Navigation – Plan du site
Articles

Frères et sœurs dissemblables. Un bilan de l’Unité allemande

Thomas Petersen
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 35-45

Résumé

L’Unité politique de l’Allemagne était scellée le 3 octobre 1990. L’union écono­mique, monétaire et sociale s’était effectuée trois mois plus tôt. Depuis, la situa­tion économique et sociale des nouveaux Länder s’est normalisée en ce sens que plus rien ne les distingue des anciens : ils se sont insérés dans le paysage complexe qu’est l’Allemagne, avec sa profonde diversité régionale, y compris culturelle. L’entité RDA n’est plus une réalité que dans une perspective de géo­graphie historique. Mais qu’en est-il de l’union ‘nationale’ ? Ce « Mur dans les têtes » que les médias évoquent si volontiers résiste-t-il à l’analyse détaillée de l’opinion ? Et que pensent les Allemands de leur pays aujourd’hui, 20 ans après ? L’Institut für Demoskopie d’Allensbach (IfD), qui étudie valeurs et opinion des Allemands de l’ouest depuis 1947, de ceux de l’est depuis 1990, nous livre ici les principales conclusions de ses travaux. (IB)

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

L’Unité, un choc émotionnel

1989

1Quand, quelques semaines seulement après l’ouverture du Mur le 9 novembre 1989, s’esquissa la possibilité d’une rapide unification des deux Etats alle­mands, un profond choc émotionnel déferla comme une vague sur une grande partie de l’Europe. A la joie de voir que les citoyens des pays d’Europe centrale et orientale, et donc aussi ceux de la RDA, avaient reconquis leur liberté se mêlait l’inquiétude que puisse naître avec la réunification une nouvelle Alle­magne-puissance. On peut affirmer sans craindre d’exagérer que les hommes politiques et les intellectuels européens n’étaient pas les moins affectés par la peur de l’unité allemande

A l’étranger, peur d’une nouvelle Allemagne-puissance

2Au vu du fait que, sur l’échelle de grandeur mondiale, l’Allemagne, même unie, n’a pas une taille particulièrement imposante, que sa population ou sa force économique ne sont au fond qu’à peine plus grandes que celles de la France, de l’Italie ou de la Grande-Bretagne voisines, on imagine mal aujourd’hui l’am­pleur de la peur que pouvait inspirer l’idée d’une Allemagne dominant l’Europe ; pourtant, elle était bien réelle, et plus encore tenace parce qu’elle se fondait sur le vécu traumatique de la première moitié du XXe siècle. Helmut Kohl, alors chancelier de la République fédérale, évoque dans ses mémoires l’interroga­toire auquel l’avaient soumis « presque comme un tribunal » les chefs de gou­vernement européens lors du Sommet de Strasbourg au début décembre 1989. « A deux reprises, nous avons battu les Allemands », se serait écriée la pre­mière-ministre britannique, Margaret Thatcher, « et maintenant, ils sont de re­tour ! ». Quelques années plus tard, dans ses souvenirs, François Mitterrand écrivait : « Tel fut le grand malheur de ce pays auquel il ne fut pas pardonné de s'être fait craindre sur les champs de bataille ». Les Allemands allaient-ils re­nouer avec cette versatilité tant redoutée, et se montrer à nouveau imprévi­sibles et donc dangereux ?

Intellectuels allemands : scepticisme

3Les intellectuels allemands aussi ressentaient un malaise. Nombre d’entre eux étaient convaincus que les deux Etats allemands n’avaient plus rien qui puisse les réunir. Et quand, alors que s’annonçait la réunification, l’ancien chancelier Willy Brandt avait lancé : « Enfin se réunit ce qui n’aurait jamais dû être sépa­ré », l’écrivain Patrick Süskind lui avait rétorqué : « Qu’est-ce donc qui unit ce qui n’aurait jamais dû être séparé ? Il n’y a rien de commun ! Bien au contraire : il ne se laisse rien concevoir de plus disparate et incompatible que la RDA et la RFA ! Des sociétés différentes, des gouvernements différents, des systèmes économiques différents, des systèmes éducatifs différents, des standards de vie différents, l’appartenance à des blocs différents, une histoire différente, un taux d’alcoolémie au volant lui aussi différent – il n’y a là rien qui puisse se réu­nir, puisque tout sépare » les deux Allemagne.

Observateurs : constat d’une grande proximité

4Helmut Sihler, président du directoire du groupe Henkel, avait fait, quant à lui, une tout autre expérience lorsqu’il s’était rendu pour la première fois en RDA au début de l’été 1990. A son retour, il racontait que ce qui l’avait le plus profondé­ment frappé, c’était de constater à quel point Allemands de l’Est et de l’Ouest étaient semblables, et constituaient réellement un peuple. Les Autrichiens par exemple – H. Sihler est lui-même Autrichien – sont totalement différents. Et quand Allemands et Autrichiens se rencontrent, c’est un peu comme la ren­contre de deux mondes…

5Qui était dans le vrai ? Assurément, on constate aujourd’hui que l’Allemagne réunie ne s’est pas révélée ce colosse menaçant au centre de l’Europe, écar­tant tout sur son passage, et qu’on redoutait tant à l’époque, même si les craintes d’antan semblent transparaître quelquefois, aujourd’hui encore, ainsi dans les propos de la ministre française des Finances Christine Lagarde en mars de cette année, qui considérait la compétitivité de l’économie exportatrice alle­mande comme une menace pour ses voisins.

