Navigation – Plan du site
Articles

Localisations industrielles : les entreprises redécouvrent les vertus du made in Germany

Steffen Kinkel et Spomenka Maloca
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 5-14

Résumé

L’industrie allemande a subi de plein fouet les répercussions de la crise finan­cière et économique globale. Fortement dépendante du marché mondial, l’éco­nomie allemande a vu en 2009 son PIB chuter de 5 % par rapport à 2008. Cer­taines branches clefs, traditionnellement tournées vers l’export comme la cons­truction mécanique, ont vu leurs entrées de commandes reculer de près de 40 %, et leur production baisser de près de 25 %. Dès lors se pose la question de savoir quel a été l’impact de la crise sur la tendance des entreprises indus­trielles à délocaliser leur production. Jusqu’ici en effet, en situation de contexte économique tendu, on a toujours observé un regain des délocalisations en ré­ponse à une pression concurrentielle accrue. Qu’en est-il aujourd’hui ? Les entreprises, voyant baisser le volume de leur production, y ont-elles recouru de manière accrue pour mieux contenir leurs coûts ? Ou ont-elles au contraire plu­tôt cherché à préserver les capacités existantes en les concentrant sur le mar­ché domestique ? L’enquête que nous menons auprès des entreprises indus­trielles révèle d’importants changements dans leurs activités de délocalisation/ relocalisation : leurs conséquences sont loin d’être négligeables pour la poli­tique industrielle comme la politique de compétitivité du site Allemagne.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Mieux comprendre les stratégies poursuivies par les entreprises dans la crise actuelle

Un nombre croissant de PME qui délocalisent

1Ces dernières années, le thème de l’internationalisation des activités est (re)de­venu un thème central des préoccupations en matière de politique économique comme des débats sur la stratégie des entreprises, portant principalement sur les raisons qui incitent ces dernières à délocaliser leur production ou le potentiel de compétitivité qu’elles en attendent. Si par le passé, l’implantation de sites de pro­duc­tion à l’étranger était pour l’essentiel le fait des grandes multi­nationales (Dun­ning, 1980), désormais, un nombre croissant de PME est en quête de nouveaux débouchés à l’étranger ou cherche à mettre à profit les avantages d’une intensifi­cation de la division internationale du travail dans la pro­duction de biens (Bassen et al., 2001 ; Kinkel/Lay, 2004). Plus particulière­ment, les entreprises délocalisent une partie de leur production pour implanter des sites à l’internatio­nal ou dévelop­per ceux qui y existent déjà (DIHK, 2003, 2005 ; Kinkel et al., 2009).

Une dynamique accélérée par l’élargissement de l’UE

2Par délocalisation de la production à l’étranger : offshoring de capacités de pro­duction, on entend aussi bien le transfert d’une partie de la chaîne de créa­tion de va­leur vers les filiales sises à l’étranger (captive offshoring) que vers des fournis­seurs ou prestataires de services établis à l’étranger (offshore outsour­cing). L’élargissement de l’UE qui accueille désormais douze nouveaux Etats membres a apporté une nouvelle dynamique à ce phénomène (Mattes/Strot­mann, 2005).

La délocalisation a longtemps été une stratégie de compression des coûts

3A la fin des années 1990 et au début du XXIe siècle, les entreprises industrielles allemandes avaient ainsi très largement délocalisé leurs capacités de production (DIHK 2005 ; Kinkel et al. 2009 ; Mattes/Strotmann 2005). Leur objectif était gé­néralement d’améliorer leur positionnement en ma­tière de coûts, notamment dans les nouveaux Etats membres l’UE, mais aussi, dans une moindre mesure, d’accroître leurs performances dans la pénétration du marché local. Il n’était alors pas rare non plus qu’elles optent en­suite pour la relocalisation de leurs activités. Elles avaient en effet souvent sous-estimé les risques et les difficultés liés à l’ins­tallation de sites de produc­tion dans les pays à bas salaires et s’étaient vues con­traintes de mettre en place des stratégies d’adaptation à moyen terme (Kinkel et al., 2009). Malgré ces diffi­cultés, la délocalisation de la production a longtemps fait partie du répertoire standard des mesures de réduction des coûts.

Mais souvent, les risques ont été mal estimés

4Pour les entreprises, le choix d’un site en vue de l’internationalisation de la pro­duc­tion revêt une dimension stratégique de la plus haute importance du fait de ses répercussions à long terme sur leur compétitivité (Dunning, 1980 ; Ferdows, 1997). Elles prennent alors leurs décisions selon les bénéfices potentiels que leur offre la conquête de nouveaux marchés pour développer et préserver l’emploi, y compris sur le territoire alle­mand. Or les risques inhérents aux stratégies d’inter­nationalisation de la produc­tion sont évidents : souvent, il y a un monde entre l’approche théorique et sa mise en œuvre dans la pratique ; les entreprises ne sont pas toujours à la hauteur de l’importance stratégique des choix réalisés en matière de localisation ni en ce qui concerne l’appréciation à leur juste valeur des performances de leurs sites d’implantation (Kinkel, 2004). Il a ainsi pu être dé­montré à plusieurs reprises que les décisions de délocalisation motivées par les coûts sont souvent prises dans la précipitation et reposent sur des bases fra­giles (Kinkel, 2004 ; van Eenennaam/Brouthers, 1996). Dans certains cas, ce constat débouche alors sur une relocalisation qui pèse lourdement sur l’activité au détri­ment des salariés (Schulte, 2002). Au total, les délocalisations justifiées par les coûts ne permettent que trop rarement d’amé­liorer la position concurren­tielle de l’entreprise conformément à la stratégie initiale (Kinkel/Lay 2004).

