Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Une confiance en l’avenir basée sur l’expérience

Isabelle Bourgeois
p. 3-5

Texte intégral

1« L’économie allemande affronte cette année l’épreuve la plus importante depuis l’unifica­tion », déclarait le gouvernement fédéral dans le rapport exposant ses orientations de poli­tique économique pour l’année 2009 et publié le 21 janvier par le ministère fédéral de l’Economie (BMWi). Après une hausse de 2,5 % en 2007, puis de 1,3 % en 2008, le PIB allemand de­vrait reculer de 2,25 % en 2009 selon le gouvernement (voire de plus selon d’autres sources). Si l’année 2008 a connu une crois­sance positive, cela est dû exclu­sivement au 1er trimestre, car l’activité s’est dégradée au cours des deux suivants (-0,5 % chacun) avant de plonger au dernier (-2,1 %) selon les données publiées par Destatis le 25 février. « A l’au­tomne 2008, l’Alle­magne est tombée dans une profonde récession qui se prolon­gera au cours des prochains mois », conclut pour sa part la Bundesbank dans son rapport mensuel de février.

Fin 2008 : chute des exportations et recul de la production

2Au 4e trimestre, la décélération mondiale s’est brutalement répercutée sur une économie allemande largement intégrée dans le partage mondial du travail. La baisse du PIB est presque entièrement (2 points) imputable au recul des expor­tations (-7,3 % par rapport au 3e trimestre 2008 ; Destatis). La balance com­mer­ciale est certes restée positive sur l’en­semble de l’année ; le solde est de 176,2 milliards €. Mais l’Allemagne pâtit maintenant du recul de l’activité et de la de­mande qui affecte avec un rare synchronisme à la fois les pays industrialisés (en premier lieu l’UE) et les économies émergentes. Voyant chuter les en­trées de commandes (-15,7 % dans l’in­dustrie au 4e trimestre ; BMWi) alors que leur taux d’utilisation des capacités avait com­mencé à baisser, les entre­prises ont, pour la première fois depuis deux ans, réduit leurs investissements (-4,9 % ; Destatis).

3C’est le cœur de l’économie allemande – l’industrie – qui est mainte­nant affecté. Le secteur secondaire avait contri­bué pour 25,9 % au PIB en 2008 (Destatis). Selon l’analyse de la Bundesbank, l’industrie traverse une crise de na­ture com­parable à celle qu’elle a connue en 1993 après le boom de l’unification, mais am­plifiée par le caractère mondial de la crise actuelle. A preuve, la chute des entrées de com­mandes en janvier (-42 % selon la Fédération de la branche VDMA) dans la construction mécanique, un des secteurs phares de l’industrie et habitué ces dernières années à des taux de croissance particulièrement élevés. La production tourne donc au ralenti, tassant en retour l’activité des secteurs liés, particulière­ment celle des services aux entre­prises (29,3 % du PIB).

L’emploi reste stable, …

4Le recul de la production (-13,0 % en décembre ; BMWi) n’a cependant guère eu de réper­cussions sur l’emploi. Au contraire, puisqu’on dénombrait 422 000 actifs occupés de plus par rapport au 4e trimestre 2007, soit un total de 40,8 millions de personnes – chiffre record depuis l’Unité. Les deman­deurs d’emploi (critères OIT) étaient 2,9 mil­lions seulement, ce qui correspond à un taux de chômage de 6,6 % selon Destatis. Mais l’embellie quasi continue qu’on observait depuis près de deux ans sur le marché de l’em­ploi a pris fin en janvier 2009 : en données CVS, le nombre d’ac­tifs occupés a diminué de 84 000 per­sonnes, et le taux de chô­mage est passé à 7,3 %. La dégradation reste toute­fois modérée.

… entre autres grâce au chômage partiel

5En effet, les entreprises ont recours de manière sys­tématique à toutes les solu­tions per­mettant d’éviter les licenciements et de conserver leur potentiel de com­pétences en pré­vision d’une amélioration de la conjoncture : réduction des heures supplémentaires, con­gés de Noël prolongés, épui­sement des comptes épargne-temps et, enfin, chômage partiel (surtout dans l’industrie). Ainsi, selon l’Agence fédérale pour l’em­ploi, le nombre des sala­riés in­demnisés au titre du chô­mage partiel conjoncturel (voir dans ce numéro) a fortement augmenté au 4e trimestre, passant de 39 000 à 201 000 personnes entre septembre et dé­cembre. L’assou­plissement des conditions d’accès à ce régime apporté par le gouverne­ment fédéral dans le cadre de son second pro­gramme conjoncturel de janvier 2009 est visiblement en train de porter ses fruits. Reste à savoir pour com­bien de temps et avec quelles conséquences pour les budgets publics.

