Navigation – Plan du site
Articles

L’innovation, priorité absolue pour les PME industrielles

Isabelle Bourgeois
p. 7-14

Résumé

Si elle affecte le moral des entreprises industrielles allemandes qui voient s’ef­fon­drer leurs commandes, la crise ne les amène pas à baisser les bras en ma­tière d’inno­vation. Bien au contraire, comme le révèle l’enquête DIHK-Inno­va­tionsreport 2008/2009 de la Fédération des chambres de commerce et d’industrie allemandes. Près de la moitié des PME innovantes inter­rogées pré­voient en effet d’accroître leurs efforts en 2009, comptant mettre à pro­fit la pé­riode de crise actuelle pour dé­velopper leur compétitivité et consolider, voire ac­croître à terme leurs parts de mar­ché mondiales. Si elles envi­sagent d’in­vestir dans la R&D et de recruter, elles voient pourtant leur potentiel bridé par un certain nombre de handicaps structurels auxquels les pouvoirs publics devraient remé­dier d’urgence, résumait Martin Wans­leben, président de la fé­déra­tion DIHK, lors de la présentation de l’en­quête à la fin 2008. Trois axes s’im­posent à l’action poli­tique, rappelle-t-il. Les deux premiers sont spéci­fiques aux PME : revoir le régime fiscal et réduire les charges bureaucratiques (voir REA 89/08). Le troi­sième con­cerne toutes les entreprises, quelle que soit leur taille : remédier au manque de chercheurs et d’ingénieurs-techniciens hautement quali­fiés. Mais les PME, elles aussi, doivent fournir des efforts : mieux valoriser leur po­tentiel en se dotant no­tamment de méthodes professionnelles de ma­nagement de l’in­novation leur per­mettant d’accéder plus facilement au crédit bancaire.
Or cette enquête de la DIHK, dont les conclusions s’appuient implicitement sur les travaux menés par diverses autres institutions, montre surtout que les PME indus­trielles allemandes partagent une approche de l’innovation qui dépasse de loin le seul concept de R&D. Mais comme tout understatement, cette ac­ception ne s’éclaire qu’à la lumière des nombreux travaux consacrés outre-Rhin au concept d’innovation. Et ce n’est qu’en replaçant l’enquête DIHK dans son contexte qu’on s’aperçoit à quel point l’étonnante confiance des PME alle­mandes en cette période de crise est entretenue par des facteurs culturels.

Haut de page

Texte intégral

Une dynamique qui appelle une politique d’innovation mieux structurée pour le Mittelstand

95 % des PME industrielles veulent continuer à innover en 2009

1L’innovation reste plus que jamais une priorité pour les PME industrielles inno­vantes : 46,9 % d’entre elles comptent étendre leurs efforts en la ma­tière et à peu près autant (48,4 %) les maintenir à niveau constant. L’en­quête de la DIHK avait été réalisée au paroxysme de la crise financière et au moment où les entreprises commençaient à voir s’assombrir leurs perspectives. Certes, la dé­tério­ration du contexte global les rend plus prudentes pour 2009, comme le montre l’écart avec leurs réponses concernant les efforts réa­lisés en matière d’in­novation au cours des douze mois précédant l’enquête : la majorité des sociétés (54 %) af­firme les avoir dévelop­pés, et la plu­part des autres (42,9 %) les avoir mainte­nus à niveau cons­tant. Néanmoins, dans l’ensemble, la dynamique d’innovation des PME indus­trielles allemandes reste intacte.

En matière d’innovation, que projetez-vous pour les 12 mois à venir ?

Activités…

en hausse…

constantes…

en baisse…

Entr. non concernée

Dépenses de R&D

42,2 %

47,3 %

5,6 %

4,9 %

Effectifs en R&D

32,5 %

54,6 %

4,1 %

8,8 %

Dépôt de brevets

18,3 %

43,7 %

7,4 %

30,6 %

Recours à un fonds d’aide à la R&D

19,1 %

30,0 %

9,2 %

41,7 %

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.

DIHK-Innovationsreport 2008/2009

Ce sondage effectué par le réseau des 80 CCI allemandes auprès des PME indus­trielles inno­vantes succède à une enquête menée en 2006 auprès des conseillers innovation des CCI qui avaient dressé un état des lieux de l’activité en termes de R&D et d’innova­tion me­née par les PME affiliées répertoriées comme inno­vantes, ainsi que les start-ups technologiques (DIHK-Innovationsreport 2007). Elle avait permis d’identifier le manque de main-d’œuvre qualifiée comme un frein majeur à la réalisation de l’objectif de 3 % du PIB consa­cré à la R&D fixé dans le cadre de la Stra­té­gie de Lisbonne. Elle avait, de même, révélé un important « problème d’image » affectant les programmes na­tionaux et euro­péens de soutien à la R&D : les PME les ignorent largement ; et ceux qu’elles connaissent ne ré­pondent pas à leurs besoins et/ou impliquent une telle charge administrative qu’elles préfèrent ne pas y recourir (voir REA 83/07).

