Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Des signaux encourageants

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1Une semaine après les élections au Bundestag, la majorité des Allemands (53 %) se dit « plutôt satisfaite » du résultat des urnes. Certes, une petite moitié (47 %) estime que la nouvelle coalition CDU/CSU-FDP ne mènera pas une politique foncièrement différente de celle de la Grande coalition sortante ; mais 39 % n’en accordent pas moins plus de crédit à la capacité du nouveau gouvernement à « résoudre la crise économique » (ZDF-Politbarometer du 2 octobre).

Les Allemands sont bien informés et ont une attitude réaliste

2Ce qui frappe, c’est le réalisme pragmatique des sondés, révélant la bonne connais­sance qu’ont les Allemands de la situation comme des principaux chantiers auxquels devra s’atteler le gou­vernement Merkel II. Interrogés sur le thème de la protection so­ciale, ils sont 51 % à ne s’attendre à aucun changement, bien que 36 % pensent que les acquis seront réduits. Un chantier prioritaire est celui de l’assu­rance maladie dont la réforme entrée en vigueur le 1er janvier 2009 s’attire un feu nourri de cri­tiques (voir REA 89/08) quant à son coût. CDU/CSU et FDP n’ont pas encore arrêté leur position conjointe. Quant à la baisse des cotisations maladie intervenue au 1er juillet pour sou­tenir la demande, elle est provisoire. Un autre chantier également en cours de négo­ciation est celui d’un assouplissement de la Loi de pro­tection contre le licenciement, en débat depuis plusieurs années avec pour objectif de mieux adapter le droit à la pratique (et de désenclaver les tribunaux ; voir REA 62/03). Enfin, reste à mieux ga­rantir l’avenir du financement des retraites (la hausse de l’âge légal de départ à 67 ans n’en est qu’une composante), de l’assurance dépendance comme de la protec­tion chômage. Interrogés sur l’autre grand complexe du pro­gramme d’action politique – la fiscalité –, les Allemands sont dès lors 69 % à penser que le nouveau gouverne­ment n’abaissera pas l’impôt sur le revenu, même si 29 % l’espèrent. Ils savent que le montant global du déficit accumulé au fil de la ges­tion de la crise financière et écono­mique ne lui laisse qu’une infime marge de ma­nœuvre : il s’élève à 57,2 milliards € pour le seul premier semestre 2009 (Destatis).

Une étonnante sérénité…

3En attendant que les pourparlers entre l’Union CDU/CSU et le FDP aboutissent et que se mette en place le gouvernement d’ici la fin octobre, l’opinion reste sereine. Les dossiers structurels n’ont pas changé depuis les précédents gouvernements, le chan­gement de coali­tion n’apportera pas de rupture, tout au plus un ajustement des approches politiques. S’ajoute à cela qu’un certain nombre d’indicateurs contribuent à entretenir la con­fiance des acteurs économiques.

… nourrie par la bonne tenue du marché de l’emploi, …

4En premier lieu la bonne tenue de l’emploi, le large recours au chômage partiel ayant visiblement rempli son rôle d’amortisseur social de la crise (voir REA 90/09) : près de 1,5 million de salariés bénéficient actuellement de cette mesure. En moyenne sur l’an­née 2009, le nombre de chômeurs ne devrait finalement s’établir qu’à 3,48 millions, estime l’IAB, l’institut de recherche de l’Agence fédérale pour l’emploi. C’est nettement moins que redouté et, avec 8,0 % en septembre, le taux de chômage allemand aux critères de l’OIT reste inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE (8,5 % en juillet).

… un rebond au 2ème trimestre …

5Deux autres facteurs contribuent à expliquer cette bonne tenue : le vieillissement dé­mographique qui se traduit par un recul du nombre d’actifs (-135 000 en 2009 selon l’Agence de Nuremberg), et le ralentissement de la récession qui s’es­quisse depuis le deuxième trimestre (le PIB a alors crû de 0,3 % ; Destatis). La plupart des écono­mistes ont depuis révisé leurs prévisions à la hausse : le PIB ne devrait plus décroître que de 5 % environ cette année selon la plupart d’entre eux (le rapport d’automne des instituts de conjoncture ne sera publié que le 18 octobre). Cette dynamique devrait s’accélérer et mener à une croissance de 0,5 %, voire de 1 % l’an pro­chain ; de ce fait, même durant les mois d’hiver 2009/2010, le nombre de demandeurs d’emploi de­vrait rester inférieur à la barre tant redoutée des 5 millions. En moyenne sur l’année 2010, il devrait s’établir à 4,1 millions (IAB).

