Navigation – Plan du site
Actualité économique

Syndicats : la confédération DGB fête ses 60 ans

Isabelle Bourgeois
p. 35

Texte intégral

1La Confédération des syndicats allemands : Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB) a vu le jour en 1949 lors de son congrès constitutif (12-14 octobre), baptisé : « Parlement du tra­vail » (Parlament der Arbeit). Elle rassemble alors 16 syndicats. Le mouvement syndi­cal (ouest-)alle­mand se reconstruit sur des fondations jamais re­niées depuis, et qui ont assuré jusqu’ici à la fois la cohésion des organisations syndi­cales et leur représentati­vité : une représentation unitaire des salariés, basée sur le principe de la neutralité con­fessionnelle et partisane, et une repré­sentation au niveau de la branche. Le président fondateur du DGB, Hans Böckler, né en 1875, ancien membre du syndicat des métaux, député du SPD de 1928 à 1933, a joué un rôle central non seulement dans la renais­sance des syndicats en zone d’occupation britannique après la guerre, mais aussi dans la négociation du com­promis sur la cogestion sous le gouvernement Adenauer (CDU). La première loi sur la cogestion dans le secteur du charbon et de l’acier (Montanmit­be­stimmungsgesetz) entre en vigueur le 21 mai 1951 ; et le 11 octobre 1952 la Loi sur la Constitution interne de l’entreprise (Betriebsverfassungsgesetz) qui confère aux Conseils d’entreprise (Betriebs­räte) des droits de codécision très étendus (voir REA 72/04).

2Le modèle du syndicat unitaire de branche prévaut toujours en Allemagne, bien qu’il soit partiellement mis à mal par le processus de mutation des activités qui a brouillé le péri­mètre des branches et généré, surtout dans le tertiaire, des activités peu ou pas repré­sentées car trop hétérogènes pour être considérées comme des branches. En réponse à ces évolutions s’était constitué en 2001 un nouveau syndicat unitaire des services : ver.di, conglomérat ras­semblant en son sein plus de 1 000 métiers. Mais la culture du syndicat d’industrie, telle que l’in­carnent encore IG Metall ou IG BCE (chimie) lui est par nature étrangère, et ver.di ne parvient pas à endiguer la montée en puissance des orga­nisations professionnelles ou catégorielles comme l’ont révélé récemment encore les conflits dans les chemins de fer ou les transports aériens. La libéralisation des anciens services publics a accéléré les bouleversements observés dans les relations sociales allemandes (voir REA 83/07). Au­jourd’hui, le taux de syndicalisation est tombé à 17 %, la moitié du niveau qu’il atteignait encore dans les années 1980. Le DGB, qui fédère au­jourd’hui 8 syndicats de branche, compte près de 6,4 millions d’adhérents dont la ma­jeure partie est membre d’IG Metall (2,3 millions) et de ver.di (2,2 millions). Il n’en reste pas moins un acteur institutionnel reconnu dans la triade décisionnelle : gouvernement/ patronat/mouvement syndical. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Syndicats : la confédération DGB fête ses 60 ans », Regards sur l'économie allemande, 93 | 2009, 35.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Syndicats : la confédération DGB fête ses 60 ans », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 93 | octobre 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rea.revues.org/3911

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page