Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

La reprise s’esquisse

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1L’économie allemande commence à sortir de la récession. Au 2e trimestre, le PIB a renoué avec la croissance (+0,4 %), tendance consolidée au 3e, avec + 0,7 %. Fina­le­ment, la récession aura été moins profonde qu’on ne craignait encore au printemps. Elle reste certes historique, mais le recul du PIB se situera cette année à -5 % (-4,9 % selon la Bundesbank) et non pas aux -6 % alors redoutés. Le rebond de la demande mondiale de biens d’investissement, l’extraordinaire stabilité du marché de l’emploi allemand, la bonne tenue de la demande intérieure – ainsi que les premiers effets sta­bilisateurs des plans de relance, étayent la confiance des acteurs comme des ob­ser­vateurs. La reprise est amorcée ; et dès l’an prochain, la croissance pourrait atteindre jusqu’à 1,6 % selon le Conseil des Sages ou la Buba (rapport de décembre).

Prévisions des instituts de conjoncture et du Conseil des Sages

Instituts

Conseil des Sages

2008 a)

2009 b)

2010 b)

2008 a)

2009 b)

2010 b)

(variation en % par rapport à la même période de l’année précédente)

PIB

1,3

-5,0

1,2

1,3

-5,0

1,6

Consommation privée

0,4

0,7

-0,24

0,4

0,8

-0,1

Consommation publique

2,1

2,3

1,5

2,1

2,2

1,8

Investissements bruts

3,1

-8,9

1,0

3,1

-8,8

1,4

Biens d’équipement

3,3

-20,3

1,2

3,3

-20,9

1,5

Construction

2,6

-1,2

0,6

2,6

-0,4

1,2

Autres biens

5,3

5,1

2,8

5,3

4,2

2,5

Demande intérieure

1,7

-2,3

0,2

1,7

-1,8

0,7

Exportations

2,9

-14,0

6,1

2,9

-14,7

6,3

Importations

4,3

-9,1

4,0

4,3

-9,0

4,5

Prix à la consommation (2000 = indice 100)

2,6

0,3

0,6

2,6

0,3

1,2

(état)

Déficit public en % du PIB

0,0

-3,2

-5,2

0,0

-3,0

-5,1

Actifs (en millions)

40,28

40,17

39,38

40,28 c)

40,27 c)

39,65 c)

Chômeurs indemnisés (en millions)

3,27

3,47

4,07

3,27

3,43

3,96

Source des données : Rapport d’automne des instituts de conjoncture (« Zögerliche Belebung – stei­gende Staatsschulden ») daté du 15-10-2009 et Rap­port annuel du Conseil des Sages (« Die Zukunft nicht aufs Spiel setzen ») du 13-11-2009. a) état ; b) prévi­sions ; c) salariés soumis à cotisations sociales.

Une reprise tirée par la consommation…

2Ce rebond qui succède aux deux trimestres ‘noirs’ du tournant 2008/09 où le PIB avait chuté de 2,4 % et de 3,5 %) est à mettre à l’actif des deux moteurs conjonctu­rels. Au printemps, c’est en effet la consommation qui a tiré l’économie : elle a aug­menté de 0,7 % au 1er se­mestre 2009. Le contexte était favorable : prix énergétiques modé­rés, une inflation proche de zéro et des revenus disponibles accrus sous l’effet des fortes hausses salariales conclues en 2008. Les diverses mesures de soutien du gou­ver­ne­ment fédéral ont joué un rôle important : pour l’essentiel baisses d’im­pôts et de cotisa­tions pour les ménages, hausse des allocations familiales, prime à la casse. En­fin, facteur tout aussi décisif : la confiance des ménages dans la bonne te­nue de l’emploi.

… un marché de l’emploi qui résiste…

3Entre octobre 2008 et septembre 2009, en données CVS, le nombre de demandeurs d’emploi n’a augmenté que de 280 000, ce qui porte le nombre de chômeurs indemni­sés à 3,5 millions (taux : 8,2 %). Et même si on corrige ces chiffres des modifications intervenues dans les statistiques (n’y sont plus comptabilisés les chômeurs s’adres­sant à des agences privées), la hausse ne serait que de 400 000 personnes (ce qui placerait le taux à 8,5 %), expliquent les Instituts. En tendance, l’activité a même ces­sé de reculer au 3e trimestre 2009, souligne de son côté la Bundesbank ; quant au nombre des actifs occupés, il dépassait en données CVS le niveau du début 2008. C’est que, sous l’angle structurel, le secteur tertiaire (public et privé) a large­ment com­pensé les compressions d’effectifs dans l’industrie. Au plan réglementaire, le dispositif du chômage partiel (et son assouplissement temporaire ; voir REA 90/09) a largement limité le recours aux licenciements économiques, d’autant que la pénurie de main-d’œuvre qualifiée persiste. Au 3e trimestre, on comptait en équivalent temps plein 350 000 personnes bénéficiant de ce régime (Bundesbank).