Une meilleure connaissance des choix des entreprises…

5L’analyse empirique des décisions menant à une délocalisation ou à une relocali­sation, et surtout des raisons qui les motivent, s’impose donc tout particulière­ment puisqu’elle permet de mettre en évidence les facteurs dont une entreprise devra mieux tenir compte avant d’effectuer ses choix de locali­sation. Les facteurs de risque ainsi révélés pourront alors être intégrés d’une manière appropriée dans les modèles d’évaluation des performances et pers­pectives de l’entreprise, mais aussi mieux permettre de thématiser chances et risques du processus de dé­localisation de la production dans le débat sur la politique économique.

… est indispensable pour clarifier les débats

6L’internationalisation de la production est aussi un enjeu fondamental pour la compétitivité d’un pays, avec un impact indéniable sur les marchés de l’emploi – tant régionaux que nationaux (Porter, 1990, 1999). La recherche en sciences économiques a, d’un côté, mis en évidence une série d’éléments per­mettant de conclure que cette internationalisation peut, à long terme, présenter des avan­tages aussi bien pour les pays d’origine que ceux de destination (Barba/ Navaret­ti/Falzoni, 2004). D’un autre côté, elle a révélé une série d’indices indi­quant que ce sont surtout les délocalisations mues par les coûts qui ont ten­dance à se subs­ti­tuer aux capacités de production comme aux exporta­tions domes­tiques, ce qui peut avoir un impact désastreux sur le marché de l’emploi du pays d’origine (Ah­lers et al., 2007 ; Römer, 2007 ; Mucchielli/Saucier, 1997).

Quels sont-ils en période de crise ?

7L’évaluation des délocalisations de la production dans l’industrie allemande, réali­sée à la mi-2006 dans le cadre de l’enquête de l’Institut Fraunhofer ISI de Karls­ruhe, avait révélé un recul de cette tendance. Dans la phase de croissance éco­nomique de l’époque, les entreprises étaient plus nombreuses à investir en vue d’une expansion qu’à délocaliser pour des raisons de coûts. Or par le passé, les dé­localisations avaient toujours ten­dance à s’intensifier en période économique difficile en raison d’une pres­sion concurrentielle accrue. Dans le contexte de la crise économique actuelle se pose dès lors la question de savoir dans quelle me­sure l’industrie allemande a modifié ses stratégies de délocalisation. Les entre­prises y ont-elles recouru plus massivement afin de mieux maîtriser leurs coûts au regard d’un volume de production en recul ? Ou ont-elles plutôt essayé de préserver leurs capacités de production en concentrant leurs sites allemands ? Ces questions trouvent des éléments de réponse scientifiquement fondés dans l’édition 2009 de l’enquête « Modernisation de la production » menée par l’Institut Fraunhofer ISI (Karlsruhe) tous les deux ans depuis 1993 ; depuis 2003, elle fait partie intégrante du European Manufacturing Survey (EMS).

L’enquête « Modernisation de la production » de l’Institut Fraunhofer ISI

Cette base de don­nées couvre l’ensemble des branches de la production manufacturière dans le but d’observer de manière systématique le degré de modernité et de compétitivité des structures de production. L’étude a pour objet les stratégies de pro­duction poursuivies, la mise en œuvre de concepts organisationnels et techniques innovants dans la production, l’affectation des ressources humaines, la gestion des qualifications, ainsi que les questions relatives au choix des sites de production. L’enquête porte en outre sur des indicateurs de performance tels que la productivité, la flexibilité et la qualité du secteur manufacturier alle­mand, et elle offre un regard actuel sur la réalité des projets de délocalisation des entreprises indus­trielles. Ce sondage est le seul à éclairer de manière détaillée la problé­matique des relocalisations et à en tirer les enseignements en ce qui concerne les sources d’erreur constatées dans les stratégies de délocalisation, de même que cer­tains avantages sous-estimés du site industriel allemand.

Réalisé pour le compte de l’Association des ingénieurs allemands (Verein Deutscher Ingenieure, VDI), ce sondage répond ainsi aux questions clefs suivantes :

● Combien d’entreprises industrielles, et lesquelles, ont délocalisé/ relocalisé une partie de leur production entre 2007 et la mi-2009 ?

● Combien d’entreprises projettent actuellement de délocaliser leur production ou au contraire de la relocaliser pour mieux exploiter leurs capacités en Allemagne ?

● Quels sont les destinations privilégiées et à partir de quels pays s’effectuent les relocalisations ?

● Quels sont les critères déterminants pour les délocalisations et les relocalisations ?

● Quelle importance revêt l’externalisation de capacités de production auprès de four­nisseurs et prestataires étrangers (offshore outsourcing) dans le cadre des délocali­sations de la production ?

