Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Le défi européen

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1La timide reprise qui s’est esquissée à la fin 2003 semble se confirmer au début 2004, mal­gré quelques ombres au tableau. L’optimisme des milieux d’affaires (in­dice ifo), qui ne cessait de croître pendant neuf mois consécutifs, a légè­re­ment flé­chi en février, puis en mars. Au prix du pétrole et à la parité €/$ s’ajoutent des fac­teurs psychologiques dont une certaine impatience sur le rythme de la reprise. Se­lon les différents instituts de conjoncture, l’attentat de Madrid a joué un rôle très se­condaire (ifo) en comparaison de négociations salariales « dommageables à l’em­ploi » (ZEW) et d’une opposition croissante aux ré­formes engagées par le gou­ver­nement Schröder. C’est assurément ce der­nier point, lié à l’incertitude sur la pour­suite de l’Agenda 2010, qui a pesé sur le mo­ral des patrons (le chancelier n’a pré­senté son pro­gramme que le 25 mars), de même que la faiblesse persistante de la demande intérieure. En ce sens, l’indice ifo reflète le climat inté­rieur d’incertitude bien plus que l’évolu­tion réelle des affaires.

Montée en régime de l’export

2Car selon les indicateurs disponibles avant la publication du Rapport de prin­temps des six Instituts de conjoncture, repoussée au 27 avril, le moteur des ex­por­ta­tions monte en régime, avec +5,4 % entre février 2003 et 2004, les im­por­tations ne pro­gressant que de 3,5 % en valeur dans le même temps (Destatis). Il tire les entrées de com­mandes dans l’industrie et la production industrielle. Quant aux investisse­ments en biens d’équipement, ils redémarrent : au dernier tri­mestre 2003, et pour la pre­mière fois depuis 2001, ils avaient augmenté (+1,7 %). En janvier, la production de biens d’investissement a augmenté de 1,5 %. Les pré­visions d’automne des Ins­ti­tuts pour 2004 (+1,7 % pour l’in­vestissement sur l’ensemble de l’année) pourraient dès lors se confirmer.

Emploi et consommation toujours à la traîne

3Reste la mollesse de la demande intérieure qui freine la pro­duction de biens de consommation et, plus généralement, ralentit la reprise des activités outre-Rhin. Le haut niveau de chômage (4,56 millions de chômeurs en mars) freine toujours la consommation des ménages, dont le revenu disponible n’a guère varié, le coup de pouce fiscal étant absorbé par la hausse du budget santé. Les ré­formes Hartz adoptées l’an dernier ont certes accéléré la rotation entre chô­mage et emploi, mais sont sans effet sur la politique d’embauche des entre­prises qui stabilisent, voire compriment leurs effectifs pour rester compétitives en attendant des réformes plus substantielles de la régulation sociale. Or le moteur de la consommation ne pourra démarrer qu’avec une embellie sur le marché du travail (attendue d’ici la fin de l’an­née), c’est-à-dire lorsque la reprise des activités se sera traduite en termes d’emploi et que les ménages auront repris confiance en l’avenir.

Retour à la discipline budgétaire européenne

4Le rapport de printemps de la Commission européenne, présenté le 7 avril, apporte une note d’optimisme : après trois ans de non-respect des critères de Maastricht (3,5 % du PIB en 2002, 3,9 % en 2003, puis 3,6 % cette année), le déficit allemand devrait en­fin passer en dessous des 3 % en 2005 pour s’établir à 2,8 %. La Com­mission a ré­visé ses prévisions (3,4 % pour 2005 auparavant), convaincue par les efforts de consolidation engagés par le gouvernement Schröder. Mais l’Allemagne n’y par­viendra que si les prévisions de croissance (1,5 % cette année et 1,8 % l’an pro­chain selon la Commission) se vérifient et à condition que les réformes enga­gées se traduisent bel et bien par les écono­mies budgétaires escomptées.

Crispations électoralistes sur les délocalisations

5En ce printemps 2004, on observe ainsi outre-Rhin deux tendances contra­dic­toires : les fondamentaux reflètent un regain de dynamisme conjoncturel indé­niable sur fond de croissance mondiale ; en même temps, les acteurs semblent douter de sa réalité, tant le retour de la croissance et son installation durable dépendent de l’ef­fi­cience des réformes structurelles en cours et des incertitudes liées à la mutation de l’espace européen. Les 13 échéances électorales de 2004, dont les élections parle­mentaires européennes en juin, ne sont pas de nature à calmer les crispations. Ce sont elles qui ont mené au récent débat sur les délocalisations in­dustrielles dont le teneur était inhabituelle pour l’Alle­magne, le chancelier critiquant publiquement l’ab­sence de « patriotisme social » du patronat. Celui-ci, en la per­sonne de Ludwig Ge­org Braun, président de la fédé­ration des chambres de commerce et d’industrie DIHK, avait plaidé pour une meilleure prise en compte de la globalisation des activités et exhorté les entre­prises à « saisir l’opportunité de l’élargissement ». Dis­cours paral­lèles : le chan­celier s’adressait à l’électorat de gauche et à la base syn­di­cale ; le patronat pointait du doigt le niveau des prélève­ments sociaux et fiscaux pour sou­tenir l’ardeur réformiste du gouvernement, tout en cherchant à offrir une lecture po­si­tive de l’élargissement de l’UE.

