Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Une reprise attendue

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1Finalement, le PIB allemand aura seulement stagné en 2003. Le recul de -0,1 % enregistré est sans comparaison avec l’année noire que fut 1993 ; la croissance avait alors chuté de -1,1 %. Le soulagement est grand car, pour une fois, à l’inverse des années précédentes, la réalité n’a pas démenti les prévisions des conjonc­tu­ristes. Ceux-ci, se fondant sur la reprise américaine et le dynamisme des marchés asiatiques et est-européens, attendaient un regain d’activité en Allemagne dès l’été. Et de fait, ce sont les deux derniers trimestres (+0,2 % chacun ; Destatis), qui au­ront sauvé la croissance allemande en 2003, laissant augurer de surcroît une an­née 2004 hono­rable. Le PIB devrait en effet croître d’au moins +1,7 % en moyenne se­lon toutes les prévisions, dont celles du gouvernement fédéral.

Recul des exportations aux USA et dans l’UE…

2Une fois de plus, la conjoncture allemande a été portée par les seules exportations (+1,1 %). En comparaison de l’année précédente (+3,4 %) et sur­tout du record enregistré en 2000 (+13,7 %), le moteur conjoncturel allemand donne des signes de faiblesse. C’est là une tendance qui s’était annoncée dès la mi-2000 et qui s’est amplifiée depuis dans le contexte de l’accumulation des crises et incerti­tudes mondiales. Après la crise irakienne, l’appréciation de l’euro face au dollar avait con­tribué à ralentir l’export en 2003. Il avait faibli surtout au cours du premier se­mestre : le tassement des activités en Europe avait provoqué une chute de la de­mande en biens d’investissements allemands, le taux de change défavorable avait fait baisser les ventes aux Etats-Unis. A l’inverse, la demande dynamique du sud-est asiatique, particulièrement de la Chine, mais aussi celle des PECO, Russie et Pologne en tête, avait largement compensé ce re­cul.

… mais reprise en 2004

3Dès la fin 2003, dans un contexte mondial plus serein, et tirées par l’évolution favo­rable des marchés en forte croissance, les exportations allemandes ont re­dé­marré, une tendance qui se poursuivra en 2004. Les conjoncturistes, qui tablent pa­rallè­le­ment sur un regain d’activité en Europe, prévoient une hausse des exporta­tions de l’ordre de 6 % (IWH). Les importations, qui avaient crû de 2,0 % l’an passé, de­vraient à nouveau progresser moins vite que l’export (+4,7 % selon l’IWH). Au to­tal, l’excédent commercial allemand s’est élevé à 97 milliards € en 2003. C’est moins qu’en 2001 (101 milliards €), nettement mieux qu’en 2002 (67 milliards €), mais tout juste suffisant pour que l’Allemagne échappe à la réces­sion. Car dans le même temps, la demande intérieure restait toujours aussi faible (+0,1 %).

La consommation des ménages a stagné en 2003

4La consommation des ménages a stagné (-0,2 %). Il est vrai que les reve­nus dispo­nibles n’avaient pratiquement pas progressé (+0,3 %) dans un contexte de forte mo­dération salariale (les salaires nets ont diminué au total de -1,2 %), d’une hausse de +1,0 % de l’indice du coût de la vie et de tensions persistantes sur le mar­ché de l’emploi (4,38 millions de chômeurs). En outre, les neuf mois de débats sur les ré­formes annon­cées dans le cadre de l’Agenda 2010 ont incité les ménages à dépen­ser avec parci­monie et à conserver leur épargne de pré­caution ; le taux d’épargne est passé de 10,6 % en 2002 à 10,9 % en 2003. C’est seulement à la fin de l’année que leur con­sommation a augmenté : les grandes lignes de la réforme de l’assu­rance maladie étant alors définies, les ménages ont accru leurs dépenses de santé pour anticiper une série de hausses (forfait trimestriel pour les visites médi­cales) ou la baisse de divers rem­boursements (lunettes, notamment). Le commerce de détail en tout cas n’a pas vu sa situation s’améliorer. Quant à la chute des im­ma­tricu­la­tions, elle reflète la pro­pension des ménages à différer leurs achats de biens du­rables.

2004 : consommation timide et fort chômage

5Cette situation ne devrait guère s’améliorer en 2004, malgré l’allégement des im­pôts (voir dans ce numéro), le coup de pouce aux ménages (12 milliards €) étant largement absorbé par la hausse des coûts de santé et la réduction des transferts sociaux (adoptée dans le cadre des « « réformes Hartz »). En outre, la politique salariale de­meure modérée, comme le laisse présager l’accord qui vient d’être conclu dans la métal­lur­gie (+2,2 % de mars 2004 à février 2006). L’institut IWH estime que les salaires nets croîtront de 0,9 % et le revenu disponible, de 1 %. Quant à l’inflation, elle de­vrait rester très faible (+0,7 %) du fait de la dépréciation du dollar qui réduit les coûts des biens et services importés. Au total, la consommation devrait augmenter de 0,7 % en moyenne sur l’année, le risque chômage continuant d’inciter les mé­nages à la prudence. La baisse du chômage n’est en effet pas attendue avant 2005.

