Navigation – Plan du site
Actualité économique

Sciences sociales : Prof. E. Noelle-Neumann (1916-2010)

Isabelle Bourgeois
p. 39

Texte intégral

La « Grande Dame de la démoscopie allemande »

1La « Grande Dame de la démoscopie allemande », comme la presse surnomme le Prof. Elisabeth Noelle-Neumann, s’est éteinte le 25 mars 2010 à l’âge de 93 ans. Fon­datrice de l’Institut für Demoskopie d’Allensbach (IfD ; créé le 8 mai 1947), elle doit sa réputation dans l’espace public à ses sondages électoraux, sou­vent vérifiés, et sa notoriété scientifique à ses travaux fondamentaux en sciences sociales. Prati­cienne et théoricienne, elle aimait se laisser guider par ce qu’elle appelait « le principe de la sur­prise », décrivant ainsi sa démarche profondément inductive : « un sondeur apprend vite à se méfier de ce qui a l’apparence de l’évidence, et à rester au contraire ouvert aux résultats imprévus ; car ce sont eux qui font progresser la connaissance dans les sciences sociales puisqu’ils attirent l’attention de l’observateur sur des rela­tions qui n’étaient jusque-là pas prises en considération » (F.A.Z., 30-12-2006).

2Née en 1916 à Berlin, elle mène des études de philosophie, d’histoire, de sciences de la communication et d’américanistique, avant d’entreprendre en 1938 un tour du monde. Aux Etats-Unis, elle découvre les travaux de George Gallup sur les sondages. Elle entame un doctorat sur ceux-ci, sous la direction d’Emil Dovifat – le ‘Pape’ du journalisme allemand. « En réalité, je ne voulais pas devenir une scientifique, mais une journaliste », se souvient-elle dans un entretien au quotidien F.A.Z. (26-12-2006).

Du journalisme…

3C’est en tant que journaliste qu’elle commence sa carrière. De retour en Alle­magne, elle travaille à l’hebdomadaire Das Reich où elle est licenciée en 1942 pour refus de servir la propagande officielle, puis entre en 1943 au quotidien libéral Frank­furter Zei­tung (modèle du futur F.A.Z.), interdit la même année par Hitler. En 1947, elle fonde l’IfD ; la réalisation de sondages pour comprendre opinions et valeurs des Allemands est fondamentale pour reconstruire la démocratie dans la future RFA. L’institut tra­vaille avec le chancelier Adenauer (« il avait l’habitude de gouverner contre l’opinion publique » et « utilisait la démoscopie comme un navigateur une carte », confie-t-elle dans le même entretien) puis avec ses successeurs.Et elle par­vient à persuader la presse que les sondages relèvent de l’information ; depuis 1978, l’IfD publie une ana­lyse mensuelle dans le F.A.Z. (Allensbacher Analyse).

… à la science

4En 1964, E. Noelle-Neumann est nommée à l’Université de Mayence sur une chaire de Publizistik (mariage entre journalisme et sciences de la communication, considérés comme indissociables en Allemagne). Elle y fonde (et dirige jusqu’en 1983) l’Institut für Publizistik qui est aujourd’hui le centre de recherche le plus réputé d’Alle­magne en sciences sociales appliquées à la communication.

2 théories fondamentales : « la double nature de l’être social » et « la spirale du silence »

5Interdisciplinarité et curiosité foncière (le propre à la fois du journaliste et du scienti­fique) sont le moteur dune permanente interaction entre réfle­xion méthodo­lo­gique et pensée théorique qui amène E. Noelle-Neumann à définir « la double nature de l’être social » : le libre arbitre qu’a tout individu (dans l’approche des juristes, notamment constitution­nalistes) trouve ses limites dans l’interaction complexe entre opinion pu­blique et mass médias (recherche en communication et en psychologie sociale). Et dans le prolongement, mais à partir d’une expérience pratique qui en fut le déclen­cheur, elle élabore en 1972 sa théorie de la « spirale du silence » qui intègre le rôle joué par les médias dans l’évolution de l’opinion publique. « Les êtres humains ne veulent pas s’isoler, ils passent leur temps à observer leur en­tourage… Celui qui constate que son opinion se répand se sent conforté et n’hésite plus à prendre la pa­role en public…, celui qui constate que son opinion perd du terrain va préférer se taire ». Comme, dans l’espace public, le premier groupe semble plus important que le second, « …il s’ensuit une illusion d’optique quant à la réalité des rapports de force » qui fait que le second groupe finit par être réduit au silence et que, parfois, une opi­nion disparaît (Noelle-Neumann, 2000 ; voir REA 80/07).

6Fidèle au « double engagement » (Paul Lazarsfeld) qui lie les sciences sociales vis-à-vis de la pratique (commanditaires, médias, monde politique) et de la théorie (re­cherche fondamentale), et pour garantir la continuité de ces travaux, elle crée en 1996 la fondation Stiftung Demoskopie Allensbach, en charge de la recherche fondamen­tale et financée par les activités de l’IfD dont elle est propriétaire. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Sciences sociales : Prof. E. Noelle-Neumann (1916-2010) », Regards sur l'économie allemande, 96 | 2010, 39.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Sciences sociales : Prof. E. Noelle-Neumann (1916-2010) », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 96 | mai 2010, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/4091

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page