Navigation – Plan du site
Articles

Grande coalition 2005-09 : un bilan plus qu’honorable

Isabelle Bourgeois
p. 11-17

Résumé

Le 18 septembre 2005, les électeurs allemands avaient largement voté pour le changement dans la continuité. Refusant une rupture ‘néo-libérale’ avec la poli­tique des deux gouvernements de coalition SPD/Verts sous le chancelier Schrö­der (1998-2002, puis 2002-2005), ils avaient préféré opter pour une poli­tique de ré­formes modérée après celle, courageuse mais dure, de l’Agenda 2010. Ils avaient donc contraint les deux grandes formations CDU/CSU (« Union ») et SPD à « dé­passer leurs clivages et à trouver ensemble, sur la base d’une large majo­rité de gouvernement, les réponses po­litiques aux pro­blèmes [qu’elles n’avaient pas su jusqu’alors] résoudre sépa­rément » (Lasserre, 2005).
Le contrat de coalition signé le 11 no­vembre 2005 prolongeait dès lors la poli­tique de réforme du gouvernement sortant, conformé­ment aux engagements de compéti­tivité européens (« Stratégie de Lis­bonne »). Le 30 novembre, dans son discours de politique générale au Bundes­tag, la chance­lière Angela Merkel (CDU), présen­tait ainsi les objectifs de la Grande coa­li­tion : « re­faire de l’Alle­magne, à moyen terme, le moteur de l’Eu­rope ». Il est vrai que l’éco­nomie alle­mande commençait seulement à sortir de la réces­sion déclenchée par l’écla­tement de la bulle liée à la « nouvelle économie » qui, à son paroxysme en 2003, lui avait valu l’appellation de « lanterne rouge de l’Eu­rope ». C’est alors seu­lement que le chancelier Schröder s’était ré­solu à lan­cer son pro­gramme de réformes : l’Agenda 2010 (voir REA 75/05). Conjuguées à la poli­tique res­pon­sable des partenaires sociaux (flexibilisa­tion du temps de travail, progression sala­riale inférieure à celle de la productivité) comme aux efforts des entreprises pour gagner en compéti­tivité, et portées par un marché mondial qui renouait avec la croissance, ces réformes ont commencé à porter leurs fruits sous le gouverne­ment de Grande coalition.
Pendant près de trois années, l’Allemagne a alors connu un « 3e miracle écono­mique », selon les termes du vice-chancelier SPD Frank-Walter Steinmeier (Der Spiegel, 09-07-07). Le contexte conjoncturel était favorable à la consolida­tion des finances pu­bliques, mère de toutes les priorités pour asseoir durable­ment la com­pétitivité glo­bale du « site Allemagne ». Ironie de l’histoire, au mo­ment où le gouver­nement fé­déral aurait pu, théoriquement, mettre à profit la marge de manœuvre budgé­taire reconquise pour développer ses deux autres axes priori­taires : « réfor­mer et inves­tir », l’économie allemande est frappée de plein fouet par les réper­cus­sions de la crise financière mondiale. Creuser la dette est la seule poli­tique possible dès la fin 2008. Mais alors que, au fil des échéances élec­torales dans les Länder, les dis­sensions entre les deux formations au gouver­ne­ment repre­naient leurs droits dans la seconde partie de leur mandat, l’urgence du sauvetage du système ban­caire et de l’amortissement de l’impact de la crise financière sur l’économie réelle et l’emploi force la Grande coalition à se ressouder. Malgré la haute estime qu’elle a gagnée de ce fait dans l’opinion, les électeurs ont pourtant préfé­ré, en cet automne 2009, élire une coalition Union/FDP. Ils n’ont pas perdu de vue l’objectif premier : cons­truire les bases d’une compétitivité durable. Les ré­formes menées par la Grande coalition semblent finalement avoir été trop modérées…

