Navigation – Plan du site
Articles

Recherche universitaire et intégration européenne

Marie-Hélène Pautrat
p. 19-24

Résumé

Acteurs essentiels de la recherche en Allemagne, les établissements d’ensei­gnement supérieur sont replacés au cœur de la grande offensive du gouver­nement fédéral qui a fait de 2004 l’année de l’innovation. Le débat politique s’est recentré sur l’impact du système scientifique dans la compétitivité du pays. Il adhère ainsi pleinement à l’ambition européenne de renforcer le rôle de la science dans le développement de l’Europe. La recherche est explicite­ment re­connue comme point d’ancrage de toute innovation. Universités d’élite, réseaux d’excellence, européanisation des universités sont autant de stratégies que choisit l’Allemagne pour réaliser les ob­jectifs de Lisbonne et de Barcelone d’une société de la connaissance qui passe par l’intégration des capacités scient­ifiques au sein d’un Espace Européen de la Recherche (EER). Mais l’ef­fort doit être poursuivi : au plan pure­ment comptable, l’Allemagne est encore loin de l’engagement d’élever ses dépenses nationales de R&D de 2,48 % au­jourd’hui à 3 % du PIB. Et si la qualité de la recherche universitaire allemande demeure à ce jour reconnue en dépit d’un sous-financement préoccupant, la communauté scientifique ne manque pas de déplorer que certains aspects structurants du système handicapent, à ses yeux, son maintien dans la compé­tition mondiale.

Haut de page

Texte intégral

La participation des universités à l’effort national de recherche

1En termes de dépenses de R&D, les établissements de l’enseignement supé­rieur représentaient en 2000 le deuxième acteur du système de recherche, der­rière les entreprises et devant les organismes publics et privés de recherche extra-universitaire. Leurs dépenses se sont élevées à 8,0 milliards € dont près d’un tiers (2,6 milliards €) relevait de financements sur projet (Drittmittel). Le fi­nancement de l’activité de recherche des universités a été assuré à 87 % (7 milliards €) par les autorités publiques, et en premier lieu les Länder, dont une part de la dotation de base revient à la recherche. Quant au Bund, il parti­cipe au financement de la construction de bâtiments, au financement des pro­grammes spéciaux consacrés à « l’amélioration des capacités de recherche universitaire » et, indirectement, par les crédits attribués par la Deutsche For­schungsgessellschaft DfG dont près de 80 % reviennent aux universitaires. En­fin, Bund et Länder octroient aux établissements des financements sur pro­jets.

Dépenses de R&D en RFA et part de l’enseignement supérieur (en millions €)

1995

1997

2000

Enseignement supérieur

Financement

7 378

7 677

8 034

- par entreprises

605

747

909

- par pouvoirs publics

6 694

6 798

6 987

- par institutions privées à but non lucratif

–-

- par étranger

78

131

139

Dépense intérieure brute de R&D

Financement

40 658

42 859

49 822

- par entreprises

24 852

26 300

32 656

- par pouvoirs publics

14 960

15 386

15 928

- par institutions privées à but non lucratif

104

141

209

- par étranger

741

1 032

1 030

Dépense brute de R&D en % du PIB

2,26

2,34

2,45

Source: Faktenbericht Forschung 2002 (p. 350)

Progression de la R&D des entreprises dans les universités

2Les entreprises participent elles aussi à l’activité de recherche des uni­versités (910 millions € soit 11,3 %). Elles effectuent d’ailleurs une part, en nette pro­gression, de leur recherche dans les laboratoires universitaires : les dé­penses de recherche universitaire financées par les entreprises ont plus que doublé depuis 1991 alors que, dans le même temps, les dépenses de R&D des entre­prises progressaient de 38,7 % seulement. En termes de personnel de re­cherche, les organismes universitaires employaient 101 500 personnes en équi­valent temps plein en 1999, soit 21,8 % de l’ensemble du personnel de re­cherche. Ce ratio demeure inférieur à la moyenne européenne (34 % selon la Com­mission européenne).