2009. Aux yeux des Allemands, l’Unité est un succès

6Quand on pose aujourd’hui la question aux Allemands, on recueille plutôt l’im­pression que, malgré de nombreux problèmes concernant les détails, l’Unité allemande est un succès. A la question : « Pour vous, la réunification est-elle plutôt une occasion de vous réjouir ou un motif d’inquiétude ? », posée en no­vembre 2009 par l’Institut für Demoskopie d’Allensbach (IfD) dans le cadre d’un son­dage représentatif, 61 % des Allemands de l’ouest et 71 % des Allemands de l’est répondaient que l’Unité allemande est pour eux une occasion de se ré­jouir ; seule une petite minorité des sondés (18 % à l’ouest et 15 % à l’est) con­si­déraient l’Unité d’abord comme un motif d’inquiétude. Tout aussi positives sont les réponses à une autre question : « Pensez-vous que l’Allemagne par­vient à se réunir ou que l’est et l’ouest seront toujours comme deux Etats dis­tincts ? ». Les deux tiers (68 %) des Allemands de l’ouest pensaient, toujours en no­vembre 2009, que l’Allemagne y parvient, et 20 % affirmaient catégori­que­ment le contraire. A l’est, les sondés se montraient certes un peu moins affirma­tifs, mais une majorité (51 %) estimait l’unité comme réussie (contre 31 % de scep­tiques).

7Les réactions à ces deux sondages sont représentatives pour tant d’autres. Et permettent a posteriori de donner raison à Willy Brandt. Les populations des deux Etats se sont rapprochées malgré tout ce qui les distingue dans leur so­cialisation. A aucun moment, au cours des 20 ans passés, il n’y a eu à redouter un quelconque conflit susceptible de remettre en question le processus de l’uni­fication. Pourtant, durant ces deux décennies, le chemin vers l’unité intérieure de l’Allemagne était semé d’embûches, impliquant des deux côtés d’innom­brables et complexes processus d’adaptation psychologique, et il n’est pas en­core entièrement parcouru. Les sondages représentatifs qu’effectue l’Institut für De­moskopie d’Allensbach pour suivre, dans la continuité, l’évolution de l’opi­nion en Allemagne de l’ouest depuis 1947, à l’est depuis le printemps 1990, per­mettent aujourd’hui de retracer les hauts et les bas dans ce complexe pro­ces­sus d’unification des Allemands.

Frères et sœurs

La RDA était une terra incognita pour les sciences sociales

8Le printemps 1990 ne fut pas seulement une phase politiquement mouvemen­tée, il fut aussi une période passionnante pour les chercheurs en sciences so­ciales : pour la première fois depuis un demi-siècle en effet, une partie impor­tante du pays s’ouvrait à eux. Les dictatures n’étant guère propices à la re­cherche en matière de sondages, il n’existait – si on excepte les quelques études sur la jeunesse réalisées par le Zentralinstitut für Jugendfor­schung de l’Université de Leipzig, forcément idéologiquement très mar­quées, bien que cet institut réputé en psychologie sociale ait toujours veillé à préserver dans la me­sure du possible sa liberté de recherche – pas d’informations scientifique­ment fiables permettant de savoir ce que pensait et ressentait la population de la RDA, quelles valeurs elle partageait ni quels traits de caractère faisaient son identité. De ce fait, deux parties de la population allemande se fai­saient face, un peu comme dans une étude de terrain organisée selon toutes les règles de l’art : d’un côté les Allemands de l’ouest, amplement étudiés de­puis le début de la RFA, de l’autre, les Allemands de l’est dont on ignorait en­core presque tout. Est-ce que du point de vue de leur mentalité, ils ressem­ble­raient à leurs frères et sœurs dans la partie occidentale du pays ?

Un défi pour les sondeurs de l’IfD

9L’IfD abordait ce renouveau avec une effervescence qu’il n’avait plus connue depuis la phase de sa création à la fin des années 1940. Mettre sur pied une infrastructure fonctionnelle pour réaliser des sondages représentaifs fut un défi majeur. Le réseau téléphonique ne fonctionnait pas, et de toute manière, la plu­part des foyers n’avaient pas le téléphone. Comment procéder au recrutement des sondeurs ? Les services de la poste n’étaient ni assez fiables ni assez ra­pides pour assurer sans heurts le retour des questionnaires. Les chercheurs sil­lonnèrent donc le pays, visitant séjour après séjour où, le plus souvent devant une tasse de café et un morceau de gâteau, ils recrutaient personellement leurs collaborateurs au cours de la conversation. Un collègue nous raconta plus tard qu’il avait eu plus que son content de gâteau sablé à cette époque… Les ques­tionnaires étaient envoyés en poste restante et régulièrement ramassés dans les bureaux de poste, le tout dans une urgence croissante au fur et à mesure qu’approchait le 18 mars 1990, date des premières et dernières élections libres à la Volkskammer, le parlement de la RDA.

1990. Première ‘germanoscopie’ à l’est

10Quoi qu’il en soit, le retour fut assuré, et les premières estimations furent prêtes à temps pour les élections parlementaires de mars ; elles laissaient déjà entre­voir la victoire des partis de l’Alliance pour l’Allemagne (Allianz für Deutsch­land) menée par les chrétiens-démocrates et favorable à l’unification. Mais bien plus passionnantes sous un angle scientifique étaient les données recueillies sur la mentalité d’une population est-allemande qu’il avait ainsi été possible pour la première fois de sonder intimement.

Des valeurs semblables à celles des années 1950 à l’ouest

11A de nombreux égards, les Allemands de l’Est se distinguaient de ceux de l’Ouest. Il y avait d’abord les signes externes comme les goûts vestimentaires, mais aussi, plus fondamentalement, les aspects relatifs au système de valeurs. A leur stupéfaction, les chercheurs de l’IfD constatèrent que les approches des citoyens de la RDA en matière d’éthique du travail et d’importance accordée aux loisirs ou encore de relation inter-générationnelle ressemblaient à celles des Allemands de l’ouest dans les années 1950. La mutation des valeurs qui s’était discrètement amorcée à l’ouest dans les années 1950 et qui avait été intensément étudiée et discutée ensuite depuis le milieu des années 1970 avait visiblement épargné la RDA.

