Navigation – Plan du site
Articles
Dossier spécial 60e anniversaire de la RFA

Une nouvelle identité allemande ?

Thomas Petersen
Traduction de Isabelle Bourgeois
p. 45-56

Résumé

En cette année 2009, la République fédérale d’Allemagne fête un double anni­versaire. Il y a 60 ans, la deuxième démocratie allemande fut portée sur les fonts baptismaux. Il y a 20 ans, le Mur de Berlin tombait, et la révolution pacifique qui progressait en RDA mena peu après à la réunification des deux Allemagne, deux Etats à la sou­ve­raineté jusque là divisée. Comment ces deux chapitres de leur histoire ont-ils laissé leur empreinte sur les Allemands, et comment ont-ils forgé la vision qu’ils ont de leur propre pays ? Les sondages représentatifs menés par l’Institut für Demoskopie d’Allensbach (fondé en 1947, bien avant la naissance de la Ré­pu­blique fédérale, le 23 mai 1949), révèlent que les Allemands de l’ouest n’en­tretenaient à l’ori­gine que peu d’espérances envers leur nouvel Etat. L’Institut leur avait posé en février 1949, soit plusieurs mois avant la constitution de la RFA, la question suivante :« Etes-vous pour ou contre la création d’un Etat fédé­ral ouest-allemand ? ».Une faible majorité de 51 % des personnes interrogées se déclara pour, 23 % d’entre elles contre, et 26 % indifférentes ou sans opinion.
Plus révélatrices encore sont les réponses à cette autre question dont, à elle seule, la formulation qu’on considérerait aujourd’hui comme inusuelle reflète le climat de l’opinion d’alors : « Est-ce que la future Constitution ouest-allemande vous laisse indifférent ou est-ce que vous vous intéressez à la question ? ». 40 % répondirent que la future Constitution les laissait indifférents, 33 % s’efforcèrent d’affirmer qu’ils s’y intéressaient « modérément ». Seulement 21 % des Alle­mands se montrèrent « très intéressés ». Le chaos politique de la République de Weimar et la catastrophe du IIIe Reich, après leur avoir fait perdre toute illusion, avaient laissé un profond dégoût. La majorité des Allemands s’était alors détour­née de la politique. Et elle ne fondait guère d’espoir dans la nouvelle RFA.
Depuis, après 60 années de paix et de prospérité croissante, l’attitude des Alle­mands envers leur Etat a profondément changé. Et la République fédérale d’Alle­magne est la première démocratie allemande qui ait su s’inscrire dans la durée avec succès. Face à cette évolution, un observateur étranger ne peut manquer de se demander si les Allemands n’auraient pas foncièrement changé de carac­tère après la chute du IIIe Reich. Or c’est faire fausse route que de poser la question en ces termes. Car cela renvoie implicitement à l’hypothèse que le IIIe Reich constituerait en quelque sorte la normalité, qu’il serait la concrétisation logique et manifeste de spécificités typiquement allemandes. Mais rien, dans l’histoire quasi millénaire de l’Allemagne avant la prise de pouvoir par Hitler, ne corrobore cette hypothèse.
Quand on cherche donc à savoir pourquoi se diffuse aujourd’hui hors d’Alle­magne l’impression que les Allemands auraient changé de caractère, il faut con­sidérer le fond des choses et remonter plus loin dans l’Histoire. Il faut tenir compte dans ses réflexions du profond déchirement que connut ce pays durant des siècles et se préoccuper de savoir de quoi pourrait réellement être fait ce ca­rac­tère allemand. Et quand on veut bien se livrer à cet effort, on comprend vite que ce qui a changé, ce sont moins les caractéristiques foncières des Allemands que le contexte géopolitique de ces dernières décennies. Car pour la première fois depuis des siècles, celui-ci a offert aux Allemands une nouvelle stabilité, leur permettant de trouver le répit nécessaire pour se mettre en accord avec eux-mêmes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

« Incertitudes allemandes »

1A l’étranger, les Allemands ont la réputation d’être instables – non sans raison. Bien avant que les deux guerres mondiales du XXe siècle et les crimes de l’ère national-socialiste eurent ébranlé pour des décennies la conscience de soi d’un peuple entier, des observateurs aussi variés que Madame de Staël, Heinrich Heine ou Friedrich Nietzsche décrivaient déjà une étonnante versatilité et une permanente propension au doute comme la caractéristique foncière des Alle­mands. Et c’est sans doute Nietzsche qui, avec son sens certain de la formule, sut le mieux résumer ces impressions : ce qui définit les Allemands, disait-il, c’est justement qu’ils ne cessent de s’interroger sur « ce qui est allemand ».

La marque de la guerre de Trente ans

2A en croire la thèse émise par le politiste écossais Richard Rose, le fait qu’une nation perde une grande guerre la marque pour des siècles. Si cela est vrai, alors le rapport douloureux qu’entretiennent les Allemands avec leur nation ne peut trouver ses racines que dans l’expérience des dévastations et des humilia­tions de la guerre de Trente ans (1618-1648). Le morcellement comme l’im­puissance du Premier Empire allemand qui s’en sont suivis et qui n’ont pris fin qu’un siècle et demi plus tard, avec les conquêtes napoléoniennes, ont laissé durablement leur empreinte.

3Depuis deux siècles, ce voisin aux émotions imprévisibles déconcerte tout par­ticulièrement les intellectuels français. En 1813 déjà, dans « De L’Allemagne » (chap. II), Madame de Staël écrivait : « Il n’y a point un grand amour pour la patrie dans un empire divisé depuis des siècles, où les Allemands combattaient contre les Allemands, presque toujours excités par une impulsion étrangère ; l’amour de la gloire n’a pas beaucoup de vivacité là où il n’y a point de centre, point de capitale, point de société ».Et il semblerait que cette impression non seulement se soit maintenue par-delà les bouleverse­ments politiques comme les mutations de la société mais qu’elle décontenance toujours les Français. En 1931 par exemple, le diplomate Pierre Viénot, qui fera plus tard partie des proches de de Gaulle à Londres, publiait un essai portant ce titre évocateur : « Incertitudes allemandes ».