L’enquête DIHK-Innovationsreport 2008-2009 repose, elle, sur des sondages effectués par les CCI entre la mi-octobre et la fin no­vembre 2008 auprès d’un échantillon représentatif de 530 entre­prises innovantes. Parmi celles-ci figuraient 370 PME de moins de 250 salariés et 160 de plus de 250 salariés. Les sociétés interrogées se recrutent dans les quatre branches phares de l’industrie : construc­tion mécanique, automobile, chimie et électrotechnique, qui totalisent traditionnelle­ment 80 % des dépenses privées de R&D en Alle­magne (DIHK). Dans l’industrie, le taux d’entreprises innovantes, c’est-à-dire dont les stratégies d’innovation produit ou process sont cou­ronnées de succès, est de 58 % (données 2007, source : ZEW, 2009).

Les plus actives sont les plus petites…

2Toutefois, les intentions varient selon la taille des entreprises. Ce sont les plus grandes (plus de 250 salariés) qui se montrent les plus prudentes ; elles com­mencent en effet, dès l’automne 2008, à rencontrer des difficultés pour financer leurs projets d’investissements lourds et risqués. Alors qu’elles sont 58 % à avoir accru leur effort de R&D l’an passé et 5 % à l’avoir diminué (soit 53 points d’écart), le solde des réponses positives se réduit à 41 points en ce qui concerne l’activité à venir. Les plus petites (moins de 250 sa­lariés), touchées elles aussi par la chute des commandes, mais souvent moins directement, maintiennent mieux leur cap d’innovation, le solde positif de leurs réponses pour 2009 ne bais­sant que de 8 points pour s’établir à 42 points. Assurément, les liens personnels de confiance qu’elles entretiennent avec leur conseiller de la Sparkasse ou de la banque coopé­rative lo­cale (voir REA 88/08) facilitent leur accès au crédit. Mais bien plus décisive en­core semble leur nette préférence pour l’autofinancement de la R&D, qui garantit l’autonomie des choix stratégiques (voir REA 83/07).

… et celles qui bénéficient d’un programme de soutien à l’innovation

3L’enquête révèle également que ce sont les entreprises qui bénéficient d’un des nombreux programmes publics d’aide à l’innovation (leur part est de 58 % sur l’en­semble de la RFA, et même de 85 % dans les nouveaux Länder) qui se montrent les plus actives. 42 % d’entre elles envisagent de recruter pour déve­lop­per leur R&D (contre 18 % seulement de celles qui n’ont accès à aucun pro­gramme). La DIHK en conclut que, du moins en ce qui concerne les en­treprises qui re­courent aux mesures publiques, les politiques allemandes de soutien à l’inno­vation rem­plissent visiblement leurs objectifs : dès lors qu’elles sont soutenues, les entre­prises étendent leurs activités de R&D et accroissent en conséquence leurs effectifs.

Les mesures politiques de soutien à l’innovation ont-elles influé sur la stratégie d’innovation menée par votre entreprise en RFA ?

Effets …

 très positifs…

positifs…

nuls…

négatifs…

très négatifs…

Mesures non connues

Politiques des Länder

4,7 %

23,2 %

61,5 %

1,3 %

0,8 %

8,5 %

Politiques du Bund

5,1 %

25,5 %

59,2 %

1,9 %

0,2 %

8,2 %

Politiques européennes

1,9 %

13,9 %

70,9 %

2,1 %

0,8 %

10,5 %

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.

Ces programmes étant largement inadaptés aux besoins des PME, …

4Il n’en reste pas moins que l’accès à ces programmes est considéré comme diffi­cile par les PME, surtout celles de moins de 250 salariés (78 % des aides pu­bliques vont aux grandes entreprises ; EFI, 2008). D’a­bord, leur grande diversité s’assimile à leurs yeux à une véritable « jungle inex­tri­cable ». Et lorsqu’elles ont réussi à iden­tifier un programme à leur me­sure, elles sont re­bu­tées par la com­plexité de sa mise en œuvre et une pape­rasse qui im­plique une charge de travail incompatible avec les impératifs de la pro­duction au quoti­dien. La logique admi­nistrative des finan­ce­ments est elle aussi inadap­tée : pour lancer le projet de R&D, il faut attendre que l’accord soit noti­fié, ce qui se traduit par des délais interdisant toute réactivité au marché. S’y s’ajoute une rela­tion défavorable entre le montant des aides (faibles) et le coût admi­nis­tratif lié à leur obtention (beaucoup trop élevé en proportion).

… le gouvernement fédéral en a lancé un nouveau en 2008 : ZIM

5L’enquête réalisée par la fédération DIHK sur ce sujet en 2007 (DIHK-Innova­tions­report 2007), et qui avait fait apparaître le peu d’efficacité de la poli­tique de soutien de l’UE, du Bund et des Länder à l’innovation dans les PME (sauf pour le pro­gramme PRO INNO II visant le renforcement de la coopération avec les acteurs de la re­cherche), a incité les pouvoirs politiques à commencer à réviser celle-ci. C’est ainsi que le gouvernement fédéral avait lancé le 1er juillet 2008 un nouveau pro­gramme : Zentrales Innovationsprogramm Mittelstand (ZIM), courant jusqu’à la fin 2013. Dans le cadre du second programme de soutien à la con­jonc­ture dé­ci­dé le 13 janvier 2009, le budget dédié au pro­gramme ZIM a été plus que doublé pour 2009/2010, passant à 1,5 milliard €. Ajouté aux autres pro­grammes de soutien à l’innovation dans le Mittelstand du ministère fédé­ral de l’Economie, le total des aides aux PME innovantes sera de 2,2 milliards € durant ces deux années.