Et pourtant, un saisissant « air de famille »

12Et pourtant, l’étude de ces premières données sur la RDA dégageait une im­pression de familiarité. Malgré toutes les différences constatées dans le détail, Allemands de l’Est et de l’Ouest se révélaient étonnamment proches. Elisabeth Noelle-Neumann, la pionnière allemande des recherches sur les sondages, qui avait fondé l’IfD et le dirigeait à cette époque, évoquait dans sa conférence ini­tiale sur « La première d’une comparaison démoscopique » un saisissant « air de famille » des Allemands de l’Est et de l’Ouest, décelable par exemple dans leurs réponses à la question de savoir ce qui compte dans la vie et ce qu’on a envie d’atteindre, mais aussi dans la hiérarchie de leurs centres d’intérêt durant leurs loisirs. Ce qui frappait surtout, c’est que, malgré leur socialisation dans des systèmes antagoniques, Allemands de l’Est et de l’Ouest se distinguaient à maints égards des autres peuples européens. Cela ressortait avec une netteté particulière de l’échelle « Affect Balance Scale » souvent utilisée dans les études internationales, et qu’avait développée le psycho­logue et spécialiste des sondages américain Norman Bradburn. On présente aux personnes interrogées des émotions positives et négatives en leur demandant si elles les ont ressen­ties une fois ces derniers temps. Or il est apparu que les Allemands de l’Est et de l’Ouest affirmaient nettement plus souvent que les autres avoir ressenti de telles émotions dans la période précédant l’entretien. Cela valait pareillement pour les émotions négatives et positives. L’amplitude de cette fluctuation entre les deux extrêmes qu’avaient déjà remarquée au XIXe siècle chez les Alle­mands des observateurs aussi divers que Madame de Staël, Heinrich Heine ou Frie­drich Nietzsche, trouvait là sa confirmation en sciences sociales. C’est donc sur une base scientifique que se fondait Elisabeth Noelle-Neumann quand elle constatait l’existence d’un caractère national commun, et donc d’une situation favorable pour que se réunissent les deux parties du pays.

Les « paysages fleuris », un rêve

Dès 1990, le focus sur l’harmonisation des conditions de vie…

13Or à peine la chute du Mur et les élections libres en RDA avaient-elles ouvert la perspective d’une union étatique de l’Allemagne, à peine l’exultation face à la liberté retrouvée des citoyens est-allemands s’était-elle tarie, que le débat pu­blic sur l’unité allemande prit une tournure qui se révéla dans les années sui­vantes une lourde hypothèque pour le processus d’unification. Au lieu de placer au centre de l’attention les principes d’une société fondée sur la liberté, les mé­dias se focalisèrent essentiellement sur les questions économiques et, ce fai­sant, sur l’objectif de hisser le plus vite possible les conditions de vie matérielles de la population est-allemande au niveau ouest-allemand. C’est le chancelier Helmut Kohl lui-même qui avait involontairement mis cette approche à l’ordre du jour par une formule devenue célèbre. Au cours d’une allocution télévisée sur une chaîne de la RDA, tenue le 1er juillet 1990 à l’occasion de l’introduction du Deutsche mark, il avait dit : « En conjugant nos efforts, nous réussirons bien­tôt à refaire des Länder de Mecklembourg-Poméranie occidentale et de Saxe-Anhalt, du Brandebourg, de la Saxe et de la Thuringe, des paysages fleuris où il fera bon vivre et travailler ». Un peu plus tard, dans ses discours de campagne électorale, il força encore un peu le trait, soulignant sa conviction qu’émer­ge­raient dans les nouveaux Länder des « paysages fleuris » d’ici quelques an­nées seulement.

… relègue à l’arrière-plan la conquête de la liberté. Dans les médias…

14Par la suite, la question du rôle primordial revenant à la liberté pour reconstruire la société, celle de la responsabilité qu’implique dans l’action cette liberté re­couvrée, furent reléguées à l’arrière-plan des préoccupations médiatiques. Les pages de l’influent hebdomadaire Der Spiegel en fournissent un bon exemple. Entre juin 1990 et septembre 1995, donc pendant les cinq années suivant l’Uni­té, le magazine a consacré douze dossiers en couverture au thème de l’Unité. Huit d’entre eux concernaient principalement les aspects financiers, et les quatre autres avaient pour sujet les conflits présumés entre Allemands de l’ouest et de l’est, un thème sur lequel nous reviendrons. A aucun moment du­rant cette période, Der Spiegel n’a estimé digne d’un dossier en couverture le thème de la liberté.

… comme dans les sciences sociales

15Pour les sciences sociales non plus, la liberté n’était guère un thème. Quand on étudie les numéros parus de 1991 à 2001 de la Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, la revue sociologique de référence en Allemagne, on s’aperçoit qu’ont été publiés sur cette décennie 22 articles dont le titre contenait les mots « égalité » et « inégalité » et dont le propos était d’étudier comment promouvoir l’égalité des conditions de vie des Allemands et d’analyser les rai­sons éventuelles s’opposant à plus d’égalité. Si on ajoute à cela les articles qui, bien que leur titre n’évoque pas explicitement l’égalité, sont consacrés aux causes socio-structurelles de l’inégalité, on parvient à un total de 39 articles. Durant la même période ‑ rien moins que la première décennie après la chute de la dictature en RDA – le nombre d’articles publiés dans la Kölner Zeitschrift sur le thème de la liberté au sens large était de… 4.