Universités : au cœur du système de recherche et d’innovation

3L’enseignement supérieur allemand est caractérisé par différents types d’éta­blissements. On restreindra ici volontairement son champ aux universités, car ce sont elles qui pratiquent l’essentiel de la recherche dans l’enseignement supérieur. En dehors même de tout critère quantitatif, c’est en effet l’interaction étroite entre les diffé­rentes activités des universités qui les place au centre du système de recherche et d’innovation. Le modèle humboldtien, qui continue de marquer de son em­preinte l’université allemande, suppose en effet une unité très forte entre ensei­gnement et recherche. La recherche constitue de ce fait une activité centrale, menée de manière complémentaire avec les grands orga­nismes extra-universitaires. Par ailleurs, les universités sont responsables de la formation des chercheurs qui irriguent l’ensemble des centres de recherche publics et privés en Alle­magne… et à l’étranger. L’Allemagne n’échappe pas non plus au phénomène préoccupant de « fuite des cerveaux ». Les établisse­ments universitaires contribuent à la formation d’un personnel très qualifié pour tous les domaines connexes de l’innovation. Enfin, une des missions essen­tielles de l’université demeure le transfert des connaissances et des résultats des recherches menées en son sein. Les établissements allemands ont noué de longue date des coopérations nombreuses et variées avec les milieux éco­nomiques et leur environnement local. Ce dernier point continue néanmoins d’être considéré comme le maillon faible du système, en dépit d’infrastructures et d’institutions reconnues (comme la fondation Steinbeis) et d’une dynamique relancée depuis la fin des années 90 (par exemple, le programme Exist pour la création d’entreprises innovantes à partir des universités).

Une qualité reconnue de formation et de recherche

4Malgré la virulence des critiques auxquelles elles sont soumises dans le débat public, les universités allemandes continuent de bénéficier d’une large recon­naissance interna­tionale pour le potentiel de recherche qu’elles proposent dans une palette disci­plinaire particulièrement étendue, ainsi que par le nombre d’éta­blissements et de facultés susceptibles de se hisser à un niveau mondial. Pour discutés qu’ils soient, plusieurs indicateurs viennent confirmer la recon­naissance de qualité qu’on attribue traditionnellement aux établissements uni­versitaires alle­mands : reconnaissance des post-docs allemands dans les labo­ratoires étrangers, nombre de Prix Nobel issus des établissements allemands, nombre de boursiers allemands dans les universités à l’étranger, nombre de pu­blications, etc.

La constitution d’une Europe de la recherche

5D’un point de vue qualitatif, l’université allemande semble donc bien armée pour prendre la place que la Commission européenne l’invite à occuper dans le projet de « société de la connaissance ». Lors des Conseils européens de Lis­bonne et de Barcelone, les pays membres se sont en effet engagés à faire des systèmes européens d’enseignement et de recherche une « référence de qua­lité mon­diale » d’ici 2010. L’objectif est de mieux intégrer les capacités scien­ti­fiques et technologiques de chaque pays-membre. L’articulation des efforts na­tionaux a pour objectif de dé­gager une véritable « plus-value » au sein d’un Espace Européen de la Re­cherche. Les universités sont ainsi doublement con­cernées par l’agenda euro­péen : à la fois dans leur mission d’enseignement et dans leur activité de re­cherche. Ainsi que l’a formulé la Commission en février 2003, elles sont invitées à accélérer les démarches d’européanisa­tion qui de­meurent peut-être plus visibles à l’heure actuelle dans le domaine de l’ensei­gne­ment (avec la réforme des diplômes) que de la recherche.