La présente analyse repose sur les données de la vague d’enquête de 2009, au cours de laquelle 15 576 entreprises industrielles sises en Allemagne ont été contactées par écrit. En août 2009, 1 484 entreprises avaient retourné un questionnaire complété et exploitable (taux de réponse : 10 %). Les entreprises ayant répondu recouvrent la totalité des secteurs industriels. La construction mécanique et l’industrie des métaux sont représentées respectivement à hauteur de 19 % et 17 %, l’industrie électrotechnique à 15 %, l’industrie du papier, de l’édition et de l’impression à 5 %, et l’industrie agroalimentaire à 8 %. Les entreprises de moins de 100 salariés constituent 63 % des répondants, les entreprises de taille moyenne 33 %, et les grandes entreprises (plus de 1 000 salariés) 4%. L’exploitation des réponses a été pondérée en fonction de la structure par branche, par taille et par régions de l’ensemble du secteur manufacturier afin d’optimiser la représentativité de la base de données.

La crise incite plutôt à préserver les capacités existantes

Délocalisations en recul

8L’analyse sur la durée de l’industrie révèle clairement que la délocali­sation de la production est actuellement en recul. Seulement 9 % des entreprises industrielles allemandes ont délocalisé une partie de leur production à l’étranger entre 2007 et la mi-2009, c’est-à-dire sur une période comprenant environ une année de pleine exploitation des capacités et près d’une année de crise. Rapportée au taux déjà faible (15 %) enregistré lors de l’enquête précédente menée entre la mi-2004 et la mi-2006, la part des entre­prises qui délocalisent s’est nettement réduite. Les branches de la métallurgie et de l’électrotechnique affichent leur plus bas taux de délocalisation depuis le milieu des années 1990. On constate ainsi pour la pre­mière fois une baisse des délocalisations en période de marasme économique.

Evolution des délocalisations et relocalisations depuis 1995

Evolution des délocalisations et relocalisations depuis 1995

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

9Visiblement, la crise actuelle incite les entreprises à préférer maintenir leurs ca­pa­cités sur les sites de production existants plutôt que de se mettre en quête de possibilités supplémentaires pour réduire leurs coûts par le transfert d’activités dans les pays à bas salaires. Les données relatives aux délocalisations actuelle­ment en projet (7 % des entreprises) confirment la réserve actuelle de l’industrie.

Bientôt une entreprise qui relocalise pour deux qui délocalisent

10Dans le même temps, l’évolution de la relocalisation de capacités de production auparavant délocalisées est restée stable : avec environ 3 %, la part des entre­prises qui rapatrient ces capacités est restée à peu près constante depuis 2003. Actuellement, on compte donc une entreprise qui relocalise pour trois qui délo­ca­lisent. Les projets de relocalisation formulés pour optimiser l’utilisation des capaci­tés de production domestique laissent présumer eux aussi une stabilisation. Et on peut estimer que, dans les deux ou trois années à venir, sur deux entreprises qui dé­localisent, il y en aura une qui rapatriera ses capacités.

Plus les entreprises sont grandes, plus elles délocalisent

11L’intensité des délocalisations varie de manière significative selon la taille des en­treprises. Alors que 45 % des grandes entreprises (plus de 1 000 salariés) délo­calisent, ce taux se réduit au fil des autres catégories pour atteindre 24 %, 10 % et jusqu’à 3 % seulement pour les entreprises de moins de 50 salariés. Du fait que les PME représentent la majeure partie des entreprises, une projec­tion du nombre absolu par an montre que, sur le total des 1 750 entreprises qui déloca­lisent, près de la moitié (840) emploie de 50 à 249 salariés. Vient en­suite le groupe des grosses PME (de 250 à 999 salariés) avec près de 390 entreprises qui délocalisent, suivi des petites (330) et grandes entreprises (190).

Délocalisations et relocalisations selon la taille de l’entreprise

Délocalisations (par an *)

Relocalisations (par an *)

Nombre d’entr.

en %

Nombre d’entr.

en %

Moins de 50 salariés

330

3 %

160

2 %

50-249 salariés

840

10 %

240

3 %

250-999 salariés

390

24 %

120

7 %

1000 salariés et plus

190

45 %

50

11 %

Ensemble de l’industrie

1 750

9 %

570

3 %

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées. *) Projection sur l’ensemble du secteur manufacturier.

3 % des entreprises industrielles relocalisent, surtout les PME

12La répartition des relocalisations en Allemagne selon la taille des entreprises pré­sente un profil similaire. Entre 2007 et la mi-2009, près de 3 % des entreprises ont procédé à des relocalisations, soit environ 570 entreprises par an. Dans ce cas aussi, l’intensité des relocalisations va decrescendo selon la taille de l’entre­prise, passant de 11 % à moins de 2 %. En valeur absolue, le groupe le plus actif est celui des PME de 50 à 249 salariés, avec 240 entreprises concernées. Ces données prouvent que les relocalisations, loin de ne concerner que quelques cas isolés, sont au contraire un phénomène parfaitement mesurable.

