Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Une convalescence fragile

Isabelle Bourgeois
p. 3-6

Texte intégral

Une reprise confirmée, mais modeste…

1La reprise annoncée se confirme. Mais elle restera modeste, avec une croissance de 1,5 % en 2004 comme en 2005, selon le Rapport de prin­temps des Instituts de conjoncture publié en avril. Depuis l’automne en effet, pro­duction et de­mande inté­rieure ne cessent d’augmenter, légèrement en­core certes, mais continû­ment. La production est tirée par une conjoncture mondiale favorable malgré la forte appré­ciation de l’euro face au dollar, et qui bénéficie à l’ensemble de la zone euro au même titre que la politique monétaire expan­sive de la BCE qui entretient un en­vi­ronnement propice aux activités. Dopés par l’embel­lie extérieure et les perspec­tives qu’elle offre, les investissements en biens d’équipement ont redémarré dès la fin 2003, évoluant ainsi positivement pour la première fois depuis trois ans. L’économie alle­mande est bel et bien sortie de la phase de stagnation – grâce aux seules ex­por­tations une fois de plus, car la dynamique reste bridée par l’attentisme intérieur.

… à la traîne de l’économie mondiale et européenne

2Depuis la publication du rapport, le boom des exportations sur les quatre pre­miers mois de l’année et, à leur suite, celui de la production in­dustrielle, en parti­cu­lier des biens intermé­diaires, d’investissement, mais aussi de consommation, con­firme cette lecture. Se­lon les esti­mations publiées par l’institut ifo (Munich) le 22 juin, le PIB de­vrait avoir augmenté de 1,6 % au premier semestre 2004 par rapport à la même pé­riode 2003. Ce résultat meilleur que prévu amène dès lors l’institut à revoir légè­re­ment à la hausse ses prévisions pour 2004, à l’instar de ses homo­logues. Désor­mais, toutes oscillent entre 1,5 % et 1,8 %. Ces taux incluent un effet calendrier non négligeable (0,5 point), 2004 ayant peu de jours fériés. Mais dès l’an pro­chain, l’em­bellie sera moins nette : le nombre de jours ouvrables baisse à nou­veau et, surtout, les répercussions sur la zone euro du ralentissement conjoncturel attendu en Chine et aux USA devraient amoindrir la vigueur de l’export. Les prévisions pour 2005 va­rient dès lors entre 1,3 % (IfW) et 2,0 % (RWI), du fait des incertitudes liées à l’évo­lution des prix des matières pre­mières et du pétrole brut et aux décisions poli­tiques à venir sur la rigueur budgétaire et la poursuite des réformes structurelles.

Plus de 56 % de l’export vers l’UE

3En 2003, les exportations à destination de l’UE (56,4 % du total de l’export alle­mand) ont été particulièrement dynamiques : avec un volume de 357 milliards €, elles contribuaient au PIB à hauteur de 17,4 % (en valeur nominale). Par destina­tions, la part de l’UE progressait d’un point de pourcentage par rapport à 2002, celle de l’Amérique du Nord perdant l’équivalent pour tomber à 11,0 %. La part des PECO a continué de progresser (10,7 % après 10,2 %) à haut ni­veau, l’Allemagne ayant considérablement intensifié ses échanges surtout avec les nouveaux Etats membres au cours des dix dernières années. Celle de l’Asie du Sud-Est, dont la Chine, passait de 8,0 % à 8,4 %. Cette structure révèle les forces et faiblesses du moteur conjonc­turel allemand. D’abord, la dépendance relative d’une conjoncture américaine qui donne des signes d’essoufflement. En­suite, le positionnement solide sur des mar­chés en transition, et donc en forte crois­sance comme l’Europe de l’Est et la Chine, mais avec les risques inhérents de sur­chauffe (Chine). Enfin, l’étroite dépendance du marché européen, principalement de la zone euro, prémunit certes l’économie alle­mande comme celle des autres Etats membres contre les risques émanant des variations du taux de change €/$. Mais que l’économie de la zone eu­ro donne des signes de faiblesse comme c’est le cas actuellement (croissance de +0,4 % seulement en 2003, de 1,6 % en 2004 et de 2,0 % en 2005 selon les Insti­tuts), et la conjoncture allemande s’en ressent.