L’intégration européenne de la recherche universitaire

6A ce titre, la participation des établissements universitaires allemands aux dis­positifs eu­ropéens constitue un indicateur pertinent de leur capacité à s’insérer dans des réseaux et de trouver toute leur place au sein de l’Espace européen de la Recherche (EER). Les pro­grammes com­munautaires de coopération in­ternationale dans l’enseignement supérieur, comme TEMPUS (coopération uni­versitaire avec les pays de l’ex-URSS, du Sud-Est européen et les pays médi­terranéens partenaires), Asia-Link ou Alfa (Amérique latine), mais aussi l’impli­cation dans certaines actions euro­péennes sur l’innovation technologique (par exemple le développement des parcs scien­tifiques, le soutien à l’exploitation des résultats de la recherche, etc.) té­moignent de la réactivité des établisse­ments, de leur ouverture et de leur vo­lon­té de rayonnement. Les Pro­grammes-cadre pluriannuels de R&D technologique de l’Union euro­péenne (PCRDT) constituent la pièce maîtresse du dis­po­sitif européen de soutien à la recherche. Si l’on s’en tient au volume des fonds mobilisés (15 milliards € pour le 5PCRDT – 1998-2002, 17,5 milliards € pour le 6e – 2002-2006), les finance­ments engagés n’excèdent pourtant guère 5 % de la dépense intérieure de R&D des pays membres. Mais la participation au PCRD est de plus en plus considérée comme un critère essentiel, car struc­tu­rant, du positionnement au sein de l’EER : il permet d’évaluer la réactivité des laboratoires nationaux face à de nouveaux enjeux scientifiques et sociaux et leur capacité à travailler au sein de réseaux transfrontaliers. Avec un taux de participation en forte progression (18,1 % pour le 5e PCRDT contre 15,8 % pour le 4e), l’Allemagne conforte pro­gressivement son intégration dans le paysage de la recherche européenne.

Les universités allemandes ont tiré profit du 5e PCRDT,…

7Sur un total de 11 327 projets enregistrés, l’Allemagne est en effet présente dans 5 622, soit dans près d’un projet sur deux (49,6 %). A titre de compa­rai­son, le rapport de l’Observatoire des Sciences et des Techniques indique que la France, avec 4 495 projets (39,7 %), figure en troisième position derrière l’Alle­magne et le Royaume-Uni (46,0 %). La KoWi (Koordinationsstelle EG für Wis­senschafts-organisationen) a publié en 2003 un bilan de la participation des établissements allemands de l’enseigne­ment supérieur dans le cadre du 5e PCRDT. 15 408 participations de laboratoires académiques ont été enregis­trées, soit 3 partenaires universitaires par projet sur une moyenne de 7. Sur ce total, les universités allemandes ne sont pas en reste : elles se sont investies dans plus de 5 000 projets, menés en coopération avec des partenaires repré­sentant au total 71 pays. La Grande-Bretagne a constitué le partenaire scien­tifique privi­légié des universités allemandes au cours de ce cinquième PCRDT, avec 781 collaborations (soit plus de 23 %). Elle est suivie de l’Italie (11,2 %) et de la France (10,03 %). Mais il faut noter également que 10,8 % des colla­bora­tions menées par les universités allemandes l’ont été avec des établissements de pays-candidats à l’Union européenne.

… dans 3 Länder surtout

8Si on se réfère au nombre de partici­pa­tions au 5e PCRDT enregistrées, trois Länder se situent en bonne position. Ce sont d’abord le Bade-Wurttemberg, avec 20 établissements universitaires repré­sentés (dont l’université de Stutt­gart, l’université technique de Karlsruhe et l’uni­versité de Tübingen) et la Rhé­nanie du Nord-Westphalie avec 27 universités (en tête, la RWTH d’Aix-La Chapelle, les universités de Bonn et de Dortmund). Ces deux Länder béné­ficient, il est vrai, d’une forte concentration d’éta­blisse­ments du supérieur sur leur territoire. La Bavière suit en troisième position avec 10 uni­versités, dont l’Université technique de Munich, l’Université Ludwig-Maximilians de Munich et l’université d’Erlangen. Côté thématique, l’investisse­ment des laboratoires universitaires allemands est plus marqué dans les do­maines « So­ciété de l’in­formation conviviale » (664 participations), « Qualité de la vie et ges­tion des ressources du vivant » (589), « Energie, environnement et développe­ment du­rable » (383), « Croissance compétitive et durable » (348) et « Confir­mer le rôle international de la recherche communautaire » (258).

