était télégénique, ce Mur avec ses tags multicolores côté Ouest, décor prenant vie grâce au mouvement de la foule. Action ! Des mains qui tapotent les Trabant, les larmes et le champagne qui mousse, les embrassades, les cris : « c’est inimaginable ! », les morceaux de Mur qu’on casse, les coups de marteau sur le symbole de la partition et aussi de la mort... C’était plus beau et plus enivrant que la plus belle des mises en scène. Une fête qui s’auto-entretient, diffusée en boucle sur toutes les chaînes, et une boucle qui, de surcroît, s’enrichit de minute en minute. A une seule reprise seule­ment, plus tard, on revivra avec la même intensité le choc des images : quand s’effondrent les Twin Towers à New York.

36Que la télévision a contribué à la chute du Mur et l’a même accélérée s’impose à l’évidence (voir Bourgeois, 2009 et de Peretti, 2009). Le coup de grâce lui a été porté par Hans Joachim Friedrichs, journaliste respecté, blan­chi sous le harnais et présentateur-vedette du magazine d’informations télévi­sées Tagesthemen de la Une (Ouest). Le soir du 9 novembre, il avait forcé le trait en rapportant les cé­lèbres phrases marmonnées par Günther Schabowski, membre du Politbureau, à propos de la nouvelle réglementation des voyages : « La RDA a annoncé que ses frontières sont immédiatement ouvertes à tout un chacun. Les portes dans le Mur sont largement ouvertes ». La simple alléga­tion, par un journaliste, d’une ouver­ture que les dirigeants de la RDA n’avaient pas l’intention de prévoir dans cette ampleur, a suffi par se transmuer presque immédiatement en réalité.

Après la fête, la ‘Grande investigation’

37A la fête de la chute du Mur a succédé la ‘Grande investigation’. Elle fut souvent empreinte de stupéfaction et reste déconcertante. Alors qu’avant la chute du Mur et avant la politique réformatrice menée par le président de l’Union sovié­tique, Mikhaïl Gorbatchov, ils avaient traité la RDA non sans quelque bien­veillance (l’auteur force là quelque peu le trait dans un souci de clarté, tout en étant cons­cient que sa présentation peut prêter le flanc à la critique), les jour­nalistes ouest-allemands ont brutalement rompu avec ce ménagement. Face aux caméras des essaims de correspondants et des équipes TV envoyées pour couvrir la RDA, celle-ci n’était plus qu’une nation catastrophée, un pays depuis longtemps en dé­clin. On trouva et on diffusa maintenant des images montrant des lacs contami­nés par des produits chimiques ou des conditions de production aux effets dévas­tateurs sur l’environnement telles qu’elles caractéri­saient l’assemblage des Tra­bant, véhicules d’une obsoles­cence notoire et à la carosserie toute de plastique. Or cette vision, véhiculée à l’unission, d’un Etat en pleine décomposition, visible de l’extérieur à ces signes de délabrement, était souvent teintée d’opportunisme.

38Beaucoup d’éléments que contenaient maintenant les reportages (TV, radio, presse écrite) n’étaient que folles exagérations portées autant par la stupéfac­tion et l’incrédulité que par une indomptable volonté de changement. Elf 99, l’émission pour les jeunes lancée naguère à la télévision de la RDA et qui était idéologi­que­ment conforme, se mit soudain à adopter un ton irrévérencieux, prit de l’audace et se lança dans l’investigation. Les images qu’elle rapporta de Wandlitz ‑ « l’en­clave des bonzes », comme on surnommait cette résidence ‑, contribuèrent large­ment à saper le peu d’autorité restant aux anciens fonction­naires du parti qui y menaient une existence privilégiée à l’abri du regard de la population. Des ma­chines à laver de la marque Miele pour prouver leur déca­dence et leur hypocrysie – des arguments visuels irréfutables, du moins à l’Est. Ce sont toutes ces accré­ditations de ce qui était foncièrement inconcevable (qu’était-il réellement possible de savoir en RDA ?) qui accélérèrent en la ren­forçant la pression sur le régime. Celui-ci ne put y résister.