Les investissements reprennent

6Consommation et emploi ne réagissent qu’avec retard aux signes de reprise des activités. Or ceux-ci se confirment aujourd’hui. Depuis mai dernier, le climat des af­faires ne cesse de s’améliorer, plus porté certes par les perspectives à l’export sur fond de croissance mondiale que par le cadre réservé aux activités sur le sol natio­nal. Il est vrai que les longues discussions sur la réforme fiscale n’en favorisaient pas la lisibilité. Et l’industrie a accumulé d’importantes surcapacités durant les trois ans de stagnation. Faute d’un volume suffisant de commandes et en position d’at­tentisme, les entreprises avaient différé leurs investissements en biens d’équipe­ment (-9,1 % en 2002). La chute s’était poursuivie l’an dernier, mais à un degré moindre (-4,0 %). Depuis le frémissement des commandes à l’industrie dès octobre dernier – à la fois en provenance de l’étranger et du marché domestique –, cette tendance devrait être désormais enrayée. Cette embellie, très nette chez les pro­ducteurs de biens intermédiaires, a tiré la production industrielle qui aura enregistré une croissance de +1,7 % en moyenne en 2003 (hors énergie et BTP). Les investis­sements reprendront enfin cette année, de +3 % selon le gouvernement fédéral qui s’appuie en cela sur les estimations des Instituts.

La fin de la « vallée des larmes »

7L’Allemagne « est sortie de la vallée des larmes », même si la conjoncture reste « à la remorque » de l’économie américaine, affirmait le ministre fédéral de l’Econo­mie en présentant le rapport économique annuel du gouvernement. Cette dépen­dance comporte des risques, liés notamment à la tenue de l’euro, mais aussi des chances, une vive demande mondiale pouvant doper les exportations allemandes plus que prévu, rappelle le rapport. Sa tonalité est optimiste. Ajoutées à l’embellie mondiale, les réformes engagées depuis la présentation de l’Agenda 2010 en mars dernier ont « contribué à renforcer la confiance des consommateurs et des investis­seurs » dans l’évolution de la conjoncture allemande.

Quel avenir pour les réformes ?

8Le climat des affaires con­firme cette lecture, de même que l’ensemble des acteurs politiques, économiques et sociaux. Mais sans oublier de rappeler avec constance au gouvernement la nécessité impérieuse de ne pas s’arrêter à mi-chemin, afin de consolider durablement la dynamique de croissance. La fédération de l’industrie BDI a ainsi intitulé son dernier rapport conjoncturel : « Soutenir la reprise par des ré­formes ». Le gouvernement de coalition s’y est certes engagé dans son rapport, mais tiendra-t-il son cap à l’approche de 14 échéances électorales et alors que l’opi­nion, surtout la base sociale-démocrate, commence à grogner ? Le chancelier, conscient du risque, a cherché à rassurer : en démissionnant de la présidence du parti SPD, il tente d’accroître la marge de manœuvre du gouvernement fédéral pour poursuivre sur la voie des réformes. Et il a annoncé pour le mois de mars un dis­cours de politique générale sur l’état des tra­vaux engagés dans le cadre de l’Agen­da 2010 et la suite à leur donner. Si aucun détail n’a filtré à ce jour, les grandes orientations n’ont pas varié. Ce sont celles de la Stratégie de Lisbonne : rendre l’Allemagne plus compétitive en dynamisant la re­cherche et l’innovation (objectif : 3 % du PIB pour la R&D), en continuant à baisser les prélèvements fiscaux et so­ciaux et en ramenant à 40 % du PIB la part des dépenses publiques. Reste à savoir quand et comment le gouvernement fédéral compte atteindre ces objectifs.

9Reste aussi à consolider les finances publiques. La loi de finances 2004 adoptée le 13 février à l’issue d’une longue procédure de conciliation prévoit, pour un budget fédé­ral de 257,3 milliards €, un endettement (29,3 milliards €) supérieur de 4,7 mil­liards € au montant des investissements. C’est mieux qu’en 2003, où l’endettement les dépassait de 16,7 milliards €. Le ministre Hans Eichel s’efforce visiblement de re­nouer avec l’orthodoxie budgétaire allemande et de respecter le Pacte de Maas­tricht en ramenant le déficit à 3,25 % cette année, puis à 2,5 % en 2005. Mais, rap­pelle la Bundesbank, il n’y parviendra qu’en réduisant drastiquement les dépenses publiques – en profitant du retour de la croissance. Le retour de la confiance dans la compétitivité de l’Allemagne et de l’Europe est à ce prix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Une reprise attendue », Regards sur l'économie allemande, 65 | 2004, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Une reprise attendue », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 65 | mars 2004, mis en ligne le 29 octobre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rea.revues.org/3934

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page