Les Allemands se sont approprié leurs symboles nationaux

Les Allemands commencent à se sentir fiers d’être Allemands

4Sachant cela, si on considère la République fédérale et la manière dont a évo­lué ce que les Allemands pensent de leur pays, on constate un surprenant chan­gement. Tout porte à croire que les Allemands commencent aujourd’hui à se sentir fiers d’être Allemands. Pour un observateur étranger, ce renouveau identitaire a été particulièrement frappant lors du Mondial de football de 2006. Or les Allemands ont été eux-mêmes les premiers surpris de voir la gaieté avec laquelle leurs compatriotes agitaient le drapeau noir-rouge-or, et avec quelle festive évidence, dans les stades, ils chantaient l’hymne national – à pleine voix et si distinctement que les millions de téléspectateurs du monde entier auraient pu l’entonner avec eux, mais sans que jamais ne se mêle le moindre soupçon d’agressivité ou d’arrogance à leur joyeuse exubérance.

5Le contraste avec le passé ne peut être plus saisissant : seulement trois décen­nies plus tôt, lors du Mondial de football de 1974 qui se tenait dans la RFA d’avant l’Unité, quand la Mannschaft entonnait l’hymne national, elle réduisait à un silence gêné le public dans les stades. En août 2006, l’Institut für Demosko­pie d’Allensbach (IfD) avait mené un sondage représentatif, dont l’une des questions était ainsi formulée : « Lors du Mondial de football, on pouvait voir par­tout des drapeaux allemands et les accessoires des supporters allemands aux couleurs nationales. Est-ce que cela vous a étonné ou est-ce que, à votre avis, c’était normal pour un Mondial se déroulant dans votre propre pays ? ». 58 % des Allemands interrogés ont répondu qu’ils étaient surpris de constater cette joyeuse exubérance nationale. Un peu plus d’un tiers seulement (37 %) l’estimait normale pour un Mondial se déroulant chez eux ; mais, fait révélateur, le taux de réponses atteignait 51 % chez les moins de 30 ans.

« Lors du Mondial de football, on pouvait voir par­tout des drapeaux allemands et les acces­soires des supporters allemands aux couleurs nationales. Est-ce que cela vous a étonné ou est-ce que, à votre avis, c’était normal pour un Mondial se déroulant dans votre propre pays ? »

Réponses :

« c’était normal »

« cela m’a étonné »

Ensemble de la population

37 %

58 %

14-29 ans

51 %

45 %

30-44 ans

41 %

56 %

45-59 ans

32 %

63 %

60 ans et plus

28 %

63 %

Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfrage n° 7092, août 2006. NB. Différence avec 100 % : « ne sait pas » ou n.s.p.

Le patriotisme effarouche encore, sauf les plus jeunes

6Est-ce à dire que les jeunes générations d’Allemands ont développé une rela­tion plus simple et naturelle avec leurs symboles nationaux que leurs parents et grands-parents, marqués par la profanation que le régime nazi avait fait subir à ces symboles ? Et se pourrait-il que leur approche ait une influence sur les ten­dances du Zeitgeist ? Les réponses au sondage mené par l’IfD en août 2006 semblent aller dans ce sens. « Imaginez que quelqu’un dise : ‘Du fait de notre passé sous le IIIe Reich, nous autres Allemands devrions montrer de la retenue en ce qui concerne les symboles nationaux et l’expression du patriotisme’. Etes-vous d’accord avec cet avis ou pas ? ». A cette question, une nette majo­rité de son­dés (58 %) a répondu « pas d’accord ». 22 % d’entre eux seulement étaient d’accord ; douze ans plus tôt, en 1994, ceux-ci étaient encore deux fois plus nombreux. Et comme pour la question précédente, ceux qui se sont le plus  clairement prononcés contre la retenue en la matière sont les plus jeunes.

S’identifier avec un nouveau modèle de société prend du temps

7Nombreux sont les exemples attestant que, chez les Allemands, l’image et la conscience de l’identité nationale ne sont que faiblement développées en com­paraison internationale. Cette fierté nationale que cultivent comme allant de soi tant de peuples – à commencer par les Français – est un sentiment que les Allemands ne connaissent guère, même aujourd’hui. Toutefois, le récent chan­gement qui s’observe dans leur attitude face aux symboles nationaux est un signe révélateur d’un changement d’attitude aussi à l’égard de leur propre nation. Or ces tendances révèlent dans le même temps qu’il faut beaucoup de temps à un peuple pour surmonter les traumatismes nationaux et assumer plei­nement un nouveau système politique et un nouveau modèle de société.

Leur drapeau ne laisse plus les Allemands indifférents

8C’est ce qu’il ressort de manière très nette de l’évolution des réponses à une question sur les tendances lourdes de la société que l’Institut d’Allensbach pose régulièrement depuis 1951, la dernière vague remontant à 2007. La ques­tion posée est la suivante : « Cela vous réjouit-il de voir de temps en temps les couleurs du drapeau de la République fédérale ? ».

9« Cela vous réjouit-il de voir de temps en temps les couleurs du drapeau de la République fédérale ? »

10En 1951, seulement 23 % des personnes interrogées disaient s’en réjouir, et bien plus (33 %) affirmaient ne pas s’en réjouir. Deux ans plus tard, cette relation s’était inversée, les atti­tudes positives (31 %) l’emportant sur le rejet (26 %) ; mais la moitié de la po­pulation était toujours sans opinion ou disait ne pas s’in­té­resser à la question.

11Au cours des décennies suivantes, et surtout à partir des années 1980, la part des Allemands disant trouver plaisir à voir le drapeau noir-rouge-or n’a cessé d’augmenter lentement, mais continûment, si on fait abstraction de quelques variations liées à l’actualité, mais toujours fugitives. D’une manière tout aussi significative, la part des Allemands affirmant ne pas se réjouir à la vue de leur drapeau augmentait parallèlement jusqu’à la fin des années 1980. Car cette dernière tendance peut être considérée elle aussi comme la traduction du fait que les couleurs de la République fédérale se sont progressivement imposées en tant que symbole national. En effet, si la majorité des Allemands se recon­naît alors dans le drapeau et si une importante minorité exprime son rejet, ce symbole ne laisse plus indifférent que très peu d’entre eux.

