Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Le creux de la vague bientôt atteint ?

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1Bien que l’économie de la République fédérale connaisse la plus sévère réces­sion de son histoire (le PIB a chuté de 3,8 % au premier trimestre 2009 par rap­port au précé­dent et devrait reculer de quelque 6 % sur l’ensemble de l’année), les Alle­mands gardent le moral. Les indices ifo (industrie), ZEW (finance) et GfK (consom­mateurs) remontent lentement, mais continûment, depuis plusieurs mois déjà. Bien sûr, « une hirondelle ne fait pas le printemps », se plat à rappeler le quoti­dien Frankfurter Allge­meine Zeitung (30 juin). Mais les acteurs économiques at­tendent visiblement l’arme au pied que la demande mondiale reprenne.

Un seul moteur : la demande intérieure

2Alors que le traditionnel moteur que sont les exportations ne tourne plus qu’à très faible régime (il a tiré le PIB de 2,2 points vers le bas au premier trimestre selon De­statis) et ralentit en retour l’investissement en biens d’équipement (-1,3 point), la ré­ces­sion est contenue actuellement par la seule demande intérieure. La con­sommation publique a été en hausse de 0,8 % par rapport au 1er trimestre 2008. Elle devrait s’accroître nettement au second semestre sous l’effet des programmes d’investisse­ment dans les infrastructures, adoptés dans le cadre des « paquets conjoncturels ». La consommation privée, pour sa part, a contribué de 0,3 point à la création de richesse entre janvier et mars. Et à la surprise générale des experts, le moral des ménages a enregistré un net rebond en juin, renouant avec son niveau d’avant la crise. Ceux-ci semblent sensibles aux signaux d’un certain retour au calme sur les marchés financiers, d’une relative stabilisation du système ban­caire, comme des fré­missements qui s’esquissent sur le marché mondial. Ils semblent aussi avoir pris con­fiance dans les efforts que multiplient les acteurs po­litiques pour endiguer la réces­sion, que ce soit en Allemagne ou dans le monde.

La stabilité de l’emploi fonde la confiance des ménages

3Plus déterminants encore sont deux autres facteurs. D’abord la bonne tenue du mar­ché de l’emploi. En juin, le taux de chômage (données administratives de l’Agence fédérale pour l’emploi) était de 8,1 % contre 7,5 % voici un an. Le nombre de chô­meurs s’établissait à 3,495 millions en données CVS, soit 31 000 de plus qu’en mai. Mais il ne s’agit là que des demandeurs d’emploi inscrits dans un des guichets de l’Agence, car depuis le mois de juin, ceux dont le placement est confié à un bureau privé ne sont plus comptabilisés dans les statistiques ; leur nombre s’élevait à 19 000 en juin. Le fait que l’emploi se maintienne s’explique par le fait que le recul de l’activité a jusqu’ici été amorti au plan social par la baisse du volume d’heures travaillées et de la productivité horaire, comme en atteste le franc succès des mesures de chômage partiel (voir REA 90/09) : sans elles, on dénombrerait d’ores et déjà quelque 430 000 chômeurs de plus (en équivalent temps plein), calcule le ministère fédéral de l’Econo­mie. Quant à l’évolution à venir, elle est difficile à prévoir. Combien de temps encore le chômage partiel jouera-t-il son rôle de sta­bi­lisateur ? Ensuite, les premiers contrats de chômage partiel expirant à partir de juillet, et les entreprises ayant épuisé l’éventail des possibilités pour préserver l’emploi malgré le ralentissement de la production, quelle sera l’am­pleur de la vague de licenciements économiques qui s’annonce ?

Un pouvoir d’achat relativement préservé…

4Ensuite, le moral des ménages repose sur un taux d’inflation en forte baisse. Il est tombé à zéro au mois de mai ‑ pour la première fois depuis 22 ans ‑, sous l’effet du net recul des prix pétroliers et d’un retour à la normale des prix dans l’alimentation. Dans ces conditions, les Allemands envisagent de nouveau l’achat de biens de con­sommation durables. Certes, le commerce de détail a vu son chiffre d’affaires baisser de 0,8 % en données CVS au premier trimestre (Destatis), mais les mé­nages avaient profité massivement de la « prime à la casse » (les ventes automo­biles ont connu un bond de 11 %) et puisé dans leurs bas de laine. S’y ajoute une légère baisse des revenus liée au chômage partiel qui touche désormais un actif sur vingt (1,4 million de salariés en juin, selon l’Agence de Nuremberg).