Audiovisuel : le fédéralisme s’impose

39Qu’advint-il du système audiovisuel ? On vit naturellement s’engager immé­dia­tement une féroce bataille : à quoi ressemblerait-il, comment et sous quelle forme intégrerait-il dans ses structures les nouvelles libertés de l’information que con­quéraient (et goûtaient) de jour en jour les journalistes et responsables de pro­grammes, tout en garantissant leur pérennité ? Tout aussi évidente était la grande méfiance que ces réflexions suscitaient surtout dans la nouvelle classe politique qui était en train de s’organiser au sein de mouvements très disparates. Mais la plus lourde hypothèque pour les salariés est-allemands s’imposait d’elle-même : elle résidait dans le centralisme de la radiodiffusion de la RDA, son his­toire, ses liens étroits avec les organes de l’Etat.

H. Bentzien lutte pour établir un système public à l’est

40Et même une personnalité d’envergure comme l’était Hans Bentzien, le dernier directeur général du Deutscher Fernsehfunk comme avait été pompeusement re­baptisée entre temps l’ancienne TV de la RDA, dut reconnaître son impuis­sance face aux habitudes prises de ce fait. C’est avec une admirable énergie que H. Bentzien, au cours de cette phase de transition et d’ouverture parfois anar­chique, lutta pour une « troisième voie » propre à l’audiovisuel sur le terri­toire de ce qui était encore la RDA, pour une troisième structure de droit public aux côtés de l’ARD et de la ZDF à l’Ouest. Pourtant, tout dans sa carrière – il avait été mi­nistre des cultes et avait dirigé les éditions Junge Welt – le pré­destinait à véhicu­ler et à mettre en pratique le mode de vie et les valeurs de la RDA. Mais très vite, bien avant que ne prenne de l’ampleur la revendication d’une Allemagne unie, offi­ciel­lement exaucée quelques mois plus tard, il dut se rendre à l’évidence que ceux-ci appartenaient déjà au passé. Une autre ap­proche politique avait pris le relais, s’exprimant dans la volonté de miser à nou­veau sur des structures régio­nales, sur le fédéralisme – comme si, même sur le territoire d’une RDA (re)cen­tralisée, les Länder n’avaient jamais cessé d’exister dans leur ancienne configu­ration.

Mais l’audiovisuel de la RDA intègre le système de l’ouest

41Et c’est ainsi que finalement naquit, reflet structurel de l’acte d’adhésion de la RDA à la République fédérale, un système audiovisuel qui n’était lui-même que le reflet de l’évolution de la radiodiffusion dans l’Allemagne de l’ouest d’après-guerre dans un Etat fédéral : le réseau polycentrique des établissements fut simplement étendu, intégrant de nouveaux éléments et de nouvelles approches (voir dans ce numéro l’analyse d’I. Bourgeois). Nombreux furent ceux regrettant que, de la sorte se trouvait trop vite canalisé, voire réfréné, l’élan de renouveau des rédac­tions de la TV de l’ex-RDA. On jugeait cependant généralement dé­fendable le fait que, dans le cadre de la vérification des biographies profession­nelles qui s’était rapidement mise en place, soient limogés les anciens cadres investis d’une mission de propagande. Seules étaient mises en doute les mé­thodes employées dans ces vérifications, de même que leur faible taux de suc­cès (un seul cadre dé­masqué pour plusieurs miliers de dossiers vérifiés).

Le fédéralisme audiovisuel permet aux cultures régionales de s’exprimer et de s’épanouir

42A posteriori toutefois, il faut bien reconnaître que, dans l’ensemble, le proces­sus de transformation a bien mieux fonctionné qu’on ne croyait. Et que les par­ticula­rités géographiques comme les cultures des nouveaux Länder de l’est aient pu trouver leur place et leur sens à la fois dans le paysage audiovisuel de l’Alle­magne unie prouve une fois de plus l’ouverture comme la souplesse qui caracté­risent cette Constitution de l’audiovisuel basée sur le fédéralisme qui s’est depuis longtemps établie à l’ouest et qui n’a cessé d’être affinée. Le Land de Mecklem­bourg-Poméranie décida même d’adhérer au Nord­deutscher Rundkunk, établis­sement de droit public commun à trois Länder (Hambourg, Basse-Saxe et Schleswig-Holstein) et de s’y associer en tant que quatrième, serrant ainsi les liens est-ouest dans le nord de l’Allemagne. De leur côté, les trois nouveaux Län­der du sud-est (Saxe, Saxe-Anhalt et Thuringe) joi­gnirent leurs forces pour créer le Mitteldeutscher Rundfunk, tandis que le petit Land de Brandebourg, désireux de sortir de l’ombre de la puissance politique du Land de Berlin, chercha dans un premier temps à développer sa propre identité via son établissement : Ost­deut­scher Rundfunk Brandenburg. Plus tard, les deux Länder fusionnèrent leurs éta­blisse­ments (donnant naissance au Rundfunk Berlin-Brandenburg), officiali­sant ainsi le lien médiatique logique (et raisonnable au plan économique) entre la capi­tale et sa périphérie. Au niveau des médias, l’union régionale a pu ainsi se faire, alors que le projet de l’unité po­litique entre Berlin et le Brandebourg – la fusion en un seul Land ‑, pourtant tout aussi judicieuse, a jusqu’ici échoué.

