Navigation – Plan du site
Articles

Le système bancaire allemand face à la mondialisation : vers la fin d’un modèle ?

Synthèse de la journée d’étude organisée le  12-03-2004 par le CIERA  et le CIRAC à l’université de Cergy-Pontoise
Markus Gabel
p. 5-8

Résumé

Son système bancaire stable et performant a prémuni l’Allemagne, 50 ans du­rant, contre les crises bancaires ou les allocations financières inefficaces. Mais le début du nouveau millénaire se caractérise par une dégradation de l’environ­nement bancaire et financier d’outre-Rhin, également ressentie par les assu­rances, traditionnellement très imbriquées avec le monde bancaire. L’éclate­ment de la bulle sur les marchés financiers, l’atonie de la croissance et des fail­lites record ont profondément affecté les bilans des banques. Ces problèmes surgissent à un moment où l’ensemble du modèle rhénan semble en perte de vitesse – simple effet conjoncturel ou évolutions significatives ?

Haut de page

Texte intégral

Participants :

Florence Astier,

Jean Bachèlerie,

Gabriel Colletis,

Markus Gabel,

Norbert Irsch,

Eric Jarjat,

Peter Konesny,

Hans-Helmut Kotz,

René Lasserre.

Baisse des rendements dans tous les secteurs…

1La rentabilité des fonds propres de l’ensemble du secteur s’est établie à seule­ment 4,38 % avant impôts en 2002. En 1998, elle se situait encore à 19,34 %. Quant au bénéfice par rapport au bilan, il n’a atteint que 1,5 ‰ en 2002. Les plus affectées sont les banques privées. Leurs résultats enregistrent également la plus grande volatilité du secteur avec même, en 2002, un passage dans le rouge. Mais si on laisse de côté les banques régionales, ce sont les caisses d’épargne et les banques mutualistes qui sont les plus rentables – actu­elle­ment, mais aussi à plus long terme. Ce sont donc les banques privées qui, avec les Landesbanken, tirent le secteur vers le bas. Plus actives dans la banque de marché et souffrant de la concurrence des secteurs publics et mutualistes dans la banque de détail, ces dernières sont également plus exposées aux aléas des marchés. Elles détiennent de larges portefeuilles de participation dans l’indus­trie allemande, mais en période de baisse, d’importantes provisions pour risque perturbent le résultat global. Les caisses d’épargne et les banques mutualistes, plus fidèles aux activités bancaires traditionnelles, c’est-à-dire la banque de dé­tail et l’activité de crédit, tirent ainsi nettement mieux leur épingle du jeu.

Bénéfice annuel en ‰ du bilan depuis 1996 (avant impôts)

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

Toutes les banques

4,6

4,2

6,1

3,5

2,9

2,0

1,5

Banques privées (l’ensemble)

4,9

4,0

10,6

3,8

2,9

1,8

0,4

dont : Les 4 grandes *)

5,0

2,8

13,5

2,3

2,1

1,8

-1,2

Banques régionales et autres

4,8

5,1

7,4

7,4

4,7

1,8

4,2

Landesbanken

2,1

2,5

2,6

2,4

1,9

1,1

0,7

Caisses d’épargne

8,2

7,5

7,0

6,0

5,5

3,8

3,5

Banques mutualistes (caisses centrales)

4,3

3,3

7,2

1,6

3,6

1,3

1,4

Banques de crédit coopératif

7,6

6,5

5,7

4,8

4,0

3,5

4,4

Banques hypothécaires

3,3

2,9

3,1

2,4

0,9

1,8

1,4

Source : Deutsche Bundesbank. **) Commerzbank, Deutsche Bank, Dresdner Bank, HypoVereinsbank.

…mais sans l'intensité observée au Japon,…

2La médiatisation du décrochage des quatre grandes banques privées dans les classements internationaux ont fait croire certains à un scénario à la japonaise. En effet, les similitudes entre le Japon et l’Allemagne sont nombreuses, comme le souligne Florence Astier. Les systèmes bancaires des deux pays se caracté­risent par une grande fragmentation et une concurrence forte, assurant un financement par crédit bancaire sûr et peu cher. Tous deux des économies d’en­dettement avec des liens banque-industrie étroits, la RFA et le Japon ont été confrontés à des chocs macroéconomiques violents conduisant à la défla­tion au Japon et à une croissance sous-performante en Allemagne par rapport à la zone euro. Les deux pays purgent toujours les excès du surinvestissement des années 90. Autre parallélisme : dans les deux cas, la politique monétaire a été impuissante – volontariste, mais peu efficace au Japon, trop restrictive pour l’Allemagne. Cet environnement a largement fragilisé les banques, souffrant de créances douteuses et menacées de sous-capitalisation. Dans cet environne­ment, elles ont logiquement réduit leur offre de crédit, amplifiant ainsi la crise.

