Navigation – Plan du site
Editorial

Par delà la crise : le changement dans la continuité

René Lasserre
p. 1-2

Texte intégral

1Même si, en raison de la diversification du paysage politique, de l’érosion des grands partis et de la volatilité croissante de l’électorat, le résultat des élec­tions fédérales du 27 septembre est resté jusqu’au bout incertain, l’is­sue du scrutin fut néanmoins sans surprise. Le changement de majorité po­litique attendu par l’opinion et souhaité par Angela Merkel a bel et bien eu lieu, avec une avance confortable assurée par le score inédit du parti libéral. Ce dernier sort grand vainqueur de la consultation, éclipsant quelque peu le succès de la Chancelière, érodé à la marge par le score mé­diocre de son allié bavarois.

2La débâcle, elle aussi annoncée, du SPD – lequel réalise, avec 23 % des voix et un recul de plus de 11 points, son plus faible score de l’après guerre – s’est, quant à elle, dramatiquement confirmée, ouvrant ainsi au centre du paysage politique allemand une brèche dont l’ampleur et la portée poli­tiques sont pour l’instant encore incalculables. Si, comme il est à craindre, cet ef­fondrement électoral du SPD devait s’avérer durable, c’est un pilier de la dé­mocratie et de la société allemandes qui risque de s’écrouler, car la Répu­blique fédérale perdra à la fois un parti de gouvernement indispen­sable au bon fonctionnement de sa démocratie et une force politique ga­rante de son équilibre social. Dans la capacité qui avait été jusqu’à présent la sienne de se poser en défenseur du progrès social tout en assumant plei­nement la respon­sabilité de l’efficience économique, le SPD était l’artisan incontournable de la légitimité de l’économie de marché auprès de très larges franges de la popu­lation salariée.

3Le SPD paie sans nul doute la rançon de l’action gouvernementale coura­geuse engagée pour la remise en ordre du marché du travail et de la protec­tion sociale avec l’Agenda 2010 sous le gouvernement Schröder II. Il ne tire à l’inverse aucun bénéfice de celle qu’il a poursuivie avec un réel succès pour le redressement des finances publiques, la restauration de la crois­sance et la reprise de l’emploi sous le gouvernement de grande coalition aux côtés d’An­gela Merkel. Et c’est d’une nouvelle perte d’image qu’il essuie seul les effets de la crise financière de l’automne 2008 et paie au prix fort la pré­carité ac­centuée qu’engendre la rétraction du filet social.

4Il serait toutefois trop simple de réduire la défaite cuisante du SPD à un vote-sanction des groupes sociaux les plus fragiles. Celle-ci est bien davan­tage le résultat d’une crise d’identité interne qui n’a cessé de s’exacerber depuis l’adoption forcée, sans réel débat politique interne, de l’Agenda 2010 et des lois Hartz. Celle-ci a conduit l’opposition de gauche au sein du parti et aussi d’une partie du mouvement syndical à se détourner de l’économie de marché et à jeter par-dessus bord, au nom d’une globalisation décriée et d’un anti­capitalisme sommaire, les impératifs de compétitivité d’une société indus­trielle hautement développée. Au principe du partage assumé des res­ponsa­bilités de gestion ancré dans la culture et l’action du parti depuis le congrès de Bad-Godesberg, une part croissante des militants sociaux-démocrates ont opposé, au nom de la défense des groupes les sociaux les plus faibles, un discours tribunicien visant à préserver les acquis sociaux à n’importe quel prix. Cédant ainsi au social-populisme, ils ont cru un mo­ment trouver à leur gauche des alliés potentiels pour une alternative poli­tique qui se révéla poli­tiquement impraticable. La campagne électorale de Frank-Walter Steinmeier a finalement montré combien, au terme de trois lé­gislatures où il exerça les responsabilités gouvernementales avec d’indé­niables succès, le SPD se re­trouve, par cet irrésistible glissement à gauche, enfermé dans une impasse stratégique qui l’empêche d’offrir des choix éco­nomiques clairs aux électeurs : est-il vraiment crédible de promettre « da­vantage pour l’Allemagne » avant même que le pays ne soit sorti de la crise sévère où il se trouve englué et sans dire par quels moyens on compte l’y aider?

