Navigation – Plan du site
Actualité économique

Presse : 60e anniversaire du quotidien FAZ

Isabelle Bourgeois et Solène Hazouard
p. 39-40

Texte intégral

Naissance à Francfort en 1949

1Le quotidien supra-régional (il n’y a pas de presse « nationale » outre-Rhin) Frankfur­ter Allgemeine Zeitung (FAZ) a vu le jour le 1er novembre 1949. Né dans la zone amé­ri­caine, à Francfort qui devient la ‘capitale’ financière de la jeune Répu­blique fédérale d’Allemagne, il relaye les thèses ordo-libérales, à l’heure où la RFA débat de son futur modèle économique et social. Conçu par la société de politique économique WIPOG, composée principalement de dirigeants de fédérations et responsables industriels et politiques (parmi lesquels le futur Président fédéral Theodor Heuss et le futur ministre fédéral de l’Économie Ludwig Erhard), le journal diffuse initialement à 60 000 exem­plaires et deviendra rentable à partir de 1952.

« La vérité des faits est sacrée »

2En 1957 (année de publication de La prospérité pour tous de Ludwig Erhard) est adopté le célèbre slogan « Dahinter steckt immer ein kluger Kopf » : « Derrière [le FAZ], il y a toujours un esprit averti ». Un clin d’œil a son lectorat avisé et cultivé, issu des milieux d’affaires, avec lequel il partage des valeurs telles que le sérieux, la res­ponsabilité et la tradition. Un clin d’œil aussi à l’identité de ce quotidien qui fonde sa réputation sur la pratique d’une solide déontologie, dont témoigne la séparation stricte des faits et des commentaires formalisée en « Une » : les deux colonnes de droite sont réservées aux éditoriaux du journal et se distinguent par la typographie. La priori­té donnée à la qualité de l’information se traduit par la structure rigoureuse des ar­ticles (exposé des faits, puis réactions), l’appropriation de l’information diffusée par une systématique vérification des sources (seul un tiers des ‘papiers’ reproduit des dépêches). Dans la presse allemande, le FAZ est la référence en la matière. Dès le premier numéro, sa devise est : « La vérité des faits est sacrée ». Elle implique le respect de toutes les opinions ayant trait aux faits relatés ou, comme le formulaient ses fondateurs dans le style de l’époque : le quotidien doit « toujours faire preuve de justice envers les dissidents ». Il faut ici rappeler qu’en 1949, la presse allemande doit reconquérir sa réputation, les médias s’étant vus décré­dibilisés par leur instrumentali­sation durant les années de nazisme. La reconstruction de la démocratie implique de rétablir la confiance dans les médias.

Pas toujours dans le mainstream

3Le pluralisme ne s’opposant pas à la polémique, le FAZ a été, à plusieurs reprises, à l’origine ou au cœur de controverses : il avait ainsi lancé, en 1986, la querelle des his­toriens sur la qualification de l’holocauste, ou s’était démarqué du mainstream par son farouche rejet de la réforme de l’orthographe de 1998 (une position revue depuis). De même, le conservatisme de sa maquette noir et blanc (son image de marque) ne l’a pas empêché de la faire considérablement évoluer en 2007 avec l’intégration en « Une » d’une pho­to couleur et de se plier ainsi à la suprématie de l’image. Comme tous ses concurrents, le FAZ est également entré dans l’ère du numérique avec un portail (www.faz.net/s/homepage.html) qui se distingue, tradition oblige, par la ri­chesse de ses contenus sans négliger, loin s’en faut, … « choc des photos ».

Un titre dirigé par un directoire

4L’impartialité éditoriale du FAZ va de pair avec une organisation originale : le quoti­dien est dirigé par un collège de cinq directeurs de publication, chacun compétent pour une fonction ou une rubrique. Car con­trairement à une idée reçue, ce quotidien n’est pas « conservateur » (il n’y a pas de presse d’opinion en Allemagne) mais se situe plutôt au centre, avec des nuances selon les cahiers : les pages culturelles tendent ainsi un peu plus à gauche, les pages économiques un peu plus vers les libé­raux, le cahier politique vers la CDU – mais n’est-ce pas là aussi la caractéristique des lectorats visés ? Enfin, l’indépen­dance de la rédaction et la pérennité écono­mique du quotidien (il a sa propre impri­me­rie) sont garanties par leur appartenance à une fondation : la Fondation FAZIT. Elle s’implique notamment dans le financement de la formation des journalistes et de la recherche en sciences de la communication.

Résister aux grandes mutations par la qualité éditoriale…

5Economiquement, le FAZ est assis sur la même base solide que celle qui caractérise tous les quotidiens allemands : la vente par abonnement (elle génère plus des deux tiers de leurs recettes). Mais ce business modèle est mis à mal, comme en France, par la montée en puissance des médias en ligne qui captent lecteurs et annon­ceurs. Toute­fois, le FAZ semble tirer son épingle du jeu, sa diffusion ne s’est pas effon­drée : le nombre d’exemplaires vendus était de 367 535 au 3e trimestre 2009 contre 398 291 au 4e trimestre 1992. Quant à la récession, elle a mis à mal les re­cettes publici­taires de tous les médias : elles ont chuté de 8 % en un an pour ne plus s’élever qu’à 18,73 mil­liards € en 2009–  le niveau de 1997, selon la Fédé­ration des an­nonceurs ZAW. Si le FAZ ne communique pas sur l’évolution de ses re­cettes, il n’est pas moins plus que pro­bable que ce recul, et plus encore la forte baisse globale des offres d’emploi, affecte tout particulièrement le « quotidien des af­faires ». Et si Berthold Kohler, un des direc­teurs de la publication, reconnaît « une baisse du CA », il n’en ex­clut pas moins farou­chement toute perspective de licencie­ment. Car, souligne-t-il, « en ces temps [difficiles], il importe plus que jamais de veiller à la qualité éditoriale » (epd medien, 31-10-09).

…et la confiance dans la marque

6Werner D’Inka, directeur de la publication du quotidien en charge de l’édition domini­cale Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, a accepté de revenir sur ces en­jeux au cours d’un entretien : « La presse allemande, comme la presse d’autres pays, fait face aujour­d’hui à deux défis. La crise financière et économique actuelle a suscité l’effon­drement du marché des annonces en 2009. Cette faiblesse conjoncturelle est transi­toire : la com­munication d’entreprise et, plus généralement, la publicité commer­ciale vont revenir vers les supports de l’écrit. Les mutations structurelles du lectorat et l’évo­lution du marché des annonces se révèlent plus délicates à long terme : les con­som­mateurs lisent globa­lement moins, ce qui aboutit à une érosion du tirage et, à terme, à une stagnation des recettes publicitaires des quotidiens ». Il ajoute toutefois que « c’est là une tendance glo­bale qui n’affecte pas tous les titres dans la même mesure. Le FAZ et la Frankfurter All­gemeine Sonntagszeitung n’ont jamais compté autant de lecteurs. En ce sens, le lance­ment en 2001 du quotidien dominical supra-régional était la stratégique adaptée. Les deux titres ont valeur de marque, elles incarnent un jour­nalisme intellectuellement auto­nome, économiquement indépendant d’un groupe et soucieux d’investigation ». Plus que jamais, le FAZ reste fidèle à son adage… (IB/SH)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois et Solène Hazouard, « Presse : 60e anniversaire du quotidien FAZ  », Regards sur l'économie allemande, 94 | 2009, 39-40.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois et Solène Hazouard, « Presse : 60e anniversaire du quotidien FAZ  », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 94 | décembre 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/3998

Haut de page

Auteurs

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Solène Hazouard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page