12Depuis le début des années 1990, la part des sondés disant ne pas se réjouir à la vue du drapeau allemand a progressivement baissé. Selon toute vraisem­blance, c’est l’expérience de l’Unité allemande qui déclenché ce revirement. Aujourd’hui, les deux tiers des Allemands, à l’est comme à l’ouest, disent se ré­jouir à la vue du drapeau national ; ils ne sont plus qu’un quart à ne pas se réjouir. Bien qu’il n’existe pas de données fiables pour la période d’avant 1947, on peut néanmoins raisonnablement supposer qu’il faut remonter loin dans l’Hist­oire, un siècle environ, pour rencontrer une pareille sympathie portée par les Alle­mands à leurs couleurs nationales, avec cette même joie bon enfant et sans la moindre équivoque.

Un « patriotisme constitutionnel »? Pas vraiment.

13On observe une évolution tout aussi lente et, dans la mesure où il est possible de le constater a posteriori, tout aussi progressive, en ce qui concerne l’accep­tation de la Constitution de la République fédérale, en l’occurrence la Loi fonda­mentale adop­tée en mai 1949. Dans les débats intellectuels allemands circule depuis les années 1980 le concept de « patriotisme constitutionnel » (Verfas­sungspatrio­tismus). Lancé à l’origine par le politiste Dolf Sternberger, puis re­prise par d’autres scientifiques dont le philosophe Jürgen Habermas, il définit un atta­che­ment raisonné à l’Etat de droit qu’est la République fédérale d’Alle­magne et à son ordre libéral et démocratique (freiheitlich-demokratische Grund­ordnung) par opposition à un amour de la patrie non raisonné, mû par l’émotion et sans lien avec un type particulier de système politique.

L’appropriation de la Constitution est elle aussi guidée par l’émotion

14Or ce concept fondé sur une approche intellectuelle et le système de valeurs du rationalisme n’est peut-être pas le plus congruent. Car les sondages de l’Institut d’Allensbach montrent, quant à eux, que l’identification avec la Consti­tution suit un cheminement similaire à celui de l’appropriation plus émotionnelle des symboles nationaux. Cela n’infirme certes en rien la thèse du « patriotisme constitutionnel », mais l’évolution de l’opinion n’en amène pas moins à se demander si ces deux approches ne sont pas intimement liées.

L’identification avec la Constitution demande du temps, à l’est comme à l’ouest

15« Quel est votre avis sur notre Constitution, je veux dire : sur notre Loi fonda­mentale ? Dans l’ensemble, la trouvez-vous bien ou pas ? ». A cette question, 82 % des Allemands de l’ouest répondent aujourd’hui qu’ils la trouvent bien. En 1955, ils n’étaient encore que 30 %. En 1972, c’est-à-dire plus de vingt ans après la constitution de la République fédérale, ce taux était monté à 52 %. Et ce n’est certainement pas un hasard si les réponses des Allemands de l’est res­semblent aujourd’hui à celles que faisaient les Allemands de l’ouest il y a 40 ans. Actuellement, dans les nouveaux Länder, 58 % des personnes inter­ro­gées ont une opinion positive de la Loi fondamentale.

La Loi fondamentale et le système démocratique forment un tout

16La structure de ces réponses rejoint largement celle qu’on obtient quand on de­mande s’il convient ou non de remplacer, après 60 ans, la Loi fondamentale par une autre loi « correspondant mieux à nos besoins et à nos intérêts » de maintenant. Logiquement, on s’attendrait à ce qu’une telle revendication gagne en importance au fur et à mesure que s’éloigne la date à laquelle la Constitu­tion fut adoptée. Or il n’en est rien. En 1968 par exemple, 26 % des Allemands (alors de l’ouest seulement) plaidaient, en réponse à une question similaire, pour une nouvelle Loi fondamentale, plus moderne. Ils ne sont aujourd’hui, dans l’Allemagne réunifiée, plus que 22 %. La part de ceux qui estiment que cela n’est pas nécessaire est passée dans le même temps de 43 % à 63 %. Dans les nouveaux Länder, 41 % des personnes interrogées plaident aujour­d’hui pour une nouvelle Constitution, et 38 % contre. En 1991, un an après l’Unité, cette relation était encore respectivement de 58 % et 18 %. Autrement dit, la Loi fondamentale et le système démocratique qu’elle fonde sont perçus comme indissociables d’un tout : la République fédérale d’Allemagne. L’appro­bation de la Constitution et l’identification avec la République fédérale sont in­dissolublement liées comme les deux faces d’une même médaille.

L’ancrage de la démocratie est déficitaire à l’est

Les Allemands sont convaincus par leur système démocratique…

17Cela ne signifie pas pour autant que, globalement, les convictions démocra­tiques se soient ancrées plus profondément dans la société allemande au cours des dernières années. Car, au moins depuis l’Unité allemande (1990), on observe une sorte de stagnation, comme le révèle l’évolution des réponses à une question que l’IfD pose depuis une quarantaine d’années. Elle est : « Pen­sez-vous que la démocratie que nous connaissons en Allemagne est le meil­leur régime qui soit ou pensez-vous qu’il y en a un autre, meilleur encore ? ». Depuis 40 ans, avec une grande régularité, les trois quarts des Allemands (d’abord ceux de l’ouest seulement, puis tous depuis l’Unité) répondent que la démocratie est le meilleur régime ; la part de ceux qui préfèreraient un autre régime oscille entre 4 % et 14 %.