« Paysages fleuris » ?

16Voilà donc le contexte dans lequel la formule des « paysages fleuris » occupait l’espace public ; et dans ce climat, à chaque fois qu’on constatait un recul dans l’évolution de l’économie est-allemande, à chaque fois qu’on enregistrait dans les nouveaux Länder une hausse du chômage, inévitable dans le cadre des né­cessaires mutations structurelles, à la moindre donnée révélant la persistance de disparités de revenus entre l’est et l’ouest, ces informations étaient invaria­blement assorties de ce commentaire : mais où donc étaient passés ces « pay­sages fleuris » promis par le chancelier ?!

Au plan objectif, un train de vie identique en quelques années seulement

17Pourtant, la réalité objective avait de quoi impressionner : en l’espace de peu d’années, la population est-allemande avait atteint un niveau de prospérité impen­sable du temps de la RDA. Les données de l’Allensbacher Markt- und Werbeträger-Analyse, une vaste étude de marché et de supports publicitaires qui comprend une multitude de données sur la consommation, sont parlantes : de 1991 à 1996, le revenu net disponible des habitants de l’ex-RDA avait aug­menté de près de 50 %, une hausse nettement supérieure à celle de la produc­tivité des nouveaux Länder [voir dans ce numéro l’analyse de K. Brenke ; IB]. L’équipement des ménages en biens de consommation courante avait atteint en quelques années seulement le niveau ouest-allemand, et à la fin de la dé­cennie, le parc automobile était plus moderne à l’est qu’à l’ouest.

Mais la focalisation sur l’égalité brouille la perception des progrès

18A posteriori, et tout bien considéré, la notion de « paysages fleuris » ne semble pas totalement injustifiée pour décrire la situation à partir du milieu des années 1990 en comparaison de celle de l’époque de la chute du Mur. Mais les grands espoirs attachés à ce slogan ne pouvaient que plonger les Allemands de l’est dans la déception à une époque où l’égalité sociale était l’aune exclusive à la­quelle se mesurait le progrès économique. Et quand, en juillet 1998, l’IfD avait demandé : « Y a-t-il aujourd’hui en Allemagne de l’est des paysage fleuris ou n’est-ce pas le cas ? », seuls 27 % des Allemands de l’est avaient répondu que le rêve des « paysages fleuris » était devenu réalité ; pour 54 %, ceux-ci n’exis­taient pas.

19En toute logique se diffusait donc dans la population allemande l’impression que la reconstruction économique des nouveaux Länder était en train d’échou­er. A la question : « Quand vous pensez à l’évolution de l’Allemagne de l’est, di­riez-vous que, globalement, elle va dans le bon sens, ou diriez-vous plutôt qu’il faudrait s’y prendre tout à fait autrement ? », seuls 25% des Allemands de l’est répondaient en septembre 1994 qu’à leur avis, l’évolution était positive. Une majorité relative de 46 % pensait qu’il « faut s’y prendre tout à fait autre­ment ».  

Et elle nourrit le rêve perdu d’une « troisième voie »

20Dans un tel contexte, la population perdit confiance dans le système écono­mique. De 1991 à 1995, la part des Allemands de l’est affirmant avoir une « bonne opinion » de l’économie de marché tomba de 77 % à 37 %. En lieu et place se diffusèrent des conceptions floues sur une « troisième voie » entre so­cialisme et économie de marché. Dès 1993, une majorité relative de 46 % des Allemands de l’est approuvait l’assertion : « Lors de la réunification a été gâ­chée la chance de créer une nouvelle forme d’Etat établie à la fois sur l’écono­mie de marché, l’humanité et le socialisme ». Seuls 33 % des sondés la reje­taient franchement, expliquant qu’ils étaient heureux de voir que le système économique et social de la République fédérale s’était imposé. Jusqu’à aujour­d’hui se maintient dans la population allemande – et de plus en plus à l’ouest également ‑ l’idée que l’économie de marché signifie au fond froideur humaine.

On avait sous-estimé le pouvoir séducteur de l’idéologie de la RDA

21A posteriori, on s’aperçoit qu’une des plus graves erreurs commises dans les années qui ont immédiatement suivi l’Unité a été de ne pas entreprendre d’ef­forts suffisamment sérieux pour expliquer le mode de fonctionnement de l’éco­nomie et promouvoir les principes fondateurs de l’économie sociale de marché. L’hypothèse (ou croyance) selon laquelle les avantages d’un système éco­no­mique libéral ‑ c’est-à-dire fondé sur le principe de la liberté avec pour corollaire la responsabilité ‑, s’imposent d’eux-mêmes et sont donc à l’évidence partagés, ne s’est pas vérifiée. Elle sous-estimait en effet la force déployée par la vision du monde forgée dans un système de société socialiste – et aussi le pouvoir de séduction déployé par les arguments de ses apôtres.

Le « Mur dans les têtes »

Milieu des années 1990 : engouement médiatique
pour le conflictuel

22S’il est au cours des vingt dernières années une phase qu’on peut qualifier de crise dans le processus de réunification est-ouest, c’est bien celle du milieu des années 1990. Outre la question de savoir où étaient passés ces « paysages fleuris », c’est également la métaphore du « Mur dans les têtes » qui prédo­minait à l’époque. Peut-être ce slogan doit-il sa popularité aussi au fait qu’il ré­pondait, par son caractère conflictuel et négatif, aux lois inhérentes à l’infor­ma­tion (n’est considéré comme digne d’être relaté qu’un événement sortant de l’or­dinaire) et que de ce fait il avait une attractivité indéniable aux yeux des journa­listes (voir dans ce numéro la contribution d’U. Kammann).