Electrotechnique, automobile et textile-habillement en tête pour la délocalisation

13L’analyse par branches fait apparaître des spécificités sectorielles. Les entre­prises qui recourent le plus souvent aux délocalisations sont celles de l’électro­tech­nique (23 %), de la construction et de l’équipement automobile (20 %), ainsi que de l’industrie du textile-habillement (16 %). L’éventail des branches large­ment et moyennement impliquées s’étend de la construction mécanique à la pro­duction de caoutchouc et de matières plastiques, en passant par la production d’appareils de mesure et d’asservissement ou de l’industrie optique et médicale, la chimie ou le travail des métaux. Plus fortement tributaires de leur clientèle lo­cale, les sec­teurs de l’agroalimentaire ou de l’industrie du papier et de l’impres­sion ne délo­ca­lisent en revanche que très peu.

Recul des délocalisations notamment dans l’automobile et la construction mécanique

14En comparaison avec l’intensité des délocalisations sur la période d’observation de mi-2004 à mi-2006, des reculs très nets (d’environ 10 % dans chaque branche) s’observent dans la construction automobile et mécanique, dans la pro­duction de caoutchouc et de matières plastiques, ainsi que dans le textile-habillement. Chez les constructeurs et équipementiers automobiles comme dans la construction mé­canique, c’est tout particulièrement la baisse significative des entrées de com­mandes comme des ventes qui a à l’évidence freiné les déloca­lisations. Dans le secteur de l’industrie électrotechnique, on observe en revanche une baisse rela­tivement faible de la propension à délocaliser, à partir d’un niveau assez élevé, il est vrai. Dans cette branche, visiblement, malgré une baisse pré­vision­nelle du chiffre d’affaires, la concurrence mondiale et la pression sur les coûts sont si fortes que les entreprises continuent à épuiser toutes les possibilités de ratio­na­liser les coûts grâce à la production dans les pays à bas salaires.

Délocalisations et relocalisations par branche (part des entreprises)

Délocalisations…

Relocalisations…

… réalisées dans les 2 ans avant…

2006

2009

2006

2009

Ind. électr./électrotechnique

26 %

23 %

3 %

3 %

Construction automobile

31 %

20 %

9 %

6 %

Textile, habillement, cuir

25 %

16 %

2 %

4 %

Construction mécanique

22 %

11 %

4 %

3 %

Mesure et asservissement, ind. optique et médicale

14 %

10 %

0 %

0 %

Chimie

11 %

9 %

4 %

3 %

Ind. métallurgique et travail des métaux

11 %

8 %

2 %

3 %

Caoutchouc et mat. plastiques

18 %

8 %

5 %

5 %

Autres branches

13 %

4 %

2 %

1 %

Agroalimentaire, tabac

2 %

3 %

1 %

2 %

Papier, édition et impression

8 %

1 %

0 %

2 %

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

L’automobile toujours en tête pour les relocalisations

15En ce qui concerne les activités de relocalisation, les différences entre les branches sont moins prononcées que lors de la période d’observation précé­dente. Un recul significatif (3 %) ne s’observe que dans la construction et l’équi­pement automobile : la part des entreprises qui rapatrient leurs activités y est tombée à 6 %. Malgré cette baisse, c’est toujours la construction automobile qui enregistre le taux de relocalisation le plus élevé, suivie de près par la production de caoutchouc et de matières plastiques. Pour des raisons structurelles, en effet, l’industrie automobile cherche encore à épuiser toutes les possi­bilités pour con­centrer ses capacités de production.

Délocalisation selon les priorités stratégiques des entreprises

En % des entreprises

Prix des produits

14 %

Produits innovants

12 %

Délais de livraison/respect des engagements

8 %

Adaptation des produits à la demande du client

7 %

Qualité des produits

7 %

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

La tendance à délocaliser est forte chez les entreprises misant sur la compétitivité-prix,…

16Quand on interroge les entreprises sur leur priorité stratégique pour aborder la concur­rence, on constate également des différences dans leur propension à délo­ca­liser. Les entreprises où cette propension est la plus élevée sont celles qui misent d’abord sur la compétitivité-prix : elles représentent 14 % du total. Cela n’a rien d’étonnant, puisque ces mêmes entreprises cherchent plus que les autres à comprimer les coûts salariaux en délocalisant dans les pays à bas sa­laires ; l’objectif étant d’optimiser le facteur clef sur lequel repose leur compétitivité.

… supérieure à la moyenne chez celles misant sur l’innovation,…

17Délocalisent également plus que la moyenne les entreprises qui se positionnent comme leader en matière d’innovation. Elles mènent une double stratégie, con­centrant sur le marché domestique les activités de développement et de produc­tion de produits innovants, et cherchant en même temps à préserver leur compé­titivité-prix grâce aux délocalisations. Ce constat amène à réviser l’hypothèse commune selon laquelle plus une entreprise est innovante, moins elle serait en­cline à délocaliser.

… et rare chez celles misant sur la qualité

18A l’opposé, les entreprises qui sont leaders en matière de qualité et de réactivité, c’est-à-dire qui se positionnent sur l’adaptation permanente de leurs pro­duits aux attentes des clients, sont celles qui délocalisent le plus rarement leur production à l’étranger. Dans cette catégorie, la crainte de perdre les facteurs clefs sur les­quels repose la compétitivité de l’entreprise, à savoir la qualité des produits et la réactivité à la demande (voir les motifs de relocalisation), trouve semble-t-il son reflet dans une stratégie avant tout axée sur la réputation du made in Germany, et qui s’accommode donc mal de délocalisations.