L’Allemagne bénéficie largement du 6e PCRDT

9Le 6e PCRDT étant en cours, il est trop tôt pour envisager une analyse différen­ciée de l’implication de chacun des acteurs de la recherche et développement. Le ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche (BMBF) a néanmoins fait part début février 2004 d’une forte parti­cipation allemande dans plus de 80 % des projets, qu’il interprète comme le juste retour des efforts importants de conseil et de communication mis en œuvre : organisation de réunions d’in­formation pour la communauté scientifique, création de sites Internet consacrés au 6e PCRD (dont le portail : www.rp6.de), ambition de renforcer dans le cadre de l’élargissement la dyna­mique de coopération scientifique avec les pays can­didats. Cet investissement participe de la volonté clairement exprimée d’aug­menter les participations de l’Allemagne. Dans les secteurs porteurs des nano­technologies, des biotechno­logies, des TIC, de l’espace, de l’énergie, des trans­ports et de l’environnement, l’écart se creuse d’ailleurs entre l’Allemagne et les autres pays de l’Union : un cin­quième du financement consacré à ces domaines (total : 5 milliards €) re­vient d’ores et déjà aux laboratoires allemands.

Quels enjeux pour les établissements universitaires ?

10Mais les objectifs de ce 6e PCRDT ne sont pas sans poser quelques défis aux universités allemandes. Ce dispositif pose en effet les premiers jalons dans la structuration de l’EER et d’une politique scien­ti­fique et technologique commune. Il est donc utile de s’intéresser à l’impact sur les universités des principes-clés de ce nouveau PCRD : la concen­tration du soutien financier sur quelques do­maines ciblés, à progrès rapide, l’évaluation de l’im­pact des recherches en termes d’innovation sociale et économique, et l’invita­tion à créer et gérer des structures communes de recherche. Deux types d’ins­truments sont particu­lière­ment mis en exergue : les réseaux d’excellence et les projets intégrés, qui tous deux visent à mobiliser une masse critique de moyens.

Des établissements préparés aux exigences du PCRD

11Pour les universités allemandes, les choix opérés depuis une dizaine d’années par la plupart des Länder peuvent laisser penser que les établissements sont globalement sensibilisés à ce type d’enjeux. Les politiques régionales visant à renforcer le profil des établissements, en fonction de domaines de spéciali­sa­tion, se sont en effet multipliées sous la pression des arbitrages budgétaires. Mais en parallèle, la réduction du soutien euro­péen à quelques priorités spéci­fiques (et à un nombre limité de réseaux) porte en germe le risque de margi­na­liser des domaines universitaires de recherche innovants ou porteurs à plus ou moins long terme. Très concrètement, le prin­cipe de constitution de réseaux va révéler la capa­cité des établissements scientifiques à s’inscrire dans des con­sortiums, voire à les coordonner, avec les con­séquences qui en découlent : ca­pacité à mobiliser une expertise juridique sur les questions de contrat, de pro­tection de la propriété intellectuelle, aptitude au management de projets et no­tamment gestion financière, calcul des coûts, etc.

Et dotés d’outils de gestion des projets

12Quelques universités ont d’ailleurs développé ces dernières années des filiales (comme la société Attempto Service GmbH, filiale de l’Université de Tübingen) ou ont vu des structures émerger dans leur giron (par exemple Eurice – Euro­pean Research and Project Office GmbH, spin off issue de l’université de la Sarre). A l’interface entre milieux universitaires et économiques, ces sociétés pro­posent une gamme plus ou moins étendue de services. Elles offrent notam­ment une assistance dans la gestion des projets de recherche et proposent la mise en œuvre et la coordination de coopérations nationales ou transfron­ta­lières dans le cadre d’appels d’offre européens. Enfin, on peut s’attendre à ce que les établissements allemands soient, à l’avenir, mieux armés pour les ques­tions de management de projets. Ils disposent en effet d’un per­sonnel admi­nistratif et technique plus nombreux (qu’en France en tout cas) et se dotent pro­gressivement de­puis quelques années d’outils de gestion financière, comp­tables et de manage­ment nouveaux. Pourtant, en fonction du type d’université, des disciplines représentées et des choix politiques opérés par les tutelles ré­gionales, tous les établissements n’ont pas, il est vrai, la même capacité à ré­pondre aux enjeux po­sés par l’européanisation et l’internationalisation de la recherche.