La consommation ne s’est pas dégradée…

6Cette stabilité relative de l’emploi est aussi un des éléments qui expliquent pour­quoi la con­sommation des ménages n’a pas chuté au 4e trimestre 2008 (-0,1 % seulement ; Destatis), alors que les Allemands, largement informés de l’ampleur de la crise par les pou­voirs pu­blics comme les médias, n’envisageaient guère l’année 2009 avec optimisme. Ils n’étaient ainsi que 34 % à « considérer l’avenir avec espoir » (contre 50 % en 2007), tandis que 30 % se montraient « scep­tiques » et 28 % disaient « redouter l’avenir », selon le baromètre que réa­lise tous les ans en décembre l’Institut für Demoskopie d’Allensbach. Mais leur moral s’est éclairci depuis, l’indice GfK (consommation) révélant une nette remontée de leur hu­meur consommatrice en février 2009 après quatre mois de pessimisme.

… car les Allemands n’ont pas de problème de pouvoir d’achat

7Car si les Allemands sont conscients des incertitudes qui pèsent sur les pro­chains mois, ils n’en sont pas moins réalistes. Ils avaient en effet vu leur revenu disponible augmenter en 2008 sous le double effet de la hausse des salaires convention­nels (+2,8 % en moyenne sur l’en­semble de l’année ; Bundesbank) et de la baisse des prix (-0,7 % au dernier trimestre). Elle est due à la chute des prix pétro­liers qui a diminué de 7 % la facture éner­gétique des ménages, et à celle des produits agro-alimentaires (quelque -0,5 %). Le pou­voir d’achat des Alle­mands reste élevé en ce début 2009, étant donné qu’un certain nombre de con­ventions signées l’an dernier pré­voient une suite à la hausse des salaires cette année, et accessoirement parce que le Tribunal constitutionnel fédéral a cassé la réduction de la prime de transport déductible décidée par le gouvernement, le contraignant à rembourser aux foyers fiscaux le trop perçu. Quant aux prix à la consommation, ils n’ont augmenté que de 0,1 % en janvier en données CVS.

Pas de risque déflationniste

8L’inflation devrait rester faible au cours des prochains mois puis­que les prix conti­nueront de baisser dans l’ali­mentation et l’énergie où ils avaient littéralement flambé l’an dernier. « Le recul actuel des prix à la consommation ne traduit donc nullement une tendance dé­flation­niste » ; il s’agit bien plutôt d’un « retour à la normale après une forte hausse dans cer­taines catégories de produits liée au renchéris­se­ment des importations », explique la Bun­desbank. Et c’est là aussi l’arrière-plan de la hausse historique des immatriculations de véhi­cules neufs en­registrée en février (+21,5 % ; Kraft­fahrtbundesamt). Les consomma­teurs pro­fitent visi­blement en masse de l’aubaine qu’offrent la suspension provisoire de la taxe sur les véhi­cules et la prime à la casse (2 500 € pour les véhicules de plus de 9 ans) créée par le gou­verne­ment fédéral au titre du soutien à la conjoncture. Si rien ne vient per­turber cet environnement et que le marché de l’emploi con­tinue de résister, la consom­mation pourrait, non pas tirer la conjoncture puis­qu’elle reste contenue dans l’ensemble, mais du moins jouer le rôle de stabi­lisateur qu’en attendent experts et pouvoirs publics.

Un climat d’affaires réaliste et pragmatique

9Quant au moral des milieux économiques, il reste étonnamment solide. L’indice ZEW (ana­lystes financiers) se maintient certes à un niveau bas, mais il ne cesse de remonter de­puis qu’il s’était effondré en octobre dernier. Les conjoncturistes reprennent espoir de­puis que la BCE a baissé son principal taux, que la parité €/$ se stabilise et que les pou­voirs publics ont multiplié les mesures d’urgence. L’indice ifo (secteur manufacturier), pour sa part, frémit depuis le début de l’année : si les entre­prises jugent que leur situation actuelle continue de se dégra­der, elles n’en reprennent pas moins confiance en l’avenir. Il faut bien sûr se gar­der de considérer ces frémissements comme un signe avant-coureur de reprise. Mais ils donnent des signaux importants quant à l’état réel d’un moral des affaires emprunt de réa­lisme pragmatique. Les plus pessimistes sont les grandes socié­tés par actions, fragilisées par leur positionnement mondial et leur dépen­dance des marchés financiers. Or si ce groupe est fortement médiatisé, il est très faible en nombre.