Le programme Zentrales Innovationsprogramm Mittelstand – ZIM

Visant à développer la proximité de la R&D avec le marché, ce programme fédéral de soutien à l’innovation dans les PME con­jugue la politique générale de soutien au Mittelstand et la politique de soutien à l’inno­vation tech­nologique. S’inspirant de me­sures qui avaient fait leurs preuves dans les nouveaux Länder, il s’applique à l’ensemble du terri­toire allemand, à toutes les branches et à toutes les technologies. Il a pour objectif de promouvoir des projets de R&D menés en partenariat et impliquant la constitution de réseaux, y compris transnationaux ; il intègre donc les clusters. Depuis 2009 s’y ajoute le soutien à des projets développés isolé­ment par une PME (ouest de la RFA) et même (à l’ouest comme à l’est) par une grosse société occu­pant jus­qu’à 1 000 salariés, la Commission européenne ayant donné son ac­cord. L’objectif de ces dis­positions nouvelles, limitées aux années 2009 et 2010, est de permettre de soutenir 7 000 pro­grammes de R&D supplémentaires. Le pro­gramme ZIM (www.zim-bmwi.de) se compose de trois modules :

(1) projets de coopération entre plusieurs PME, entre des PME et des centres de recherche appliquée. Dans la limite d’un pla­fond de 350 000 € par projet, le soutien public s’échelonne entre 35 % et 50 % du coût prévisionnel du projet, le taux maxi­mal étant réservé aux PME de moins de 50 salariés. Les centres de recherche impliqués se voient, eux, verser jusqu’à 100 % du coût. Ges­tionnaire : Arbeitsgemeinschaft industrieller Forschungsvereinigungen ‘Otto von Guericke’ e.V. AiF ;

(2) projets de constitution de réseaux de six PME au moins. Le soutien est alors destiné aux prestations liées au manage­ment et à l’organisation du réseau. Dans la limite d’un plafond de 350 000 €, les charges salariales du manager de réseau sont subven­tionnées à hauteur de 70 % la première année, de 50 % la deuxième et de 30 % la troisième. Gestionnaire : VDI/VDE Innovation und Technik GmbH ;

(3) projet isolé présenté par une PME et visant le développement de produits, process et prestations techniques innovants. La contribution ZIM couvre dans ce cas entre 25 % et 45 % du coût total (maximum : 350 000 €), les PME est-allemandes conti­nuant de per­cevoir les subventions les plus élevées. Gestionnaire : EuroNorm GmbH.

S’y ajoute, pour les modules (1) et (3), un soutien aux activités de conseil et prestations liées au développement du projet (études de marché, veille en matière de brevets, etc.) à proportion de 50 % au maximum des frais engagés (plafond : 50 000 € par projet). Les projets sont sélectionnés par un jury composé de 15 experts issus des milieux scientifiques et économiques.

Il apporte des améliorations au financement de l’innovation

6L’approche du programme ZIM est construite sur un des facteurs structurels qui nourrissent le dynamisme d’innovation des acteurs privés en Allemagne : la cul­ture de la coopération et du partenariat en réseaux, conjuguant utile­ment celle-ci avec l’approche que promeut la politique d’innovation (et de clusters) euro­pé­enne déclinée à l’échelle nationale (voir dans ce numéro l’exemple du « Cluster Senso­rik »). Le programme ZIM est également un exemple classique de la logique d’offre qui caractérise la politique alle­mande de soutien à l’innovation et où les pouvoirs pu­blics se contentent de mettre à disposition des acteurs privés des moyens leur per­mettant de réaliser plus facilement les projets définis par eux-mêmes (logique de bottom up). A eux ensuite de mettre à profit les outils professionnels de ma­nage­ment de l’innovation que propose le marché – surtout pour le finan­cement des pro­jets comme la gestion des brevets, les deux points faibles des PME.

Votre entreprise procède-t-elle systématiquement au management de l’innovation dans les domaines suivants ?

Toutes entreprises

oui

parfois

non

prévu

Développement de projets / créativité

38,6 %

44,8 %

13,3 %

3,3 %

Evaluation et planification

37,0 %

42,3 %

17,1 %

3,6 %

Financement

31,8 %

31,0 %

32,5 %

4,7 %

Marketing/vente

44,2 %

32,6 %

20,0 %

3,2 %

Management de la coopération dans les processus liés à l’innovation

24,5 %

36,1 %

35,2 %

4,2 %

Gestion des brevets

32,1 %

22,9 %

41,5 %

3,4 %

Culture interne de l’innovation

31,2 %

43,9 %

20,3 %

4,6 %

Entreprises de moins de 250 salariés

oui

parfois

non

prévu

Développement de projets / créativité

36,2 %

44,9 %

15,0 %

3,9 %

Evaluation et planification

33,1 %

42,5 %

21,2 %

3,2 %

Financement

27,5 %

32,5 %

34,7 %

5,3 %

Marketing/vente

42,9 %

33,2 %

20,1 %

3,8 %

Management de la coopération dans les processus liés à l’innovation

24,0 %

31,3 %

39,2 %

5,4 %

Gestion des brevets

22,1 %

23,2 %

50,7 %

4,0 %

Culture interne de l’innovation

27,6 %

42,6 %

24,9 %

4,9 %

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.