… et un regain de la demande mondiale

4A partir de l’été, c’est ensuite le moteur des exportations qui a redémarré. Après une forte chute au cours des trois trimestres précédents (-7,9 % puis -10,5 % et -1,2 %), celles-ci ont augmenté au 3e trimestre de cette année (+6,0 %). Si c’est bien l’ouver­ture de l’économie allemande et sa spécialisation sectorielle qui expliquent l’ampleur des ré­percussions d’une demande mondiale en baisse sur sa conjoncture, les mêmes fac­teurs contribuent à la reprise, aujourd’hui que la demande mondiale se redresse. Au 3e trimestre, les entrées de commandes étrangères ont connu une hausse de 8,9 %. Et depuis le creux de la vague enregistré en février, elles ont « crû de pas moins de 24 % en valeur réelle », estime la Bundesbank, voyant là « l’effet positif de l’assorti­ment » d’une industrie spécialisée dans les biens d’investissement et les biens inter­médiaires. Certes, ce frémissement est fragile, et il n’est pas encore constant non plus, comme le révèle le recul des commandes en octobre, surtout en provenance d’une zone euro où l’activité ne reprend que graduellement. L’industrie automobile est en outre affectée par la fin des mesures de soutien des Etats de l’UE.

La production est repartie

5Tirée par la demande étrangère, la production industrielle a enfin repris au 3e tri­mestre (+3,6 %), après plus d’un an de baisse de l’activité (qui avait entraîné à sa suite une baisse des investissements) ; son niveau reste cependant lar­gement inférieur (de 17,4 % selon le ministère fédéral de l’Economie) à celui enre­gistré au 3e trimestre 2008. La hausse de l’activité industrielle, due également à l’écoulement des stocks, devrait néanmoins rester contenue durant les mois à venir. Indépendamment d’une toujours possible (bien que peu vraisemblable) restriction du crédit bancaire, cette tendance est liée au recours massif au chômage partiel. Pour conserver leurs res­sources humaines malgré un taux d’exploitation des capacités tombé à 71,3 % à la mi-2009 (Conseil des Sages), les entreprises ont puisé dans leurs réserves, réduisant le ratio de fonds propres qu’elles avaient réussi à accroître de 8 points en dix ans, mais aussi leur trésorerie, ce qui peut se révéler défavorable pour l’obtention d’un crédit et, plus généralement, limite pour l’instant leur capacité à investir. Tout dépend, au fond, de la vitesse à laquelle l’économie mondiale et, plus encore celle de l’UE, amorcera sa sortie de crise, expliquent prudemment les experts. Les entreprises quant à elles gardent confiance, à en croire un indice ifo toujours orienté à la hausse. Et elles se montrent largement optimistes, comme le révèle l’en­quête de la fédération des CCI (la DIHK) auprès de ses membres et ache­vée au début de décembre : ils s’attendent à voir progresser la production industrielle de 5 % l’an prochain.

Une inconnue : l’évolution de l’emploi

6Mais pour ce faire, ils devront réduire leurs capacités et compri­mer leurs effectifs : 300 000 emplois seront détruits, résume la DIHK, princi­palement dans les grands groupes de l’industrie automobile, la construction méca­nique et la métallurgie, les branches les plus affectées. Les PME, à l’inverse, qui souffrent le plus de la pénu­rie de main-d’œuvre qualifiée, ne prévoient pas de licen­ciements massifs. C’est là que réside la principale inconnue pour l’ampleur de la reprise : dans l’évolution de l’emploi et ses effets sur la consommation comme sur les comptes sociaux. Combien de temps les entreprises résisteront-elles à la baisse de leur rentabilité ? Si le chômage partiel et l’épuisement des comptes épargne temps n’ont pas trop tassé en 2009 les revenus des salariés puisque les salaires conventionnels avaient connu une hausse d’un peu plus de 2 %, il devrait en aller autrement dès 2010. Les conventions con­clues pour les deux années à venir prévoient une progression de 1,5 % au maximum. Conjuguée à l’augmentation inévitable de la pro­ductivité horaire, cette modération de­vrait ramener les coûts salariaux unitaires à la nor­malité (ils avaient progressé de 5 % cette année ; Bundesbank). Mais dans aucun cas, le chômage ne devrait exploser.

7Les perspectives sont positives pour l’économie réelle allemande, et il n’est pas impossible que la reprise soit plus franche encore si la demande mondiale s’affermit plus vite que prévu, estime même la très prudente Bundesbank. Alors « pourquoi A. Mer­kel peint-elle l’avenir en noir ? », se demande un éditorialiste après le discours tenu le même jour par la chancelière devant le patronat (Welt.Online, 24-11-09). Son but ne serait-il pas de « parer à l’espoir que seront engagées des réformes de fond et une baisse des impôts » ? Et de fait, Instituts, Conseil des Sages et Bundesbank (rap­port de no­vembre) tirent à boulets rouges sur le programme de la coalition, in­crimi­nant un cap de consolidation budgétaire jugé trop peu convaincant. « Une poli­tique économique sans stratégie conséquente de sortie crise et qui laisse trop peu de lati­tude en matière d’investissements dans la formation et l’in­novation risque de mettre en jeu l’avenir » (Conseil des Sages). Seule la hausse des qualifi­cations garantira du­ra­blement croissance et emploi dans une économie désormais basée sur le savoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « La reprise s’esquisse », Regards sur l'économie allemande, 94 | 2009, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « La reprise s’esquisse », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 94 | décembre 2009, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rea.revues.org/3975

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page