… et une consommation dopée par le moral des ménages

6Le second indicateur est la bonne tenue de la consommation – le seul moteur actuel de la conjoncture. Certes, sur l’ensemble du 1er semestre, la hausse des dépenses des ménages (+0,1 %) est imputable à la prime à la casse : les Allemands ont dé­boursé environ 36 milliards € pour l’achat de véhicules ; sans cette mesure, la con­sommation aurait reculé de 1 % (Destatis). Plus importante que cet effet d’aubaine semble toutefois l’excellente tenue de l’indice GfK depuis le printemps. Les consom­mateurs ont un moral d’acier : ils envisagent l’avenir avec optimisme, considérant que le creux de la crise est dépassé, que leur emploi n’est pas foncièrement menacé, et ils constatent que leur pouvoir d’achat a progressé. A l’absence d’inflation se conjugue la hausse des salaires programmée par les accords conventionnels dans un grand nombre de branches (chimie, métallurgie, service public, BTP, commerce…) au 1er semestre, et qui s’échelonne dans une fourchette allant de 2,0 % à 3,0 % (Destatis). Selon les calculs effectués par le WSI-Tarifarchiv de la Fondation Hans-Böckler (fon­da­tion du DGB), 12 millions de salariés ont ainsi vu leurs salaires conventionnels pro­gresser de 3 %. Certes, le chômage partiel lisse quelque peu cette hausse, mais l’évolution des salaires reste positive. Enfin, le pouvoir d’achat des Allemands est do­pé par la chute des prix pétroliers ; selon l’institut DIW, elle s’est soldée par un coup de pouce de 12 milliards € au budget des ménages durant le 1er semestre 2009.

L’industrie se prépare à une embellie

7Quant à l’industrie, elle se montre confiante en l’avenir. Pour le sixième mois consé­cutif, l’indice ifo est orienté à la hausse. Certes, les entreprises estiment toujours que leur situation actuelle n’est pas bonne, mais tendent à reprendre confiance en l’avenir. La hausse la plus nette des attentes s’observe dans le commerce de gros et de détail, mais elle se confirme aussi dans l’industrie, où la production reprend. De mai à juillet (par rapport à février-avril), elle a enregistré une hausse de +2,9 %, affirme le minis­tère fédéral de l’Economie, principalement dans les biens intermédiaires (moins nette­ment dans les biens d’investissement). Certes, dans l’ensemble, la production reste à un niveau très bas, inférieur de 19,5 % à ce qu’il était sur la même période de 2008, poursuit le ministère, mais les carnets de commande se remplissent à nouveau de­puis cinq mois. Le frémissement de l’économie mondiale, et la relative bonne tenue du marché chinois semblent produire leurs effets. Certes, la valeur des exportations a baissé de 23,5 % au premier semestre pour tomber à 391,2 milliards €, mais la ba­lance commerciale allemande reste positive, la valeur des importations s’établissant à 333,5 milliards € (pour un recul de 18,2 % ; Destatis). La plus forte baisse des échanges a concerné les pays de l’UE (surtout la Grande-Bretagne) et la Russie ; quant au commerce avec la Chine, il n’a été que peu affecté.

8Une dynamique de reprise semble actuellement s’esquisser outre-Rhin. Certes, l’économie allemande n’a pas renoué avec la croissance, et même une hausse de peut-être 0,5 % ou 1 % du PIB en 2010 reste fragile face à un déficit qui va dépasser les 3 % pendant plusieurs années encore. Quant à la santé du système bancaire, elle n’est pas encore entièrement rétablie. Néanmoins, plusieurs facteurs étayent la re­marquable confiance des acteurs économiques. D’une part, le volet investissements dans les infrastructures des plans allemands de soutien à la conjoncture commence seulement à déployer ses effets. Il en va de même des plans de relance dans la plu­part des pays partenaires de l’Allemagne, et on peut en attendre des effets positifs sur les entrées de commandes dans l’industrie. Ils existent d’ores et déjà, bien que les statistiques officielles ne permettent pas de les intégrer. Ainsi par exemple la cons­truction mécanique, dont la fédération annonce une chute de 48 % de ses entrées de commandes en mai 2009 par rapport à mai 2008, n’en a pas moins vu progresser d’avril à mai 2009 ses commandes allemandes de 11 %, ses commandes étrangères de 20 %, comme le révèle une enquête du quotidien Die Welt (15-08). Dans cette si­tuation, les entreprises industrielles, après avoir drastiquement réduit leur activité pour écouler leurs stocks, ne devraient pas tarder à relancer la production et donc hésiter à réduire leurs effectifs.

9Mais le recours massif au chômage partiel et un taux d’utilisation des capacités réduit à 70 % ont considérablement accru les coûts sala­riaux horaires ; seule la perspective de renouer bientôt avec la rentabilité peut inciter les entreprises à accepter de prolon­ger encore un peu la traversée du désert. Les banques allemandes seront-elles à même de leur fournir les crédits nécessaires ? Jusqu’ici, les entreprises ont peu eu recours au crédit bancaire ou aux programmes gou­vernementaux, préférant puiser dans leurs fonds propres ou ajourner leurs inves­tissements. Quant aux pouvoirs pu­blics, ils se trouvent face à un choix cornélien : consolider les finances publiques pour respecter la Constitution (limitation à 0,35 % du nouvel endettement pour le Bund en 2019, à zéro pour les Länder en 2020), mais sans étouffer les signes de frémissement de l’activité. Dans ces conditions, la confiance des Allemands en l’avenir est la condition sine qua non pour un rapide regain d’activité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Des signaux encourageants », Regards sur l'économie allemande, 93 | 2009, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Des signaux encourageants », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 93 | octobre 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://rea.revues.org/3886

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page