5A l’opposé, la nouvelle coalition gouvernementale, sous l’impulsion du parti libéral, s’engage dans un activisme économique quelque peu vibrionnant au service de la reprise et de la croissance. Au point que l’on peut se demander si l’intention proclamée de promouvoir un nouveau départ ne tient pas chez les libéraux d’un volontarisme réformateur exacerbé qui risque de se heur­ter rapidement à l’étroitesse des marges de manœuvre et à la fragilité des équi­libres sociaux. Ainsi en va-t-il de l’engagement pour une baisse signifi­cative des impôts exigée par le FDP, à laquelle la CDU ne consent que du bout des lèvres parce qu’elle se heurte à la nécessité de combler une im­passe budgé­taire de quelque 40 milliards € d’ici 2013. Ce projet phare risque fort de se ré­duire, au moins dans une première phase, à des réamé­nagements ponctuels de la fiscalité des entreprises et des familles en charge d’enfants. Une réforme de fond de la fiscalité directe ne semble tout au plus envisageable que dans un deuxième temps pour des allègements globaux variant du simple au double dans les hypothèses envisagées par les parte­naires de la coalition. Au-delà de la question fiscale, la réforme du fonds de péréquation de la santé, ainsi que celles de l’Agence fédérale pour l’emploi, du droit de licenciement ou de l’aide sociale, envisagées par les libéraux se heurtent non seulement à de sérieuses réserves des chrétiens-démocrates, mais aussi à l’hostilité déclarée des sociaux-démocrates et des syndicats, lesquels par ailleurs semblent déci­dés à batailler ferme contre le recul pro­grammé de la retraite à 67 ans. En dépit des compromis qu’il devra ménager, le programme de la nouvelle majo­rité devrait finalement con­duire à la poursuite de la politique de ré­forme de la grande coalition, avec quelques impulsions nouvelles en faveur de la reprise, puis d’un soutien ren­forcé à la croissance par l’amélioration résolue des con­ditions générales de l’activité.

6Autant d’inflexions sensibles, mais aussi de points d’achoppement sérieux vis-à-vis desquels le SPD sera confronté à une alternative stratégique qui dé­cidera de son avenir : celle d’une opposition constructive et modernisa­trice, et qui lui permettra de préserver sa crédibilité de parti de gouverne­ment en tant que promoteur efficace de la croissance et, partant, de l’emploi et des droits sociaux. Ou bien celle d’une opposition conservatrice avant tout soucieuse de préserver des acquis hors de tout souci de performance économique, avec le destin de se poser en groupe-veto se condamnant à une marginalisation et à une fragmentation politiques progressives.

7L’analyse fine du scrutin fédéral du 27 septembre montre en effet que le des­tin du SPD n’est nullement scellé et que son déclin n’a rien d’inéluctable A la faveur d’une constellation unitaire optimale et d’une situation de crise excep­tionnelle, Die Linke n’a tout au plus gagné qu’un million d’électeurs, alors que le SPD en a perdu près de 4,2 millions. Parmi ces derniers, plus de 1,6 mil­lion se sont réfugiés dans l’abstention, autant vers les trois autres partis et 780 000 seulement ont rejoint Die Linke. C’est dire que le SPD peut encore reconquérir l’essentiel de son électorat à la faveur d’une oppo­sition respon­sable, en restant fidèle à ce qui fut sa vocation historique et à ce qu’il n’a pas encore cessé d’être : un parti de gouvernement, vecteur de progrès écono­mique et social. L’avenir du SPD reste plus que jamais au centre, certes sen­siblement à gauche, mais au cœur de la démocratie allemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « Par delà la crise : le changement dans la continuité », Regards sur l'économie allemande, 93 | 2009, 1-2.

Référence électronique

René Lasserre, « Par delà la crise : le changement dans la continuité », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 93 | octobre 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rea.revues.org/3884

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page