7Selon l’enquête 2008/2009 de la fédération DIHK, le programme ZIM semble dans l’ensemble adapté aux besoins des PME. Le recalibrage intervenu au dé­but 2009 (exten­sion du soutien aux projets isolés) permettra d’apporter en outre un correctif au pro­blème du financement initial de projets innovants que ren­contrent encore nombre de PME, start-ups technologiques ou entreprises en développe­ment. Ce problème avait été accru par la ré­forme de la fisca­lité des entreprises (2008) qui limite notamment la pos­sibilité de reporter sur l’exercice suivant les pertes induites par l’investisse­ment dans une jeune pousse high-tech. Ces dis­positions, conjuguées à d’autres mo­difications fiscales (voir REA 89/08), risquent d’aggraver les effets de la crise et doivent être revues d’urgence.

Principal frein à l’innovation industrielle : la pénurie d’ingénieurs et techniciens

8Globalement, les pouvoirs publics du Bund et des Länder semblent prendre la me­sure des besoins particuliers des PME et commencent à réviser leurs pro­grammes pour en accroître l’efficience, du moins en ce concerne les incitations fi­nancières. Un problème de fond demeure néanmoins : « les me­sures de soutien ne peuvent produire leurs effets qu’à la condition qu’il y ait un volet de main-d’œuvre qualifiée à recruter en R&D » (DIHK 2008/2009). Or c’est là que le bât blesse le plus cruelle­ment. Les entreprises se plaignent de plus en plus massivement de la pénurie d’ingénieurs et de tech­niciens. Comment donc accroître les effectifs de R&D (actu­ellement de 315 000  en équivalent temps plein) si, selon le DIHK-Innovations­report 2007 par exemple, il en manque au moins 30 000 à l’horizon 2010 – et au moins 6 000 dans les seules petites entreprises ? Il n’y a alors rien d’éton­nant à ce que près de 57 % des entreprises interrogées à la fin 2008 soulignent que le principal han­dicap à l’innovation qu’elles rencon­trent est qu’elles ne trouvent pas la main-d’œuvre aux compétences requises.

Aux yeux de votre entreprise, où se situent les principaux handicaps à l’innovation au sein du site Allemagne ? *)

Entreprises

Toutes

< 250 salariés

> 250 salariés

Disponibilité de la main-d’œuvre qualifiée

56,4 %

54,1 %

62,7 %

Accès aux fonds de soutien publics

31,8 %

32,5 %

28,1 %

Possibilités de coopérer avec des centres de recherche

9,8 %

11,0 %

6,5 %

Bureaucratie

54,5 %

57,2 %

47,1 %

Accès au financement

26,2 %

31,0 %

13,7 %

Réforme 2008 de la fiscalité des entreprises

15,7 %

19,9 %

5,9 %

Autres

6,7 %

6,3 %

7,8 %

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009. *) plusieurs réponses possibles.

Une enquête de 2007 révèle une forte pénurie d’ingénieurs et techniciens dans l’industrie

9Ces réponses confirment le constat d’une autre enquête de la fédération DIHK, réalisée en 2007 auprès de 20 000 entreprises, essentiel­lement des PME (dont 35 % dans l’industrie) et consacrée au manque général de main-d’œuvre quali­fiée (Kluge Köpfe – vergeblich ge­sucht !). Tous secteurs confondus et quelle que soit la taille de l’entreprise, le manque le plus criant concerne les ingénieurs et techni­ciens : 54 % des entreprises offrant des postes vacants cherchent vai­nement à en re­cruter. Dans l’in­dustrie, où 40 % des entreprises se plaignent d’un manque gé­néral de main-d’œuvre qualifiée, ce taux atteint même 83 % en ce qui concerne les ingénieurs et techniciens. Les branches les plus affectées y sont la métal­lurgie (manque général : 46 %, manque d’ingénieurs-techniciens : 96 %), la construction mécanique (respectivement 61 % et 94 %) et la construc­tion auto­mobile (46 % et 90 %). Manifestement, relève l’étude, « malgré d’ex­cellentes perspec­tives d’emploi, les métiers scientifiques et tech­niques ont un problème d’image ».

Les PME manquent de sortants du système de formation continue…

10Si la pénurie concerne tous les niveaux de qualification, on observe néanmoins deux ten­dances. D’une part, la croissance d’une demande non satisfaite de sor­tants du système de formation professionnelle, qu’elle soit initiale ou, plus en­core, conti­nue. Dans l’industrie, près d’une entreprise sur deux cherche ainsi déses­pé­ré­ment des titulaires d’un brevet de maîtrise (Meister) ou d’un diplôme équi­valent sanctionnant une formation continue ; en 2001, une sur cinq seule­ment. Or de­puis, la proportion des actifs qui en dispose n’a pas varié ; elle est tou­jours de l’ordre de 10 %. La forte hausse de la demande montre à quel point ces qualifi­ca­tions sont prisées outre-Rhin. Si elles sont aussi recherchées que les di­plômes de l’enseignement supérieur (du bachelor au master), elles ont sur ces derniers un avantage compétitif : les compétences acquises sont non seu­lement directement opérationnelles, mais elles apportent aussi la garantie d’une aptitude foncière du salarié à évoluer – donc à innover –, une compétence clef pour la compétitivité, surtout pour les petites structures dont la culture interne de réactivité au marché est assise sur les compétences non interchan­geables de ses collaborateurs. Comme, traditionnellement, les PME indus­trielles moyennes (moins de 200 sa­lariés) sont fortement impliquées dans la formation duale, ini­tiale et conti­nue, la pénurie est moindre, les entreprises ayant déve­loppé des efforts consi­dérables pour flexibiliser les voies d’accès aux différents métiers et pour rendre plus effi­caces les passerelles vers la formation continue.

Difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises selon les niveaux de qualification recherchés


Profil recherché

Sans
qualification

Sortants du système dual

Brevet de maîtrise
ou équival. *)

Bachelor ou
Fachhochschule

Master ou
équival.

Selon les secteurs

Industrie

8 %

38 %

40 %

45 %

29 %

BTP

12 %

45 %

41 %

24 %

15 %

Commerce

12 %

57 %

35 %

16 %

10 %

Services

20 %

43 %

28 %

35 %

31 %

Tous secteurs

13 %

43 %

35 %

36 %

26 %

Selon la taille de l’entreprise (nombre de salariés)

1 – 9

16 %

47 %

29 %

26 %

19 %

10 – 19

18 %

47 %

31 %

26 %

16 %

20 – 199

13 %

45 %

36 %

34 %

23 %

200 – 999

7 %

34 %

40 %

54 %

42 %

> 1 000

6 %

24 %

33 %

60 %

57 %

Source des données : DIHK, Kluge Köpfe – vergeblich gesucht !, automne 2007. *) exclusivement formation continue.

… les grandes sociétés de diplômés du supérieur

11La seconde tendance : parmi les diplômés du supérieur, c’est dans les filières MINT (mathématiques, sciences de l’ingénieur) qu’il y a la plus forte pénurie. Dans l’in­dus­trie, elle se concentre sur les di­plômés de niveau bachelor ou les sor­tants d’un établis­sement d’enseignement supé­rieur spécialisé proposant des for­ma­tions courtes (Fachhochschule). Cette pénurie frappe plus particulièrement les sociétés de plus de 1 000 salariés. Dans l’in­génierie informatique et l’électro­tech­nique, le taux des postes difficiles à pourvoir dans cette catégorie atteint res­pec­tivement 64 % et 62 %. Quant aux di­plô­més de l’université de niveau mas­ter ou équi­valent, ils font défaut à un quart des entreprises rencon­trant des pro­blèmes de re­cru­tement, la plus forte pénurie s’observant dans l’in­dustrie phar­maceutique (73 %), les TIC (63 %), l’in­génierie informatique (53 %), les techno­logies médi­cales ou les mesures et as­servisse­ment (52 %), ainsi que la chimie (46 %).

Recul des inscriptions dans les filières MINT et formation inadéquate

12C’est là le résultat d’une forte baisse des inscriptions dans les filières MINT depuis une dizaine d’années (15 % seulement des étu­diants allemands aujour­d’hui ; voir REA 88/08). Entre 1995 et 2004, par exemple, le nombre de diplô­més de ces fi­lières a reculé de 40 % dans les secteurs de l’électrotechnique, de la chimie ou de la construction mécanique (DIHK-Innovationsreport 2007). Or le problème n’est pas seule­ment quanti­tatif. Il est encore plus quali­tatif : les entre­prises regrettent que la for­mation uni­versitaire soit « trop peu ou­verte sur l’inno­vation, la culture du risque et le sens de l’entreprise » (DIHK, 2008/2009).

Les CCI cherchent dès lors à susciter les vocations…

13La DIHK plaide dès lors pour sensibiliser les jeunes aux « phénomènes natu­rels » dès le primaire, rendre obligatoire une épreuve de sciences de la nature au bac­calau­réat et mieux orienter les étudiants dans ces filières. Mais elle ne se con­tente pas de formuler des préconisations. A l’automne 2008, les CCI alle­mandes ont lancé un portail mettant en réseau enseignants du secon­daire, PME inno­vantes et acteurs de la formation professionnelle afin de déve­lopper dans l’en­sei­gne­ment et la for­mation les contenus scientifiques et tech­niques (www.ihk-tecnopedia.de) et, ce faisant, contribuer à susciter les vo­cations.

… les PME s’intéressent aux seniors et aux femmes…

14Les entreprises étant largement responsables de la forma­tion pro­fessionnelle (les PME industrielles forment 80 % des apprentis ; voir REA 75/06), elles ont multiplié leurs efforts en matière de for­mation initiale et, surtout, continue, commencé à ex­ploiter le potentiel que re­présente l’emploi des se­niors (surtout les PME de moins de 20 sala­riés où, plus qu’ailleurs, l’expérience individuelle est une compétence clef) comme l’em­ploi féminin ou à recruter des salariés étrangers.

