Navigation – Plan du site
Editorial

Une nouvelle majorité, pour quoi faire ?

René Lasserre
p. 1-2

Texte intégral

1Après la phase transitoire de mise en place du nouveau gouvernement et les célébrations réussies du 20e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, l’action politique a repris son cours. Mais alors que le changement de majo­rité a été acquis sans surprise et s’est opéré sans encombre, le second gou­vernement d’Angela Merkel connaît un départ difficile. Comme si la nouvelle majorité que la Chancelière avait appelée de ses vœux se révélait beaucoup moins confortable que prévu, à la fois dans la définition de ses orientations et dans sa dynamique interne.

2Au plan économique et social, la convergence des orientations doctrinales des chrétiens-démocrates et des libéraux ne fait pas de doute. Les deux partis adhèrent pleinement aux principes de l’économie de marché ; ils se rejoignent dans la nécessité de faire prévaloir le respect des règles de la concurrence et de limiter le rôle de l’Etat aux seuls domaines où son inter­vention est indispensable, à savoir la détermination d’un cadre réglemen­taire d’ensemble, ou lorsqu’elle se justifie par le nécessité de faire prévaloir l’intérêt géné­ral. Dans le champ social, les chrétiens-démocrates accordent plus d’impor­tance que le FDP à la protection des droits des salariés et à une protection sociale redistributive au bénéfice des catégories les moins favori­sées, mais les uns et les autres partagent la conviction que, dans l’accès aux garanties de l’Etat social, la logique de la responsabilité individuelle doit l’emporter sur celle de l’assistance.

3Ces convergences sur les principes de fonctionnement de l’économie de marché et ces différences d’accent sur la philosophie de l’Etat social offrent pour la Chancelière et le parti conservateur majoritaire une base de consen­sus et de coopération a priori plus large que la recherche d’une voie de compromis avec le rival social démocrate. Bien que le SPD soit converti de longue date à l’économie de marché et rompu à l’exercice des responsabi­lités gouvernementales, il n’en cherche pas moins légitimement, en période de crise, à préserver les acquis sociaux et à renforcer l’intervention régula­trice de l’Etat. L’expérience de la Grande coalition a montré que l’exercice est tout à fait possible, mais qu’il est contraignant et qu’il se complique en­core quand, à force de compromis de gestion, le partenaire voit s’ouvrir sur sa gauche une opposition tribunicienne qui se nourrit du mécontentement éprouvé par les sacrifices consentis. Même si la coopération des deux parte­naires s’est finalement révélée performante dans le redressement opéré depuis 2005, puis dans la gestion initiale de la crise en 2008-2009, la reconduction de la coalition n’offrait plus de perspective crédible. L’alliance avec les libéraux, dès lors qu’elle devenait à nouveau possible, est alors ap­parue à Angela Merkel comme le choix le plus naturel et le plus raison­nable.

4C’était toutefois sans compter qu’entre temps les enjeux de politique écono­mique avaient évolué et que la base de compromis avec les libéraux s’était nettement déplacée. En 2005, l’alliance avec le Parti libéral devait fournir une majorité de changement pour imposer une nouvelle politique de l’offre. Il s’agissait alors de restaurer la compétitivité de l’économie allemande en réformant les régimes sociaux aux fins d’abaisser le coût du travail. Aujourd’hui ces changements ayant été opérés par la Grande coalition et la ré­forme de l’Etat-Providence étant pour l’essentiel acquise, l’enjeu est tout autre. Il s’agit désormais pour la majorité conservatrice-libérale de sortir le pays d’une crise profonde de la demande subséquente à la crise financière et à la rétraction du crédit, pour assurer ensuite les bases d’une croissance du­rable par une consolidation résolue des finances publiques. Subsidiaire­ment, la majorité devra aussi ramener l’intervention « secouriste » de l’Etat dans la normalité du libéralisme organisé, mais il est vraisemblable que, sur cet enjeu au moins, le consensus devrait être relativement facile à trouver.

5C’est visiblement beaucoup plus problématique pour la question, aujour­d’hui centrale, de la consolidation budgétaire pour laquelle Guido Wester­welle, le leader du FDP, enfourche son cheval de bataille favori de la baisse des impôts, seule capable selon lui, de « libérer les forces du marché » et de tirer la croissance. Il se trouve que le remède est largement inadapté et intempestif, car il ne devrait plus s’agir pour le gouvernement de distribuer des cadeaux fiscaux supplé­mentaires, mais de définir par quelle voie il en­gagera la réduction des défi­cits et remboursera les dettes massives qui ont été contractées pour soute­nir et relancer l’économie. La négociation du contrat de coalition illustre avec éloquence ce contraste pour le moins sur­prenant entre l’air de flûte enjoué de la baisse des impôts et le silence entendu du Ministre fédéral des finances Wolfgang Schäuble à qui revien­dra la tâche difficile d’actionner le moment venu la vis de torture de la fameuse Schuldenbremse que la Grande coalition avait encore pris soin d’installer comme codicille dans la Loi fondamentale.

6Heureusement, les dissonances semblent plus réduites sur le terrain social où la CDU semble avoir veillé, face à un allié libéral remuant et souvent peu sensible aux préoccupations du monde du travail, à s’ériger en garant du dialogue social. Il semblerait donc à première vue que chacun des parte­naires s’efforce pour l’instant de jouer sa partition, ce qui peut sembler judicieux mais pourrait éventuellement se révéler dangereux pour les élec­tions de mai prochain en Rhénanie du Nord-Westphalie où la coalition CDU-FDP sera soumise à un test important. Quant à la politique écono­mique à moyen terme et au nouveau modèle de croissance à promouvoir dans l’après-crise, les sensibilités communes sont nombreuses et devraient pouvoir s’affirmer progressivement, d’autant que les deux partis disposent de nombreux relais dans les régions les plus dynamiques et dans le monde des affaires. Cela étant, d’un foisonnement de projets d’avenir, peu de lignes directrices encore se dégagent…

7Il est à craindre que, par le jeu complexe des différences de sensibilité et des parentés doctrinales, la « petite coalition » soit sensiblement moins pro­ductrice de choix porteurs et durables que ne le fut la Grande coalition. Celle-ci était en quelque sorte contrainte, pour survivre, à des obligations de résultat, et les deux grands partis devaient, pour ce faire, parvenir à des choix partagés sur le fond. L’alliance CDU-CSU-FDP sera plus sensible aux clivages intra-partisans et intra-régionaux, peut-être plus encline aux mar­chandages, et sa gestion ne sera sans doute pas de tout repos. Ceci d’au­tant moins qu’elle s’appuie sur une base politique beaucoup plus étroite au Bundesrat que la majorité insubmersible dont disposait la Grande coalition. Enfin, les deux partis chassent généralement sur les mêmes terres et visent les mêmes clientèles électorales, ce qui les conduit naturellement à cultiver leurs différences. La crise n’est pas finie, mais le jeu politique classique semble avoir déjà repris ses droits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « Une nouvelle majorité, pour quoi faire ? », Regards sur l'économie allemande, 94 | 2009, 1-2.

Référence électronique

René Lasserre, « Une nouvelle majorité, pour quoi faire ? », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 94 | décembre 2009, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rea.revues.org/3973

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page