… sauf à l’est

18Dans les nouveaux Länder (l’ex-RDA), les opinions sont partagées : aujour­d’hui, 36 % des sondés y pensent que la démocratie est le meilleur régime qui soit, et 24 % estiment qu’il y a mieux. Certes, les opinions favorables au sys­tème démocratique sont désormais plus répandues qu’à la fin des années 1990, mais rien ne permet d’en conclure qu’il s’agit là d’une tendance nette et établie dans la durée. On croirait volontiers que la démocratie libérale est particulièrement prisée dans cette partie de l’Allemagne où la marque des dictatures passées est encore palpable et où le souvenir de ces décen­nies reste vivace dans les esprits. Or il n’en est rien, bien au contraire. Rien ou presque en effet ne laisse entrevoir que le scepticisme des Allemands de l’est pourrait perdre de sa vigueur dans un proche avenir.

Les deux tiers des Allemands approuvent leur modèle de société

19Il en va de même des réponses à cette autre question : « Quand vous pensez à la vie que nous me­nons en Allemagne, diriez-vous que l’organisation actuelle de notre société [Gesellschaftsordnung] mérite d’être défendue, ou en doutez-vous ? ». En janvier 2009, 62 % des Allemands estiment que leur modèle de société mérite d’être défendu, et 25 % seulement en doutent. Avec des taux de respec­tivement 67 % et 22 %, les réponses recueillies en 1991 étaient quasi iden­tiques. Dans ce cas aussi, les Allemands de l’est montrent une plus grande retenue dans leurs réponses que les Allemands de l’ouest. Alors que ces der­niers sont 68 % à juger leur modèle de société digne d’être défendu, seule une minorité des Allemands de l’est (37 %) partage cette opinion, une proportion légèrement supérieure d’entre eux (39 %) exprimant son doute.

L’ancrage insuffisant des valeurs démocratiques à l’est est liée à une erreur d’appréciation des Allemands de l’ouest…

20Ces réponses ne veulent nullement dire que la démocratie serait en danger en Allemagne. Mais elles révèlent bien plutôt combien la transmission et l’explicita­tion des principes au fondement de la démocratie ont été déficitaires depuis l’Unité allemande, surtout dans les nouveaux Länder. A posteriori, force est de constater que, à l’ouest, les élites de la société, les responsables politiques, les acteurs économiques comme les médias partageaient tous inconsciemment le même présupposé. Ils pensaient en effet que les principes de l’ordre libéral et démocratique comme ceux de l’économie sociale de marché s’imposeraient d’eux-mêmes dans la société est-allemande après l’Unité, estimant que ceux-ci avaient suffisamment prouvé leur supériorité sur les régimes de dictature et d’éco­nomie planifiée qui avaient mené les Etats est-européens à la faillite. Ils croyaient donc inutile de mener un travail pédagogique particulier. Mais cette ap­proche nourrie par l’understatement de l’expérience – celle du renouveau établi sur les valeurs démocratiques et les principes d’un libéralisme organisé – était d’une singulière naïveté.

… liée à l’expérience de la simultanéité du renouveau démocratique et du « miracle économique » à l’ouest

21Car elle sous-estimait la puissance de l’em­preinte de plusieurs décennies de dictature sur la vision du monde des Alle­mands de l’est. Et elle négligeait un facteur déterminant : contrairement à ce qui fut le cas dans la jeune République fédérale au sortir de la guerre, l’instau­ration d’un régime démocratique et d’un modèle d’économie sociale de marché ne s’accompagne pas nécessairement d’une croissance économique automa­tique et constante, profitant rapidement à presque toutes les couches de la société. On n’avait alors pas pensé au fait que l’instauration de la dé­mocratie et l’avènement de l’économie sociale de marché peuvent aussi coïncider avec des périodes où se cumulent les pro­blèmes économiques, et que la transition n’en doit pas moins se faire avec succès.

L’injustice ressentie

68 % pensent que la situation économique est injuste…

22On comprend dès lors que les doutes exprimés par une large partie de la popu­lation à l’encontre du système politique de la République fédérale ont pour co­rollaire un scepticisme croissant envers le modèle de l’économie sociale de marché, ce scepticisme se nourrissant lui-même de l’impression d’une progres­sion de l’injustice sociale en Allemagne. C’est ce que révèlent les réponses à une question sur les grandes tendances de l’opinion, posée depuis 1964, et qui fut posée pour la dernière fois au printemps 2008, c’est-à-dire avant la crise économique actuelle : « Comment voyez-vous les choses : est-ce que la situa­tion économique chez nous en Allemagne – je veux dire par là ce que les gens possèdent et ce qu’ils gagnent – est dans l’ensemble juste et équitable, ou ne l’est-elle pas ? ». Jusque dans les années 1990, le oui et le non étaient à peu près à égalité. Mais depuis le début du millénaire, la proportion de ceux qui pensent que la situation n’est pas juste et équitable s’est accrue, passant à 68 %. Seuls 16 % des sondés pensent encore le contraire.

« Comment voyez-vous les choses : est-ce que la situa­tion économique chez nous en Alle­magne – je veux dire par là ce que les gens possèdent et ce qu’ils gagnent – est dans l’en­semble juste et équitable, ou ne l’est-elle pas ? ».

« Comment voyez-vous les choses : est-ce que la situa­tion économique chez nous en Alle­magne – je veux dire par là ce que les gens possèdent et ce qu’ils gagnent – est dans l’en­semble juste et équitable, ou ne l’est-elle pas ? ».

Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfragen (dernier sondage : n° 10023, juillet 2008). Réponses de tous les Alle­mands (1964-79 : Allemands de l’ouest uniquement). NB. Différence avec 100 % : indécis.

… alors que dans la réalité, l’écart des revenus s’est à peine creusé depuis 1991

23Cette évolution de l’opinion est d’autant plus parlante qu’elle ne se laisse corro­borer par aucune tendance chiffrée au plan macro-économique. Selon les don­nées publiées par l’Office fédéral des Statistiques, en effet, la structure des re­venus n’a que faiblement évolué entre 1991 et 2005 (données les plus ré­centes disponibles). Ainsi, la part du total des revenus que perçoivent les 20 % des Allemands les plus pauvres a légèrement baissé, passant de 9,7 % à 9,4 % ; à l’opposé de l’échelle des revenus, la part des 20 % les plus riches a légèrement augmenté, passant de 35,2 % à 35,9 %. Autrement dit, l’écart entre riches et pauvres s’est creusé beaucoup moins vite qu’on ne le croit communé­ment. Et même dans l’hypothèse où cette tendance se serait accélérée au cours des trois dernières années, cela ne changerait rien au constat que la tendance à la hausse de la disparité des revenus est bien plus prononcée dans la perception des Allemands qu’elle ne l’est dans la réalité.

