Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

L’Allemagne sort de la récession

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1« La reprise se poursuit – les risques restent grands ». C’est sous ce titre que les Insti­tuts ont présenté le 15 avril leur rapport de printemps. Après une chute spectaculaire au plus fort de la crise mondiale, les exportations ont redémarré, tirées par l’expansion des écono­mies émergentes. La demande intérieure frémit : les in­vestissements reprennent et la consom­mation des ménages reste stable. Quant au marché du travail, il est « éton­nam­ment ro­buste », soulignent les Instituts. L’éco­nomie allemande devrait donc voir son PIB croître de 1,5 % cette année, puis de 1,4 %. « L’économie alle­mande a renoué avec la croissance, et nous observons un petit miracle sur le marché de l’emploi », affirmait de son côté le ministre fédéral de l’Economie en présentant le rapport du gouvernement fédéral qui envisage, lui, des taux de res­pectivement 1,4 % et 1,6 %. La Commis­sion européenne prévoit 1,2 % et 1,6 % pour la RFA (0,9 % et 1,5 % pour la zone euro).

Prévisions du rapport de printemps 2010 du groupe de travail des Instituts économiques

2008

2009

2010

2011

(variation en  % par rapport à l'année précédente)

PIB

1,3

-5,0

1,5

1,4

Ouest (Berlin inclus)

1,3

-5,2

1,5

1,4

Est

1,0

-3,5

1,1

1,3

Consommation privée

0,4

0,2

-0,4

0,8

Consommation publique

2,1

3,0

1,6

1,1

Investisssements bruts

3,1

-8,9

1,4

1,7

biens d'équipement

3,3

-20,5

2,2

2,9

construction

2,6

-0,8

0,4

0,7

autres

5,3

4,9

6,2

4,1

Demande intérieure

1,7

-2,1

0,6

0,9

Exportations

2,9

-14,2

7,1

6,3

Importations

4,3

-8,9

5,5

5,7

Prix à la consommation (2000 = indice 100)

2,6

0,4

0,9

1,0

Coûts salariaux unitaires

2,2

5,2

-0,6

-0,2

(chiffres nominaux)

Déficit public en % du PIB

0,0

-3,3

-4,9

-4,2

Déficit public (en milliards €)

-1,0

-79,3

-121,3

-105,0

Actifs (en millions)

40,279

40,265

40,233

40,249

Chômeurs indemnisés (en millions)

3,268

3,423

3,382

3,313

 Source des données : Gemeinschaftsdiagnose Frühjahr 2010 (15-04-2010). Les prévi­sions prennent pour hypo­thèse notamment un prix moyen du baril de Brent de 80 $ en 2010/11, une parité 1,35 $ = 1 €, et une hausse du commerce mondial de 9 % en 2010 ( 6,5 % en 2011). NB : ces données ne sont que partiellement comparables à celles des rapports de printemps et d’automne 2009 (voir REA 91/09 et 94/09), les Instituts ayant révisé leurs calculs depuis.

Franche reprise des exportations

2Si la tendance à la reprise s’affirme, ses manifestations n’en sont pas moins irré­gu­lières : après deux trimestres d’expansion, les activités ont stagné durant l’hiver. Mais de­puis le début de l’année, les carnets de commande de l’indus­trie se remplissent ra­pide­ment ; les exportations, en hausse de 4,5 % au second semestre 2009, ont même en­regis­tré en mars 2010 un bond de 10,7 % par rapport à février (+23,3 % par rapport à mars 2009 ; Destatis). Au premier trimestre 2010, le PIB a crû de 0,2 % (Destatis). Le commerce extérieur a été dy­namisé par le retour de la croissance dans les économies émergentes asiatiques et les pays est-européens (les ventes en Chine ont fait un bond de +13,8 % au second semestre 2009). La demande des pays de la zone euro a connu une lé­gère hausse, en partie im­pu­table aux programmes de soutien conjoncturel adoptés. Les acteurs économiques se montrent con­fiants en l’ave­nir, comme le révèle notamment l’indice ifo. Au total, le principal moteur de l’économie allemande redémarre, et la contribution de l’export à la crois­sance devrait se situer à 0,9 point de pour­centage en 2010 (à 0,6 en 2011).

Hausse des investissements

3Dans ce contexte, les investissements redémarrent eux aussi. Certes, le taux d’utilisation des ca­pa­cités reste faible, mais les entreprises semblent vouloir combler le re­tard accu­mulé pour le renouvellement et la modernisation de leurs équipements. La fin programmée en décembre prochain du régime avantageux des amortissements les incite en outre à an­tici­per leurs investissements. Les commandes domestiques s’accroissent ainsi depuis le mi­lieu de 2009, tirant la production dans la construction mécanique. Cette ten­dance devrait gagner en ampleur avec le desserrement du crédit aux entreprises.

Fin de la morosité de la consommation

4La consommation des ménages reste stable ; en 2009, la baisse des revenus liée à la ré­cession a été compensée par les mesures de soutien à la demande d’un montant total de 23 mil­liards €, soit un coup de pouce de 1,5 % au pouvoir d’achat. Le revenu dispo­nible des ménages stag­nera cette année en termes réels, avant d’aug­menter légère­ment l’an prochain sous l’effet du regain de renta­bilité des placements, la progression des sa­laires res­tant mo­dérée après la hausse des coûts salariaux uni­taires et la baisse de la producti­vité ho­raire liées à la récession. L’inflation devrait être de l’ordre de 1 %. Au total, la con­som­mation privée stagnera en 2010 mais contribuera à hauteur de 0,5 point de pourcen­tage à la croissance en 2011.