43L’organisation de l’audiovisuel allemand selon les lois du fédéralisme a ainsi prouvé sa flexibilité et ce qui fait sa force. Concrètement, elle se traduit d’un côté par l’existence de structures régionales autonomes (Landesrundfunkan­stalten), qu’elles soient l’établissement d’un seul Land ou de plusieurs, mais fédérées au sein d’un groupe de travail (dont le sigle est ARD) qui offre à chacune la possibi­lité d’y exercer des fonctions centrales de responsabilité ; d’autre part, par l’exis­tence d’une structure commune à tous les Länder, l’établis­sement ZDF. Dans cette configuration, les identités régionales ne se trouvent ni diluées ni dissoutes ; au contraire, les particularismes – qu’il s’agisse de culture, de traditions ou de coutumes – peuvent déployer leurs propres forces et s’épa­nouir.

Mais le Mitteldeutscher Rundfunk s’attire les moqueries

44Mais cette culture des particularismes a fait aussi que par exemple le Mittel­deut­scher Rundfunk, établissement commun à la Saxe, la Saxe-Anhalt et la Thuringe, s’est attiré un feu nourri de critiques et de railleries. Il a effectivement intégré dans ses structures et programmes nombre de concepts, de présen­tateurs et journa­listes connus du temps de la RDA, plaçant sans réserve au centre de ses émis­sions les préoccupations et modes de vie spécifiques aux Allemands de l’est. Mais si ces Messieurs les critiques daignaient faire abstrac­tion de leurs propres préférences en matière de programmes, peut-être fini­raient-ils par reconnaître que c’était là, tout compte fait, la meilleure politique possible. Parce qu’elle inté­grait et respectait justement tous ces éléments qui, dans une situation de boule­versement total, font que puisse se forger une nou­velle identité. Ce serait fon­ciè­rement méconnaître les réalités de la vie que de croire que dans de telles situa­tions, la plupart des gens ne rêvent que de rup­ture et de renouveau. C’est plutôt l’inverse : face à l’irrémédiable, ils cherchent au contraire ce qui leur est familier, les rassure et leur permet de s’orienter.

Un processus public de réflexion sur l’avenir de l’audiovisuel uni

45Et quand on veut bien se rappeler tous ces congrès, séminaires, symposiums des premiers mois de 1990, tous ces groupes, lobbies ou hommes politiques de toutes obédiences qui cherchaient à esquisser les perspectives de développe­ment de l’audiovisuel, on finit, avec le recul, par aboutir à cette conclusion : évidem­ment, il y avait de l’outrecuidance à l’ouest, maintes offensives de con­quête de l’Est, et plus particulièrement des tentatives (comme celle du lob­by des opérateurs privés de l’ouest) pour lancer un grand coup, s’accaparer les avan­tages matériels de la si­tuation en mettant la main sur les réseaux de fréquences et accroître ainsi les parts de marché. Mais bien plus importante fut la portée de toutes les tenta­tives entre­prises pour concevoir des modèles viables pour l’audio­visuel de l’Est, mo­dèles visant à transférer à la RDA le concept d’un audiovisuel placé sous la res­ponsabi­lité de la société. A l’époque, l’audiovisuel était encore le média de réfé­rence …

