Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Optimisme et réalisme

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1« L’Allemagne est de retour ! Au plan sportif, mais aussi économique et politique ». C’est ainsi que s’ouvrait le discours de politique économique générale tenu le 1er juillet au Bun­des­tag par le ministre fédéral de l’Economie, Rainer Brüderle. La Mannschaft est perfor­mante au Mondial de football, la République fédérale a un nouveau prési­dent, et la sévère Bun­desbank se montre optimiste, prédisant une croissance de 1,9 % pour l’année en cours. Le PIB pourrait même croître de 2,3 %, à en croire la DIHK, la Fédération alle­mande des CCI. Après une dure année 2009 qui avait vu le PIB chuter de 4,9 %, le soleil est de re­tour : com­merce extérieur, production industrielle, investissements, em­ploi, infla­tion, consomma­tion – tous ces indicateurs sont bien orientés.

Le redémarrage des exportations se confirme

2Certes, c’est peu pour compenser l’écart, mais depuis ce printemps, la reprise mon­diale s’affermit et tire à nouveau l’économie allemande. C’est la demande des pays émergents qui est la plus dynamique, celles des Etats de l’UE étant tassée par la re­mise en ordre des finances publiques dans la plupart d’entre eux. Or les écono­mies est-européennes et, plus encore, l’Asie du sud-est recherchent de plus en plus ces biens d’investissement de qualité supérieure qui sont la spécialité de l’industrie alle­mande, ce qui est de bon augure pour l’activité. « Les entreprises allemandes ré­coltent maintenant les fruits de ce qu’elles avaient commencé très tôt à développer des stratégies intelligentes pour aborder de nouveaux marchés », se félicite R. Brü­derle (communiqué du 23 juin) dont le ministère avait lancé en mars une Initiative de soutien au commerce extérieur (Außenwirtschaftsinitiative) propo­sant aux entreprises un portail Internet, sorte de guichet unique pour renforcer la visibilité et l’efficience des mesures existantes. Actuellement, la parité €/$ est favo­rable, ajoutant un soupçon de compétitivité-prix à la clas­sique compétitivité hors prix des exportations alle­mandes ; mais elle renchérit les importa­tions, notamment de produits pétroliers et de ma­tières premières. Or l’Alle­magne est vice-championne du monde des exportations et des importations à la fois, se plaît à rappeler le ministère fédéral de l’Economie.

Hausse de l’investissement

3« Sous la poussée des exportations, l’économie allemande sort de la crise », résumait la DIHK en présentant le 15 juin les résultats de l’enquête conjoncturelle menée au­près de ses membres. Résolument optimistes, les en­treprises investissent non plus seulement pour remplacer ou moderniser leurs équipements, mais aussi pour ac­croître leurs capa­cités. Dans l’ensemble, elles ne rencontrent en effet guère de diffi­cultés d’accès au crédit bancaire, soulignent la Bundesbank comme l’indicateur créé ad hoc par l’institut ifo. Le mé­diateur du crédit bancaire du gouvernement fédéral, qui a pris ses fonctions le 1er mars, se montre pour sa part moins affirmatif, car avec le retour de la croissance, les PME qui avaient résisté à la récession en puisant dans leurs fonds propres devront maintenant s’a­dresser aux banques pour le financement de leurs investissements. Or non seulement les banques auxquelles s’appliquent do­rénavant des critères de solvabilité plus sévères risquent de se montrer plus restric­tives, mais le système des banques publiques auquel recourent majoritairement les PME est en pleine restructuration. Bien que celle-ci ne con­cerne que les Landesban­ken, et non les acteurs de proximité que sont les Sparkassen, ces dernières pour­raient voir leurs marges de manœuvre réduites. Pour l’instant, ces craintes semblent exagérées, tant le regain des investissements est manifeste dans l’in­dustrie chimique, les technologies médicales et l’automobile, ainsi que dans la construction mécanique qui a vu ses entrées de commandes augmenter de 61 % en mai (VDMA).

Bonne tenue des activités dans l’industrie et le BTP

4Depuis le début de l’année en effet, les commandes sont en hausse dans l’ensemble de l’industrie : +30 % en mars/avril par rapport aux deux mois précédents (+6,7 % par rap­port à la même pé­riode 2009 ; sur l’ensemble de cette année, elles avaient chuté de 21,7 %). Cette reprise concerne les commandes étrangères (+32,9 % par rapport à janvier/février) aussi bien que les commandes domestiques (+26,6 % ; BMWi, rapport de juin). « Le se­mestre d’été 2010 sera placé sous le signe des effets de rattra­page dans le BTP et l’in­dustrie » conclut pour sa part la Bundes­bank dans son rapport de juin. Car le BTP connaît un regain d’activité au sortir d’un hiver particulièrement rude : les commandes ont crû de 10,7 % entre mars/avril et janvier/février. La construction indus­trielle est tirée par le renou­vellement ou l’exten­sion des capacités, les travaux publics par les programmes conjonc­turels qui dé­ploient maintenant leurs effets, et la construction de logements profite a con­trario du manque de confiance des investisseurs privés dans les placements financiers – la pierre reste, en Allemagne aussi, une valeur sûre.

Seulement 3,153 millions de chômeurs

5La reprise se répercute sur le marché de l’emploi au point que la presse invoque un « mi­racle ». En juin, le nombre de chômeurs recensés par l’Agence fédérale pour l’emploi est tombé à 3,153 millions – le niveau d’avant la crise mondiale. C’est beau­coup mieux que ce que craignaient les experts ; et d’ici la fin de l’année, ce nombre pourrait tomber en-des­sous de 3 millions, pronostique l’Agence. Depuis 4 mois consécutifs en effet, le chô­mage ne cesse de reculer, plaçant désor­mais le taux de chômage à 7,5 % (à 7,1 % selon les critères OIT). Certes, le recours au chômage partiel y a large­ment contri­bué (il con­cerne toujours 613 000 salariés, es­sentiellement dans l’indus­trie), mais aussi la hausse de l’emploi intérimaire (+22,7 %, soit 115 000 postes en un an). L’évolution des embauches dans ce secteur, indicateur précoce de reprise, est orientée à la hausse depuis l’au­tomne 2009 ; actuelle­ment, une offre d’emploi sur trois émane des sociétés d’intérim.