Haut de page

Texte intégral

Du « 3e miracle économique »…

La mission de la coalition : croissance et emploi

1Au moment où le gouvernement de Grande coalition prend ses fonctions, la cons­cience de l’impératif du changement est intacte. Sous le gouver­nement précé­dent, les deux termes du contrat social allemand – compétitivité économique et solida­rité – avaient été quelque peu rééquilibrés, ce qui avait commencé à débri­der les forces de croissance de l’économie. Mais celles-ci ne dé­ploient pas en­core leurs effets sur le marché de l’emploi. A l’hiver 2005/06, le nombre de chô­meurs franchit la barre des 5 millions, moins parce que les entreprises hésitent à embaucher que parce que les « lois Hartz » avaient redéfini la notion de deman­deur d’emploi et élargi son périmètre. La montée en puissance de l’emploi atypique, corollaire voulu de ces réformes menées pour réduire les trappes à in­acti­vité, absorbera rapide­ment la nouvelle de­mande d’emploi ; le nombre de chô­meurs tombera à un peu plus de 3 millions en 2008. Mais à la fin 2005, l’ouvrage est loin d’être achevé : le cadre régle­mentaire n’est pas encore assez favorable à l’activité, le poids des pré­lèvements atteint 42 %, l’avenir du financement des re­traites ou de l’assurance ma­ladie n’est tou­jours pas assuré et, surtout, le déficit budgétaire reste trop élevé (il est de -3,3 % en 2005). Les électeurs ont confié au gou­vernement Merkel I une obligation de ré­sultats : asseoir durablement une crois­sance génératrice d’emplois.

Deux préalables : réforme du fédéralisme et consolidation budgétaire

2Il compte atteindre cet objectif grâce à une triple approche : « as­sainir, réformer, in­vestir ». Elle repose néanmoins sur deux préalables. Le pre­mier est insti­tution­nel. Il convient de mener la réforme longuement attendue du fé­déralisme : d’une part cla­rifier la répartition des compétences respectives du Bund et des Länder afin de le­ver les blocages qui avaient fini par nourrir un cer­tain im­mobi­lisme ; d’autre part, réviser les mécanismes du fédéra­lisme financier afin de remédier aux dysfonction­nements d’un régime de répar­ti­tion qui contribue à ali­menter la dette, et afin de con­traindre les Länder à respec­ter une plus grande dis­cipline budgétaire. Le se­cond préalable est la consolidation des finances publiques –priorité absolue pour garan­tir au Bund et aux Länder leur capacité d’investir dura­blement.

Evolution de la croissance du PIB et du déficit allemand (en % du PIB) depuis 2000

Croissance

Déficit

Croissance

Déficit

2000

3,2 %

1,3 %

2005

0,8 %

-3,3 %

2001

1,2 %

-2,8 %

2006

3,0 %

-1,6 %

2002

0,0 %

-3,7 %

2007

2,5 %

0,2 %

2003

-0,2 %

-3,8 %

2008

1,3 %

0,0 %

2004

1,2 %

-3,7 %

2009 *)

-5,0 %

-3,0 %

Source des données : Destatis (croissance) ; Eurostat (déficit). *)  2009 : prévisions du Conseil des Sages (rapport 2009).

Mais d’abord soutenir la reprise…

3La première mesure que prend le gouvernement est pourtant une hausse des dé­penses publiques. Sont ainsi programmés 25 milliards € sur la période 2005-2009 dans un plan de relance pour « l’innovation, la croissance, l’emploi et la con­fiance » (voir REA 74/05), financé en partie par le produit de privatisa­tions (l’intro­duction en bourse prévue de Deutsche Bahn AG ne sera pas réalisée), et plus lar­gement par la dette. D’entrée de jeu, ce plan s’attire les critiques des experts qui lui auraient préféré une ré­duction des dé­penses publiques et qui lui re­prochent de mêler en vrac soutien aux technolo­gies clefs, moderni­sation des in­frastructures, à l’emploi domestique, aux services liés à l’habitat, ainsi qu’aux familles. Mais la Grande coa­li­tion reste fidèle à son objectif : soutenir in­directe­ment l’activité pour accroître l’en­cours fiscal, et pour ré­duire dans le même temps les dépenses so­ciales grâce à la hausse du volume des cotisations so­ciales due à la création d’emplois induite par le retour de la croissance. L’ap­proche de la stratégie pour­suivie par le gouvernement, et dont ce plan n’est qu’un aspect, est classique : pour pouvoir atteindre l’objectif à moyen terme, à savoir la baisse des prélève­ments, il faut permettre à la reprise de gagner en vigueur. Or elle est en­core fragile.