Lieux hautement symboliques et débats d’une grande dignité

46Certaines de ces réflexions avaient une haute valeur symbolique. Ainsi, au prin­temps 1990, l’ARD avait choisi le Reichstag pour y débattre publiquement des mo­dèles envisageables pour la structure future de l’audiovisuel. Les inter­venants au podium étaient, du côté ouest-allemand, des personnalités à la haute réputa­tion d’intégrité comme les anciens présidents d’établissements de l’ARD Hans Abich et Albert Scharf et, du côté est-allemand : Hans Bentzien, directeur général du Deutscher Fernsehfunk pour quelques jours encore, Man­fred Becker, secré­taire d’Etat en charge des médias ; bien sûr , la science (ouest) aussi était pré­sente, en la personne de Wolfgang Kleinwäch­ter, cher­cheur en sciences de la commu­ni­cation. Ce symposium était d’une grande dignité et empreint d’un grand respect, tant par le choix du lieu ou des interve­nants que par la qualité du dia­logue. En tout cas, il n’y avait pas le moindre soupçon d’arrogance ni là, ni dans les sympo­siums organisés à Leipzig et Berlin par les syndicats des médias, ni dans le grand séminaire sur l’avenir de la structure audiovisuelle qui s’était tenu à l’Evangelische Akademie de Tutzing, ou le symposium Mainzer Tage der Fern­sehkritik organisé par la ZDF. Tous s’étaient immédiatement consacrés à cette problématique et avaient invité à débattre les principaux représentants des mé­dias de la RDA.

Un gigantesque atelier théorique et pratique

47Pour en revenir au rôle de l’auteur de ces pages à la tête de la rédaction d’epd medien, publication de référence qui se devait de faire circuler l’information dans la branche : j’ai à l’époque accumulé les interviews des principaux acteurs et res­pon­sables à l’Est, dont Hans Bentzien, Manfred Becker, Gottfried Müller (ministre des médias), Gero Hammer (il ne fut directeur général que quelques jours avant d’être démasqué comme « collaborateur informel » de la Stasi), et bien sûr les hommes politiques et responsables des médias de l’Ouest. Il était plus que justi­fié, dans cette situation d’urgence, dans ces conditions qui te­naient souvent de l’aventure, de mettre sur la table tout ce qu’il était possible de trouver en matière de réflexions pour alimenter ce qu’il faut bien appeler un gigantesque atelier théo­rique et pratique sur l’audiovisuel.

La TV de l’ex-RDA intègre 3sat

48On a oublié l’incroyable vitesse à laquelle évoluaient alors les choses. Dieter Stol­te, par exemple, qui présidait à cette époque la ZDF et qui n’avait nul pareil dans ses qualités de stratège visionnaire, avait décidé avec Hans Bentzien dès l’entrée en fonction de celui-ci que le Deutscher Fernsehfunk rejoindrait en qua­lité de membre le consortium éditant la chaîne 3sat – coopération exemplaire des télévi­sions germanophones (ARD, ZDF, TV autrichienne et TV suisse alé­manique) qui réalisent conjointement une chaîne culturelle hautement réputée.

Extension à l’est du réseau des autorités de régulation du secteur privé

49L’évolution au cours des deux décennies a révélé que l’ouverture foncière d’un sys­tème audiovisuel organisé selon les règles du fédéralisme est une grande chance, puisqu’elle favorise la mise en réseau et une approche collective, de même qu’elle promeut l’autonomie à la fois de chacune de ses institutions et de leurs réalisations conjointes. Cela vaut pareillement pour l’autre pilier du sys­tème dual de la radiodiffusion : le secteur privé dont le cadre des activités est fixé dans ses grandes lignes par les autorités régionales de régulation (les Lan­desmedien­anstanlten) qui contrôlent ce secteur au niveau de chaque Land. Ces centres de régulation, institués à l’est aussi, ont développé une coopération très productive ; on n’y distingue aucun déséquilibre systémique, aucune ligne de démarcation est-ouest, les Landesmedienanstalten des nouveaux Länder s’étant montrées dès le début à même de trouver leur place dans cette archi­tec­ture. Et, tout comme à l’ouest, ces instances ont développé leurs caracté­ris­tiques et profils propres, toujours liés aussi à la présence de fortes person­nalités à leur tête, mais sans jamais perdre des yeux l’objectif commun, à savoir veiller à créer des condi­tions favorables aux activités du secteur privé de l’audiovisuel.

Presse : la normalité d’un marché concentré

50Pour résumer l’évolution de la presse écrite, le journaliste Frank Pergande (un an­cien journaliste de RDA qui avait intégré la rédaction du Frankfurter Allgemeine Zeitung en 1998) avait voici peu eu dans ce quotidien cette formule perti­nente : « monopoles, avant et après ». Autrement dit, à l’est, la presse a toujours pour base les anciens quotidiens de district du parti-Etat SED, mais rénovés. La Treu­hand­anstalt les avait mis en vente, et ils avaient rapidement trouvé ac­quéreur ; ils étaient bien ancrés dans leur région et repré­sentaient pour les puis­sants groupes de presse de l’ouest une opportunité unique de croissance et de consolidation. Ces titres ont pu ainsi fidéliser leur lectorat puisqu’ils lui ap­portaient ces éléments d’orientation si nécessaires dans ces temps boulever­sés.