L’offensive gouvernementale pour l’innovation

13Dans ce contexte, le chancelier Schröder et sa ministre de l’éducation et de la science, Mme Buhlman, ont engagé début 2004 une vaste initiative destinée à susciter une dy­namique de mobilisation autour de l’innovation et du renforce­ment de la visibili­té et de l’attractivité du système scientifique allemand. De son côté, avec ses « Orientations de Weimar » (Weimarer Leitlinien), le SPD s’en­gageait forte­ment à faire de l’innovation un enjeu politique majeur. Il invitait dès lors les éta­blisse­ments universitaires, en tant que pièce maîtresse du dispositif, à répondre au double défi d’une aug­mentation du nombre de diplômés du supé­rieur et de l’ex­cellence. A l’occasion de son discours de politique générale du 25 mars der­nier, très attendu par les milieux de la recherche, le chancelier a an­noncé la re­dis­tri­bution de 5 mil­liards € par an (débloqués par la suppression de subven­tions dans le cadre de l’accès à la pro­priété) en faveur des établisse­ments d’en­sei­gnement supérieur. Par ailleurs, le gouvernement a mis à l’étude la vente (en­core hypothétique à ce jour) d’une partie des réserves en or de la banque fédé­rale dont le produit servirait à la création d’une fondation pour la recherche et le développement.

Des interprétations divergentes de l’excellence universitaire

14Mais la mesure phare pour les établissements universitaires reste l’émergence du concept, très fortement médiatisé, d’universités d’élite (Spitzenuniversität). Cette idée n’a cessé de faire l’objet d’interprétations fort divergentes durant le premier trimestre 2004, en particulier entre le Bund et la KMK, la Conférence des ministres de l’éducation et des sciences des Länder. Initialement, la mi­nistre fédérale souhaitait doter 5 établissements, promus « universités d’élite », d’un financement complémentaire annuel de 50 millions € accordés à chacun pendant 5 ans, dans une logique de création d’établissements « phares » facile­ment identifiables dans le paysage scientifique mondial (suivant les modèles de Harvard ou Ox­ford). Arguant qu’impératif d’excellence et précarité financière se combinent mal, les Länder ont défendu a contrario le principe d’une sélection au niveau disciplinaire, par un soutien à une vingtaine de « centres d’excel­lence » à identi­fier dans les facultés, et par la mise en place d’écoles doctorales (Graduier­ten­kollegs) de grande qualité pour garantir une relève scientifique de haut niveau. Ce choix cadre finalement davantage avec la position de la Com­mission européenne qui pré­conise une plus forte spécialisation des universités et une évaluation des points forts dans chaque système national, pour globa­le­ment atteindre à l’échelon européen un niveau d’excellence.

Compromis sur une triple ambition

15Finalement, les deux parties semblent avoir trouvé un terrain d’entente, en an­nonçant à la fin mars l’organisation d’un concours commun répondant à une triple ambition. Il devra permettre de distinguer un nombre encore inconnu (une dizaine ? une quinzaine ?) d’établissements, de créer de nouvelles écoles doc­torales, et d’identifier des « centres d’excellence ». Ces derniers pourront égale­ment intégrer des Fachhochschulen et des UFR, ce dernier élément faisant l’objet d’un compromis entre le niveau des établissements, privilégié jusqu’alors par le Bund, et le niveau disciplinaire. Les lauréats se partageront entre 2006 et 2011 une enveloppe globale annuelle abondée par le Bund et les Länder. Si le Bund s’engage sur un montant annuel de 250 mil­lions €, la contribution des Länder n’est pas précisée. Au mieux, elle permettra de doubler l’apport du gou­vernement fédéral.

Les « huit thèses » de la HRK

16Ces annonces n’auront suffi à lever ni le scepticisme, ni la vigilance des milieux universitaires. Côté financement d’abord : alors que le gouvernement annonce une hausse de 3 % en 2005 du budget du BMBF, la Conférence des recteurs et pré­sidents des établissements d’enseignement supérieur (HRK) rappelle que, au plan purement comptable, l’engagement européen d’une progression à 3 % du PIB des dé­penses nationales de R&D équivaut à des taux de croissance bien supérieurs du budget alloué aux organismes de re­cherche et aux univer­si­tés : de l’ordre de 8 % par an. Dans ses « Huit thèses sur la place des universi­tés dans le système scientifique », publiées en février et suivies peu de temps après d’une déclaration commune des présidents des organismes scientifiques allemands, la HRK insistait une nouvelle fois sur le sous-financement structurel qui enferme les établissements dans des contraintes de plus en plus inex­tri­cables. Cet état de fait n’est pas en cohérence avec le rôle moteur assigné à l’enseignement et la re­cherche pour l’innovation économique et sociale. Les établissements sont ainsi soumis à des pressions en sens contraire : les effectifs étudiants en hausse, doublés d’un décrochage de l’emploi enseignant et scientifique et d’une dégra­dation des conditions matérielles d’exercice de leur activité, ne leur permettraient pas de réunir les conditions d’une recherche et d’un enseignement d’excellence. De plus, la focalisation, surtout à moyens constants, sur quelques établissements et réseaux, qu’ils soient d’« élite » ou d’« excellence », risque de s’effectuer au détriment de tous les autres, si le financement de l’ensemble du système uni­versitaire n’est pas garanti.