4Ce n’est qu’ensuite, une fois le retour de la croissance confirmé, que le moment sera venu de procéder à la consolidation budgétaire, explique le gouvernement. Dans l’intervalle, quelques économies budgétaires sont adoptées (compression des dépenses de l’adminis­tration fédérale, réduction de diverses subventions, baisse ou gel de divers versements aux organismes de protection sociale, etc.). Cette poli­tique qui, lors­qu’elle est décidée par la Grande coali­tion, s’assimile à un pari sur l’avenir étant donné que la croissance du PIB n’est que de 0,8 % en 2005, prendra son sens un an plus tard. En effet, la crois­sance est non seule­ment de retour en 2006, mais atteint un niveau record (3 %), et l’Allemagne con­firme pour la 4e année consécutive son ‘titre’ de « championne du monde à l’ex­port ». Le vice-chancelier SPD, qui fut secrétaire d’Etat à la chancellerie sous les deux gouvernements Schröder, ne s’y est pas trompé, lors­qu’il souligne que « le SPD peut à juste titre être fier… [de ce] 3e miracle écono­mique, qui repose sur le vaste processus de ré­formes que nous avons engagé et qui constitue la réponse de l’Alle­magne à la glo­bali­sation – il est, bien sûr, por­té aussi par une conjoncture mon­diale favorable » (Der Spiegel, 9 juillet 2007).

… et améliorer l’encours fiscal…

5La consolidation budgétaire ne sera donc une priorité qu’à partir de 2007, durant la période faste. Elle s’effectue principalement grâce à une hausse de l’encours fiscal, ce qu’incriminent vertement instituts de conjoncture et Conseil des Sages. Parmi toutes les mesures adoptées (essentiellement suppression d’une série de niches fiscales comme la prime d’accession à la propriété ; modification, pour les entre­prises, du régime des amortissements), la plus spectaculaire est la hausse de 3 points de la TVA qui passe, le 1er janvier 2007, de 16 % à 19 %. Le moment est propice pour réduire l’impact de cette mesure sur la conjoncture : si le moteur des exportations tourne à plein régime et dynamise les investissements qui re­nouent avec leur niveau de 1991/93, les entre­prises créent des emplois (430 000 em­plois soumis à cotisations sociales en 2006), et la con­som­mation des mé­nages, portée par la con­fiance en l’avenir (et entretenue aussi par le succès que fut l’organisation du Mondial de football à l’été 2006), se révèle assez solide pour absorber la hausse induite du coût de la vie. Le deuxième moteur conjoncturel, la demande intérieure, redémarre à cette époque – il n’a guère faibli depuis.

… pour commencer ensuite à réduire le déficit

6Le déficit peut ainsi être ramené à 2 % du PIB en 2006. Et quand, au premier se­mestre 2007, l’Allemagne assume la présidence de l’UE (comme celle du G8 ; voir REA 80 et 82/07), elle respecte à nouveau les cri­tères de Maastricht. Mais, s’in­surgent les experts, ce re­tour à la vertu re­pose bien plus sur la bonne con­joncture que sur un réel effort de consolidation, et il con­viendrait plutôt de mener « une poli­tique nette­ment plus ambitieuse » (rap­port d’automne 2006 des Insti­tuts). Celle-ci devrait s’attacher en priorité à rame­ner la dette en dessous de la barre des 60 % du PIB (elle atteint 67,6 % en 2006), in­siste de son côté la Com­mission européenne à la fin 2006.

7Peer Steinbrück (SPD), ministre fédéral des Finances, s’y engage publi­quement, tout en souli­gnant que le gouvernement doit veiller à ce que « conso­li­dation et im­pulsions données à la croissance aillent de pair » (Handelsblatt, 29-01-2007). Car si la con­joncture mondiale est porteuse et que les fondamentaux de l’éco­nomie alle­mande sont bons, il n’en reste pas moins à les consolider. En 20 ans, l’éco­nomie allemande s’est tertiarisée sans se désindustrialiser, les exportations se sont géo­graphique­ment diversifiées, l’industrie a reconquis et stabilisé ses parts de mar­ché mon­diales grâce à un effort systématique d’innovation, sa compé­titivité qui n’est plus basée sur les seuls prix lui permet de résister à l’appréciation du dollar comme à la flambée des prix pétroliers et des matières premières. Et ce position­nement dans une mondialisation assumée (voir REA 83/07) bénéficie à l’emploi.