Mais 29 % seulement des Allemands estiment que leur propre situation est injuste

24La comparaison avec les réponses à une autre question posée aux Allemands est à cet égard révélatrice. « Si vous pensez à votre propre situation écono­mique – je veux dire par là ce que vous gagnez et que vous possédez – et que vous la comparez avec celle des autres, la trouvez-vous dans l’ensemble juste et équitable ou non ? ». Une majorité (51 %) des personnes interrogées a ré­pondu en 2008 qu’elle considère comme juste et équitable sa propre situation ; 29 % d’entre elles seulement s’estiment traitées injustement.

Question A : « Comment voyez-vous les choses : est-ce que la situa­tion économique – je veux dire par là ce que les gens possèdent et ce qu’ils gagnent – est dans l’ensemble juste et équitable, ou ne l’est-elle pas ? »

Question B : « Si vous pensez à votre propre situation écono­mique – je veux dire par là ce que vous gagnez et que vous possédez – et que vous la comparez avec celle des autres, la trouvez-vous dans l’ensemble juste et équitable ou non ? »

Réponses *) :

« la situation économique dans l’ensemble »

« ma propre situation par rapport à celle des autres »

« juste et équitable »

16 %

51 %

« pas juste et équitable »

68 %

29 %

Indécis / n.s.p.

16 %

20 %

Total

100 %

100 %

Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfrage n° 10023, juillet 2008. *) Ensemble de la population.

Juste ou injuste : une question de morale plus qu’une opinion

25Contrairement aux apparences, les réponses à ces deux questions sur le senti­ment d’injustice ne sont nullement contradictoires, car indépendamment de la problématique concrète abordée en l’occurrence, ce type de réactions à une même question, posée sous un angle général puis personnel, est courant et bien connu. Et il est significatif, car une telle divergence entre l’appréciation de la situ­ation générale et celle de la situation individuelle apparaît générale­ment lorsque le climat de l’opinion est soumis à de fortes pressions. Des divergences similaires dans la perception ont ainsi été enregistrées dans les années 1980 et 1990 dans des sondages sur la protection de l’environnement. Alors que les Allemands étaient convaincus en majorité que la Nature était lar­gement détruite en Alle­magne, ils percevaient au contraire comme amplement préservée la nature dans leur environnement immédiat. Tout porte à croire que penser que la situation économique en Allemagne est juste ou injuste est deve­nu aujour­d’hui une ques­tion d’ordre moral.

Les Allemands supportent moins les inégalités sociales

26Visiblement, les Allemands se montrent de moins en moins enclins à accepter les inégalités sociales, comme le montre l’évolution des réponses à la question ci-dessous.

« Aimeriez-vous personnellement vivre dans un pays où il n’y aurait ni riches ni pauvres, mais où tous possèderaient à peu près autant? »

« Aimeriez-vous personnellement vivre dans un pays où il n’y aurait ni riches ni pauvres, mais où tous possèderaient à peu près autant? »

Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfragen (dernier sondage : n° 10023, juillet 2008). Réponses de tous les Alle­mands (1955-76 : Allemands de l’ouest uniquement). NB. Différence avec 100 % : indécis.

27Depuis près de 40 ans, une majorité de 50 % répond invariablement qu’elle aimerait vivre dans un tel pays. Mais sur la même période, la part des opinions con­traires a considérablement reculé ; et aujourd’hui, moins d’un tiers seule­ment des Alle­mands affirment qu’ils préféreraient ne pas vivre dans un tel pays.

28Et quand on leur demande s’il est justifié qu’un manager, une star du cinéma ou un grand sportif gagne 10 millions € par an, les réponses sont univoques : les sondés sont seulement 14 % à estimer un tel salaire légitime dans le cas d’une star, 9 % dans celui d’un dirigeant et 8 % dans celui d’un sportif de haut niveau. Et à une écrasante majorité de plus des trois quarts à chaque fois, ils disent que rien ne permet de justifier des salaires aussi élevés. Richesse et pauvreté ont ceci de commun que les Allemands les considèrent comme un mal qu’il s’agit de combattre.

Progression du scepticisme européen

29Toutefois, le fait que les Allemands se mettent à douter de leur propre modèle de société ne doit pas masquer l’essentiel : aujourd’hui plus que voici quelques années encore, les Allemands, conscients de leur valeur, jettent un regard se­rein sur leur pays et une identité assumée. En comparaison avec le passé, cela en fait assurément un partenaire plus prévisible pour leurs voisins – mais pas forcément plus facile, comme le révèlent les sondages de l’Institut d’Allensbach sur l’évolution de l’opinion par rapport à l’Union européenne.

45 % des Allemands ne s’intéressent pas à l’Europe

30Les réponses que font aujourd’hui les Allemands aux questions traitant de l’Eu­rope n’ont plus rien de commun avec celles des années 1950, 1960 ou 1970. L’enthousiasme d’alors s’est dissipé, cédant le pas moins à un rejet qu’à un désintérêt largement partagé.

31En mai 2008, à la question : « Si demain vous lisiez dans le journal que la Commission européenne a été supprimée, est-ce que vous salueriez cette décision, la regretteriez, ou est-ce qu’elle vous laisse­rait indifférent ? », 12 % ont répondu qu’ils la salueraient, 43 % qu’ils la regret­teraient ; une majorité relative de 45 % disait que cela la laisserait indifférente ou ne se prononçait pas. Les réponses à une question similaire sur le Parle­ment européen étaient pratiquement équivalentes.