Le souci de la qualité l’emporte sur la compression des coûts

Les entreprises délocalisent pour comprimer les coûts salariaux, se
rapprocher de leurs débouchés…

19La compression des coûts salariaux reste la principale raison incitant à délo­ca­liser : elle est invoquée par les trois quarts des entreprises qui délocalisent. Viennent ensuite au deuxième et troi­sième rang des motifs, avec respectivement près de 30 % des réponses, la proxi­mité du site de production avec les clients stratégiques implantés à l’étranger et la conquête de nouveaux marchés dans le pays de destination. Le critère de la pro­ximité avec ces clients clefs a gagné en importance depuis l’enquête menée à la mi-2006 : le taux de réponses a aug­menté de 8 points de pourcentage. Il convient ici de rappeler que ce critère avan­cé ne reflète pas seulement la stratégie proac­tive des entreprises, mais traduit aussi le fait que les clients stratégiques de­mandent souvent expressément à leurs fournisseurs de venir produire à proximité de leurs sites étrangers.

… et pour réduire les coûts de transport

20L’impératif de proximité avec des capacités de production déjà délocalisées, ainsi que la quête d’une réduction des coûts de transport et de logistique en localisant la production à proximité de la demande représentent, quasi ex aequo avec envi­ron 15 % des citations, les quatrième et cinquième motifs de délocalisation. La question des coûts de transport est déterminante, surtout pour une entreprise qui choisit de livrer directement les clients du pays visé ou des marchés-passerelle depuis le lieu de production délocalisé, et décide au contraire de ne pas le faire via la voie détournée qu’est la réimportation en Allemagne de la production con­fiée à son ‘atelier prolongé’ à l’étranger. Dans ce cas aussi, la desserte du mar­ché local fait donc partie intégrante de la stratégie de production à l’étranger. La quête d’un environnement plus porteur en matière d’impôts, de taxes et de sub­ventions n’est, comme en 2006, un critère prioritaire que pour moins de 10 % des entreprises qui délocalisent. Quant au manque de main-d’œuvre qualifiée, il n’a qu’un très faible impact : le déficit de main-d’œuvre qui se creuse en Alle­magne dans certaines filières ne semble pas encore jouer de rôle notable sur la décision de délocaliser des capacités de production.

Motifs de délocalisation et de relocalisation

En % des entreprises

Coûts salariaux

77 %

Proximité avec les clients stratégiques

29 %

Conquête de nouveaux marchés

28 %

Proximité avec des sites de production déjà délocalisés

16 %

Coût de transport, de logistique

15 %

Impôts, taxes, subventions

12 %

Manque de main-d’œuvre qualifiée

8 %

Accès aux nouveaux savoirs/technologies/clusters

2 %

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

Elles relocalisent parce qu’elles ont rencontré des problèmes de qualité,…

21L’analyse des principaux motifs de relocalisation permet de déceler les facteurs qui n’ont pas été pris suffisamment en considération par les entreprises quand elles ont opté pour une délocalisation ; elle révèle aussi les cas où les entre­prises se sont vues contraintes d’adapter leur stratégie face à la dynamique évo­lutive de l’environnement de leur site délocalisé. La principale raison qui les incite à reloca­liser leur production est qu’elles ont rencontré des pro­blèmes de qualité. Ils ré­sultent d’une sous-estimation du laps de temps néces­saire pour garantir, dans des pays de langue et de culture différentes, la qualité souhaitée des produits comme des process de production et, par répercussion, d’une sous-estimation des coûts accompagnant en interne le contrôle qualité. Ce motif a continué de gagner en importance depuis l’enquête de la mi-2006.

… qu’elles voient leur réactivité réduite…

22Le deuxième motif de relocalisation, invoqué par 4 entreprises sur 10, est une baisse critique de leur réactivité comme de leur capacité à livrer le client dans les délais. Elle peut aussi bien provenir de problèmes survenus dans la production propre de l’entreprise que de problèmes rencontrés lors du recours à des réseaux de fournisseurs locaux mobilisés ad hoc. On comprend dès lors mieux aussi pourquoi ce sont justement les entreprises dont la stratégie de compétitivité est axée sur la réactivité dans l’ajustement de leur production et dans la réponse à la demande du client qui sont les plus réticentes à envisager une délocalisation.

Les motifs poussant à la relocalisation

En % des entreprises

Qualité

68 %

Réactivité, flexibilité, capacité à livrer le client

43 %

Coûts salariaux

33 %

Coûts de transport, logistique

32 %

Dépenses de coordination, de contrôle

20 %

Disponibilité, fluctuation de la main-d’œuvre qualifiée

19 %

Perte de savoir-faire, copie, contrefaçon

5 %

Proximité de la R&D sur le marché domestique

2 %

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

… ou qu’elles affrontent une explosion des coûts

23En troisième et quatrième position sont invoqués, avec respectivement un tiers des citations, les coûts salariaux à l’étranger ainsi que ceux liés au transport et à la logistique. L’importance accordée aux coûts salariaux a fortement progressé depuis l’enquête réalisée à la mi-2006 (le taux de citation a plus que doublé), ce qui traduit une dynamique de hausse des salaires d’une ampleur inattendue dans les pays de destination. Comme beaucoup d’entreprises avaient effectué une lec­ture statique des avantages comparés des divers sites ou sous-estimé l’ampleur des évolutions, nombre des avantages escomptés à l’origine d’une délocalisation se sont depuis mués en leur contraire. L’invocation de la sous-estimation des coûts de transport et de logistique révèle que, surtout dans le cas d’une stratégie misant sur l’implantation à l’étranger d’un ‘atelier prolongé’ dont la production est ensuite réimportée en Allemagne, ce facteur coûts peut rapidement prendre des dimensions réduisant à néant les avantages initialement attendus du différentiel salarial. S’y ajoute que, pour une entreprise sur cinq, la sous-estimation des coûts engendrés par la coordination et le contrôle qualité, depuis le siège, du site de production à l’étranger représente un motif essentiel de relocalisation.