Mais le retour de la croissance attise les convoitises …

8Mais, s’inquiète le Conseil des Sages (rapport annuel 2006), les bons indicateurs « ne doivent pas servir d’alibi » pour ajourner les réformes qui restent à mener pour stabiliser ces fondamentaux et pérenniser le système de protection sociale pour qu’il cesse de creuser le déficit. Certes, un tiers des re­cettes issues de la hausse de la TVA est affecté à l’abaissement du taux de coti­sation chômage de 6,5 % à 4,5 % (les deux autres tiers vont à la réduc­tion du déficit), ce qui dynamise l’em­ploi, et génère donc une hausse globale du volume des coti­sations, mais cela ne permet pas de résoudre les problèmes structurels du finan­cement de l’Etat providence.

… et la tentation de revenir sur les réformes passées

9L’avertissement du Conseil des Sages, partagé par tous les experts, ne s’adresse pas seulement au gouvernement ; il vise aussi les par­tenaires sociaux, de plus en plus tentés de partager les fruits de la croissance après une longue décennie de modération. Ce qui inquiète le plus les éco­nomistes, c’est la montée pro­gressive de revendications visant l’instauration d’un salaire minimum légal (voir REA 88/08, ainsi que l’analyse qui y est consacrée dans ce numéro) ou l’exten­sion des subven­tions salariales (voir REA 79/06). Plus généralement, une partie de la gauche alle­mande, jusqu’au SPD, comme du mouvement syndical (surtout ver.di), arguant du fait que « la majorité des Allemands ne voit rien passer des fruits de ce ‘miracle économique’ » (communiqué de presse de ver.di, 16-07-07), prône désormais de plus en plus ouvertement un retour en arrière sur les ré­formes so­ciales de l’Agenda 2010. A l’été 2006, le gouvernement avait certes opéré une série de réajuste­ments : alignement du montant de l’aide forfaitaire de base de l’est sur le niveau de l’ouest (345 €) ; allongement de la durée de verse­ment des allocations chômage pour les plus de 50 ans. Mais il s’est refusé à modifier les conditions ouvrant droit au versement des allocations et introduites par la loi « Hartz I », dont l’obligation d’accepter un emploi proposé même s’il est moins ré­munéré que l’emploi antérieur.

Les milieux économiques montent au créneau

10Au sein même de la Grande coalition, les tentations d’assouplir le nouveau ré­gime d’indemnisation chômage, d’instaurer un ‘SMIC’ légal, d’abroger la loi recu­lant l’âge de dé­part à la retraite…, prennent une telle ampleur que les fédé­ra­tions de l’in­dus­trie et du patro­nat (BDI, BDA), de même que leurs ho­mologues des CCI et de l’arti­sanat (DIHK et ZDH) publient le 17 octobre 2007 un vibrant appel. Elles y « mettent en garde conjointe­ment [le gouvernement] de revenir en arrière sur une partie des ré­formes », estimant que « l’Allemagne ne peut se permettre de tomber dans une po­litique populiste et rétrograde, alors que le reste du monde affronte les change­ments nécessaires ». Et avec une rare virulence, elles con­cluent : « Nous lan­çons un appel solennel au SPD et à l’Union : ne reve­nez pas en arrière sur les ré­formes ! Ne cassez pas la dynamique de reprise ! ». Deux mois plus tard, le Conseil des Sages intitule son rap­port annuel : « Ne pas re­mettre en jeu l’acquis ! ».

A mi-mandat, grande tentation d’immobilisme

11C’est que, après la tendance à la procrastination qui avait guetté le gouvernement durant l’année prospère qu’était 2006 et qu’avait seule enrayée au 1er se­mestre 2007 la présidence de l’UE exercée par une Allemagne chargée de relan­cer au sein de l’Union le processus de Lisbonne (réformes structurelles) et donc forcée de se montrer exemplaire, l’approche d’une série d’élections régionales en 2008 au début de la deuxième moitié de la législature commence à favoriser les suren­chères électoralistes au sein de la Grande coalition. Et la tentation est grande alors de se contenter d’engranger les bénéfices de la croissance plutôt que de pour­suivre une politique de consolidation budgétaire et de réformes. La dette a pu être réduite à 67,6 % du PIB en 2006, puis à 65 % l’année suivante, mais elle ne res­pecte toujours pas les critères de Maastricht.  