Revendications récurrentes des milieux universitaires

17Acceptant malgré tout le principe d’une compétition sur les moyens dans la po­li­tique universitaire et scientifique (mais sur la base d’une évaluation scientifique des disciplines et des chercheurs), la HRK a souhaité rappeler aux tutelles pu­bliques un certains nombre d’autres contraintes qui émaneraient cette fois di­rectement de l’environnement réglemen­taire : conditions de rémunération et de carrière trop peu attractives et trop indifférenciées, manque d’autonomie budgé­taire, procé­dures de nomination dans les universités jugées non compétitives pour attirer des chercheurs étrangers, freins à la mobilité des étudiants étran­gers. Il s’agit là de revendications récur­rentes de la HRK et des responsables d’organismes scientifiques, auxquelles les réponses apportées demeurent à leurs yeux insuffisantes. Certaines de ces revendications trouveront toutefois un écho auprès de la Commission européenne, qui promet un plan d’action com­munautaire pour accroître les ressources humaines dans le secteur scientifique, et en particulier dans le secteur public et universitaire.

18Les universités occupent une place centrale dans le système allemand de recherche et d’innovation, et entendent être partie prenante des efforts natio­naux d’amélioration des performances et de l’attractivité de l’activité scienti­fique. Cette politique s’inscrit bien évidemment dans la perspective des engage­ments communautaires pour une Europe de la connaissance et la constitution de l’Espace Européen de la Recherche. Cela implique des efforts soutenus en termes de constitution de réseaux, d’interdisciplinarité face à la complexité des problèmes scientifiques et sociaux à résoudre, et de recherche de l’excellence. A cet égard, les établissements allemands semblent exploiter au mieux les ou­tils que leur offrent les programmes européens, et en premier lieu les PCRDT. Mais la réputation d’excellence ne se décrète pas. Elle s’acquiert au fil du temps et nécessite pour cela une certaine stabilité et visibilité des moyens fi­nanciers et humains mis à disposition pour le système dans son ensemble, et non seulement pour quelques établissements.

Haut de page

Bibliographie

Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF), Faktenbericht Forschung 2002, Bonn, 2002 (www.bmbf.de)

Hochschulrektorenkonferenz (HRK), « Zur aktuellen hochschulpolitischen Diskus­sion ». Erklärung des 98. Senats der Hochschulrektorenkonferenz vom 10.2.2004 (www.hrk.de)

Commission des Communautés européennes, Le rôle des universités dans l’Euroupe de la Connaissance, Communication de la Commission COM(2003) 58 final, Bruxelles, 05-02-2003 (www.europa.eu.int)

Kowi-aktuell n° 53, 21-03-2003 (www.kowi.de)

DFG, FhG, Leibniz-Gemeinschaft, HGF, HRK, MPG, WR, Wachstum braucht Wissen­schaft : Bildung und Forschung bilden Basis und Motor wirt­schaftlicher und sozialer Inno­vation, 12-2-2004 (www.hrk.de)

Observatoire des Sciences et des Techniques, Rapport préliminaire des participations françaises au cinquième Programme Cadre, septembre 2003 (www.eurosfaire.prd.fr)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Pautrat, « Recherche universitaire et intégration européenne », Regards sur l'économie allemande, 66 | 2004, 19-24.

Référence électronique

Marie-Hélène Pautrat, « Recherche universitaire et intégration européenne », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 66 | mai 2004, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://rea.revues.org/3853 ; DOI : 10.4000/rea.3853

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Pautrat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page