… et soutenu par le gouvernement

5Mais pour soutenir la demande, le gouvernement fédéral avait décidé, dans le cadre de son deuxième programme conjoncturel, d’abaisser provisoirement, à partir du 1er juillet, le taux de cotisation à l’assurance maladie de 15,5 % à 14,9 %. S’y ajoute, depuis le 1er juillet également, pour les revenus inférieurs et moyens, l’exonération fis­cale des cotisations versées à l’assurance maladie légale comme à l’assurance dé­pendance (une mesure adoptée à la suite d’un arrêt rendu en février 2008 par le Tri­bunal cons­titutionnel fédéral) et une légère hausse du niveau des pensions du régime de retraite légale. Reste à savoir comment évolueront les prix à la consommation. Hors énergie et alimentation, le taux de l’inflation était certes tombé à 1,2 % en mai ; mais si le prix du pétrole remonte sensiblement, le pouvoir d’achat risque d’autant plus de s’en res­sentir que, par ailleurs, les hausses salariales négociées antérieure­ment sont suspen­dues dans nombre d’entreprises – surtout dans la branche du travail des métaux, la plus touchée par la chute de la demande mondiale – et que les partenaires sociaux renouent avec la modération salariale, du moins dans l’industrie.

L’industrie prévoit une embellie

6Pour ce qui est du regain de confiance dans l’industrie, il « reste tiré exclusive­ment par les prévisions d’avenir », souligne la Bundesbank dans son rapport mensuel de juin, car les entreprises jugent leur situation actuelle « très défavorable ». Au premier trimestre, les exportations ont chuté de 21,2 % par rapport au pré­cé­dent (Destatis), la demande des pays de l’UE ayant plus fortement baissé (-22 %) que celle des mar­chés tiers (-19,6 %). La balance commerciale n’en est pas moins restée excé­dentaire, bien que de 26,8 milliards € seulement. La spécialisation de l’économie alle­mande dans les biens d’investissement a amplifié l’impact de la con­traction de la demande mondiale sur la production qui a diminué d’un quart dans cette catégorie de biens durant les trois premiers mois de l’année ; il en va de même des biens intermé­diaires. Le taux d’utilisation des capacités n’était plus que de 71 % en avril (contre 87 % avant la crise). Mais depuis mars, l’évolution en dents de scie des entrées en commande (+4,4 % en mai par rapport à avril dans l’indus­trie, par exemple) ou des exportations (+0,3 %) sont autant de signes annoncia­teurs d’un léger frémissement de la demande extérieure. En mai, la production industrielle s’est étonnamment re­prise (+3,7 % par rapport à avril), tirée prin­cipalement par la construction automobile (en partie sous l’effet des programmes de relance adoptés par plusieurs Etats). Et la chimie, autre secteur phare de l’éco­nomie allemande, constate depuis février une lé­gère hausse des commandes dans le secteur de la chimie de base.

Cap de consolidation budgétaire maintenu

7La relative confiance des acteurs économiques se fonde aussi sur le fait que le gou­vernement fédéral ait assoupli à titre transitoire la fiscalité des entreprises, sur­tout des PME (voir dans ce numéro). Plus fondamentalement, sur le fait que, bien qu’il ac­croisse cette année le déficit de près de 90 milliards € et repousse à 2013 l’horizon de l’équilibre budgétaire, le gouvernement fédéral maintienne son cap de consolidation. Certes, le Conseil de planification des finances (Finanzplanungsrat) qui réunit les mi­nistres fédéraux de l’Economie et des Finances, ainsi que les mi­nistres des Finances des Länder et leurs homologues des communes, vient de décider en juillet un nouvel endettement d’un montant total de 509 milliards € d’ici 2013. D’ici là, l’Allemagne ne respectera pas les critères de Maastricht. Mais pa­rallèlement à cette mesure excep­tionnelle, Bundestag et Bundesrat ont adopté respectivement en mai et en juin un amendement à la Loi fondamentale. Désor­mais, la Constitution fait obligation au Bund de limiter d’ici 2016 tout nouvel endette­ment à 0,35 % du PIB et interdit aux Länder tout recours au nouvel endettement à partir de 2020. Néanmoins, en cas de situation extrême (catastrophe naturelle, ou crise), ces clauses sont levées, à condition que Bund et Länder s’engagent sur un plan de remboursement.

8Toute prévision sérieuse sur la durée de la récession reste néanmoins impossible actuellement, tant les facteurs à prendre en considération dans un marché globalisé sont peu maîtrisables, et tant la donne comportementale est peu intégrable dans la modélisation économique. Les effets des mesures de politique moné­taire et financière sont « dif­ficiles à évaluer dans le contexte actuel », avoue la Bun­desbank. Le fait qu’ait été opéré à l’échelle mondiale « un transfert de risque sans précédent de l’éco­nomie privée vers le secteur public » a certes contribué à stabiliser la situation, mais tout en créant une situation inédite. Quant aux marchés financiers, ils restent plus que jamais imprévisibles. Les incertitudes sont grandes. Or il n’est pas à exclure non plus, à en croire la Bundesbank, que « la considération des facteurs fondamentaux prenne une importance nouvelle ». La reprise mondiale pourrait se révéler plus franche que prévu, et alors, « les économies hautement orientées vers l’exportation de biens d’in­vestissement pourraient s’en trouver avantagées ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Le creux de la vague bientôt atteint ? », Regards sur l'économie allemande, 92 | 2009, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Le creux de la vague bientôt atteint ? », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 92 | juillet 2009, mis en ligne le 28 août 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/3741

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page