Une balance commerciale toujours excédentaire

4La forte appréciation de l’euro face au dollar au début de l’année n’aura finalement guère pénalisé les exportations allemandes qui ont par ailleurs bénéficié d’une inflation modérée. Les exportateurs, qui avaient compensé l’effet change en compri­mant leurs marges, devraient retrouver une plus grande latitude dans la fixation des prix au­jourd’hui que l’envolée de l’euro a pris fin, rappellent les Instituts. Or s’ils ont pu adap­ter leurs prix à l’export, c’est que la compétitivité prix allemande est supé­rieure à celle des autres membres de la zone euro, explique la Bundesbank (rapport de juin 2004). Le taux d’inflation étant particulièrement faible en Allemagne, cette compétitivité a augmenté continûment depuis l’introduction de la monnaie euro­péenne. C’est là une explication de l’excellente tenue de l’export allemand, et elle incite à l’opti­misme quant à son évolution future. L’envolée de l’euro face au dollar a eu pour autre effet de faire baisser les prix à l’import, ce qui a compensé la flambée des prix des matières premières et soutenu le frémisse­ment de la demande inté­rieure. Au total, la balance commerciale sera largement positive une fois de plus cette année. Elle pourrait être légèrement négative l’an prochain, selon l’institut ifo, la consommation privée devant redémarrer (+1,5 %), tirant les importations (+6 % environ) alors que la croissance des exporta­tions ralentit un peu (+5,1 % au lieu de 7,9 % cette année).

Les investissements redémarrent

5La bonne tenue du marché mondial et les perspectives de rendement qu’elle offre amènent les entreprises à accroître à nouveau leurs capacités en réaction à des carnets de commandes bien remplis. Les investissements en biens d’équipement ont donc repris, rompant avec un recul de trois ans. Mais la dynamique reste bridée par la timidité des commandes domestiques de biens d’inves­tis­sement dans la me­sure où le taux d’utilisation des capacités demeure faible et que le cadre réglemen­taire des activités s’est détérioré (modification du régime des amortissements, ré­duction des subventions et dégrèvements fiscaux). Mais au fil des mois, la reprise des investissements devrait s’affermir avec l’amélioration des perspectives sur un marché domestique où la demande semble vou­loir redémarrer. S’y ajoutent une re­lative stabilité des coûts salariaux, ainsi qu’un contexte plus favorable au finance­ment des activités (taux d’intérêt avantageux sur le long terme, retour de l’opti­misme sur les marchés financiers). Corrigée de l’effet calendrier, la hausse des in­vestisse­ments bruts d’équipement et autres biens sera de 1,4 % cette année (hors correction : 3,2 %) et de 5,4 % en 2005 (Instituts).

La production de biens intermédiaires se renforce

6Hors BTP, la production industrielle redémarre. Elle devrait croître de 1,6 % sur l’en­semble de l’année 2004. C’est peu, mais elle a presque stagné au premier trimestre (+0,3 %) par rapport à un dernier trimestre 2003 où elle avait augmenté de 2,1 %. Ces fortes variations expriment les doutes des industriels quant à la vigueur de la reprise, nourris par une molle demande in­térieure et l’incertitude sur l’évolution des prix des matières premières (DIW Wochenbericht 25/04). Néanmoins, depuis le dé­but de l’année, la tendance est à la hausse des activités, dans les branches produc­trices de biens d’investissement, mais aussi de biens de consommation. La de­mande provient pour l’essentiel de l’étranger, dopant la production de biens inter­médiaires, en hausse de 2,6 % au pre­mier trimestre 2004. L’un des principaux pi­liers de l’industrie allemande (avec un taux d’exportation de 39 %) semble donc avoir surmonté l’accès de faiblesse de ces deux dernières années.