… explique Florence Astier, économiste à la Société Générale

3La crise bancaire est cependant nettement plus accentuée au Japon, remarque Florence Astier. Contrairement à celui d’outre-Rhin, le véritable état de la sous-capitalisation des établissements nippons est masqué par des règles comp­tables très favorables quant à la composition du noyau dur des fonds propres (les Tiers-1). En Allemagne, la baisse de la marge nette d’intérêt a pu être sta­bilisée ; elle continue à baisser au Japon. Ensuite, si les banques japonaises croulent toujours surtout sous l’ampleur des créances douteuses, les banques allemandes ont réagi plus rapidement et de manière plus offensive par une nette augmentation de leurs provisions, des restructurations internes et des coupes claires dans les dépenses.

Austérité, certes. Mais pas de credit crunch,…

4Si la situation des banques allemandes montre des signes d’amélioration, le secteur n’en a pas moins traversé la crise la plus grave d’après-guerre : actu­ellement, plus aucun établissement de crédit n’est doté d’un triple A. Consé­quence : les banques mettent plus qu’avant l’accent sur la prudence et le risque. Après avoir mis en place des programmes d’austérité voici plus d’un an (notamment des licenciements et des fermetures de succursale), les banques se montrent désormais plus prudentes dans l’engagement de nouveaux crédits.

…souligne Norbert Irsch, économiste en chef de la KfW-Bankengruppe

5L’accroissement des crédits aux entreprises et aux professions libérales est ainsi en baisse depuis 2000. De plus en plus de dirigeants de PME et TPE se plaignent d’un durcissement de l’accès aux prêts ou aux lignes de crédits. Ce rationnement de l’offre de crédit concerne toutes les catégories de banques, bien qu’il soit un peu moins marqué pour le secteur des caisses d’épargne. Mais contrairement à un véritable credit crunch, l’évo­lution ne sort pas signifi­ca­tivement de sa tendance conjoncturelle habituelle, souligne Norbert Irsch. Avec l’amélioration conjoncturelle dès la seconde moitié de 2003, les crédits sont en effet repartis à la hausse.

Les caisses d’épargne resteront partenaires des PME/TPE,…

6Le secteur le plus actif dans le financement des PME/TPE est celui des caisses d’épargne. Sa part de marché s’élève à 42 % de l’ensemble des crédits aux en­treprises, à 67 % du financement des entreprises artisanales, à 55 % des cré­dits aux communes et à 50 % pour les créateurs d’entreprises. La nouvelle ré­glementation concernant les fonds propres (Bâle II), affecte directement les conditions de financement des PME. Cette tendance peut encore s’accroître si les banques privées se retirent des affaires avec la petite clientèle. Cependant, la relation de confiance ente les caisses d’épargne et les entreprises et la mis­sion d’intérêt général du secteur garantiront également à l’avenir une fourniture de services financiers aux PME, affirme Peter Konesny. En effet, si on pouvait craindre une détérioration des conditions de financement causée par le nouvel accord, le résultat final est plus que rassurant : en moyenne, le ratio des fonds propres reste au niveau actuel (8 %). Mais en même temps, il y aura un écart accru des conditions entre les gros et les petits risques. Pour la petite clientèle, l’exigence de fonds propre tombera même en dessous de 8 % (par exemple, sur la base d’une probabilité de défaut de 2 %, la nouvelle exigence de fonds propres par rapport aux crédits ne sera que de 5,5 %). Par ailleurs, la subven­tion des mauvaises solvabilités par les bons risques sera abolie. Enfin, le système de notation interne augmentera l’efficacité de l’ensemble du système économique et financier, car non seulement il rend meilleur le niveau d’infor­ma­tion pour l’établissement bancaire, mais la notation sert également à l’entreprise comme moyen de gestion et peut être utilisée comme instrument de marketing.