… l’Etat vise une hausse globale des qualifications

15A l’adresse des pouvoirs publics, la fédération DIHK plaide pour des mesures fa­cilitant l’accueil de salariés étrangers et, bien sûr, pour une politique résolue de modernisation du système de formation. Lors du « Sommet de l’éducation et de la for­mation » qui s’était tenu le 22 oc­tobre 2008 à Dresde, Bund et Länder avaient adopté une « Initiative de qua­lifi­cation » (Qualifizierungsinitiative für Deutschland) venant en complément du Pro­gramme national de réformes 2008-2010 soumis à la Commission euro­péenne dans le cadre de la Stratégie de Lis­bonne. Diverses me­sures y étaient adop­tées pour notamment améliorer la qualité du système uni­ver­sitaire, assurer une meilleure fluidité entre formation profes­sionnelle et su­pé­rieure, développer la formation continue ou accroître le nombre d’étu­diants dans les filières scienti­fiques et techniques. Cette politique qui vise une hausse globale des qualifi­ca­tions doit se traduire par une part de 10 % du PIB consacré à la forma­tion et à la recherche en 2015. Dans le cadre du second programme conjoncturel (Kon­junk­turpaket II) décidé le 13 janvier 2009 par le gouvernement fédéral, le Bund met à disposition 6,5 milliards € sup­plémentaires afin de cofinancer (à hauteur de 65 %) les investissements des Länder et des communes pour moderniser les structures du système éducatif – de la maternelle à l’université.

16Le manque de main-d’œuvre qualifiée n’est certes pas nouveau, et les milieux poli­tiques comme écono­miques ont commencé à prendre cons­cience au cours des dernières années de l’importance stra­tégique d’une main-d’œuvre qualifiée pour une économie qui ne dispose pas d’autre res­source na­turelle, et où le vieillissement démogra­phique contribue à la raréfac­tion de cette ressource clef. Mais la résolution du problème prend une ur­gence nou­velle dans la crise actuelle où la mobilisation de tous les ac­teurs est plus que ja­mais requise pour pré­server la compétitivité des entreprises et, de ce fait, la compé­titivité industrielle du site Allemagne, tributaire des biens et services de hautes et moyennes technologies. L’élan innovateur des PME allemandes en tout cas est intact, comme le révèle le DIHK-Innovationsreport 2008/2009. Ce qu’elles attendent actuellement des pou­voirs publics, ce ne sont pas tant des aides fi­nancières. Elles leur demandent de faire en sorte que le cadre des acti­vités soit favorable à l’innovation : en réduisant la paperasse, en supprimant les disposi­tions désincitatives pour l’investissement contenues dans le nouveau régime de fiscalité des entreprises (voir REA 89/08), en calant mieux les poli­tiques de sou­tien à l’innovation sur les besoins des entre­prises et, priorité ab­solue, en luttant contre le manque de main-d’œuvre qualifiée et de cher­cheurs.

En Allemagne, ce sont les PME qui tirent l’innovation

17« Seuls les Hommes sont innovants. La technologie n’est pas innovante, elle est tout au plus le fruit de l’innovation ». C’est en ces termes que Heinz Putz­hammer, membre du bureau exécutif du DGB, plaidait, en 2004 déjà, pour une politique générale de hausse des qualifica­tions à l’aube de l’économie du sa­voir, contri­buant ainsi à fonder l’axe principal d’une politique syndicale réno­vée. Et il plaidait pour une participation active des partenaires sociaux à la consoli­dation de la compétitivité du site Allemagne dans une économie glo­ba­li­sée.

« En quoi l’innovation concerne-t-elle les syndi­cats ? »s’intitulait la plaquette du DGB diffusant le plaidoyer de H. Putz­ham­mer. De fait, ils sont im­pliqués dans le système de formation pro­fes­sionnelle comme dans la formation des représentants des sala­riés élus aux Conseils d’établissement présents dans toutes les entre­prises de plus de 5 salariés ; ces conseils ayant un large pou­voir consultatif dans les ques­tions relatives à l’organisation de la production ou de l’établisse­ment (voir REA 72/05), ils sont directement concernés par toutes les formes d’innovation comme le développement de nouveaux modèles économiques (par exemple la conception d’une offre intégrée produits/services) ou de nou­veaux modèles d’organisation interne. Ensuite, les syndicats sont cofondateurs du RKW Rationa­li­sierungs- und Inno­vations­zentrum der Deut­schen Wirt­schaft, une association qui a pour mission d’accompagner les PME dans leur stratégie de compé­titivité, en matière de R&D comme d’organisation (voir REA 74/05). A ce rôle institutionnel s’ajoute un constat : dans plus des deux tiers des PME, les compétences en matière d’innovation sont liées à une personne et donc indissociables de l’individu qui les porte (Fraunhofer ISI, 2005). Cette dépendance, qui est le propre des petites structures, risque de pénaliser les PME dans leur développement durable.

Une acception large de l’innovation

18L’acception large du concept d’innovation qu’il défendait sous-tend aujourd’hui la plu­part des études publiées sur le sujet outre-Rhin (et, plus récemment, dans l’UE), à commencer par celles des Instituts Fraunhofer, plus particulièrement chargés d’accompagner les PME. Et elle fonde l’ap­proche holistique de la poli­tique alle­mande d’in­nova­tion depuis le se­cond gou­vernement Schröder (voir REA 74/05).