Des facteurs exceptionnels ont ralenti la décrue du BTP en 2003

7Le BTP poursuit sa décrue, exceptionnellement ralentie en 2003. Dans l’habitat, les ménages avaient anticipé leurs investis­sements en prévision de l’abrogation des aides à l’accession à la pro­priété projetée par le gouvernement fédéral pour contre­financer la baisse de l’impôt sur le revenu. Mais la hausse est relative, les ménages hésitant à s’engager alors que leurs reve­nus réels stagnent et que les tensions sur le marché de l’emploi persistent. Dans le BTP industriel, quelques grands projets, ainsi que les travaux de reconstruction (in­frastructures) engagés à la suite des inon­dations de l’été 2002 dans l’est du pays, masquent l’ampleur réelle du recul de l’ac­tivité. Au­cune amélioration n’est en vue à moyen terme, les collectivités, déficitaires, n’investissant que très modérément. Au total, le BTP sera en baisse de -0,8 % cette année, hors effet calendrier (sans correction : +1,0 %, Instituts).

Emploi : pas d’amélioration avant 2005

8Après trois ans de stagnation, le marché de l’emploi reste tendu. Le nombre d’actifs occupés a continué de baisser en 2003, sous l’effet de l’en­goue­ment pour les Ich-AG et, plus encore, pour les mini-jobs et autres ‘petits boulots’ (voir dans ce numé­ro). Si la progression du chômage s’est ralentie, cela est dû pour l’essentiel à une révision des statistiques (-150 000 chômeurs inscrits selon les Instituts), à l’accélé­ration de la rotation chômage-emploi et à des conditions plus restrictives depuis l’entrée en vigueur des premières mesures Hartz. Sans ces mesures dont les effets se pour­suivent cette année, le nombre de chômeurs s’établirait à 4,6 mil­lions en moyenne sur 2004, rappelle l’institut ifo. Car l’emploi soumis à cotisations sociales n’évolue pas, les entreprises hé­sitant à embaucher dans un contexte de re­prise en­core fra­gile et parce que les coûts salariaux leur semblant de plus en plus élevés en com­paraison des tarifs en vigueur dans les autres Etats membres, surtout les dix nou­veaux. Cette évolution n’est pas propre à l’Allemagne, dont le taux de chômage har­monisé selon les données de l’OIT (9,3 % en 2003) n’est supérieur que d’un demi point à la moyenne de la zone euro (8,8 % ; France : 9,4 %). Une légère dé­crue n’est attendue qu’avec le retour d’une croissance plus vigoureuse.

Déprimés et désorientés, les ménages consomment peu

9La consommation des ménages n’a pas décollé au dernier trimestre 2003, con­trai­rement à l'effet espéré de la récente baisse de l’impôt sur le revenu (voir REA 65/04). Le coup de pouce au revenu disponible a été absorbé par la hausse des coûts de santé et par un taux d’inflation qui dépasse 2 % de­puis le mois de mai, suite à la flambée des prix pétroliers et à l’entrée en vigueur de la dernière tranche de l’écotaxe. En l’absence de certi­tudes sur l’évolution écono­mique et l’avenir de leurs retraites, les ménages maintiennent d’autant plus volon­tiers leur épargne de précaution (voir dans ce numéro) que, au mieux, leur revenu disponible réel stagne (+0,4 % en 2004, Instituts). Ils semblent avoir compris confu­sément une tendance que l’IfW de Kiel décrit ainsi : « dans dix ans, la majorité de la population … aura un stan­dard de vie inférieur à ce qu’il est au­jourd’hui » (Handels­blatt, 18-06-04).

Une politique économique difficile à mener

10Cette tendance qui résulte du vieillissement démographique est entretenue par une dynamique de croissance de plus en plus bridée depuis le début des années 90. Le taux d’investissement a fléchi, le volume des heures travaillées n’a cessé de dimi­nuer, et la productivité du tra­vail s’est ralentie, remarquent les Ins­ti­tuts. Les choix politiques sont en grand partie responsables de ces évolutions : les collecti­vités ont réduit leurs investissements, notamment au détriment du capital humain, amoin­dris­sant d’autant le potentiel de productivité. La politique de l’emploi et de fixation des salaires, le subventionnement des préretraites, ont eu des effets désincitatifs sur l’activité et dévalorisé le travail. Dans ces conditions, définir et mener une poli­tique économique en faveur d’une croissance durable n’est guère facile, l’économie alle­mande se trouvant prise dans un engrenage où l’explosion des coûts sociaux (chô­mage, transferts liés à l’unification) creuse la dette publique, limitant la réduction des prélèvements obligatoires, pourtant indispensable pour maintenir l’activité et l’emploi dans les frontières nationales, et entravant l’investissement dans la compé­titivité du capital humain, qui devrait être la priorité d’un site vieillissant affrontant la concurrence directe de jeunes économies dynamiques.