Pas de credit crunch

10Les plus con­fiantes sont les PME, autrement dit la majorité des entreprises alle­mandes, que caractérise « une remarquable robustesse financière », souligne la Bundesbank. S’il n’y a pour l’instant aucun signe de credit crunch au niveau de l’offre bancaire outre-Rhin (selon l’étude « Bank Lending Survey » publiée en janvier par la même Bundesbank), c’est que les PME soit se financent sur fonds propres soit recourent à leur « banque maison », généralement une caisse d’épargne ou une banque coopérative peu affectée par la crise financière. Or cela leur permet justement « de financer les mesures impératives en période de recul des débouchés : l’adaptation des produits comme des process de production ».

Les PME affrontent le défi

11En un mot, elles mettent la crise à profit pour innover (voir dans ce numéro). Elles considèrent en effet qu’une situation de crise « aide à tirer les enseignements des erreurs passées pour agir plus intelligemment », remarquent les économistes Michael Hüther (IW, Co­logne) et Thomas Straubhaar (IWWH, Hambourg) dans Die Welt (01-03-09). Günter Veit, président du groupe du même nom, leader mondial des techno­lo­gies de fixa­tion, formule pour sa part ce constat issu de la pratique de l’entrepreneur : « chaque crise modifie la donne … Quand tout va bien, on refuse souvent le changement et l’innovation ; mais lors d’une crise, colla­bora­teurs et fournisseurs en voient tous la nécessité ». Ces propos qui s’adressent aux praticiens et qui sont diffusés depuis le 12-02-09 sur le site du Congrès des dirigeants chrétiens (www.christlicher-kongress.de) ne se résument pas seulement à un message d’espérance. Il montre aussi que la culture du par­tenariat en réseau et les valeurs qui la sous-tendent (voir REA 84/07) aident les en­treprises allemandes à affronter avec courage les difficultés et défis actuels.

12Confiance. C’est le message que diffusent acteurs politiques, économiques et experts. Le gouvernement fédéral a pris une série de mesures dont l’effet psychologique (et économique) semble positif. Pourtant, certaines d’entre elles frisent le dirigisme et sont en franche rupture avec l’orthodoxie, comme le rap­pelait l’un de ses gardiens, le Conseil des Sages, dans son rapport 2008/09 (voir REA 89/08). Elles ne s’en justifient pas moins par le carac­tère exceptionnel de la situation, juge pour sa part un autre gardien de l’orthodoxie, la Bundesbank. Néanmoins, elle précise : « une politique discrétionnaire ne peut avoir d’effet que si une condi­tion essen­tielle est remplie : elle ne doit pas générer une perte de confiance dans la soute­nabilité des finances publiques ».

13Certes, l’Allemagne qui avait pu réduire son déficit à seulement 3,3 millions € en 2008 (Destatis), se trouve dans une situation plus « avantageuse » que d’autres Etats de l’UE. Les mesures conjoncturelles devraient se traduire en 2009 par une hausse du déficit de quelque 1 % du PIB ; mais en 2010, sous l’effet de la réces­sion, le déficit devrait remonter aux alentours de 4 %. « Il est donc impératif » de donner dès maintenant des gages pour un retour à la discipline. L’Allemagne étant membre de la zone euro et sa principale économie, il lui incombe « une res­ponsabilité particulière » dans le respect du Pacte de Maastricht – dans son propre intérêt comme dans celui de l’UE. Elle vient de donner un signal : Bund et Länder se sont mis d’accord, dans le cadre de la réforme du fédéralisme finan­cier, pour interdire tout nouvel endettement aux Länder à partir de 2020 et pour limiter le déficit annuel du Bund à 0,35 % du PIB dès 2016.

14Dans un singulier effort collectif, et étonnant en phase pré-électorale, l’Allemagne est en train de se donner les moyens pour sortir au plus vite de la crise. Mais, rappelle judicieuse­ment un éditorial du F.A.Z.  (31-01-09): « le sort de l’économie allemande repose pour moitié sur l’évolution à l’étranger ». Plus vite la demande redémarrera sur le marché mondial, plus vite l’Allemagne sortira elle aussi de la récession, participant activement à la dynamique de reprise. Encore faut-il que les biens puissent librement circuler. Le principal risque qui pèse actuellement sur la conjoncture – allemande et mondiale – réside dans la montée en puissance de tentations protectionnistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Une confiance en l’avenir basée sur l’expérience », Regards sur l'économie allemande, 90 | 2009, 3-5.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Une confiance en l’avenir basée sur l’expérience », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 90 | mars 2009, mis en ligne le 25 mars 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rea.revues.org/3563

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page