Navigation – Plan du site
Articles

Les entreprises allemandes à l’heure des normes IAS/IFRS

Caroline Guiot
p. 23-28

Résumé

Le 1er janvier 2005, quelque 7 000 sociétés européennes cotées devront établir leurs états financiers selon les normes comptables internationales (IAS : Inter­national Accounting Standards / IFRS : International Financial Reporting Stan­dards). Alors que la presse économique française pointe du doigt le degré d’im­préparation des entreprises françaises qui voient majoritairement ce bascule­ment comptable comme une nouvelle contrainte bruxelloise, d’inspiration anglo-saxonne de surcroît, les sociétés alle­mandes, elles, sont sereines, habituées depuis longtemps à des arrê­tés comp­tables en plusieurs référentiels. Et elles pensent déjà à l’étape suivante : l’application des normes IAS/IFRS à toutes les entreprises, PME comprises. Pourtant, les changements sont importants : d’a­bord la conception de l’informa­tion financière est profondément bouleversée, ensuite, c’est l’organisation même des services internes des entreprises pour collecter les informations qui est à repenser… Soit un projet complexe, de longue haleine, à mener comme un challenge par les entreprises pour n’être pas pénalisées par les acteurs des marchés finan­ciers qui, eux-mêmes, se pré­parent à ces changements de grande ampleur.

Haut de page

Texte intégral

Intégration de l’UE dans le contexte mondial

1Le contexte de la globalisation des marchés financiers mondiaux appelait la créa­tion d’un référentiel comptable unique pour traduire les acti­vi­tés et les transactions des en­tre­prises dans leurs états financiers : les normes comp­tables internationales ont été élaborées pour répondre à cette exigence. Et afin de créer les conditions nécessaires à la construction d’un marché européen des capitaux intégré et efficace dans ce contexte global, l’UE a adopté le 19 juillet 2002 un règlement sur l’application de ces normes. Celles-ci ont pour objectifs majeurs d’amé­liorer la comparabilité des entreprises à l’échelle internationale et d’assurer une plus grande transparence des données, notamment pour leurs utilisa­teurs : in­ves­tisseurs (actionnaires), banques, analystes finan­ciers, clients, fournis­seurs… Or ces utilisateurs sou­haitent pouvoir ju­ger du patrimoine et des per­formances financières et non financières de l’entre­prise à un instant donné.

Une conception élargie de l’information financière

2Pour cela, les normes internationales four­nissent un corps de prin­cipes permet­tant de compta­biliser toutes les opérations des entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, et exigeant de fournir une somme impor­tante d’in­formations en annexe. Cette nouvelle conception de l’information financière est à la fois plus globale et étendue. En effet, la transcription de la réalité éco­nomique né­cessite une approche ‘grand angle’ : elle touche tous les éléments, financiers et non financiers, d’une entreprise, impliquant par là même tous ses services et di­visions ; le champ des données à fournir s’élargit d’autant. Parallèlement, la forme des prescriptions est également modifiée. Il ne s’agit plus seulement d’é­noncer des règles com­prenant l’énumération la plus exhaus­tive des cas pos­sibles et leur traitement respectif, les normes IAS/IFRS sont volontairement un en­semble de principes dont il convient de saisir l’esprit, avant de les appli­quer.

Les principaux changements :

3Dans l’esprit de ces normes, deux points majeurs modifient les ap­proches comptables européennes (notamment celles de la France et de l’Allemagne) :

… juste valeur…

4● le coût historique, c'est-à-dire le coût d’un bien à sa date d’acquisition, va être rem­placé par la juste valeur, c’est-à-dire la valeur actuelle du bien, le prix auquel il serait vendu ou remplacé à la date d’arrêté des comptes. Si ce principe permet de traduire la situation économique d’une entreprise à un instant donné, il est indéniable qu’il va entraîner une volatilité accrue des ré­sultats, du fait de la fluctuation des cotations sur les marchés (matières pre­mières, immobilier, titres financiers, etc.) des éléments ainsi comptabilisés ;

… et substance économique

5● la substance économique doit primer sur la forme juridique : il conviendra désormais de considérer les risques assumés et les avantages retirés par l’entreprise pour dé­terminer le traitement à adopter pour une transaction, sans tenir compte de mon­tages juridiques qui pourraient masquer la réalité économique des relations entre l’entreprise et un tiers.

6Parallèlement, l’accent est mis sur la transparence et l’information complète des utilisateurs des états financiers. C’est pourquoi certains sujets font l’objet d’an­nexes détaillées : information sectorielle, regroupement d’entreprise, rémunéra­tions, etc.

Exemples de traitement
selon les normes IAS/IFRS

7Sans prétendre à une présentation exhaustive du contenu des normes IAS/ IFRS, voici quelques exemples de traitements comptables selon ces normes :

8Immobilisations corporelles : mise en place de la comptabilisation par com­posants, c’est-à-dire que chacun des éléments constituant un bien durable doit être identifié et comptabilisé séparément si sa durée d’utilisation est dif­férente du bien dans sa totalité (remplacement plus fréquent de certaines pièces).

9Recherche et développement : les frais de R&D ne sont plus automatiquement comptabilisés en charge, mais doivent être im­mobilisés (immobili­sations incorpo­relles) à partir du moment où le produit passe en phase de dévelop­pement, c’est-à-dire quand la société a une « idée raisonnable » du succès de son produit.

