Navigation – Plan du site
Actualité économique

Famille : le modèle traditionnel en perte de vitesse

Isabelle Bourgeois
p. 38

Texte intégral

25 % des adolescents vivent dans une famille non traditionnelle

1Seuls 75 % des adolescents vivent encore dans une famille traditionnelle, annonce Destatis (communiqué du 04-02). En 2008, un jeune sur quatre vivait avec un parent isolé ou avec des parents non mariés, soit 842 000 des 14 à 17 ans recensés en Allemagne (ils sont 3,4 millions au total). En 1996, cette proportion n’était encore que de 17 % (on comptait alors 3,6 millions de personnes dans cette classe d’âge). La dernière vague du Mikrozensus, recensement par enquête mené par Destatis depuis 1996, révèle ainsi que le nombre d’adolescents élevés par un parent isolé (20 % du total actuellement) s’est accru de 37 % en douze ans ; il a augmenté de 42 % pour ceux qui vivent chez leur mère, de 13 % seulement pour ceux vivant chez leur père. Durant la même période, la part des jeunes élevés au sein d’un couple non marié est passée de 3 % à 5 % (soit une hausse de 56 %). Ces évolutions trouvent leur reflet entre autres dans l’augmentation du nombre de divorces (Destatis, 08-07-2009), passé de 175 550 à 191 948. Le nombre d’enfants mineurs concernés (148 782 en 1996) est passé à 150 187.

Les femmes contribuent de plus en plus aux revenus des familles

2Un autre indicateur (établi sur la base du panel SOEP du DIW ; Böckler impuls, 3/2009) révèle lui aussi l’éclatement du modèle de la famille traditionnelle : c’est de moins en moins l’homme qui nourrit sa famille, bien que l’écart des salaires entre les sexes soit toujours de 23 % en moyenne. Alors qu’en 1991, les hommes étaient 63,7 % à rapporter le revenu des ménages, ils ne sont plus que 55,2 % en 2006. Le rôle des femmes a gagné en importance : en 2006, elles sont 25,1 % à nourrir principalement la famille, alors qu’elles n’étaient que 21,9 % en 1991. Mais cela ne vaut que pour l’ouest de l’Allemagne, car dans les nouveaux Länder, pour des raisons historiques, les rôles sont largement partagés. Ainsi, les hommes y apportent le reve­nu principal dans 36,1 % des cas seulement (41,6 % en 1991), les femmes dans 13,1 % des cas (10,4 %). Mais alors qu’à l’est, l’égalité des apports des deux con­joints tend à baisser, elle augmente au contraire à l’ouest. La part des couples nourris par les deux est ainsi tombée de 40,8 % à 39,3 % à l’est ; et à l’ouest, elle a grimpé de 21,9 % à 25,1 %. La récession devrait accentuer ces tendances. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Famille : le modèle traditionnel en perte de vitesse », Regards sur l'économie allemande, 95 | 2010, 38.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Famille : le modèle traditionnel en perte de vitesse », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 95 | mars 2010, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rea.revues.org/4042

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page