Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Monographies

FISCHER Erika, LADWIG-WINTERS Simone, Die Wertheims. Geschichte einer Familie / JUNGBLUTH Rüdiger, Die Oetkers. Geschäfte und Geheimnisse der bekanntesten Wirtschaftsdy­nastie Deutschlands / RAMGE Thomas, Die Flicks. Eine deutsche Familiengeschichte über Geld, Macht und Politik
Référence(s) :

FISCHER Erika, LADWIG-WINTERS Simone, Die Wertheims. Geschichte einer Familie, Rowohlt, Berlin, 2004, 384 p.

JUNGBLUTH Rüdiger, Die Oetkers. Geschäfte und Geheimnisse der bekanntesten Wirtschaftsdy­nastie Deutschlands, Campus, Francfort-M./New York, 2004, 406 p.

RAMGE Thomas, Die Flicks. Eine deutsche Familiengeschichte über Geld, Macht und Politik, Campus, Francfort-M./New York, 2004, 288 p.

Texte intégral

1Les Allemands se montrent friands de ces sagas familiales qui s’inscrivent dans la conti­nuité en dépit d’une histoire faite de ruptures. Voici les trois bestsellers des derniers mois. Les groupes Oetker et Wertheim, spécialistes de l’agroalimentaire et de la distribu­tion, ont tous deux pour origine une des ces entreprises familiales née sous Bismarck, au dé­but de l’ère industrielle. La saga Wertheim commence par l’ouverture d’une bou­tique de mode à Stralsund en 1875 ; elle prospère au point que la famille s’installe à Ber­lin dès 1884, devenant le plus important grand magasin d’Europe à la fin du XIXe siècle. Après 1945, le groupe est vendu à Hertie, lui-même racheté peu après par l’actuel groupe Kar­stadtQuelle… A l’origine de la saga Oetker, il y a l’idée commerciale de génie qui vient au phar­macien fondateur en 1891 : il conditionne de la levure chimique en petits sachets pour les vendre aux ménagères de Bielefeld. Puis il établit la notoriété de sa marque (« Dr. Oetker »), mettant à profit les stratégies publicitaires qui naissaient à cette même époque. Aujourd’hui, la dynastie Oetker, l’une des plus riches d’Allemagne, a diversifié ses activités, créant des ramifications dans la pharmacie (la « branche » Sharp & Dohme avait fusionné en 1953 avec le groupe Merck), l’immobilier ou la cons­truction navale… L’histoire des Flick suit le cheminement classique de nombre de groupes industriels entre la fin du XIXe siècle et les roaring twenties, prenant son essor durant le boom de la sidérurgie à la fin du XIXe siècle, se poursuivant dans l’armement avec la guerre de 1914-18, prolongeant ses activités dans la sphère politique et allant jusqu’à pactiser avec Hitler, ce qui provoquera la chute de l’empire Flick. Dans les an­nées de recons­truction après 1945, les liens entre industrie et politique se tissent à nou­veau, jusqu’à la crise déclenchée dans les années 1980 par le financement occulte des partis politiques (« l’affaire Flick »). Si cette seconde chute met fin à l’empire industriel des Flick, leur fortune demeure l’une des principales d’Europe… (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Monographies », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 69 | décembre 2004, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/3503

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page