La consommation reste stable

6Dans ce contexte de remarquable stabilité de l’emploi, et sur fond de faible inflation (+0,8 % au pre­mier trimestre, +1,1 % en avril/mai ; Bundesbank), les ménages ont bon moral. Certes, la consommation ne progresse que faiblement depuis plusieurs mois, et le commerce de détail n’a enregistré d’avril à mai qu’une hausse de 0,4 % en valeur réelle. Mais c’est là le contre-coup de la prime à la casse qui a vidé les bas de laine. Et si l’ali­men­tation reste le parent pauvre, les Allemands consomment plus de biens durables : les ventes de mobilier, d’appareils ménagers et de produits de brico­lage/outillage ont progres­sé en valeur réelle de 4,9 % en un an (contre -2,4 % pour le chiffre d’affaires total du com­merce de détail ; Destatis). Quant à l’indice Gfk, il ré­vèle une humeur dépensière en juin, probablement un effet du Mondial de football… Cela dit, interrogés sur leur pouvoir d’a­chat, les Allemands semblent plus prudents, redoutant notamment une hausse des prélè­vements (le gouvernement fédéral vient de décider de faire passer les cotisations maladie de 14,9 % du salaire brut à 15,5 %). Leur incertitude se manifeste aussi dans un taux d’é­pargne qui devrait s’établir à 11,5 % en moyenne sur l’année (Bundesbank).

Légère hausse des salaires réels

7Du côté des salaires, la modération reste de mise : les salaires réels ont progressé de 0,8 % au premier trimestre (Destatis) ; cette hausse après une baisse de 0,4 % au tri­mestre précédent reflète la tendance au retour à la normale de la productivité horaire, mise à mal durant la récession par le recours massif à l’ensemble des outils de flexibi­lisation dans les entreprises. Sur la base des conventions signées pour cette année, les salaires tarifaires devraient augmenter de 1,5 % sur l’ensemble de l’année (Bun­desbank). Dans l’industrie et les services, le salaire brut moyen mensuel s’établit à 3 178 € ; dans la banque et l’assurance, ainsi que les TIC, à 4 224 et 4 212 €. Les rémunérations les plus faibles sont versées dans l’hôtellerie : 1 914 € (De­statis).

8Le plan de rigueur allemand ne mettra pas en danger la reprise. Présenté le 7 juin, le projet de programmation budgétaire du gouvernement fédéral pour la période 2011/14 prévoit des économies estimées à 81,6 milliards € au total. Pour ne pas brider l’essor de la production ni de la consommation, toute augmentation des impôts a été exclue d’emblée, bien que l’institut DIW, par exemple, plaide pour une hausse de la TVA (à 25 %). La Cour des comptes fédérale de son côté prône plutôt, dans son rapport du 28 juin, une remise à plat du « régime opaque et con­tradictoire » des taux réduits de TVA ou des exo­néra­tions qui se traduit par un manque à gagner de 20 milliards € par an.

9Axé au contraire sur la réduction des dépenses publiques (elles atteignent cette an­née 319,5 milliards € ; ministère fédéral des Fi­nances), ce plan prévoit surtout de ré­duire celles du ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales dont le budget accapare la moi­tié des dépenses du Bund, alors qu’en 1990, sa part s’élevait à peine au tiers. L’hy­pertrophie de l’Etat social est le principal frein qui bride la croissance structu­relle de l’éco­nomie alle­mande. Les entreprises quant à elles (à part les électri­ciens et les banques) sont large­ment épargnées. « Tout ce qui risque de réduire la propension des entreprises à créer de nouvelles opportunités pour l’em­ploi doit être évité », explique R. Brüderle, car « la hausse de l’emploi dynamise la consomma­tion et ainsi la demande intérieure » (com­mu­niqué, 30-06).

10L’Allemagne travaille à sa stratégie de sortie de crise pour 2011. L’économie n’a plus be­soin du ‘parapluie’ de l’Etat. Non seulement le constructeur Opel s’est vu refuser le soutien de­mandé, mais dans son discours de politique générale, R. Brüderle annonçait la sup­pres­sion à la fin de l’année du Deutschlandfonds, créé au plus fort de la crise pour soutenir les entreprises. Sur les 115 milliards € de prêts et garanties prévus, un petit quart seule­ment a été utilisé. « La sti­mulation de la demande intérieure financée à crédit ne doit pas s’inscrire dans la du­rée et finir par s’as­similer à une drogue » souligne le ministre fédéral des Fi­nances, Wolf­gang Schäuble (Han­delsblatt, 24-06). L’Allemagne préfère une « con­solida­tion durable », visant plutôt, grâce à des finances publiques saines, à « soutenir le po­ten­tiel de croissance futur en préservant, voire développant les investissements dans la forma­tion/éduca­tion et la recherche ». Et de fait, c’est le seul domaine dans lequel le gou­verne­ment fédéral projette une hausse des dé­penses. C’est ainsi que le politique préserve la confiance des acteurs éco­nomiques, désormais priorité des priorités pour soutenir la reprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Optimisme et réalisme », Regards sur l'économie allemande, 97 | 2010, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Optimisme et réalisme », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 97 | juillet 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rea.revues.org/4103

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page