Les Allemands sont européens parce que c’est ce qu’on attend d’eux

32Peu importe au fond la formulation concrète de la question ou l’aspect qu’on retient en matière de politique européenne, les réactions sont toujours em­preintes d’une tiède approbation proche de l’indifférence. Ainsi, par exemple, quand on demande aux Allemands : « A quel point vous intéressez-vous à l’UE en général et à l’intégration européenne ? », 16 % d’entre eux disent s’y inté­resser « beaucoup », 61 % optent pour un « je m’y intéresse un peu » qui n’en­gage à rien, et 18 % avouent franchement que le sujet ne les intéresse « pas du tout ». A la question : « A quel point êtes-vous pour ou contre l’unitéeuro­péenne ? », 13 % répondent qu’ils sont « très pour » et 59 % qu’ils sont « pour dans l’ensemble » ; 15 % affirment que cela leur est égal, et 10 % disent qu’ils sont contre. Face à de telles réponses, on ne peut qu’en conclure que les pro­fessions de foi pro-européennes de l’opinion allemande ont aujourd’hui tout du discours convenu et que les Allemands ne se disent pas européens par conviction intime, mais parce qu’ils savent que c’est ce qu’on attend d’eux.

L’Europe laisse indifférents les plus jeunes…

33Or contrairement à ce qu’on croit souvent, ce ne sont pas les plus âgés, mais les plus jeunes que l’Europe laisse indifférents. Les réponses à la question sui­vante sont typiques à cet égard. « Vous intéressez-vous à la politique euro­péenne – je veux dire : aux décisions qui se prennent à Bruxelles ou au Parle­ment européen de Strasbourg –, ou ne vous y intéressez-vous pas ? ». Les trois quarts des moins de 30 ans disaient en mai 2008 que ce qui se passe à Bruxelles ou à Strasbourg ne les intéresse « pas particulièrement » ou « pas du tout » ; chez les 60 ans et plus, le taux de réponses n’atteignait ‘que’ 59 %. Seuls 25 % des jeunes et 41 % des plus âgés affirmaient « je m’y intéresse ».

« Vous intéressez-vous à la politique euro­péenne – je veux dire : aux décisions qui se prennent à Bruxelles ou au Parle­ment européen de Strasbourg –, ou ne vous y intéressez-vous pas ? »

Réponses :

« je m’y intéresse »

« je ne m’y intéresse pas particulièrement / pas du tout »

16-29 ans

25 %

75 %

30-44 ans

35 %

65 %

45-59 ans

37 %

63 %

60 ans et plus

41 %

59 %

Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfrage n° 10020, mai 2008.

… dont l’européanisme est mû par la seule raison

34Il faudra bien se faire à l’idée que les forces qui ont œuvré après la dernière guerre à la constitution de la Communauté du Charbon et de l’Acier, puis de la Communauté économique européenne vont bientôt disparaître. Par nature, la génération des petits-enfants ne partage pas l’expérience traumatisante qui poussait les survivants de la deuxième Guerre à tout mettre en œuvre pour rendre impossible une rechute du continent dans le nationalisme. Lorsque, dans les années 1990, le chancelier Kohl soulignait inlassablement que l’inté­gration européenne est une question de guerre et de paix, et que le président Mitterrand, dans son dernier grand discours tenu devant le Parlement euro­péen, assénait cette sentence : « le nationalisme, c’est la guerre ! », nombreux étaient alors ceux qui, déjà, ressentaient cette approche comme quelque peu anachronique. Aujourd’hui, ces messages laissent indifférente une grande par­tie de la jeune génération ; ils ne lui ‘parlent’ tout simplement plus. Bien sûr, quel que soit leur âge, 60 % des Allemands approuvent cette assertion : « Ce qui est vraiment déterminant dans l’Union européenne, c’est la question de guerre et paix. Seule l’unité de l’Europe permet de garantir durablement la paix en Europe ». Mais si la jeune génération est consciente de l’impératif d’une Europe unie, son adhésion est mue par la raison et non plus par l’expérience. La conviction européenne des plus jeunes a d’autres racines que celle de leurs grands-parents.

Sens et valeur des symboles

L’opinion des Européens n’est pas prise en compte dans le processus d’intégration

35En ce sens, l’attitude des Allemands vis-à-vis de l’Europe s’est rapprochée de celle de leurs voisins qui n’ont pas subi avec la même intensité l’expérience trau­matisante de la dictature, de la culpabilité et de la guerre. Or les débats intellectuels et politiques ne semblent guère tenir compte de ces changements ni non plus du fait que, ces dernières années, les progrès de l’intégration se sont faits généralement à l’encontre de l’opinion allemande. Le numéro spécial consacré en 2007 à l’Union européenne par la revue la plus réputée de sciences politiques, la Politische Vierteljahresschrift, est à cet égard symptoma­tique. Sur quelque 400 pages, il passe en revue les aspects les plus divers de la politique européenne. Mais sans jamais que soient abordées, dans aucune des contributions, la question du soutien porté ou non par les citoyens des Etats membres au processus d’intégration ni celle de la relation qu’ils entretiennent avec les institutions européennes.

36Sans doute, la nécessité pour les responsables de conclure avec pragmatisme des compromis délicats explique en partie que soit reléguée à l’arrière-plan la composante émotionnelle liée à l’unité européenne. Mais cet état de fait nourrit aussi une autre problématique dont voici un exemple parlant. Au cours d’un entretien approfondi qu’il eut récemment avec des étudiants de l’Université de Hambourg, un député du Parlement européen expliquait les modifications apportées au texte du projet de Traité constitutionnel européen, grâce aux­quelles les Etats membres avaient pu se mettre d’accord à Bruxelles en 2006 sur un nouveau projet, le Traité de Lisbonne finalement adopté le 13 décembre 2007 et ac­tuellement en cours de ratification par les Etats membres. Ce qui avait été décisif pour l’émergence du consensus, selon ce député, c’est que, dans la nouvelle version du projet de traité constitutionnel, on avait finalement renoncé à faire référence à « ces détails inutiles » que sont l’hymne ou le dra­peau euro­péen.

Comment s’identifier à une Europe sans symboles ?