Et l’opinion perçoit surtout des différences

23Or si l’image du « Mur dans les têtes » traduit une réalité, c’est celle-ci : une fois retombée l’euphorie en réaction immédiate au bonheur inespéré de l’Unité, force fut de reconnaître que quarante ans de vie dans des systèmes séparés et une socialisation différente des Allemands de l’est et de l’ouest n’avaient pas été sans laisser de traces. Dans de nombreux domaines se révélaient, malgré la « proximité familiale » évoquée plus haut, des visions du monde différentes qui menèrent à des problèmes de communication entre les deux parties de la population. A la question de l’IfD : « Si vous comparez maintenant les Alle­mands de l’est du pays avec ceux de l’ouest, à votre avis, est-ce que ce sont les différences ou les points communs qui dominent ? », 49 % de tous les Alle­mands répondirent en octobre 1994 que c’étaient les différences qui domi­naient. A l’ouest, le taux était de 47 %, à l’est de 55 %. Seulement 34 % (35 % à l’ouest et 29 % à l’est) affirmèrent que c’étaient les points communs.

« Ossis » contre « Wessis »…

24On vit à cette époque émerger des clichés peu sympathiques désignant les Allemands de part et d’autre de l’ancienne frontière, opposant les « Wessis » (Alle­mands de l’ouest) et les « Ossis » (Allemands de l’est). De 1991 à 1994, la part des Allemands de l’est considérant comme « aimables » ceux de l’ouest tomba de 55 % à 37 % ; de même, le taux de réponses pour le qualificatif « tra­vail­leurs » passa de 53 % à 36 % et de 45 % à 32 % pour « intelligents ». Les traits négatifs qu’ils leur prêtaient se maintenaient pendant ce temps : 81 % des Allemands de l’est pensaient en 1991 des Allemands de l’ouest que « seul l’ar­gent les intéresse » ; en 1994, ils étaient 82 %. Quant à la caractéristique de « bureaucratique », elle vit le taux de réponse progresser de 62 % à 67 %.

… et autres noms d’oiseaux

25Bien qu’un peu moins marquée, la tendance au dénigrement de l’autre n’en était toutefois pas moins nette à l’ouest. Pour désigner les Allemands de l’ouest, ceux de l’est avaient forgé l’expression « Besserwessis », jeu de mots intradui­sible réunissant si habilement « Allemands de l’ouest » (Westdeutsche) et « présomption » (littéralement : « tout savoir mieux que les autres » : Besser­wisserei) qu’en jaillit une connotation d’arrogance morale. En réplique, les Alle­mands de l’ouest qu’inquiétait de plus en plus le coût gigantesque de la recons­truction de l’économie dans les nouveaux Länder et qui voyaient dans ce quali­ficatif un signe d’ingratitude, forgèrent une formule certes moins réussie au plan linguistique mais tout aussi caricaturale pour désigner ceux de l’est : « Jammer-Ossis » (« les Allemands de l’est qui ne cessent de se lamenter »).

Mais il n’y a pas de conflits dans la réalité quotidienne

26L’image du « Mur dans les têtes » était toutefois foncièrement erronée en ce qu’elle laissait entendre qu’Allemands de l’ouest et de l’est se seraient opposés dans un conflit sérieux, voire profond, et qu’ils seraient allés jusqu’à remettre en question la réunification. Or ce ne fut jamais le cas. Les stéréotypes du « Bes­serwessi » et du « Jammer-Ossi » se trouvaient vite dénués de sens quand Allemands de l’est et de l’ouest se rencontraient. En août 1995, l’IfD avait de­mandé à des Allemands de l’est qui avaient été en contact avec des Allemands de l’ouest au cours des douze derniers mois : « Aviez-vous alors l’impression que c’étaient des ‘Besserwessis’ ou n’aviez-vous pas cette impression ? ». Une claire majorité de 57 % avait répondu que les Allemands de l’ouest rencon­trés n’étaient pas des « Besserwessis ». Un petit tiers seulement trouvait ce qualifi­catif approprié. En face, 22 % seulement des Allemands de l’ouest ayant été en contact avec des Allemands de l’est avaient dit de ces derniers qu’ils étaient des « Jammer-Ossis » ; 69 % n’avaient pas cette impression.

Jamais, en 20 ans, les Allemands n’ont regretté l’Unité

27Plus fondamentalement, ces problèmes de communication assurément inévi­tables après 40 ans de séparation n’ont jamais, et d’aucune manière, laissé pla­ner en Allemagne le moindre doute sur l’Unité. Et tout particulièrement dans les nouveaux Länder ‑ malgré leur déception sur certains détails du processus, mal­gré leur distance par rapport à nombre de valeurs et par rapport au système économique de l’ouest ‑, jamais les Allemands de l’est ne sont parvenus, ne serait-ce qu’en germe, à l’idée d’un retour en arrière. A la question : « Pour vous, la réunification est-elle plutôt une occasion de vous réjouir ou un motif d’inquiétude ? », les Allemands de l’est ont toujours été une large majorité à ré­pondre « une occasion de se réjouir » ‑ et ce, même durant la phase la plus dif­ficile au milieu des années 1990. Ce sont plutôt les Allemands de l’ouest qui, face à l’effort financier qu’exigeait d’eux l’Unité, ont fait part à certains moments de leur inquiétude ; mais il faut se garder de confondre inquiétude et rejet de l’Unité.

Réunification, une joie parfois ternie à l’ouest, jamais à l’est
« Pour vous, la réunification est-elle plutôt une occasion de vous réjouir ou un motif d’inquiétude ? »

Réunification, une joie parfois ternie à l’ouest, jamais à l’est« Pour vous, la réunification est-elle plutôt une occasion de vous réjouir ou un motif d’inquiétude ? »

Source : Allensbacher Archiv, sondages de l‘IfD. Réponses en %, moyennes annuelles.