Quand tout est bouleversé, les quotidiens permettent de s’orienter

51Cela montre qu’à une époque où tout – de la législation au cadre de vie – change pratiquement du jour au lendemain, donc dans une époque en perpétuel état d’exception, le journal qu’on lit quotidiennement rassure par la certitude qu’il ap­porte, la confiance dans l’existence d’éléments invariables. Or cette fiabilité vaut nettement plus que le poids du passé, autrement dit le fait que le même journal avait été, hier encore, l’organe de la centrale du SED dans le district. Eux-mêmes pris dans un processus d’apprentissage et accumulant les expé­riences nouvelles, les quotidiens ont assurément rempli leur rôle : permettre au lecteur de s’orienter dans le monde. Et même aujourd’hui, confrontés à de pro­fondes mutations – recul accéléré d’une partie de leur lectorat, crise écono­mique, remise en question de leur modèle économique, changement radical dans les habitudes et modes de consommation des médias – les quotidiens ne peuvent offrir que ce que tentent d’apporter partout dans le monde les quoti­diens de facture classique.

Il ne reste plus que 2 quotidiens supra-régionaux de l’ex-RDA

52Aujourd’hui, la concentration est indéniable : il ne reste plus à l’est que 17 rédac­tions autonomes, contre 100 à l’ouest (pour plus de 350 titres). Il est dommage que, parmi les anciens quotidiens supra-régionaux de la RDA, seuls deux aient survécu : Neues Deutschland et Junge Welt. Et il est intéressant de constater que Super Illu, l’illustré quelque peu tapageur né au « temps des ba­nanes », à l’époque de la chute du Mur, se targue d’avoir aujour­d’hui gagné en sériosité, bref, d’avoir mûri. Admettons. Après tout, ce n’est qu’une auto-proclamation…

Un cliché mené à son paroxysme en 2000 : l’Allemagne de l’est, repaire de l’extrême-droite

53Il faut rappeler ici, pour mieux camper l’état de la société, la plus grande ‘catas­trophe’ médiatique qu’ait connue l’Allemagne, et qui est associée au nom de la pe­tite ville de Sebnitz en Saxe. Cette commune a fait l’expérience traumatique que, du jour au lendemain, quand un banal cliché semble devenir réalité, les mé­dias sont capables de jeter aux orties tous leurs principes déonto­logiques de ri­gueur, de vérification de leurs sources et de véracité des faits. Le cliché : la sourde vision de la subsistance d’une Allemagne nazie à l’est. Certes, tous les commentateurs n’ont pas tiré de quelques faits inquiétants mais isolés observés dans quelques communes (surtout dans les régions mal desservies et au faible dynamisme éco­nomique) un constat selon lequel, foncièrement et générale­ment, l’Allemagne de l’est serait un repaire de réactionnaires xéno­phobes s’adonnant au rêve panger­manique. Mais il y eut (et il y a toujours, bien que moins pronon­cés) beaucoup de préjugés exprimant une tendance morali­satrice, se nourrissant à la fois de l’ignorance et du déni du réel, et culminant dans un préjugé collectif : celui d’une « Allemagne de l’ombre » à l’extrême-droite. C’est dans ce climat d’opinion qu’il n’était pourtant pas possible d’ignorer que, à la fin 2000, même les publications et émissions les plus séreiuses renoncèrent à enquêter conscien­cieusement lorsque le quotidien de boulevard BILD, toujours en quête de sensa­tionnel, rapporta que, dans le fond de l’Allemagne de l’est, à Sebnitz, des néo­nazis avaient, sous les re­gards de tous les témoins, noyé un enfant dans la pis­cine municipale.

Principal risque aujourd’hui : le politiquement correct

54Toujours est-il que, une fois prouvée la non véracité de cette allégation, cette ‘catastrophe’ médiatique géante a amené les médias de l’ouest à être plus pru­dents avec leurs apparentes certitudes et à se montrer plus critiques envers les clichés et schémas de pensée très prisés à l’ouest. Cela étant, il existera tou­jours des conjonctions thématiques favorables, y compris sous l’angle du ‘politi­que­ment correct’. Foncièrement, rien ne peut prémunir les médias contre la né­gli­gence, comme le révèle une affaire d’investigation reprise par la plupart des ré­dactions, et portant sur une collusion d’intérêts mêlant à Leipzig des person­nali­tés en vue au milieu de la prostitution. Ici aussi, une fois la vérité rétablie, il appa­rut que le véritable scandale résidait dans l’amplification réciproque dans la course au sensationnel.