Retraites, assurance maladie, fiscalité des entreprises : des réformes perfectibles

12La politique de réformes se concentre en effet essentiellement sur le 1er se­mestre 2007. En mars est votée la loi reculant progressivement l’âge légal de dé­part à la retraite de 65 à 67 ans entre 2012 et 2029. De même, entre en vigueur le 1er avril une profonde réforme de l’assurance maladie qui renforce la concur­rence entre les caisses pour l’offre de soins et leur prise en charge et qui instaure un fonds de péréquation de la santé (Gesundheitsfonds) répartissant les res­sources en fonc­tion des profils de risque des caisses (voir REA 79/06). Ce Fonds qui cherche à conci­lier les approches contraires du SPD (cotisation obligatoire pour tous et frappant tous les revenus) et de l’Union (cotisation forfaitaire d’un montant iden­tique pour tous les assurés, qu’ils relèvent de l’assurance publique ou privée) est hautement controversé dès le départ. Néanmoins mis en place le 1er janvier 2009, il est consi­déré par le Conseil des Sages comme devant être revu d’ur­gence ; sa réforme fait partie du programme de l’actuel gouvernement. Il com­porte également une révision de la réforme de la fiscalité des entreprises adoptée à l’été et entrée en vigueur en 2008 : si elle abaisse entre autres l’impôt sur les bénéfices des sociétés anonymes (le taux passe de 39 % à 30 %), elle pénalise les sociétés de personnes, autrement dit : la majorité des PME (voir REA 92/09).

Modernisation de la politique familiale

13Enfin, en décembre 2007 est voté le second volet de la nouvelle politique fami­liale : il prévoit de tripler le nombre de crèches d’ici 2013. Le premier volet, entré en vi­gueur en janvier de la même année, créait une allocation de congé parental, versée pendant 12 mois à celui des parents qui interrompt son activité pour se consacrer à la garde du nouveau-né. L’objectif de cette politique familiale active est de per­mettre aux parents de mieux concilier vie familiale et professionnelle. Elle vise donc, in fine, en créant des conditions plus favorables à une hausse du taux de natalité et en incitant surtout les femmes en âge d’activité à occuper plus d’emplois soumis à cotisations so­ciales, à élargir l’assiette globale du finance­ment de la pro­tection sociale.

Réformes du fédéralisme : clarification des compétences…

14Quant aux deux volets de la réforme du fédéralisme – préalables à la poursuite des reformes structurelles –, ils ont été engagés dès l’arrivée au pouvoir de la Grande coalition. En septembre 2006, le fédéralisme politique est révisé : les compétences législatives respec­tives du Bund et des Länder sont mieux clari­fiées, et le pouvoir de contrôle des Länder sur les lois fédérales renforcé dès lors qu’elles impliquent leur budget. Et désormais les Länder sont mis à contribution à hau­teur de 35 % si l’Allemagne encourt des sanctions pour non-respect des critères de Maastricht.

…et frein à l’endettement

15Le processus de réforme du fédéralisme finan­cier est engagé en dé­cembre 2006 mais ne débouchera sur un accord qu’au dé­but de 2009. Sa princi­pale disposition est l’adoption d’un pacte de stabilité interne à l’Allemagne, inscrit dans la Cons­titution, et aux termes duquel le Bund limite tout nouvel endettement à 0,35 % du PIB à partir de 2016 ; quant aux Länder, tout nouvel endettement leur est interdit à partir de 2020. En cas de catastrophe ou de crise, ces dispositions peuvent néan­moins être levées temporairement, à condition que Bund et Länder s’en­gagent sur un plan de remboursement. Bien qu’elles soient considérées comme quelque peu timides, ces deux réformes n’en sont pas moins unanimement saluées par les experts.

Une nouvelle priorité pour la compétitivité : développer les compétences humaines

16Reste à agir sur un autre facteur clef d’une compétitivité durable à l’ère du sa­voir et de la connaissance : la hausse des qualifications. Les ressources humaines sont en effet la seule ressource naturelle notable dont dispose l’Allemagne, celle sur la­quelle repose la capacité de son économie à innover en permanence. Mais le gou­vernement fédéral n’étant pas compétent en matière d’éducation, la seule politique qu’il peut mener consiste à réunir les acteurs concer­nés – en premier lieu les Län­der, presque entièrement souverains en la matière depuis la réforme du fédéra­lisme politique – et à impulser un large débat public. C’est ainsi que se tient en octobre 2008 un Sommet de l’éducation et de la forma­tion dont le princi­pal mérite est de placer le thème de l’urgente modernisation de l’ensei­gnement supérieur en tête de l’agenda politique. Celui-ci est en effet le pa­rent pauvre en comparaison de la recherche (les dépenses de R&D dépassent les 2,5 % du PIB depuis 2005), et ne forme pas assez d’ingénieurs et techniciens (voir REA 88/08). L’actuelle coali­tion a inclus cette probléma­tique stratégique dans son programme.