Le critère de la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée gagne en importance

24Quant à la valeur accordée à la disponibilité ou à la fluctuation de la main-d’œuvre qualifiée, elle a elle aussi doublé depuis la dernière enquête. Ainsi, ce facteur détermine plus souvent les entreprises à délocaliser que le manque de main-d’œuvre qualifiée en Allemagne ne les incite à délocaliser. En revanche, les risques liés à une perte du savoir-faire ou à la contrefaçon ne jouent encore qu’un rôle secondaire. Cela vaut également pour la proximité de la R&D sur le marché domestique. Dans les deux cas, cette faible importance s’explique par le fait que par le passé, c’est plutôt la production de produits matures, situés à un stade avancé de leur cycle de vie, qui avait été délocalisée (Kinkel et al. 2009).

Europe de l’est : attractivité en baisse ; Asie : attractivité en hausse

Recul de l’attractivité des nouveaux Etats membres de l’UE

25Etant donné l’importance accordée au facteur coût, les nouveaux Etats membres de l’UE sont la destination la plus prisée : 40% des entreprises y ont délocalisé leur production entre 2007 et la mi-2009. Toutefois, l’attractivité de ces Etats a considérablement reculé. Lors de l’enquête menée à la mi-2006, le taux des délo­calisations dans ces pays atteignait encore 15 points de plus. Aujourd’hui, la moi­tié des relocalisations s’effectue à partir des nouveaux Etats membres de l’UE. Cette proportion, qui a augmenté de 12 points par rapport à l’enquête précé­dente, confirme elle aussi l’attractivité déclinante de ces pays d’Europe centrale et orientale comme site de production pour les entreprises allemandes. Parallèle­ment, les délocalisations vers les autres Etats est-européens ont tendance à stagner elles aussi, tandis que les relocalisations depuis ces pays, qui n’étaient pas mesurables en 2006, prennent une importance croissante (9 %). Etant donné l’importance des coûts salariaux pour les choix de relocalisation, l’une des raisons expliquant la perte d’attractivité de ces territoires est vraisemblablement la hausse, parfois conséquente, des salaires observée dans certaines régions de la Pologne, de la République Tchèque, de la Hongrie ou de la Slovaquie.

Origine et destination des délocalisations et relocalisations

Destination des délocalisations

Origine des relocalisations

2006

2009

2006

2009

Nouveaux Etats membres de l’UE

55 %

40 %

39 %

51 %

Chine

19 %

27 %

2 %

16 %

Asie (hors Chine)

9 %

16 %

13 %

7 %

Europe de l’Est (hors UE)

12 %

12 %

0 %

9 %

UE 15

13 %

10 %

30 %

9 %

Amérique du Nord

4 %

9 %

3 %

14 %

Amérique Centrale/Amérique du Sud

4 %

3 %

2 %

0 %

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

L’attractivité de la Chine en hausse mais les relocalisations augmentent

26La deuxième destination est la Chine, où 27 % des entreprises ont délocalisé leur production ; ce taux a augmenté de 8 points depuis la précédente enquête. Fait révélateur : la Chine n’est plus considérée comme une destination attractive par les seules grandes entreprises, mais aussi, dans une proportion aujourd’hui com­pa­rable, par les PME. D’un autre côté, le taux de relocalisation en provenance de Chine s’élève désormais à 16 % ; pour la pre­mière fois, cette tendance est mesu­rable. Elle concerne surtout les petites et moyennes entreprises qui, en raison de leur plus grand éloignement à la fois phy­sique et culturel, ont plus de difficultés à résoudre les problèmes récurrents qui se posent en termes de qualité.

L’Asie, région privilégiée pour les bas salaires

27Les autres pays asiatiques ont eux aussi considérablement gagné en attractivité se situant désormais, avec 16 % des entreprises qui délocalisent (5 points de plus que lors de l’enquête précédente), au troisième rang des destinations. Au re­gard à la fois de l’importance croissante de la Chine comme de la perte d’attrac­tivité des nouveaux Etats de l’UE, on peut en conclure que les entreprises qui délocalisent pour comprimer leur masse salariale préfèrent aujourd’hui d’entrée de jeu s’installer dans les pays asiatiques certes plus éloignés, mais aux coûts salariaux inférieurs, que dans les nouveaux Etats membres géographiquement plus proches, mais où les niveaux des salaires ont connu une nette hausse.