Pas de « Mur dans les têtes », mais des problèmes d’adaptation

28Jamais non plus, les Allemands n’ont sérieusement douté que le processus de l’unification serait couronné de succès. A la question déjà évoquée plus haut : « Pensez-vous que l’Allemagne parvient à se réunir ou que l’est et l’ouest se­ront toujours comme deux Etats distincts ? », une large majorité répond de­puis le début, et avec une remarquable constance au fil des deux décennies écou­lées : « la réunification sera un succès ». On voit bien là que ce « Mur dans les têtes » si souvent évoqué n’a jamais traduit, quant au fond, un conflit de société insurmontable ; il était seulement l’expression de problèmes d’adap­tation. Après avoir été séparés pendant des décennies, il fallait que les Alle­mands, des deux côtés, parviennent à se retrouver dans la vie quotidienne.

Un travail de mémoire déficitaire

29Lorsque l’Institut d’Allensbach entreprit d’étudier les chemins que prenait le rap­prochement progressif des Allemands de l’est et de l’ouest, il découvrit un phé­nomène inattendu. A l’origine de la découverte se trouvaient les réponses à une question qui avait été développée pour mesurer l’ampleur des bouleversements ressentis par les citoyens dans les nouveaux Länder. Le changement radical du sytème politique et social, les profondes modifications dans la vie quotidienne, l’implosion des structures administratives de la RDA, toutes ces transformations ne pouvaient pas ne pas avoir eu de conséquences. En 1992 fut donc formulée une question résumant à gros traits ces bouleversements : « Récemment nous est parvenue une lettre où on pouvait lire : ‘Après tous les événements, révolu­tions, changements, etc. de ces dernières années, je suis bien forcé de dire que je ne comprends plus rien au monde’. Qu’en est-il de vous, ressentez-vous la même chose ou n’est-ce pas le cas ? »

En 1992, ce sont les Allemands de l’ouest qui avouent « ne plus rien comprendre au monde »

30A la lecture des réponses, les chercheurs constatèrent à leur grande stupé­fac­tion que c’étaient bien moins les Allemands de l’est que ceux de l’ouest que les mutations des années écoulées avaient plongé dans une profonde incertitude : à l’ouest, 46 % des sondés disaient ne plus rien comprendre au monde ; 42 % seulement à l’est. Dans les nouveaux Länder, une majorité relative de 44 % des sondés affirmait que ce n’était pas le cas pour eux, mais seulement 36 % à l’ouest. Comment cela pouvait-il s’expliquer ?

Deux visions de l’Histoire…

31L’hypothèse la plus plausible est que, parce qu’elle repose sur l’ouverture et la transparence du débat politique comme sur un travail de mémoire douloureux et conflictuel sur le IIIe Reich, la société ouest-allemande avait dé­veloppé une culture du doute de soi – une tradition intellectuelle et morale qui considérait comme logique et normal de remettre en question en permanence les positions acquises. A l’opposé, était propagée dans la population de RDA une vision simple et lumineuse de son identité, ne laissant pas de place au doute ni à la remise en question.

… et de l’identité nationale

32Les deux lectures de l’Histoire qu’avaient les Allemands de l’ouest et de l’est durant les premières années après l’Unité donnent une illustration de ces diffé­rences. En août 1992, l’IfD demanda : « Y a-t-il dans notre histoire quelque chose qui nous distingue particulièrement des autres pays, j’entends par là quelque chose qu’on puisse réellement qualifier d’histoire ‘allemande’ ? ». 59 % des Allemands de l’ouest et 60 % des Allemands de l’est répondirent par l’affir­mative. On posa alors à ceux-ci la question suivante : « Qu’est-ce qui fait, selon vous, que notre histoire est particulière, qui nous distingue de l’histoire des autres pays ? ». Dans leurs réponses, 52 % des Allemands de l’ouest dési­gnèrent sans équivoque le IIIe Reich et les crimes des national-socialistes, mais seulement 11 % des Allemands de l’est. Alors que depuis des décennies, dé­battre de la culpabilité allemande faisait partie intrinsèque du débat public ouest-allemand, que la société ouest-allemande assumait la responsabilité qui lui incombait dans les crimes nazis et qu’elle se livrait au travail de mémoire, en RDA, la raison d’Etat mettait tout en œuvre pour décharger ses citoyens de ce fardeau. Toute dictature cherche, pour consolider son emprise, à propager de son pouvoir comme de la société dans son ensemble une image globalement positive, dénuée de toute contradiction. Ceci afin d’ancrer profondément l’idée d’une indissoluble unité entre le peuple et ses dirigeants. C’est ainsi que la RDA s’entendait comme la « bonne Allemagne », une Allemagne que plus rien ne liait au IIIe Reich et à ses crimes. Le texte de l’hymne national de la RDA, qui commence ainsi, prend là toute sa valeur symbolique : « Ressuscitée des ruines… ». La RDA était un total recommencement. La RDA n’avait pas seule­ment un Etat meilleur que celui de l‘Ouest, mais aussi des citoyens meilleurs, d’un « genre nouveau »… Dans un tel environnement, refermé sur lui-même, et ne laissant en apparence aucune place au doute, les citoyens de la RDA ne pouvaient que développer une autre vision d’eux-mêmes que les citoyens de la République fédérale.