Poursuivre les réformes structurelles

11Pour sortir de cet engrenage, le gouvernement Schröder avait amorcé des réformes structurelles (Agenda 2010). Ce début courageux avait rendu confiance aux acteurs économiques, c’était le plus urgent pour briser leur attentisme. Un an après, l’impact des réformes est décevant. Mais elles ne produiront leurs effets que sur le long terme et que si elles sont poursuivies plus avant, rappellent une fois de plus les Ins­tituts. Or les citoyens commencent à grogner. Et la crise politique au sein de la coa­lition gouvernementale comme le tir nourri de l’oppo­sition, avivés par la campagne électorale permanente de l’année 2004, les déso­rientent encore un peu plus. La consommation des ménages s’en ressent. Le ca­mouflet au parti SPD lors des euro­péennes a fragilisé la position du chan­ce­lier. Le seul soutien qu’il puisse attendre en ce début d’été pro­vient des acteurs et observa­teurs économiques qui veillent à en­tretenir l’ardeur ré­formiste du gouvernement et, partant, le moral des milieux d’af­faires. Dans ce contexte, l’élection d’un nouveau président de la République issu de l’économie, en la personne de Horst Köhler, ex-président du FMI, est un gage sup­plémentaire pour une politique de réformes con­sistante.

Et consolider les finances publiques

12L’efficacité des réformes passe par la consolidation budgé­taire : la dégra­dation per­sistante des finances publiques allemandes n’inquiète pas seulement la Commis­sion européenne, elle alarme tous les économistes puis­qu’elle obère la croissance future. Avec une dette qui s’élèvera cette année à 66 % du PIB, l’Allemagne est sur­endettée, et les pouvoirs publics ont épui­sé leur marge de manœuvre. Depuis 3 ans, l’Allemagne ne respecte plus les cri­tères de Maastricht. Or elle s’était engagée à le faire en 2005 en réduisant le déficit structurel de 0,6 point de PIB cette année et d’au moins 0,5 point l’an prochain. Ce dernier varie, selon les sources, entre 2,3 % et 3,5 % du PIB (2003). La fai­blesse conjoncturelle est donc moins en cause que les dé­rives sociales, les subventions indifférenciées, le coût du fédéra­lisme ou cette gestion administrative peu rigoureuse qu’incri­mine la Cour fédérale des Comptes.

Un budget « respectueux de la conjoncture et de ferme consolidation »

13La rigueur s’impose. Le ministre fédéral des Finances a présenté le 23 juin un bud­get fédéral 2005 « respec­tueux de la conjoncture et de ferme conso­li­da­tion » selon ses propres termes. Il fixe les dépenses du Bund à 258,3 milliards €, soit une hausse de 1,1 % qui s’explique par l’explosion des budgets sociaux. Mais les re­cettes fis­cales sont en baisse, et le Bund doit recourir à la dette. Pour ne pas dé­passer les dépenses d’investissement (22,8 milliards €) et respecter le critère de stabilité de la Loi fon­damentale, l’endettement est fixé à 22 milliards €. Soit 15,5 mil­liards € de moins que les besoins réels. Le Bund envisage de combler cet écart grâce à la vente de par­ticipations (dont le restant des actions de Deutsche Post et Deut­sche Telekom) et à la réduction de subventions – dont ces primes d’ac­cession à la pro­priété que les Länder se refusent d’abroger au Bundesrat. Si Hans Eichel a deman­dé à tous les ministères de comprimer leurs budgets, il se refuse pour l’instant à ré­duire encore plus les dépenses. Les économistes critiquent ver­tement ce budget très hypothétique, esti­mant, à l’instar du président de l’institut ifo, que l’Allemagne devient ainsi « la risée de l’Europe » (Handelsblatt, 23-06-04).