… à l’urgence de la gestion de crise

17Les répercussions de la crise financière mondiale frappent de plein fouet l’Alle­magne au début du mois d’octobre 2008, et la Grande coalition, qui commençait à cultiver ses dissensions internes à l’ap­proche des élections au Bundestag un an plus tard, se ressoude pour faire face à la crise et « conforter la confiance », comme l’exprime la chancelière le 7 octobre dans son discours au Bundestag.

480 milliards € de garanties et cautions pour soutenir le système bancaire

18Avant toute chose, il faut préserver le système bancaire. Le 13 octobre, pour pa­rer au risque systémique, est créé un Fonds spécial de stabilisation du marché fi­nan­cier (SoFFin) ; il est doté 480 milliards € pour assurer la garantie des prêts in­ter­bancaires, la recapitalisation des établissements et le rachat d’actifs à risque. En­suite, il convient de consulter toutes les parties concer­nées et de prendre le temps de la réflexion avant d’agir (voir REA 89/08) pour définir la meilleure poli­tique de soutien à l’économie – en accord avec les partenaires européens sur une relance coordonnée. Pour l’Allemagne, la princ­ipale difficulté consiste à ne pas mettre en danger la soutenabilité des finances publiques ; le déficit 2008 est ramené à zéro ! Mais en même temps, cela donne au gouvernement une cer­taine latitude d’action.

100 milliards € pour la relance, puis 115 milliards € pour parer au credit crunch

19Deux programmes de relance, financés par Bund, Länder et com­munes, dotés de 50 milliards € chacun et portant sur deux ans, sont adoptés. Le Pro­gramme pour garantir l’emploi et dynamiser la croissance, le 5 décembre : il vise pour l’essen­tiel à soutenir l’accès des entre­prises (surtout des PME) au crédit et à promouvoir l’inves­tissement public et pri­vé par des mesures fiscales. Le Pacte pour l’emploi et la sta­bilité en Allemagne, voté le 20-02-2009, comporte des mesures de sou­tien à l’in­vestisse­ment (infrastructures) et à l’innovation (pro­gramme ZIM pour les PME, voir REA 90/09). S’y ajoutent des mesures secto­rielles (prime à la casse de 2 500 €), un volet de soutien à la demande des mé­nages (essentiellement via une baisse des impôts et cotisations) et un allégement provisoire du régime du chômage partiel (voir REA 90/09). A la mi-mars est en outre mis en place un Fonds de soutien aux entreprises, doté de 115 milliards € d’aides et garanties pour celles qui sont en butte à la restriction du crédit bancaire.

Mais une politique de soutien sectoriel vertement critiquée

20La plupart des mesures visant la stabilisation du système bancaire, de l’emploi et du financement des entreprises ont reçu un accueil relativement favorable de la part des experts, malgré une critique générale concernant la montée en puis­sance de l’intervention de l’Etat dans l’économie. Il n’en va pas de même, loin s’en faut, des mesures en faveur de l’industrie automobile. Outre le fait qu’elles retardent les inéluctables restructurations mon­diales d’un sec­teur qui a ac­cumulé les surcapaci­tés et les erreurs de ma­nage­ment, elles inhibent le bon fonc­tionne­ment du marché, explique par exemple le Conseil des Sages dans son rap­port 2009. Le gouverne­ment doit plutôt, même si cela lui est difficile, refuser toute aide di­recte aux entre­prises ou branches « quand entreprises, syndi­cats et monde poli­tique sont étroite­ment liés ». Et il doit ré­sis­ter à la « virulence » avec laquelle savent formuler leur demande les groupes « qui sont à même d’orga­niser effi­cacement la défense de leurs intérêts ».

21A cet égard, « le soi-disant sauve­tage d’Opel » constitue une grave erreur en ma­tière de poli­tique indus­trielle. L’Etat doit se contenter de veiller à ins­taurer un cadre fa­vorable à l’activité, afin « que les entreprises puissent dévelop­per par leurs propres forces leur capaci­té à prospérer et à innover ». Par défini­tion, la mission de la politique industrielle n’est pas de chercher à créer des « cham­pions » mais de mener une politique vi­sant à garantir le libre jeu de la concur­rence, seul terreau favorable à l’innovation permanente, et donc à la compé­ti­tivité.