La crise incite à réduire l’activité en Amérique du Nord, mais pas dans l’UE 15

28Les pays de l’UE 15 (d’avant l’élargissement) et l’Amérique du Nord viennent en cinquième et sixième position. Cette dernière destination a vu son attractivité aug­menter de 5 points depuis la dernière enquête, la dépréciation du dollar interve­nue depuis ayant ouvert des perspectives de développement à nombre d’entre­prises allemandes pour leurs stratégies de production ou d’approvisionnement. Or parallèlement, les relocalisations en provenance d’Amérique du Nord ont con­nu elles aussi une nette hausse (11 %) et s’élèvent désormais à 14 %. La raison en est vraisemblablement la crise économique mondiale et la récession qui a touché très tôt le marché américain que nombre d’entreprises industrielles alle­mandes considéraient jusque là comme leur principal débouché. Quant aux relo­calisations en provenance des 15 Etats de l’UE d’avant son élargissement, leur niveau (9 %) n’est plus guère significatif aujourd’hui, alors que jusqu’en 2003 cette région était la première d’où les entreprises rapatriaient leurs installations.

Captive offshoring : mode de délocalisation privilégié

La crise incite les entreprises à accroître le taux d’utilisation de leurs capacités…

29Les activités de délocalisation se scindent en deux catégories principales : la dé­localisation de capacités de production au sein de filiales à l’étranger (captive off­shoring) et l’externalisation de la production auprès d’entreprises sous-traitantes étrangères (offshore outsourcing). Sur la période de 2007 à la mi-2009, plus de 60 % des entreprises qui délocalisent ont eu recours au captive offsho­ring. Près d’un tiers d’entre elles ont préféré l’offshore outsourcing, tandis que 4 % ont opté pour les deux stratégies. Si on compare ce profil avec celui de l’enquête de 2006, on s’aperçoit que le recours au captive offshoring a augmenté d’environ 10 points alors que la pratique du offshore outsourcing a diminué. Cette tendance révèle le comportement des entreprises en temps de crise : elles pré­fèrent accroître le taux d’utilisation de leurs propres capacités de production, y compris à l’étranger, ce qui les amène souvent à réduire le transfert de capacités de production à leurs sous-traitants externes.

Evolution des modes de délocalisation de la production

Evolution des modes de délocalisation de la production

Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.

… et à renforcer leurs stratégies de fidélisation du client comme de conquête des marchés

30D’autres analyses, plus détaillées, révèlent que ce sont plutôt les grandes entre­prises qui optent pour le captive offshoring, alors que les PME misent davantage sur l’offshore outsourcing. On observe aussi des différences significatives quant aux critères qui motivent ces choix. Dans le cas du captive offshoring, ce sont la conquête de nouveaux marchés dans le pays de destination ou encore la pro­ximité avec le client stratégique à l’étranger qui l’emportent en tendance. A l’in­verse, c’est plutôt l’objectif de réduction des coûts qui détermine une entreprise à opter pour l’offshore outsourcing. Quant au glissement observé vers les stratégies « captives », il témoigne de la tendance qu’ont actuellement les entreprises à pri­vilégier les stratégies proactives, axées sur le client et la conquête d’un marché ; elles délocalisent moins pour réduire leurs coûts.

31La crise a modifié significativement l’approche des entreprises indus­triellesen matière de délocalisations, ainsi que le révèlent nos analyses. Les activités de délocalisation de la production à l’étranger sont tombées à leur plus bas niveau depuis quinze ans. Dans le même temps, le nombre des relocali­sations vers l’Allemagne est resté stable. On compte désormais une entreprise qui relocalise pour trois entreprises qui délocalisent. Si les décisions de relocali­sation résultent en premier lieu de problèmes de qualité rencontrés à l’étranger, la dynamique salariale, la fluctuation ou le manque de main-d’œuvre qualifiée ont gagné en im­portance. Au niveau des destinations, on constate un recul de l’at­tractivité des nouveaux Etats membres de l’UE : les délocalisations vers ces pays ont forte­ment reculé, les relocalisations considérablement augmenté. A l’opposé, la Chine et les autres régions d’Asie ont encore gagné en attractivité, même si entre-temps, on peut observer une tendance désormais mesurable à la relocali­sation en provenance de ces régions.

32La première conclusion qu’on peut en tirer est positive. Le site industriel allemand reste attractif : dans le contexte de la crise économique actuelle, les entreprises semblent donner priorité à la préservation des capacités existantes en Allemagne. Le fait que, dans certains pays étrangers, les procédures de fermeture d’un site sont plus flexibles, y contribue assurément. La décision se trouve en outre favorisée lorsque, comme aux Etats-Unis ou dans les nouveaux Etats membres est-européens de l’UE, un marché en plein boom avant la crise voit s’effondrer la demande dans des proportions parfois dramatiques et que cela tasse l’utilisation des capacités de production qui y sont installées.