Elargissement : un risque pour les nouveaux Länder…

6Car l’arrivée des 10 nouveaux Etats membres le 1er mai représente une chance pour l’économie allemande. Certes, la concurrence des salaires et des régimes fis­caux se soldera par des difficultés (en Bavière orientale notamment), mais elles de­vraient rester locales. Plus important est le risque pour les nouveaux Länder qui de­vront affronter une baisse des fonds structurels européens (voir REA 61/03), alors même que leur dynamisme économique reste faible malgré 1 250 milliards € trans­férés des anciens aux nouveaux Länder dans le cadre de l’effort de reconstruction (1991-2003). C’est d’ailleurs cela qui les pousse au­jourd’hui à revendiquer l’adop­tion d’un nouveau programme de soutien.

… mais une perspective de dynamisation des échanges

7Si on fait abstraction de la situation particulière des nouveaux Länder dont cer­tains, soit dit en passant, sont mieux lotis qu’un certain nombre de régions en restructu­ra­tion à l’Ouest (la Ruhr, par exemple), l’élargissement devrait doper les échanges entre la RFA et les nouveaux Etats membres. Import et export pèsent respective­ment quelque 10 % du commerce allemand, soit autant que les échanges avec les USA (voir REA 63/03). Globalement, la croissance des échanges entre an­ciens et nouveaux membres de l’UE devrait être de 6 % par an dans les dix ans à venir, es­time l’Institut IWH. Et, selon l’Agence du commerce exté­rieur BFAI, les branches motrices de l’économie devraient enregistrer une nette hausse de leurs exportations et de leurs importations à la fois. Ce sont : l’élec­tro­technique et l’électronique, la chimie, les TIC, la construction méca­nique et l’auto­mobile. Quant aux investisse­ments des an­ciens dans les nou­veaux Etats membres de l’UE, ils devraient croître de 5,75 % et 7,25 % en 2004 et 2005 selon la Com­mission europé­enne.

Internationalisation : pivot de l’activité outre-Rhin

8A elle seule, la construction mécanique, une branche où dominent les PME, pourrait développer considérablement ses investissements à l’Est – plus pour étendre ses capacités afin de répondre à la forte demande en installa­tions et équi­pements in­dustriels des nouveaux Etats membres que pour déloca­liser des sites de produc­tion. Le différentiel salarial et fiscal compte moins dans ce cas que les pers­pectives de développement des activités. Car en croissant ainsi sur de nouveaux marchés, les entreprises dégagent les marges néces­saires pour investir dans l’inno­vation et créer des emplois hautement qualifiés sur le sol allemand. C’est de la sorte que, grâce à l’internationalisation de leurs activités et leur positionnement dans une com­pétition globalisée, les entre­prises maintiennent de l’acti­vité outre-Rhin.

Elargissement : un révélateur des faiblesses structurelles

9Pour l’Allemagne, l’élargissement est aussi un révélateur de ses faiblesses structu­relles : celles auxquelles le gouvernement fé­déral a commencé à s’attaquer dans le cadre de l’Agenda 2010 (retraites, san­té, chô­mage, fiscalité) et celles auxquelles le chancelier a décidé de remédier dans son discours du 25 mars dernier devant le Bundestag. Si le bilan globalement positif qu’il a livré de l’action gouvernementale s’est attiré les critiques de l’opposition poli­tique, des syndicats, ou des milieux d’af­faires, c’est parce que les uns lui reprochent la timidité des réformes, les autres, le « démantèlement des acquis sociaux ». Mais en montrant sa détermination à pour­suivre les réformes structurelles et la consolidation budgétaire, le chancelier a ras­suré les acteurs économiques. Et il est allé plus loin, en annonçant une politique dé­diée à l’innovation.

10Mais l’innovation ne se résume pas à l’intention, réaffirmée, d’investir 3 % du PIB dans la R&D à l’horizon 2010, ni au développement des politiques sectorielles dans les domaines des hautes technologies, où l’Allemagne est en pointe en Europe. La notion va beaucoup plus loin : elle inclut la modernisation du système scolaire et universitaire dans l’objectif d’une hausse générale des qualifications. C’est l’objectif de Lisbonne, bien sûr, qui est de rendre compétitive l’Europe dans l’économie du savoir. Mais c’est aussi un objectif stratégique pour l’Allemagne si elle veut préser­ver son avantage compétitif face à dix nouveaux Etats membres au capital humain élevé. C’est encore plus une modernisation sociétale qu’implique l’innovation : la mutation vers une « société apprenante ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Le défi européen », Regards sur l'économie allemande, 66 | 2004, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Le défi européen », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 66 | mai 2004, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/3845

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page