22La Grande coalition n’a eu, en définitive, que moins de trois ans pour pour­suivre, dans la continuité du gouvernement précédent, la politique de moderni­sa­tion du « site Allemagne ». Certes, Union et SPD n’ont pas toujours su surmonter leurs clivages : en matière sociale, comme le montre l’idéologisation du débat sur les bas salaires, en matière politique comme le révèle la tentation croissante du SPD de ra­dicaliser son discours à gauche, ou la tendance de l’Union à vou­loir à tout prix chercher le compromis, même sur des dossiers contraires à sa doc­trine (‘SMIC’ légaux, Fonds pour la santé).

23Souvent, dans une Allemagne fédérale en quasi-permanente situation élec­torale, les formations au gouvernement fédéral cherchent à composer avec les attentes présumées des électeurs. Mûs par une singulière unité pour ignorer la doctrine ordo-libérale alors même qu’ils en partagent l’approche (voir REA 84/07), les partis de la Grande coalition ont ainsi tenté de frei­ner le processus de libérali­sation des an­ciens services publics en prolongeant, par des voies détour­nées, le monopole de Deutsche Post (via un salaire minimum légal et la proro­gation de l’exonéra­tion de la TVA ; voir REA 85/08) et de Deutsche Tele­kom (via l’octroi du monopole sur les infrastructures à très haut débit ; voir REA 78/06). Cette poli­tique, en contradiction aussi avec l’engagement européen procla­mé de l’Alle­magne , a montré clairement les limites d’une telle majorité et son essoufflement progressif.

24Mais l’absence d’opposition politique forte a été compensée par l’accom­pagne­ment sans complaisance de la part des experts (instituts écono­miques, Con­seil des Sages…) comme des acteurs économiques eux-mêmes et, bien entendu, des mé­dias d’information dont le rôle de critique et de contrôle est primordial outre-Rhin. La permanence du débat public, la rigueur avec laquelle y ont été ex­posés les faits et discutés les arguments des différentes parties, n’étaient cepen­dant pas propres à la législature écoulée. C’est l’une des caractéristiques clefs expliquant la continuité des politiques, décidées au fil d’un lent processus de ma­turation. Peut-être certaines des réformes retardées ou des er­reurs de cap com­mises seront-elles ré­activées ou corrigées par le(s) gouvernement(s) suivants(s).

25Bien qu’imparfait au vu des espoirs de 2005, le bilan de la Grande coalition n’en est pas moins positif. Car c’est dans l’adversité que les deux grands partis, CDU et SPD, ont su prouver, ensemble, qu’ils assumaient leur responsabilité, donnant la mesure de leur solidarité dans l’intérêt du pays, c’est-à-dire pour préser­ver la confiance des ac­teurs économiques. Et c’est assurément dans la ges­tion de crise que la chancelière a confirmé le rôle de ‘modératrice’ que la Constitution con­fère à ce poste, sachant concilier les intérêts les plus divergents. Surtout, ain­si que le formule le politologue Jürgen Falter, « A. Merkel a apporté à la politique un nou­veau réalisme » (Handelsblatt, 18/19-09-2009). Sous la Grande coalition, et à l’épreuve de la plus profonde récession qu’ait rencontré la République fédé­rale dans son histoire, l’Allemagne a non seulement confirmé sa normalité, mais dé­montré une fois de plus sa capacité à surmonter les crises.

Haut de page

Bibliographie

Bourgeois I., Lasserre R., La République fédérale d’Allemagne. Chronique politique, économique et sociale 1949-2009, Travaux et Documents du CIRAC, Cergy-Pontoise, 2009

Geis M., « Große Koalition : So war’s », Die Zeit, 17-09-2009

Lasserre R., « A défaut d’alternance, une réelle perspective de changement », éditorial, Regards sur l’économie allemande, n° 73 (octobre 2005)

Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, rapports annuels 2006, 2007, 2008 et 2009 (www.sachverstaendigenrat-wirtschaft.de)

Gemeinschaftsgutachten, rapports conjoints de printemps et d’automne des Instituts de conjoncture, de 2005 à 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Grande coalition 2005-09 : un bilan plus qu’honorable », Regards sur l'économie allemande, 94 | 2009, 11-17.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Grande coalition 2005-09 : un bilan plus qu’honorable », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 94 | décembre 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/3987 ; DOI : 10.4000/rea.3987

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page