Livre et cinéma : des vases communiquants

De rares nouveaux éditeurs à l’est

55Le marché du livre a connu une évolution moins heureuse car très vite, les puis­sants éditeurs de l’ouest ont pris une place prépondérante. Les maisons d’édi­tion de l’est réputées comme Aufbau ou Volk und Welt ont perdu leurs bases. A l’in­verse, un jeune auteur et journaliste est-allemand, Christoph Links, a mis toute son énergie dans la création des éditions du même nom publiant des livres à la couverture jaune canari. Son catalogue, qui joua un rôle impor­tant de forum lors de la quête identitaire des années de transition, a été systé­mati­quement élargi en un lieu de réflexion sur les questions de politique et de société.

Un symbole de l’édition de l’ouest s’installe à l’est : Suhrkamp

56Un autre éditeur, profondément ancré dans la tradition de la République fédé­rale, Suhrkamp, a quitté Francfort/Main en 2009 pour s’installer à Berlin – un déména­gement auquel les rubriques culturelles de la presse ont accordé une haute va­leur symbolique, y voyant non sans raison le signe qu’émerge une nouvelle iden­tité culturelle dans l’Allemagne unie. Pour qui sait à quel point cette maison d’édi­tion était une institution représentative de la République de Bonn, combien elle a marqué des générations entières d’étudiants et d’intellec­tuels, la portée de ce déménagement s’impose d’elle-même. Il s’agit de bien plus que d’une manifesta­tion superficielle des migrations médiatiques ; il révèle que les lignes de force de la pensée sont en train de se réunir elles aussi tout naturellement préfigurant un milieu intellectuel allemand.

Leipzig et Francfort : salons du livre allemand

57La même tendance s’observe quand on considère la Foire du livre de Leipzig qui est aujourd’hui une fête du livre réputée et appréciée, en complément du Salon du livre de Francfort, un forum largement plus marchand axé sur les stra­tégies com­merciales et les ventes de licences. Ici non plus, personne ne dis­tingue plus entre auteurs de l’est ou de l’ouest ni ne s’intéresse à d’éventuelles ou présu­mées différences culturelles. Et même si parfois, le curseur est placé sur de telles dis­tinctions, cela ne change rien au fait qu’elles ont perdu tout leur sens. Un au­teur est-allemand comme Thomas Brussig, maître dans l’art de l’ironie, est une star dans toute l’Allemagne, de même que Christa Wolf (qui fut longtemps une égérie de la RDA), non seulement s’exprime avec la sensibilité d’une femme avertie, mais est depuis longtemps déjà la Grande Cassandre de l’Allemagne unie.

A la télévision, des acteurs allemands

58Plus généralement encore, le monde de la création est étonnamment ouvert aux échanges, à l’enrichissement mutuel. Dans aucune chaîne, les directions des pro­grammes en charge des œuvres de fiction ne peuvent plus concevoir de tour­ner un film sans de grands acteurs originaires de l’est comme Dagmar Manzel, Corin­na Harfouch, Matthias Habich, Anja Kling, Jörg Schüttauf ou Winfried Glatzeder. Quant aux œuvres télévisuelles (allemandes tout court) de réalisateurs comme Andreas Kleinert (lauréat du Prix Adolf-Grimme) ou An­dreas Dresen, elles sont assurées de se voir décerner les plus hautes distinc­tions comme les Prix Grimme (inventés à l’ouest). Ils avaient commencé très tôt à insuffler leurs manières de voir les choses, de même que la collection de fiction policière « Poli­zeiruf 110 » (quasi une ‘marque’ de la production de l’ex-RDA) fait aujourd’hui partie inté­grante de l’identité du genre, développant le plus naturellement du monde des récits policiers réalistes et inscrits dans un cadre régional comme son grand concurrent d’origine ouest-allemande. Souvenons-nous : le premier épisode de « Tat­ort » collec­tion classique et réputée de fictions policières (ouest à l’ori­gine ; elle a été reprise en France sous le titre « Sur les lieux du crime »), diffusé il y a 40 ans, avait pour titre « Un taxi vers Leipzig » (Taxi nach Leipzig). Son propos était intra-allemand, tout comme celui de tant d’œuvres audiovisuelles aujour­d’hui, de do­cumentaires aussi – qu’ils traitent de la « République-théâtre » qu’était la RDA ou qu’ils soient con­sacrés à des sujets clés comme la voie de fuite des Allemands de l’Est qu’étaient les tunnels (« Le tunnel »). Une preuve supplémentaire montrant que la télévision non seule­ment peut créer mais crée cet espace où s’épanouit la réflexion pu­blique, celle de chaque individu comme de l’ensemble de la société.