… affirme Peter Konesny, directeur de département au Deutscher Sparkassen- und Giroverband DSGV

7Si l’augmentation de la transparence pour le client à l’égard du risque et du prix de son crédit n’est pas sans conséquences pour le métier de la banque qui voit ses compétences élargies vers le domaine du conseil économique, les con­sé­quences les plus lourdes seront incontestablement à chercher du côté de la traditionnelle PME allemande. Fonctionnant sur le principe selon lequel les cré­dits à long terme servent de substitut pour des taux de capitaux propres faibles, Bâle II modifiera le financement des PME, car les prêts à long terme seront, da­vantage que par le passé, ajustés au risque. Mais comme la plupart des PME ne représentent pas des volumes intéressants pour la bourse, ainsi que le sou­ligne Peter Konesny, la banque restera leur interlocuteur privilégié.

Recentrage, restructuration ou nouvel équilibre?

8Si, d’une certaine manière, la nouvelle réglementation du comité de Bâle arrive au bon moment pour les banques allemandes en soutenant leurs efforts de mise en place d’un dispositif plus rigoureux de calcul des coûts et des risques de crédit, il ne pourra pas remplacer des stratégies à long terme plus sophisti­quées. Pour Norbert Irsch, il existe cinq options stratégiques : (1) la baisse des coûts par des fusions permettant une meilleure maîtrise d’activités éclatées et la réalisation d’économies d’échelle pour les produits standardisés ; (2) la forma­tion de groupes multi-finance pour mettre en valeur des potentiels de ventes croisés ; (3) la focalisation sur des domaines d’activités à rendement élevé comme la gestion d’actifs au détriment du crédit à l’entreprise ; (4) la spécialisa­tion sur des régions, produits ou cibles déterminés afin de tirer un profit maxi­mum du savoir-faire et de l’orientation aux besoins réels et, enfin, (5) la décom­position de la chaîne des plus-values afin de baisser les frais de gestion. Ces stratégies représentent-elles des options répondant aux néces­sités ou s’agit-il de stratégies qui, à terme, transformeront le secteur tout entier, mettant tôt au tard en cause les spécificités du système bancaire allemand ?

Stabilité du lien banque-industrie, selon Gabriel Colletis, professeur à l’Université de Toulouse 1

9La question de savoir si le système allemand est un système pérenne se pose à trois niveaux : ceux du lien banque-industrie-assurance, des trois piliers du système bancaire et de l’organisation plus générale du système économique et social. Concernant le premier niveau, c’est-à-dire la relation spécifique entre banque, industrie et assurance, on constate que le processus de vente de parti­cipations a démarré, incité et entretenu par la fe­nêtre d’opportunité offerte par la défiscalisation des plus-values. Mais il se déroule pour l’instant essen­tiellement par échange de titres entre banques plutôt que par cession et n’af­fecte pas vrai­ment le cœur des liens banque-industrie, souligne Gabriel Col­letis. On peut s'in­terroger sur les causes d'une telle stabilité. Inertie des com­por­te­ments, préfé­rence bien ancrée pour des relations de long terme, baisse sen­sible de la valeur des titres et donc diminution importante de l'es­poir de réaliser des plus-values ? L’autre lien, celui avec l’assurance, est également peu con­cer­né, car chacun des deux grands assureurs allemands entretient depuis long­temps un lien privi­légié avec une Hausbank : l’Allianz avec la Dresdner, Mün­chener Rück avec HVB. Par ailleurs, la complé­mentarité entre l’assurance et la banque est aujour­d’hui largement acceptée à travers le monde. Finalement, pour les banques comme pour les assureurs, la vente de participations sert deux objec­tifs : le recen­trage des liens entre banque, industrie et assurance pour rendre le système plus efficace, et l’européanisation de ces liens. Dans ce dernier do­maine, l’assureur Allianz est le plus avancé.

Le système à 3 piliers continuera de garantir une offre diversifiée, estime Jean Bachèlerie, directeur Europe à la BNP-Paribas

