Navigation – Plan du site
Editorial

De l’Etat-Providence à la société de la connaissance

René Lasserre
p. 1-2

Texte intégral

1L’économie allemande a retrouvé le sentier de la croissance et la reprise se consolide, tirée par une conjoncture mondiale favorable et l’excellente tenue des exportations. Cette dernière constitue le signe fort d’une vi­gueur retrouvée : elle témoigne d’une compétitivité solide des entre­prises qui, après de patients efforts de rationalisation, sont parve­nues à juguler leurs coûts et font à nouveau la course en tête sur le marché mondial. Cette dynamique externe porte maintenant ses fruits en géné­rant la reprise tant attendue de l’investissement. L’embellie reste cepen­dant en demi-teinte. D’abord parce que les nuages s’amoncellent dans le ciel de l’économie mondiale avec la flambée des prix des ma­tières pre­mières et du pétrole, mais aussi parce que la machine écono­mique interne ne parvient toujours pas à monter en régime.

2Le marasme de la demande intérieure semble devoir résister à toutes les thérapeutiques. Ainsi les allègements fiscaux acquis de haute lutte n’auront été qu’un coup d’épée dans l’eau face à la hausse des prix. Voyant leur pouvoir d’achat stagner, confrontés à la persistance du chô­mage et aux incertitudes qui pèsent sur les régimes de retraite, les mé­nages hésitent plus que jamais à consommer. L’économie allemande se trouve en quelque sorte enfermée dans une spirale interne de stagna­tion : les gains de pouvoir d’achat sont absorbés par le poids des prélè­vements et des transferts sociaux, tandis que le déséquilibre persistant des budgets publics ne laisse plus aucune marge pour soutenir la de­mande et relayer la croissance.

3Les études que nous consacrons dans ce numéro à l’évolution des com­portements de consommation et d’épargne des Allemands, que ce soit à travers l’analyse des changements intervenus dans la structure des budgets des ménages, ou à travers celle de leurs comportements d’achat face à la montée en puissance du hard discount dans le secteur de la distribution, fournissent d’intéressants éclairages sur le manque de ressort de la demande intérieure. Elles tendent justement à montrer que la stagnation de la demande est une tendance lourde, inscrite à la fois dans la démographie, les mécanismes de la protection sociale et les valeurs du corps social et que, par conséquent, elle s’est installée comme un élément durable dans la structure même de l’économie des ménages. Dans un autre registre, celui de la politique menée en faveur des emplois aidés, il apparaît que les différentes mesures mises en œuvre, en dépit de leur ingéniosité, ne parviennent que très partielle­ment à réinsérer dans l’emploi les inactifs assistés et à élargir ainsi le périmètre de la sphère productive.

4Ces données sont autant d’éléments qui nourrissent la réflexion pros­pective sur les voies possibles d’une réforme du système allemand de régulation économique et sociale. La déficience chronique de la de­mande domestique met directement en question le coût jugé désormais prohibitif de l’Etat-Providence. Elle plaide en faveur de la dérégulation sociale et d’un nouveau partage du revenu qui favorise le travail et l’in­ves­tissement productif. Convié à nous apporter sa contribution au dé­bat dans le présent numéro, Gabriel Colletis examine attentivement les arguments qui fondent cette alternative libérale, sans toutefois la rete­nir comme la voie la plus probable. Il estime en effet qu’une dérégu­lation de grande ampleur mettrait en péril le compromis social sur lequel est fondé l’efficacité du système productif et qu’elle a peu de chances de prévaloir face à la communauté d’intérêts et aux potentiels de compétences qui en assurent le haut degré de performance. C’est plutôt dans la valorisation de ces potentiels de compétences et de sa­voirs que l’Allemagne dispose des meilleurs atouts et qu’elle est en mesure de s’assurer les avantages compétitifs durables d’une accession progressive à l’économie de la connaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « De l’Etat-Providence à la société de la connaissance », Regards sur l'économie allemande, 67 | 2004, 1-2.

Référence électronique

René Lasserre, « De l’Etat-Providence à la société de la connaissance », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 67 | juillet 2004, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rea.revues.org/3790

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page