Il n’y a plus qu’un cinéma, allemand

59Tout aussi remarquable est l’essor du cinéma, alors qu’on pensait que la liquida­tion de la société de production centrale de la RDA, la Defa, allait plonger la création dans la dépression. Il faut dire que, lorsque le groupe Vivendi a pris posi­tion sur le vénérable site de production de la Defa (où résidait avant la guerre le géant européen Ufa) exclusivement pour y optimiser la rentabilité de ses activités immobilières (bureaux et habitations), rien ne laissait présager le renouveau de la production. Mais aujourd’hui, le site de Babelsberg est mondialement réputé. Et que dire de films comme « L’Allée du soleil », « Good Bye, Lenin! », « Un été à Berlin » ou « La vie des autres » ? Non seulement, ils ont apporté matière au dia­logue intra-allemand – et même à ce qui est mainte­nant un ‘monologue’ allemand tout court ‑, mais ils concentrent désormais l’attention du monde entier auquel ils tendent le miroir du subtil processus de compréhension mutuelle des Allemands.

60L’histoire des médias après l’Unité allemande est, malgré toutes ses rup­tures et parfois ses occasions gâchées, dans l’ensemble une belle success story. Tout comme la réunification des deux Etats. Que ce soient les structures, les acteurs ou les vecteurs médiatiques, tous se sont révélés capables de créer un espace public favorable à la si difficile et si complexe reconstruction d’une identité – qu’elle soit celle d’un individu, d’une région ou d’une nation. Le plus bel exemple de ce processus de multiples différenciations, rapprochements, assimilations, a été au printemps 2010 la candidature de Joachim Gauck à la fonction de prési­dent de la République fédérale. J. Gauck, un de ces opposants au régime de la RDA si représentatifs avec leurs liens avec l’Eglise protestante, et à qui le gou­vernement fédéral confia plus tard la mission de gérer les ar­chives et les dossiers de la Stasi, était considéré par les Allemands des milieux les plus divers comme la personnalité idéale pour représenter toute l’Alle­magne. Et cette reconnais­sance s’accompagnait d’un étonnant suivi par les mé­dias, étonnant dans sa régu­larité comme dans celle de sa tonalité posi­tive. Dans cette personnalité reconnue pour son intégrité absolue et au par­cours digne du plus haut respect, on recon­naissait tout ce qui fait l’Unité de l’Alle­magne.

61Que cela ait pu se produire si naturellement et ait été ressenti comme allant de soi tient assurément beaucoup à la personnalité de J. Gauck. Mais cela tient bien plus – et bien plus essentiellement – encore au fait que l’Unité est large­ment ré­alisée « dans les têtes » des Allemands, par-delà toutes les différences régio­nales (qui existent entre l’est et l’ouest tout comme entre le nord et le sud). Or cela est – sans l’ombre d’un doute – le fruit d’une médiation médiatique qui, mal­gré tout ce qu’elle pouvait avoir de controversé ou de contradictoire, s’est toujours révélée foncièrement constructive et productrice de sens par le sérieux avec lequel elle abordait la profondeur des débats et l’intensité de sa confron­tation avec la réalité des faits.

Haut de page

Bibliographie

« ARD im Gespräch. Eine andere Republik – ein anderer Rundfunk ? », débat diffusé par le Hes­sischer Rundfunk le 27 avril 2010

Bahrmann H., « Die organisierte Selbsttäuschung. DDR-Journalismus : eine Ausgrenzungsge­schichte. Anschlusspsychose und Personenwandlungen in Adlershof », epd / Kirche und Rund­funk, n°41, 26 mai 1990

Bourgeois I., « Allemagne : une démocratie construite sur la libre circulation de l’information », Géopolitique, n° 108, janvier 2010

Bourgeois I., « La télévision allemande, une indépendance structurelle », Le Temps des médias, n° 13, hiver 2009/2010