10A quelques exceptions près comme la WestLB, le concept de la banque univer­selle concerne surtout le secteur de la banque privée. Ceci renvoie au deu­xième niveau : celui des trois piliers. Là aussi, le mouvement de restructuration est engagé depuis un certain moment, comme en témoigne le secteur des caisses d’épargne. Compte tenu de l’abandon de la garantie éta­tique à partir de 2005, et bien que le caractère effectif de cette échéance soit bien moins contraignant qu’il n’y paraît, ce secteur est en première ligne dans un pro­cessus de restructuration bien enga­gé : fin 2003, il n’y avait plus que 489 caisses d’é­pargne. Dix ans plus tôt, elles étaient encore 700. Mais ce processus de 20 à 25 fusions par an n’est pas en­core terminé. Dans l’autre secteur, les coopé­ra­tives de crédits, la ten­dance est similaire. L’heure n’est pas à la fusion des trois piliers, comme l’il­lustre le refus du maire de Stralsund de vendre sa caisse d’épargne. Le sys­tème des trois pi­liers reste en effet le garant d’une offre diver­sifiée, sou­ligne Jean Ba­chèlerie, car chacun d’entre eux possède une clientèle spécifique, reflétant ainsi la totalité et la diversité de la socié­té allemande.

Les économies dominées par les banques sont plus efficientes, rappelle Hans-Helmut Kotz, membre du directoire de la Bundesbank

11Si le système bancaire allemand s’adapte tout en restant attaché non seule­ment à la banque-industrie-assurance, mais également au système à trois pi­liers, la réponse à la question sur l’avenir du système bancaire allemand est finalement à chercher du côté de la place que le système économique, politique et social souhaite attribuer aux banques, c’est-à-dire au financement par crédit bancaire, d’une part, et aux marchés financiers, de l’autre. Dans ce contexte, le modèle allemand s’op­pose toujours nettement au modèle anglo-saxon où les banques prennent un rôle nettement moins important dans le financement des entreprises. Les éco­nomies dominées par les banques vont mieux, au mois sur le long terme, comme le souligne Hans-Helmut Kotz. Dans leur fonction d’inter­mé­diation, elles assurent une fonction de contrôle et de diffusion d’information, rendant le système éco­nomique plus efficient. Et, avec un coût du capital plus bas, le financement ban­caire contribue à un environnement favorable à l’inves­tissement, ce qui explique la corré­lation parfaite sur le long terme entre l’évo­lu­tion du DAX et la capitalisation des banques.

Vers une hybridation des modèles

12Avant qu’un nouveau partage des rôles entre banques et marché soit trouvé, les systèmes continueront à évoluer, face à des situations de crise comme celle que connaît actuellement l’Allemagne, face à des phénomènes de modes (comme la banque-assurance, la banque de marché, etc.) et face à des bench­mark comme ceux posés par le renouvellement du capitalisme anglo-saxon. Mais plutôt que de s’orienter vers un seul modèle, les systèmes réagiront plus vraisemblablement chacun à sa manière, avance Hans-Helmut Kotz. Plutôt que de disparaître pour laisser place à un nouveau modèle, les modèles existants évolueront en intégrant certaines des caractéristiques de l’autre. L’Allemagne, en préservant son modèle d’économie sociale de marché tout en intégrant aus­si des pratiques du modèle de marché, mais également la France, en combi­nant son capitalisme d’Etat avec des pratiques anglo-saxonnes, confirment par­faitement cette hybridation.

13Les banques allemandes ont traversé la crise la plus grave de leur existence sans perturber le système économique et financier. On peut voir là une preuve de la solidité du système bancaire allemand, certifiée encore récemment par la Bundesbank. Que dire finalement des banques ? Si on penche pour la rentabi­li­té, c’est-à-dire si le benchmark est le modèle anglo-saxon, cette rentabilité ne peut pas être jugée sans la stabilité et la sécurité du système comme contre­poids. Certaines des banques anglo-saxonnes qui « sur-performent » actuelle­ment le seul global player allemand, la Deutsche Bank, se trouvaient dans une situation bien pire que lui il y a dix ans. Un système qui assure à la fois une forte rentabilité et la stabilité comme la sécurité à long terme reste encore à in­venter. Le modèle allemand combine rentabilité avec stabilité. C’est peut-être là la véritable spécificité du système bancaire allemand – par delà la Hausbank, la banque-industrie ou le système à trois piliers – parfaitement en ligne avec cette « société consensuelle » qui caractérise nos voisins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Markus Gabel, « Le système bancaire allemand face à la mondialisation : vers la fin d’un modèle ? », Regards sur l'économie allemande, 66 | 2004, 5-8.

Référence électronique

Markus Gabel, « Le système bancaire allemand face à la mondialisation : vers la fin d’un modèle ? », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 66 | mai 2004, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rea.revues.org/3846 ; DOI : 10.4000/rea.3846

Haut de page

Auteur

Markus Gabel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page