37Il ne peut s’agir ici de mettre en doute le fait que le renoncement à la mention des symboles de l’UE a joué un rôle clef pour forcer le consensus sur l’adoption du projet de traité dans son entier. Mais on commet une grave erreur d’appré­cia­tion si on considère ces symboles comme accessoires. Car l’histoire mouve­mentée de la relation qu’entretiennent les Allemands avec leurs symboles natio­naux a largement prouvé la haute importance de ceux-ci pour l’identification d’un peuple avec sa nation et avec les valeurs politiques que portent ces sym­boles. Et l’histoire a pareillement démontré, comme on l’a vu plus haut, qu’il s’écoule beaucoup de temps avant que la population s’approprie ces symboles. Or si les symboles ne sont pas cultivés, l’émotion qui animait l’idée d’Europe, surtout en Allemagne, est condamnée à disparaître.

Qu’est-ce qui est « typiquement allemand »?

38Est-ce à dire que les Allemands ne seraient plus « typiquement allemands » ? Auraient-ils changé de caractère ? Certainement un peu, mais pas foncière­ment. La question de savoir s’il existe quelque chose comme un caractère national décrivant les spécificités d’un peuple est assurément une des plus passion­nantes mais aussi une des plus difficiles à examiner dans les sciences sociales et humaines. Tant que la recherche n’aura pas abouti à des constats d’une scientificité à toute épreuve, l’hypothèse de l’existence ou non de carac­tères nationaux restera une pure vue de l’esprit.

La force des émotions

39Cela étant, les travaux de recherche sur l’opinion n’en délivrent pas moins quelques précieux indices quant aux traits spécifiques des Allemands. Et ceux-ci semblent avec une étonnante pertinence corroborer la thèse selon laquelle les Allemands seraient un peuple foncièrement émotionnel. C’est ce que révèle avec une limpidité particulière l’échelle « Affect Balance Scale » développée par le psychologue et statisticien Norman Bradburn (Université de Chicago). Il s’agit d’une série d’auto-déclarations qu’on soumet aux personnes interrogées dans le cadre d’enquêtes représentatives d’opinion et dont, durant la phase d’analyse, on classe les réactions sur une échelle. A l’origine, cette échelle avait été conçue pour étudier les conceptions, modes de vie et circonstances contribuant à une vie ressentie comme harmonieuse.

40Les questions à la base de cette échelle portent sur le vécu d’émotions dont l’intensité sort de l’ordinaire, tantôt positives, tantôt négatives. On demande ain­si par exemple aux sondés : « Est-ce qu’une chose vous a totalement enthou­siasmé ou intéressé au plus haut degré ? », ou bien : « Est-ce qu’il vous est arrivé d’avoir l’impression d’être au septième ciel, de trouver la vie tout simple­ment merveilleuse ? ». Mais on leur demande aussi : « Vous est-il arrivé de vous sentir très déprimé, très malheureux ? ». L’Affect Balance Scale permet entre autres de montrer que bonheur et malheur sont loin d’être des pôles op­posés. Car ceux qui décrivent qu’ils ont vécu de nombreuses expériences heu­reuses sont souvent les mêmes que ceux qui affirment avoir souvent éprouvé des émotions négatives.

Les Allemands ressemblent aux Américains, et pour cause…

41Et donc, quand on inséra cette échelle dans une vaste enquête internationale sur les valeurs (qui se poursuit aujourd’hui sous le nom de World Values Stu­dy), on fut surpris de constater que les Allemands – de l’ouest comme de l’est – étaient nettement plus nombreux que les autres à affirmer que, dans la période précédant l’entretien, ils avaient éprouvé les émotions dé­crites dans le ques­tionnaire. Et ce, aux deux extrêmes de l’échelle. On releva ainsi une fluctuation entre bonheur et malheur inconnue dans cette amplitude dans la quarantaine des autres pays participant à l’étude. Aucun autre peuple n’exprimait autant d’émotions que les Allemands – à une exception près : les Américains (Etats-Unis). Ils étaient les seuls à se distinguer par une intensité émotionnelle compa­rable à celle des Allemands. Or quand on se remémore le fait qu’une majorité relative des Américains descend des Allemands, que les citoyens des Etats-Unis sont plus nombreux à avoir des origines allemandes qu’anglaises, irlan­daises, italiennes ou espagnoles, on résiste difficilement à l’impression d’avoir peut-être découvert là un trait foncier du caractère allemand que même la pro­gressive mutation de la conscience de soi observée chez les Allemands depuis la fin de la guerre ne parviendra en rien à changer…

42Nombreux sont donc les éléments permettant de conclure que les Alle­mands présentent aujourd’hui un équilibre identitaire sereinement ancré dans une confiance de soi recouvrée, un caractère incomparablement plus pondéré que par le passé, et probablement même depuis la période de la guerre de Trente ans. Mais on peut tout autant supposer qu’ils ne se départiront pas de sitôt de ce trait qui leur est si foncièrement particulier : leur versatilité. Et on peut être assuré que les Français comme leurs autres voisins européens trou­veront bien d’autres occasions encore de s’étonner des changements d’humeur qu’ils constateront en Allemagne.

43Il faut cependant se garder de confondre ces variations de l’humeur avec une inconstance politique foncière. Tout porte à croire en revanche que les voisins de l’Allemagne se sont jusqu’ici fait aussi peu que les Allemands eux-mêmes à l’idée que les Allemands se sont simplement ‘normalisés’. Probablement, la propension qu’ont ces derniers à préférer souligner les as­pects problématiques d’une évolution plutôt que ses côtés positifs – autre trait qui n’a rien d’aty­pique – contribue-t-elle à en fausser la perception. L’appréciation du processus d’intégration des deux Allemagne réunies depuis 1990 en fournit un bon exemple. Alors que les médias allemands et, à leur suite, de nombreux obser­vateurs étrangers plaçaient, à juste titre, au centre de leurs préoccupations les problèmes pratiques et psychologiques que l’intégration de deux Etats si long­temps divisés soulève invariablement, tous en perdaient de vue un élément pourtant essentiel : bien que confrontés à tous ces problèmes, les Allemands, eux, n’ont jamais douté du fait que l’Unité allemande était une chance unique de l’Histoire. Les sondages de l’Institut d’Allensbach montrent clairement que, même durant les années 1970 et 1980, alors que la partition de l’Allemagne semblait encore un fait historique irréversible, les Allemands n’ont jamais aban­donné l’espoir de voir se réaliser un jour la réunification. Et dans la deuxième moitié des années 1990, au plus fort des difficultés économiques des nouveaux Länder et des problèmes de communication entre l’est et l’ouest, toujours, il se trouvait une majorité écrasante d’Allemands de l’est pour répondre à la question « Pour vous, la réunification est-elle plutôt une occasion de vous réjouir ou un motif d’inquiétude ? » par : « C’est une occasion de se réjouir ».