Les Allemands de l’est ont gardé une vision positive du socialisme

33Quelle qu’en soit la raison, au cours des années suivantes, il fallut constater que, contrairement à ce qu’on pensait au début, ce n’étaient pas les Allemands de l’est qui s’étaient rapprochés de ceux de l’ouest sur la plupart des aspects de leur vision du monde, mais que dans nombre de domaines importants, c’étaient à l’inverse les Allemands de l’ouest qui s’étaient mis à partager celle des Allemands de l’est et leur conscience d’eux-mêmes. Cela est parti­culière­ment net quand on considère les diverses approches de la vision d’une société socialiste. A la question : « A votre avis, le socialisme est-il une bonne idée, simplement mal concrétisée ? », les Allemands de l’est répondent très ma­jo­ritairement par l’affirmative, sans dicontinuer, depuis le début des années 1990. La plupart d’entre eux ne remettent pas en question le principe selon lequel le socialisme serait une bonne chose. Il est vrai que ce présupposé n’a jamais sé­rieusement fait l’objet de débats dans l’espace public. Dès lors, même aujour­d’hui, l’idée que c’est la vision du monde inhérente au socialisme qui au­rait pu être la véritable cause de la situation catastrophique de la RDA, et non pas sa mise en œuvre, n’effleure guère les esprits. Que la notion de collectif, principe fondateur du socialisme, puisse ne pas rendre justice à la nature hu­maine, que la conviction de pouvoir piloter jusque dans le détail la vie écono­mique comme celle de la société pourrait relever de la présomption – aucune de ces questions n’a jamais vraiment été posée. Les fondements sur lesquels reposait la vision du monde propagée en RDA n’ont pas été ébranlés ; ils n’ont aussi jamais sérieusement été remis en question dans le débat public après l’Unité.

Le socialisme, une bonne idée, simplement mal mise en pratique ?
« A votre avis, le socialisme est-il une bonne idée, simplement mal concrétisée ? »

Le socialisme, une bonne idée, simplement mal mise en pratique ?« A votre avis, le socialisme est-il une bonne idée, simplement mal concrétisée ? »

Source : Allensbacher Archiv, sondages de l‘IfD. Réponses en %, moyennes annuelles.

Leur approche s’est propagée à l’ouest

34A l’inverse, les Allemands de l’ouest, dont la plupart a grandi dans une démo­cratie et une économie de marché, avaient intégré une autre vision du monde. Ainsi, au début des années 1990, une large majorité d’entre eux réfutait la thèse selon laquelle le socialiste était une bonne idée, mais mal mise en ap­pli­cation. Mais ensuite, leur position se rapprocha de plus en plus de celle des Allemands de l’est jusqu’à ce que, finalement, en 2007, une large majorité rela­tive de 45 % partage cette thèse. Ce n’est qu’à la fin de l’année dernière – pro­bablement sous l’influence d’un intérêt médiatique prononcé dans le cadre de la célébration du 20e anniversaire de la chute du Mur – que cette tendance s’est à nouveau inversée.

Source : Allensbacher Archiv, sondages de l‘IfD. Réponses en %, moyennes annuelles.

Idéalisation de la RDA par les Allemands de l’est

35Plus généralement, il semblerait que la commémoration des événements d’il y a 20 ans ait amené les Allemands à réfléchir un peu plus à la notion de liberté et à ses implications. On n’en constate pas moins l’existence d’un flagrant déficit dans le travail de mémoire sur la deuxième dictature qu’a connue l’Allemagne. Il se manifeste par exemple dans une idéalisation de la RDA qui dépasse de loin en ampleur la compréhensible nostalgie (même sous la forme du néologisme et autre jeu de mots qu’est l’« Ostalgie ») qu’on ressent souvent en se souvenant du temps passé. Il se manifeste aussi dans les réponses aux questions portant sur le principe d’un Etat de droit comme la suivante, qui avait été posée en no­vembre 2009 et dans laquelle s’affrontaient deux positions. La première était : « Bien sûr, tout n’était pas rose en RDA. Mais tant qu’on respectait les règles, la vie y était agréable. A mon sens, la RDA n’était pas régie par l’arbi­traire ». La seconde, à l’opposé : « Bien sûr, certains se sentaient bien en RDA. Mais cela ne change rien au fait que la RDA était une dictature et que personne n’était à l’abri d’abus de pouvoir arbitraires de la part de l’Etat ». 82 % des son­dés ouest-allemands approuvaient la seconde assertion, et seulement 6 % la pre­mière. Quant aux Allemands de l’est, ils étaient 49 % à dire qu’il n’y avait pas d’arbitraire en RDA, seuls 35 % n’étaient pas de cet avis.

A l’est, les jeunes ne savent pas si la RDA était un Etat de droit ou non

36A peine moins tranchées étaient les réponses à la question : « Diriez-vous de la RDA qu’elle était un Etat de droit ou ne le diriez-vous pas ? ». 76 % des Alle­mands de l’ouest, mais seulement 40 % des Allemands de l’est dirent que la RDA n’était pas un Etat de droit. Respectivement 14 % et 13 % des son­dés affirmèrent expressément qu’elle était un Etat de droit. Quant aux sans opi­nion, ils étaient 10 % à l’ouest et une majorité relative de 47 % à l’est. Le plus instruc­tif est la réponse de la jeune génération en Allemagne de l’est : 62 % des moins de 30 ans avouaient ne pas savoir si la RDA était un Etat de droit ou non.

Le travail de mémoire sur la RDA reste à faire

37Cet exemple confirme un constat récurrent des recherches sur la démocratie : on présuppose souvent que les avantages de la démocratie et de la liberté sont si évidents qu’il est inutile de les expliquer aux gens, de faire leur instruction. Mais ce présupposé est tout aussi erroné que celui selon lequel l’économie de marché s’imposerait d’elle-même. Rendre compréhensible à un large public la différence fondamentale entre Etat de droit et arbitraire devrait être la mission centrale de l’instruction civique et citoyenne, faute de quoi les citoyens manquent de repères. Or face aux réponses des sondés, il n’est assurément pas exagéré de penser que les efforts entrepris ces dernières années n’ont guère été couronnés de succès. Il est essentiel que le monde politique comme les médias abordent aujourd’hui ces questions avec plus de résolution que par le passé.