Un taux de chômage de 8,1 % seulement cette année

5En 2009, le nombre des chômeurs ne s’est accru que de 185 000 : confron­tées à une pénurie chronique de main-d’œuvre qualifiée, les en­treprises ont préféré « thésauriser leurs salariés » (Instituts) en épuisant toutes les possibilités de flexibili­sation et en re­courant au chômage partiel. S’y ajoutent des tendances structurelles dont les Ins­tituts, de leur propre aveu, avaient sous-estimé les effets : la baisse (-93 000) de l’emploi ré­gulier a été compensée par la hausse des petits boulots (+70 000) ; alors que, dans la première catégorie, le nombre des temps plein chutait (-360 000), celui des temps partiel augmentait (+270 000). C’est dans l’industrie qu’ont été dé­truits le plus d’em­plois sou­mis à cotisations sociales et à temps plein ; et c’est dans les services qu’ont été créés le plus d’emplois à temps partiel. Au total, le taux de chô­mage devrait s’éta­blir à 8,1 % cette année et à 7,9 % l’an prochain (données administratives). C’est net­tement moins que dans la zone euro où la Commission prévoit plus de 10 %.

Pour réduire les risques, priorité à la consolidation budgétaire

6Si l’économie allemande commence à sortir de la récession, portée par une demande mondiale redynamisée, mais aussi par les programmes conjoncturels domes­tiques et étrangers, l’évolution de sa croissance reste soumise à un certain nombre de risques. Le sys­tème bancaire allemand n’est pas encore totalement stabilisé ; la BCE devra forcément re­venir un jour ou l’autre à une politique moins expan­sive. Le principal risque ce­pendant reste la délicate définition d’une stratégie de sortie de crise, européenne et nationale. Les pro­grammes conjoncturels allemands expirent à la fin de cette année ; au total, dépenses et baisse de l’encours fiscal confondus, la récession aura creusé un trou de 90 milliards € dans le budget. La consolidation des finances pu­bliques est maintenant la priorité absolue, pour respecter le Pacte de Stabilité ou les nou­velles dispositions constitutionnelles, mais aussi et avant tout pour préserver la crédibilité du gouvernement allemand auprès des citoyens, des agents économiques et des marchés financiers.

7Le gouver­nement fédéral a prévu de les consolider dès 2011 – à un moment où la reprise devrait être suffi­samment confirmée pour que la « rigueur » n’inhibe pas trop l’activité. Le pro­jet de budget sera présenté en juin. Les Instituts estiment que ce planning est très juste, puisqu’il signifie que le Bund devra réduire son déficit structurel de 0,4 point de pourcen­tage par an d’ici la fin 2015. Et ils pressent le gou­vernement Merkel de présenter le détail des mesures envisagées pour préserver la confiance. Ils lui conseillent vivement une poli­tique de consolida­tion « qualitative » : strict plafonnement des dépenses publiques (sup­pres­sion des subventions et niches fiscales, modération salariale dans la fonction publique et gains d’efficience dans le système de santé) accompagné d’un redéploiement des dé­penses vers l’investissement dans les infrastructures et le capital humain. La coalition fédé­rale, inhibée dans son action par l’épée de Damoclès des élections de Rhénanie du Nord-Westphalie du 9 mai, vient de mettre fin à un contentieux entre Union et FDP : il n’y aura « pas de baisse d’impôts en 2011 et 2012 » a déclaré la chancelière à la presse au lende­main des élections. Les économistes n’avaient cessé de critiquer cette revendication du FDP à laquelle ils reprochaient son profond irréalisme. Et dès le 11 mai, les premières pro­positions d’économies budgétaires formulées par les économistes et divers hommes poli­tiques (dont Roland Koch, ministre-pésident CDU de Hesse) commençaient à circuler.

8Un politique de stricte rigueur « peut sembler ambitieuse, mais toute autre solution se­rait pire », concluent les Instituts dont l’analyse de la conjoncture et de la politique alle­mandes s’insère dans le contexte euro­péen. Dans la situation actuelle, plusieurs questions se posent. Comment réduire les divergences entre les balances commerciales des Etats membres ? Certainement pas en augmentant les salaires dans les pays excédentaires, car le rôle de la politique salariale « n’est pas de contribuer à résoudre les problèmes de com­pétitivité des Etats partenaires ». A chacun de remédier à ses propres problèmes, ré­sument les Instituts. Les spéculations attisées par le déficit public grec ont révé­lé crûment les déficits de la gouvernance de l’UE et de la zone euro. L’effort politique prioritaire est dé­sormais de trouver un « cadre réglementaire garantissant que les objectifs de croissance à long terme ne puissent être mis en danger par la poursuite d’objectifs à court terme » (Instituts). Le projet de loi « pour la stabilisation de la zone euro », adopté par le gouverne­ment fédéral le 11 mai et dans lequel l’Allemagne s’engage à garantir un montant de 123 milliards € de crédits dans le cadre du plan européen du même nom, n’est qu’un élément adopté dans l’urgence pour rétablir la confiance, appelant une réflexion de fond sur le fonc­tionnement durable de l’UE et de la zone euro. Dans un éditorial au vitriol dans l’heb­doma­daire Die Zeit (12-05), l’ex-chancelier Helmut Schmidt (SPD) rappelle le président Sarkozy et la chancelière Merkel à leurs obligations de respect des règles que leurs pays ont défi­nies pour l’UE et l’euro. Wolfgang Schäuble, ministre fédéral des Finances (CDU), rappe­lait de son côté (Handelsblatt, 06-05) : l’évolution actuelle dans la zone euro « nous montre combien il est important d’avoir des finances publiques saines, et combien nous avons be­soin de l’Allemagne comme havre de stabilité pour l’euro ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « L’Allemagne sort de la récession », Regards sur l'économie allemande, 96 | 2010, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « L’Allemagne sort de la récession », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 96 | mai 2010, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://rea.revues.org/4076

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page