44Toutes ces réponses font apparaître les 60 ans de la République fédérale et les 20 ans de l’Unité allemande comme une « success story » au sens plein du terme – bien plus que ne le permettent les seules données macro-économiques ou les résultats électoraux. Car pour la première fois depuis longtemps, les Alle­mands ont confiance en eux-mêmes : cette confiance est à la fois profonde et authentique car elle repose sur une sérénité intérieure, et non pas sur l’affirma­tion exagérée, voire agressive, d’une apparente conscience de soi. Cela signifie aussi qu’ils n’éprouvent plus autant qu’avant le besoin de démontrer aux autres, et bien plus encore à eux-mêmes, leurs profondes convictions démocratiques. Les jeunes générations, plus que les autres bien sûr, tendent aujourd’hui à réagir en haussant les épaules à de telles demandes émanant de l’extérieur. Dans le même temps, pourtant, l’époque des déchirements intérieurs, de l’im­puissance comme de l’abus de pouvoir a marqué au fer la mémoire collective des Allemands.

45Peut-être est-ce là un atout. Car on peut en tirer une hypo­thèse : peut-être faut-il chercher ici la raison qui fait que les Allemands semblent aborder les grandes mutations de la société avec plus de facilité que les autres peuples dont l’iden­tité plonge ses racines dans une continuité histo­rique qui ne présente pas les mêmes ruptures. Et cette aptitude au changement s’applique aussi aux grandes mutations qu’entraîne dans son sillage le processus de globalisation.

Haut de page

Bibliographie

Bradburn Norman M., The Structure of Psychological Well-Being, Chicago, Aldine, 1969

Heine Heinrich, Deutschland, ein Wintermärchen, Francfort/Main, Insel, 2006 ; édition française : De l’Allemagne, Paris, Gallimard, 1998

Nietzsche Friedrich, Jenseits von Gut und Böse, Stuttgart, Reclam, 1988 : édition française : Par-delà le bien et le mal, Paris, Flammarion, 2000

Noelle- Neumann Elisabeth, Neumann Erich Peter (eds), Jahrbuch der öffentlichen Meinung 1947-1955, Allensbach, Verlag für Demoskopie, 1956

Noelle- Neumann Elisabeth, Köcher Renate (eds), Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 1998-2002. Balkon des Jahrhunderts, Munich/Allensbach, Saur/Verlag für Demoskopie, 2002

Noelle- Neumann Elisabeth, Petersen Thomas, « Die Bürger in Deutschland », in Weidenfeld Werner (ed), Die Staatenwelt Europas, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2009

Petersen Thomas, « Die öffentliche Meinung », in Weidenfeld Werner, Wessels Wolfgang (eds), Jahrbuch der Europäischen Integration 2008, Baden-Baden, Nomos, 2009

Petersen Thomas, « Eine Erfolgsgeschichte. Die Deutschen blicken zufrieden auf die vergan­genen 60 Jahre der Bundesrepublik Deutschland », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 28 janvier 2009

Petersen Thomas, « Zwischen Distanz und Akzeptanz. Nationalsymbole im Spiegel der öffent­lichen Meinung », in Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (ed), Flagge zeigen ? Die Deutschen und ihre Nationalsymbole, Bielefeld, Kerber, 2008

Petersen Thomas, « Die gefühlte Ungerechtigkeit », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 mai 2008

Staël Germaine de, Über Deutschland, Francfort/Main, Insel, 1985 ; édition française : De l’Alle­magne, Paris, Garnier Flammarion (2 tomes), 1967

Tömmel Ingeborg (ed), « Die Europäische Union – Governance and Policy-Making », Politische Vierteljahresschrift, n° 40/2007, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2008

Viénot Pierre, Ungewisses Deutschland. Zur Krise seiner bürgerlichen Kultur, Bonn, Bouvier, 1999 ; édition française : Incertitudes allemandes, la crise de la civilisation bourgeoise en Alle­magne, Paris, Librairie Valois, 1931

www.ifd-allensbach.de.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfragen. NB. Différence avec 100 % : « me laisse indifférent », « cela dépend », autres ou n.s.p.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/3705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/3705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre « Comment voyez-vous les choses : est-ce que la situa­tion économique chez nous en Alle­magne – je veux dire par là ce que les gens possèdent et ce qu’ils gagnent – est dans l’en­semble juste et équitable, ou ne l’est-elle pas ? ».
Crédits Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfragen (dernier sondage : n° 10023, juillet 2008). Réponses de tous les Alle­mands (1964-79 : Allemands de l’ouest uniquement). NB. Différence avec 100 % : indécis.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/3705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre « Aimeriez-vous personnellement vivre dans un pays où il n’y aurait ni riches ni pauvres, mais où tous possèderaient à peu près autant? »
Crédits Source : Allensbacher Archiv, IfD-Umfragen (dernier sondage : n° 10023, juillet 2008). Réponses de tous les Alle­mands (1955-76 : Allemands de l’ouest uniquement). NB. Différence avec 100 % : indécis.
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/3705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Petersen, « Une nouvelle identité allemande ? », Regards sur l'économie allemande, 91 | 2009, 45-56.

Référence électronique

Thomas Petersen, « Une nouvelle identité allemande ? », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 91 | mai 2009, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/3705 ; DOI : 10.4000/rea.3705

Haut de page

Auteur

Thomas Petersen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page