Bourgeois I., « Comment la TV ouest-allemande a contribué à la chute du Mur. Un cas unique d‘interaction entre médias et opinion », Working paper n° 19/1, 2009, www.cirac.u-cergy.fr

de Peretti B., « Témoignage. 9 novembre 1989. Conférence de presse à Berlin-Est », Working paper n° 19/2, 2009, www.cirac.u-cergy.fr

« Deutschland – Heimat in Europa, 20 Jahre Wiedervereinigung », Die Welt, édition spéciale, 26 septembre 2010

Dieckmann C.,« Die Würde des Ostens. Was wir am 3. Oktober feiern können : Eine Bilanz nach zwanzig Jahren deutscher Einheit », Die Zeit, 30 septembre 2010

« ‚Es gab ein großes Vakuum‘ », interview de Roland Tichy, epd medien, n° 78, 6 octobre 2010

« Goldene Zeiten. Wie manche die DDR-Medien verteilen wollen », epd / Kirche und Rundfunk, n° 12,14 février 1990

Hall P. C. (ed), « Revolutionäre Öffentlichkeit. Das Fernsehen und die Demokratisierung im Osten », Mainzer Tage der Fernsehkritik, vol. XXIII, Mayence, 1990

Hochmuth D., « Anschlusspsychose und Personenwandlungen in Adlershof », epd / Kirche und Rundfunk, n°41, 26 mai 1990

« In Ruhe alle Kräfte zusammennehmen », interview de Gottfried Müller, ministre des médias de la RDA, epd / Kirche und Rund­funk, n° 47, 16 juin1990

« Konstruktive Konkurrenz. Gewerkschaftserklärung zur künftigen Rundfunkstruktur auf DDR-Ge­biet », documenté in epd / Kirche und Rundfunk, n° 40,23 mai 1990

Kammann U., « Schnittmuster. Zur deutsch-deutschen Medienneuordnung », epd / Kirche und Rundfunk, n°41, 26 mai 1990

Kloepfer I., Mrusek K.,« Die unvollendete Einheit », Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, 5 septembre 2010

Loest E.,« Ost-West. Nord-Süd. Deutschland : Wie geeint ist die Nation nach 20 Jahren Ein­heit ? Ein subjektiver Blick auf das Land », Das Parlament, 6 septembre 2010

Meyen M.,« Die ARD in der DDR », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 20, 17 mai 2010

« Ministerrat : Beschluss zu statuarischen Grundsatzregelungen des Deutschen Fernsehfunks vom 15. März », documenté in epd / Kirche und Rundfunk, n° 27,7 avril 1990

Petersen T., « Une nouvelle identité allemande ? », Regards sur l’économie allemande, n° 91, mai 2009

Prantl H.,« Kain und Abel : Eine deutsche Geschichte », Süddeutsche Zeitung, supplément 20 Jahre deutsche Einheit, 2-3 octobre 2010

Seiß G.,« ‚Die Chance des Neuanfangs nutzen‘, Ziele einer Rundfunkentwicklung in der DDR », epd / Kirche und Rund­funk, n° 44/45, 9 juin1990

Ulrich B.,« Danke ! 3. Oktober : Warum der Westen vom Osten pofitiert hat », Die Zeit, 30 septembre 2010

« Umgang mit der Identität von Menschen », interview de Gero Hammer, epd / Kirche und Rund­funk, n° 44/45, 9 juin1990

« Unverwechselbar pro », interview de Wolfgang Vietze, directeur des programmes du Deutscher Fernsehfunk, epd / Kirche und Rund­funk, n° 28/28, 11 avril 1990

« Wer die Zuschauer hat, der wird gebraucht », interview de Hans Bentzien, Generalintendant du Deutscher Fensehfunk, epd / Kirche und Rund­funk, n° 27, 7 avril 1990

« 20 Jahre – 20 Geschichten », Berliner Zeitung, magazine spécial, 2-3 octobre 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Uwe Kammann, « Compagnons de voyage. Les médias et l’Unité allemande », Regards sur l'économie allemande, 98-99 | 2010, 47-61.

Référence électronique

Uwe Kammann, « Compagnons de voyage. Les médias et l’Unité allemande », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 98-99 | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/4187 ; DOI : 10.4000/rea.4187

Haut de page

Auteur

Uwe Kammann

Uwe Kammann, journaliste, a été rédacteur en chef  de epd medien (1984-2005), membre du jury du Prix Grimme, avant d’être nommé directeur de  l’Institut Grimme (Marl) qui décerne les prix Grimme-Preis et Grimme Online Award récompensant la qualité des émissions de TV et des articles de  la presse en ligne.

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page