14Comment faire pour assainir les finances publiques sans étouffer la timide re­prise ? Comment respecter le court terme (les critères de Maastricht) et le long terme (le retour d’une croissance durable) ? Ce dilemme a déclenché une polé­mique où s’affrontent avocats d’une politique de relance financée à crédit (parmi eux, la base du SPD et les syndicats) et tenants d’un strict respect des critères de stabilité nationaux et européens (dont tous les Instituts, sauf le neo-keynesien DIW). Pour ne pas mettre en danger la poursuite des réformes structurelles, le gouverne­ment fédéral a cherché un compromis visant à ménager difficultés conjoncturelles et impératifs de rigueur – en attendant aussi que se clari­fie à l’échelon européen l’in­terprétation à donner au Pacte de Maastricht.

Prévisions du rapport de printemps 2004 des instituts de conjoncture

2002

2003

2004

Sem. 1

Sem. 2

2005

(variation en  % par rapport à la même période de l'année précédente)

PIB

0,2

-0,1

1,5

1,3

1,8

1,5

Est

0,1

0,2

1,3

1,5

Ouest (Berlin inclus)

0,2

-0,1

1,5

1,5

Consommation privée a)

-1,0

-0,1

0,4

-0,2

0,9

1,2

Consommation publique

1,7

0,9

-0,4

-0,4

-0,4

0,3

Investisssements bruts en biens d'équipt.

-6,7

-2,9

2,0

1,8

2,2

2,3

Equipement et autres biens

-7,6

-2,3

3,2

1,4

4,8

5,1

Construction

-5,8

-3,4

1,0

2,1

0,1

-0,2

Demande intérieure

-1,6

0,3

1,0

0,3

1,7

1,3

Exportations

3,4

1,2

6,6

6,9

6,3

5,0

Importations

-1,7

2,6

5,7

4,6

6,7

4,9

Revenu national brut

0,5

0,4

2,3

2,4

2,2

2,5

Rev. brut issu du travail salarié

0,8

0,2

0,7

0,5

0,8

1,3

Rev. brut issu des entr. et de la propté.

4,8

-0,3

6,4

7,6

5,1

5,7

Revenu disponible

0,5

0,9

1,6

1,0

2,3

2,4

Consommation des ménages

0,3

0,9

1,6

0,9

2,2

2,5

Epargne des ménages

3,8

3,4

2,3

1,7

3,1

2,2

Prix à la consommation b)

1,4

1,1

1,3

-

-

1,2

Coûts salariaux unitaires

0,7

0,6

-0,5

-

-

-0,1

(état)

Déficit public en  % du PIB

-3,5

-3,9

-3,7

-

-

-3,5

Dette publique (en milliards €)

-74,3

-82,1

-80,2

-

-

-78,6

Actifs (en millions)

38,61

38,19

38,11

-

-

38,22

Est, Berlin inclus (en millions) c)

7,61

7,51

7,47

-

-

7,43

Ouest (en millions)

31,00

30,68

30,64

-

-

30,78

Chômeurs (en millions)

4,06

4,38

4,33

-

-

4,28

Est, Berlin inclus (en millions)

1,56

1,62

1,58

-

-

1,57

Ouest (en millions)

2,50

2,75

2,75

-

-

2,70

Taux de chômage (en  %) c)

9,5

10,3

10,2

-

-

10,1

Est, Berlin inclus

17,0

17,8

17,5

-

-

17,5

Ouest

7,5

8,2

8,2

-

-

8,1

Taux d’épargne

10,6

10,8

10,9

12,4

9,4

10,9

Source des données : Rapport de printemps des six instituts de conjoncture DIW (Berlin), HWWA (Hambourg), ifo (Munich), IfW (Kiel), IWH (Halle), RWI (Essen), en date du 23-04-2004. Don­nées établies selon le Système euro­péen des comptes nationaux (SEC 95) ; 2004 et 2005 ; prévisions des Instituts. a) ménages et organismes privés à but non lucratif ; b) aux prix de 1995 ; c) les données relatives au marché de l’emploi émanent de l’Office fédéral des Statistiques. Sur la différence avec les données OIT (1 point de pourcentage environ), voir REA 59/02.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Une convalescence fragile », Regards sur l'économie allemande, 67 | 2004, 3-6.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Une convalescence fragile », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 67 | juillet 2004, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/3792

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page