La Commission d’experts Recherche et Inno­vation (EFI), think tank indépen­dant institué en 2006 par le gouvernement fé­déral pour évaluer les structures et le potentiel allemand en la matière et for­mu­ler des préconisations à l’intention des pouvoirs pu­blics, prend elle aussi ce concept dans son sens large : « il dé­signe les nouveautés techniques, organi­sationnelles, sociales ou autres dont la mise en œuvre est tentée ou couronnée de succès ». Il s’agit d’un « ensemble global de processus dynamiques, sou­vent résumé sous le terme de ‘destruction créatrice’ » (rapport 2008). Et les experts rappellent que, dans cette approche, « la R&D n’est qu’une composante parmi d’autres des processus d’innovation. L’innovation inclut en effet également toutes les démarches liées à la commer­cialisation ou la valorisation, et qui ne sont pas comptabilisées dans la R&D ». Il est vrai que celles-ci sont difficilement quantifiables. Les efforts d’innovation des entreprises hors de la R&D stricto sensu sont dès lors largement négligés, explique de son côté le tableau de bord de l’innovation dans l’UE qui vient de paraître en janvier 2009 (EIS 2008) et qui leur consacre un chapitre (« Neglected innovators »), rappelant : « R&D is not the only method of innovating ».

L’intensité de la R&D, c’est-à-dire, dans le cas d’un Etat, la part des dé­penses publiques et privées rap­por­tées au PIB (la part des dépenses par rap­port au chiffre d’affaires dans le cas d’une entreprise), utilisée comme unité de mesure de la compétitivité des éco­nomies dans les comparaisons statistiques européennes et internationales, ne reflète donc qu’un aspect de l’innovation. En Allemagne, selon le rapport 2008 de la DG Recherche de la Commission européenne, l’intensité de la R&D était de 2,53 % en 2006 (de 2,09 % en France et de 1,84 % dans l’UE 27) ; le secteur privé allemand assurait 67,6 % des dépenses (52,2 % en France et 54,6 % dans l’UE 27), ce qui correspond à une intensité de 1,77 % du PIB selon les données de l’EFI.

En 2007, les dépenses pri­vées de R&D ont crû de 2,8 % pour atteindre 53,5 milliards € ; selon toutes prévi­sions, elles devraient avoir augmenté de 6,2 % en 2008, passant à 56,8 milliards €. A la mi-2008, les entreprises allemandes prévoyaient de porter ces dépenses à 59,3 milliards € en 2009 (Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, décembre 2008).

La faible part des PME dans les dépenses de R&D masque…

19Un constat empirique corrobore, si besoin en était, cette approche large : ce sont les PME qui tirent l’innovation industrielle outre-Rhin. Une lecture sous le seul angle de la R&D ne permet pas de discerner cet état de fait : ce sont en effet les grosses entités qui réalisent l’essentiel de l’effort de R&D, rappelle le rapport 2008 de l’EFI. Actuellement, les sociétés moyennes (de 100 à 500 salariés) ne sont que 29 % à pratiquer la R&D, ce taux tombant à 12 % pour les plus petites (moins de 100 salariés). Mais les PME (de 5 à 500 salariés) montent en puis­sance, comme le révèle l’étude sur la R&D en Allemagne (FuE-Datenreport 2007) menée en 2005 auprès de 30 000 entreprises par le Stifter­verband für die deut­sche Wissenschaft, une fédération de mécènes dont l’une des activités est no­tam­ment d’établir statistiques et analyses pour le gouverne­ment fédéral, l’UE ou l’OCDE. Alors qu’en 2003, seule­ment 11,1 % des dé­penses privées de R&D leur étaient imputables, cette part s’éle­vait à 12,9 % en 2005 ; dans le même temps, la part des dépenses effec­tuées par les sociétés de plus de 10 000 salariés tom­bait de 51,4 % à 47,5 %. Et, ainsi que le souligne pour sa part le rapport 2008 de l’EFI, depuis 1998, la proportion des PME industrielles innovantes disposant de leur propre division de R&D est passée de quelque 50 % à plus des deux tiers.

… leur rôle déterminant pour la diffusion et l’ancrage de l’innovation

20Si on considère, comme le fait l’EFI, non plus la seule R&D mais l’effort d’inno­vation (où les activités de R&D entrent environ pour moitié), alors les PME alle­mandes réalisent 28 % des dépenses en la matière. C’est peu, certes (d’où l’abondance des politiques de soutien à l’innovation dans le Mittelstand), mais cela classe tout de même l’Allemagne dans le haut des palmarès internationaux. Alors que le taux des entreprises innovantes s’établit à 90 % parmi celles qui oc­cupent plus de 500 salariés, il tombe à 70 % en dessous. Il atteint tout de même encore 51 % parmi les petites PME (de 5 à 49 salariés). Le fait que le taux moyen d’entreprises innovantes soit de 58 % dans l’industrie allemande s’ex­plique donc principalement par l’omniprésence des PME dans le tissu écono­mique (quelque 99 % des sociétés), ce qui amène l’EFI à souligner dans son rapport 2008 que les PME « sont détermi­nantes pour la diffusion large et l’an­crage en profondeur de l’innovation, de la recherche et du développement dans l’économie » alle­mande. Leur rôle est d’autant plus fondamental pour l’avenir de la compétitivité du « site Allemagne » qu’elles sont également créatrices de lien social : elles forment, elles em­bauchent et, ce faisant, elles dispensent une identité sociale.

