Navigation – Plan du site
Actualité économique

 Volkswagen : programme en 7 points de Peter Hartz

Isabelle Bourgeois
p. 34-35

Texte intégral

1Les négociations salariales ouvertes chez Volkswagen (siège : Wolfsburg, Basse-Saxe), le 15-06-2004 et qui doivent prendre fin normalement le 27-10-2004, jour de l’expiration de la convention précédente, s’effectuent dans un contexte particulier : après Siemens et DaimlerChrysler (voir dans ce numéro), le groupe VW mettra-t-il fin lui aussi aux 35 heures ? Le constructeur, qui voit se réduire ses parts de mar­ché mon­diales dans le contexte de la crise automobile actuelle et voit ralentir ses ventes même en Allemagne, est contraint de réaliser des économies drastiques.

VW doit comprimer de 30 % sa masse salariale, …

2VW a donc annoncé à la fin de l’été son intention de réduire de 30 % d’ici 2011 sa masse salariale dans ses six sites ouest-allemands (effectif : 103 000 salariés sur un total en Allemagne de 176 544) pour la ramener à terme de 6,8 milliards € à 4,8 milliards €. Pour y parvenir, il n’a que deux solutions : le gel des salaires ou la suppression de 30 000 emplois. Il est vrai que le facteur travail est nettement plus cher chez VW qu’ail­leurs : les salaires y sont supé­rieurs de 20 % aux normes fixées pour l’en­semble de la branche à l’ouest par les conven­tions collectives. Chez VW, en effet, où le taux de syndicalisation est de 90 %, condi­tions de travail et de rému­né­ra­tion sont ré­gies par une « convention-maison » particulièrement généreuse, et qui vaut à VW la réputation de « laboratoire social ».

… IG Metall revendique 4 % de hausse salariale

3Or dans le cadre des négociations sala­riales de cet automne, IG Metall revendique une hausse de 4 %. Une revendication considérée comme indéfendable par la di­rection, et notamment par Peter Hartz, membre du directoire, directeur des affaires sociales (Arbeitsdirektor). Dès avant l’ouver­ture officielle des négociations, il expli­quait la situation dans une conférence de presse du 23-08-04 : « les temps ont changé… il n’y a aucune marge de manœuvre pour une augmentation ».

Peter Hartz propose un compromis en 7 points : …

4En guise d’ouverture permettant de concilier les intérêts des salariés et du groupe, Peter Hartz – le même que celui qui avait présidé la Commission du même nom, instituée par le chancelier Schröder pour élaborer les réformes du marché de l’em­ploi – a soumis aux membres de la commission chargés de renégocier la conven­tion salariale une liste de propositions, intitulée : « 7 points pour une garantie de l’emploi ». Détaillées avec un grand sens de la pédagogie, elles visent toutes une normalisation à terme du niveau des salaires, obtenue grâce à une modulation par­ticulièrement innovante du temps de travail et des rémunérations.

Résumé des « 7 points pour la garantie de l’emploi » de Peter Hartz :

… prime au résultat…

1. « Politique salariale ». VW se refuse à toute hausse des salaires, mais préconise d’accroître la part de l’intéressement, qui pourrait à terme atteindre 30 %.

2. « Job-Familien ». Il convient de « simplifier radicalement » la grille unique de rémunération du groupe (actuellement : 22 échelons pour plus de 4 200 fonctions). Le nombre d’échelons devrait être rame­né à 12, et les diverses fonctions rassemblées en « familles » (Job-Familien). Cette nou­velle grille, plus souple, devrait entrer en vigueur dès 2005.

… modulation du temps de travail…

3. « Flexibilité ». Le système des comptes épargne temps devra être développé avec, à terme, un corridor de  400 heures. Cela assurerait une plus grande réactivité aux fluctuations du marché tout en permettant de supprimer les primes d’heures supplémentaires. De telles primes ne seraient plus versées qu’au-delà d’une durée hebdomadaire moyenne de travail de 40 heures.

4. « Temps de travail ». Adoption du principe : « les jeunes travaillent plus longtemps, les plus âgés, moins longtemps ». Grâce aux comptes épargne-temps, les salariés âgés pourraient conti­nuer à bénéficier de la retraite anticipée.

… et des rémunérations…

5. « Module santé ». VW pourrait faire bénéficier ses salariés de prestations spécifiques, comme l’affiliation à des caisses d’assurance complémentaires pour couvrir par exemple les coûts des pro­thèses dentaires. Les salariés rem­bourseraient ces prestations santé par un forfait d’heures supplé­mentaires ou en finançant eux-mêmes une partie des prestations complémentaires que prévoit la convention de branche (for­mation continue, par ex.).

… mise en concurrence des sites …

6. « Co-investissement pour la garantie de l’emploi ». Les divers sites de VW devraient avoir une plus grande indépendance et être mis en concurrence lors des choix stratégiques d’investisse­ment effectués au niveau du groupe. La concurrence porterait sur les avantages compétitifs res­pec­tifs. Pour être élu (attirer les investissements), le site pourrait décider par exemple d’allonger la du­rée du travail pendant quelque temps – ce serait sa contribution au financement de l’investissement (co-investissement).

… la fin de l’emploi à vie chez VW

7. « Une formation compétitive ». Les salaires des apprentis devraient, comme tous les autres, être ramenés progressivement au niveau de la norme de branche (soit 20 % de moins). La diffé­rence ainsi économisée devrait être investie dans la création de places d’apprentissage supplé­men­taires. L’embauche ne devrait plus être automatique à l’issue de la formation, mais s’effectuer en fonction des besoins réels du groupe comme de la compétence/performance de l’apprenti.

La fin programmée de l’exception Volkswagen…

5Ces sept points ne seront pas tous adoptés en l’état, mais ils ins­pireront très large­ment la teneur de l’accord à venir. Ils s’inscrivent en ef­fet dans le prolongement des accords conclus chez Siemens ou DaimlerChrysler (réduction des coûts salariaux grâce à un allongement de la durée du temps de travail, rému­nération modulable avec prime au résultat). Et ils vont plus loin, prenant en considé­ration la probléma­tique de la pénibilité de certaines tâches pour les sala­riés âgés dans l’industrie. En­fin, ils replacent la question de la détermination des sa­laires dans leur contexte : le système de protection sociale et l’avenir de son financement (la question de la prise en charge des prothèses dentaires est dé­battue dans le cadre de la poursuite de la réforme de l’assurance maladie) comme la question des qualifications des jeunes ou de la pénurie de places d’apprentissage (voir dans ce numéro).

… en écho à la réforme de l’Etat social allemand

6Ces propositions, formulées par un membre du directoire, rappelons-le, sont éga­le­ment révélatrices de l’état des réflexions sur la restructuration du groupe VW et la mo­dernisation de sa culture sociale. Le fait qu’elles émanent de Peter Hartz leur confère un surcroît de valeur symbolique. Car bien qu’il s’agisse d’un cas particulier du fait des généreuses dérogations à la norme de branche, la délicate ré­forme du « modèle VW » qui s’engage aujourd’hui est le pendant, au niveau d’une en­treprise-phare de la culture et de l’histoire sociales allemandes, des grandes ré­formes d’un « modèle social » allemand qui, à l’avenir, devra trouver de nouveaux équilibres. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, «  Volkswagen : programme en 7 points de Peter Hartz », Regards sur l'économie allemande, 68 | 2004, 34-35.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, «  Volkswagen : programme en 7 points de Peter Hartz », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 68 | octobre 2004, mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rea.revues.org/3634

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page