38Il sera fort intéressant de mesurer l’importance qui sera accordée à ce thème à la suite des cérémonies de commémoration de l’Unité. Mais il n’est pas certain qu’un regain d’intérêt recueille l’adhésion de la population, comme le révèlent les réponses à la question suivante, posée en novembre 2009 : « L’autre jour, quelqu’un nous disait : ‘Il faut tirer un trait sur le passé de la RDA’. Etes-vous aussi de cet avis ou non ? ». A l’est comme à l’ouest, 51 % des personnes interrogées avaient répondu « je suis de cet avis ». Pourtant, à considérer les autres réponses évoquées ci-dessus, on ne peut se départir de l’impression que ce travail de mémoire qui lasse déjà tant d’Allemands n’a en réalité même pas encore réellement commencé.

39Mais toutes ces questions ne changent rien au fait que les Allemands, au­jourd’hui, présentent à maints égards un équilibre identitaire et une sérénité face à leur situation tels qu’ils ne les avaient pas connus depuis de nom­breuses décennies, et peut-être même des siècles. Cela vaut également pour les pro­blèmes liés à la réunification qui, voici seulement une décennie, semblaient re­mettre en question le succès du ‘projet’ Unité allemande. Nombre d’entre eux ne sont toujours pas définitivement résolus. Dans les nouveaux Länder, le chô­mage est toujours nettement plus élevé qu’à l’ouest, le niveau de vie inférieur. De nombreuses divergences persistent entre Allemands de l’est et de l’ouest dans leur vision du monde, de même que des problèmes de communication. Mais dans la vie quotidienne, le « Mur dans les têtes », s’il a jamais existé, appartient aujourd’hui au passé ; les Allemands se sont lassés des différends est-ouest.

40Une question posée par l’IfD en novembre 2009 était formulée ainsi : « L’autre jour, quelqu’un nous a dit : ‘20 ans après la réunification, plus rien ne justifie de se focaliser sans arrêt sur les différences entre l’Allemagne de l’est et de l’ouest. Bien sûr, il y a des problèmes, mais dans l’ensemble, les choses sont bien comme elles sont aujourd’hui’. Est-ce aussi votre avis ou pas ? ». 69 % de tous les Allemands, 72 % à l’ouest et 57 % à l’est, répondaient « c’est mon avis aussi ». Se pourrait-il que, pour la première fois depuis des siècles, les Alle­mands soient en train de devenir un peuple empli de sérénité car confiant en lui-même ? Si la réponse est oui, alors toutes les craintes de le voir renouer avec son imprévisibilité passée s’avèrent dénuées de tout fondement. Long­temps encore, Allemands de l’est et de l’ouest resteront dissemblables ; mais ils sont frères et sœurs. Et comme souvent dans une fratrie, s’ils se crêpent par­fois le chignon, ils n’en oublient pourtant jamais qu’ils sont unis par le destin.

Haut de page

Bibliographie

Kohl H., Erinnerungen 1982-1990, Munich, 2005

Mitterrand F., De l’Allemagne, de la France, Paris, 1996

Noelle-Neumann E., « Premiere eines demoskopischen Vergleichs zwischen Ost- und West­deutschland. Auf welche Unterschiede man sich einstellen muss », conférence tenue le 29-09-1990 à Francfort/Main et à Düsseldorf, le 21-09-1990 à Berlin, archives de l’Institut für Demos­kopie d’Allensbach

Noelle-Neumann E., « Demoskopische Befunde werden Realität », in Noelle-Neumann E., Köcher R. (eds),Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 1984-1992, Munich et Allensbach, 1993

Petersen T., Mayer T., Der Wert der Freiheit. Deutschland vor einem neuen Wertewandel ? Fribourg, 2005

Petersen T., « Une nouvelle identité allemande ? », Regards sur l’économie allemande, n° 91, mai 2009

Süskind P., « Deutschland, eine Midlife-Crisis », Der Spiegel, n° 38, 17-09-1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Réunification, une joie parfois ternie à l’ouest, jamais à l’est« Pour vous, la réunification est-elle plutôt une occasion de vous réjouir ou un motif d’inquiétude ? »
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/4181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits Source : Allensbacher Archiv, sondages de l‘IfD. Réponses en %, moyennes annuelles.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/4181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Le socialisme, une bonne idée, simplement mal mise en pratique ?« A votre avis, le socialisme est-il une bonne idée, simplement mal concrétisée ? »
Crédits Source : Allensbacher Archiv, sondages de l‘IfD. Réponses en %, moyennes annuelles.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/4181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits Source : Allensbacher Archiv, sondages de l‘IfD. Réponses en %, moyennes annuelles.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/4181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Petersen, « Frères et sœurs dissemblables. Un bilan de l’Unité allemande », Regards sur l'économie allemande, 98-99 | 2010, 35-45.

Référence électronique

Thomas Petersen, « Frères et sœurs dissemblables. Un bilan de l’Unité allemande », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 98-99 | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rea.revues.org/4181 ; DOI : 10.4000/rea.4181

Haut de page

Auteur

Thomas Petersen

Thomas Petersen, docteur en sciences de la communication, est chercheur à l’Institut für Demoskopie d’Allensbach. Il enseigne également à l’Université de Mayence et préside la World Association for Public Opinion Resarch (WAPOR). Dans le quotidien F.A.Z., il publie régulièrement les « Allensbach-Analysen » sur l’état de l’opinion.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page