21Visiblement, le Mittelstand allemand garde confiance dans ses atouts fonciers que sont sa réactivité à l’évolution de la demande, son souci d’offrir des pro­duits et prestations de qualité, sa culture du partage des savoirs au sein de ré­seaux de par­tenariat et, par-dessus tout, sa culture cons­truite sur une vision à long terme et sur le respect de la compétence humaine (voir REA 84/07). En­core faut-il que la relève soit assurée pour que perdurent ces facteurs à l’origine de la capacité à innover qui caractérise les PME indus­trielles allemandes et qui expliquent pourquoi l’Allemagne est aussi bien placée en comparaison européenne. Le risque que fait peser sur leur avenir le manque de main-d’œuvre qualifiée relativise dès lors celui d’un resser­re­ment du crédit ou la perspective d’une baisse de l’activité induite par la chute des entrées de commandes. Leur confiance est aussi le fruit de l’expérience : le Mittel­stand industriel a surmonté les crises de 1993 puis de 2003 en se restructurant, en rationalisant sa production et son organisation – en un mot : en innovant au sens plein du terme, ce qui lui avait permis non seule­ment de ne pas perdre le contact avec son marché, mais plus encore de gagner en com­pétiti­vité.

22C’est peut-être là que se trouve le cœur du message de confiance implicite que contient l’enquête 2008/2009 de la DIHK : le Mittel­stand industriel innovant con­ti­nue de miser sur sa propre compétitivité, saisissant la crise comme une chance lui per­mettant de mieux se positionner pour l’avenir. Certes, les entre­prises interro­gées ne réaliseront certainement pas toutes les intentions formulées à l’automne 2008, faute de commandes ou de moyens. Mais l’essentiel n’est pas là. Car ce qu’elles révèlent par leurs réponses, c’est avant tout une attitude pro­fondément ancrée dans la culture économique allemande et qu’on ne peut comprendre réellement que si on replace ce sondage dans son contexte plus général : les risques actuels ne leur font en rien perdre de vue leurs objectifs sur le long terme. La confiance et l’attitude proactive des PME industrielles allemandes sont d’origine systémique.

Haut de page

Bibliographie

Armbruster H. et al., « Innovationskompetenz auf wenigen Schultern. Wie abhängig sind Betrie­be vom Wissen und den Fähigkeiten einzelner Mitarbeiter? », Fraunhofer ISI, Mitteilungen aus der Produktionsinnovationserhebung, n° 35, février 2005

Bourgeois I., « Comment l’intelligence vient aux PME allemande », Regards sur l’écono­mie alle­mande, n° 74, décembre 2005

DIHK, Deutsche Unternehmen setzen auf Innovationen – trotz Finanzmarktkrise. DIHK-Innova­tionsreport 2008/2009, décembre 2008, Kluge Köpfe – vergeblich gesucht ! Fach­kräftemangel in der deutschen Wirtschaft, novembre 2007, Fachkräftebedarf und Image von FuE-Förderprogram­men auf dem Prüfstand, DIHK-Innovationsreport 2007, août 2007 (www.dihk.de)

European Commission, European Research Area, A more research-intensive and inte­grated European Research Area. Science, Technology and Competitiveness key figures report 2008/2009 (http://ec.europa.eu/research/research-eu)

European Innovation Scoreboard (EIS) 2008. Comparative Analysis of Innovation perfor­mance, rapport realisé par le Centre de recherche UNU-MERIT pour le compte d’INNO METRICS, janvier 2009 (http://www.proinno-europe.eu/metrics)

Expertenkommission Forschung und Innovation (EFI), Gutachten zu Forschung, Inno­vation und technologischer Leistungsfähigkeit 2008, février 2008 (www.e-fi.de)

Hazouard S., « Innovation: l’industrie allemande leader en Europe », Regards sur l’éco­nomie allemande, n° 81, mai 2007

« Industrieforschung und Konjunktur im Gleichschritt. FuE-Quote auch 2007 unverän­dert », facts For­schung & Entwicklung, décembre 2008 (www.stifterverband.de)

« Innovation : Mehr als Forschung und Entwicklung », Fraunhofer ISI, Mitteilungen aus der Pro­duk­tionsinnovationserhebung, n° 33, mai 2004

Innovationsverhalten der deutschen Wirtschaft. Indikatorenbericht zur Innovationserhe­bung 2008, ZEW, infas, Fraunhofer ISI, janvier 2009 (www.zew.de)

Kinkel S. et al., « Innovation : Mehr als Forschung und Entwicklung. Wachstumschancen auf an­deren Innovationspfaden », Fraunhofer ISI, Mitteilungen aus der Produktionsinno­vationserhebung, n° 33, mai 2004

Putzhammer H., « Plädoyer für einen erweiterten Innovationsbegriff », in « Innovation – was geht das die Gewerkschaften an ? », Materialien und Argumente n° 1, juin 2004, www. dgb.de

Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft, FuE-Datenreport 2007. Tabellen und Daten, Essen, 2007 (www.stifterverband.org)

Uppenberg K., R&D in Europe. Expenditures across Sectors, Regions and Firm Sizes, Centre for European Policy Studies, Bruxelles, 2009 (www.ceps.eu)

ZEW,Innovationsverhalten der Unternehmen in Deutschland 2006. Aktuelle Entwicklungen und ein internationaler Vergleich, Studien zum deutschen Innovationssystem, n° 4/2008, janvier 2008 (www.zew.de).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « L’innovation, priorité absolue pour les PME industrielles », Regards sur l'économie allemande, 90 | 2009, 7-14.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « L’innovation, priorité absolue pour les PME industrielles », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 90 | mars 2009, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/3567 ; DOI : 10.4000/rea.3567

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page