33Il faut toutefois se garder d’en conclure que délocaliser des capacités de pro­duction à l’étranger ne serait plus désormais considéré comme une priorité straté­gique ni que la dynamique se trouverait aujourd’hui enrayée, tout ce qui étant ‘délocalisable’ ayant déjà été transféré à l’étranger. L’équilibre du partage mondial du travail est un processus dynamique où entrent en jeu les potentiels de crois­sance et d’innovation à l’échelon tant local que global. Les analyses antérieures nous ont appris que, pour des raisons de coûts, les entreprises délocalisent de préférence vers les pays à bas salaires la production de biens matures, requérant des process standardisés. Or les produits et process considérés comme inno­vants aujourd’hui, au pilotage intensif en savoir-faire, auront valeur de standard d’ici trois à cinq ans, et seront alors ‘mûrs’ pour être délocalisés et développer ainsi un nouveau potentiel d’efficience. Considéré sous cet angle dynamique, le mouvement des délocalisations de production ne s’arrêtera jamais. Et tout porte à croire que, avec la reprise au sortir de la crise, quand l’utilisation des capacités domestiques sera revenue au maximum, les entreprises allemandes chercheront à nouveau à réaliser à l’étranger leur stratégie de compression des coûts. Il reste néanmoins à espérer qu’elles auront alors tiré les enseignements des risques auxquels les ont exposées leurs choix passés de délocaliser trop exclusivement pour des raisons de coûts, sans tenir compte des facteurs qualitatifs essentiels pour leur compétitivité : la qualité des produits et leur réactivité. Car une relocali­sation ‘revient cher’, dans tous les sens du terme.

Haut de page

Bibliographie

Ahlers E., Öz F., Ziegler A., Standortverlagerung in Deutschland – einige empirische und poli­tische Befunde, Düsseldorf, 2007

Barba Navaretti G., Falzoni, A.M., « Home Country Effects of Foreign Direct Investment », in Barba Navaretti G., Venables A.J. (eds.), Multinational Firms in the World Economy, Princeton University Press, Princeton/Oxford, 2004

Bassen A., Behnam M., Gilbert D.U., « Internationalisierung des Mittelstands. Ergebnisse einer empirischen Studie zum Internationalisierungsverhalten deutscher mittelständischer Unternehmen », Zeitschrift für Betriebswirtschaft, n° 4, 2001

DIHK (ed), Produktionsverlagerung als Element der Globalisierungsstrategie von Unternehmen. Ergebnisse einer Unternehmensbefragung, Deutscher Industrie- und Handelskammertag, Berlin, 2003

DIHK (ed), Going International. Erfolgsfaktoren im Auslandsgeschäft, Deutscher Industrie- und Han­delskammertag, Berlin, 2005

Dunning J.H., « Towards an eclectic theory of international production : some empirical tests », in Journal of International Business Studies, n° 1, 1980

Eenennaam F. van, Brouthers K., « Global Relocation : High Hopes and Big Risks », in Long Range Planning, n° 1, 1996

Ferdows K., « Making the most of foreign factories », in Harvard Business Review, n° 2, 1997

Kinkel S. (ed), Erfolgsfaktor Standortplanung. In- und ausländische Standorte richtig bewerten, Berlin, Heidelberg, New York, 2004

Kinkel S., Lay G., « Motive, strategische Passfähigkeit und Produktivitätseffekte des Aufbaus ausländischer Produktionsstandorte : Ergebnisse einer repräsentativen Erhebung bei 1 630 Betrieben des deutschen verarbeitenden Gewerbes », in ZfB Zeitschrift für Betriebswirtschaft, n° 5, 2004

Kinkel S., Maloca S., Jäger, A., Produktions- und FuE-Verlagerungen ins Ausland – Verbreitung, Motive und strategische Implikationen für das deutsche verarbeitende Gewerbe, Fraunhofer IRB Verlag, ISI-Schriftenreihe Innovationspotenziale, Karlsruhe, 2009

Mattes A., Strotmann H., Ausmaß und Bestimmungsgründe des Offshoring in die mittel- und osteuropäischen Beitrittsländer der EU, IAW-Kurzbericht 5/2005, Tübingen

Mucchielli J.-L., Saucier P., « European industrial relocations in low-wage countries : policy and theory debates », inBuckley P.J., Mucchielli J.-L. (eds.), Multinational Firms and International Relo­cation,Cheltenham/UK, 1997

Porter M. E., The Competitive Advantage of Nations,Harvard Business School, London,1990

Römer C., Offshoring – Wie viele Jobs gehen ins Ausland ? Auslandsinvestitionen, Produktionsver­la­gerungen und Arbeitsplatzeffekte, IW Köln, 2007

Schulte A., Das Phänomen der Rückverlagerung, Internationale Standort­entscheidungen kleiner und mittlerer Unternehmen, Wiesbaden, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Evolution des délocalisations et relocalisations depuis 1995
Crédits Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/4017/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Evolution des modes de délocalisation de la production
Crédits Source : Fraunhofer ISI, sondages Modernisierung der Produktion, données pondérées.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/4017/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steffen Kinkel et Spomenka Maloca, « Localisations industrielles : les entreprises redécouvrent les vertus du made in Germany », Regards sur l'économie allemande, 95 | 2010, 5-14.

Référence électronique

Steffen Kinkel et Spomenka Maloca, « Localisations industrielles : les entreprises redécouvrent les vertus du made in Germany », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 95 | mars 2010, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rea.revues.org/4017 ; DOI : 10.4000/rea.4017

Haut de page

Auteurs

Steffen Kinkel

Steffen Kinkel, économiste et docteur en sciences de l’ingénieur, dirige le Competence Center Industrie-und Serviceinnovationen du  Fraunhofer-Institut für System- und Innovationsforschung (ISI) de Karlsruhe.

Spomenka Maloca

Spomenka Maloca, sociologue, y est en charge notamment des enquêtes sur l’innovation.

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page