10Locations : quelle que soit la forme juridique du contrat, seule l’analyse de la subs­tance compte. Dans le cas d’un contrat de crédit-bail ou de location financière, celui-ci sera décomposé en actif et dette correspondante (comme si le bien avait été ac­quis au moyen d’un crédit bancaire classique) et inscrit comme tel au bilan.

11Chiffre d’affaires : le transfert des risques et des charges au client est le fait généra­teur de la comptabilisation d’un produit, et non plus la facturation.

12Avantages au personnel : toutes les formes de rémunérations et d’avan­tages au personnel doivent être comptabilisées, et actualisées (pour ce qui relève des charges futures, notamment les engagements de retraite).

13Périmètre de consolidation : l’application du principe de primauté de la substance économique sur la forme juridique revient à déterminer le péri­mètre de consolida­tion, non plus à travers un pourcentage de détention d’actions, mais en fonction de l’analyse du contrôle et de l’influence d’une société sur une autre, sans s’arrêter aux montages juridiques.

14Goodwill : l’amortissement des « survaleurs » n’est plus autorisé. L’écart entre le coût d’acquisition et la juste valeur des actifs et passifs d’une so­ciété reprise ne sera plus amorti ; il conviendra de recalculer sa valeur re­couvrable à chaque clôture à l’aide de tests de dépréciation.

Toutes les fonctions de l’entreprise sont concernées

15Ces quelques exemples illustrent parfaitement la complexité de la mise en œuvre des normes IAS/IFRS. Car celle-ci ne touche pas uniquement le do­maine comptable. Toutes les fonctions de l’entreprise sont concernées, dans le but de collecter les informations pertinentes pour l’établissement des états financiers : les informaticiens pour adapter le paramétrage des logiciels, les commerciaux pour relever la date d’acception du bien par le client (compta­bi­lisation du revenu), les juristes pour valider les clauses des contrats, les respon­sables de production pour identifier les composants des immobilisations, les chercheurs pour déterminer le passage de la phase de recherche à la phase de développement d’un produit, les responsables des ressources humaines pour recenser l’ensemble des avantages au personnel (actuels ou futurs), et ainsi de suite. Ce sont ainsi de nombreux opérationnels qui n’ont jamais été directement sollicités, et qu’il faut former pour répondre à cette exigence de remontée des informations jusqu’aux services comptables qui les enregistrent.

Un chantier long et coûteux…

16Il n’est donc pas étonnant de constater, à travers une enquête me­née par le ca­binet Mazars en novembre 2003, que 43 % des entreprises cotées europé­ennes perçoivent le passage aux normes IAS/IFRS comme un chantier long et coûteux. Le projet de conversion est généralement décomposé en trois ou quatre phases : (1) diagnostic – planification du projet et affectation des res­sources, recensement des divergences entre les normes appliquées par le groupe et les normes IAS/IFRS ; (2) préparation – définition et validation des traitements comptables retenus, études d’impacts sur les états financiers et re­censement des données et informations supplémentaires nécessaires, mise en place d’un plan de formation ; (3) basculement – déploiement du plan de con­version des données et validation post-conversion, mise à jour des manuels de procédures, tenue des comptes et préparation des états financiers ; (4) suivi – outre celles qui ne sont pas définitives, les normes IAS/IFRS ne sont pas figées et évoluent régulièrement, d’où un suivi nécessaire.

Trente ans de travaux pour des normes comptables harmonisées

Ce n’était au départ qu’un idéal des années 1970 : pouvoir comparer les résultats des entre­prises du monde entier traduits dans une même comptabilité… De cette idée est né l’Interna­tio­nal Accounting Standards Committee (IASC), fondé le 29 juin 1973 à Londres, avec pour ob­jectif, si ce n’est d’harmoniser toutes les comptabilités mondiales, du moins d’en créer une com­mune, d’envergure internationale, ce qui n’était pas moins ambitieux. Rappelons que cette orga­nisation est totalement indépendante des Etats qui y participent, que les membres ont des ori­gines professionnelles diverses (anciens auditeurs, universitaires, ana­lystes financiers), sont volontaires, à temps partiel et initialement non rémunérés.
Quelques dates clés de l’action de l’IASC :

● 1973 : inauguration de l’IASC, dont les membres fondateurs sont l’Allemagne, l’Australie, le Canada, les Etats-Unis, la France, le Japon, le Mexique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, réu­nis dans le Board de l’IASC.

● 1974 : publication du premier projet de norme (« Exposure Draft ») : IAS 1 – Présentation des règles comptables.

● 1977 : fondation de l’IFAC : International Federation of Accountants, regroupant les pro­fes­sionnels des métiers de la comptabilité et travaillant en étroite collaboration avec l’IASC.

● Années 1980 : plusieurs pays intègrent le Board. Les travaux et les consultations s’orga­nisent.

● 1986 : les analystes financiers rejoignent le Board.

● 1988 : le FASB (normalisateur américain) rejoint le Board, en tant qu’observateur.

● 1990 : la Commission Européenne rejoint le Board, en tant qu’observateur.

● Années 1990 : publications de plusieurs normes IAS.

● 1997 : création du SIC : Standing Interpretations Committee, comité chargé d’interpréter les normes dans leurs applications.

● 2001 : réorganisation de l’IASC, qui devient IASB (Board), dont le président est Sir David Tweedie. L’indépendance financière est assurée par une fondation (IASC Founda­tion).

● 2002 : La publication des normes révisées en vue de leur application s’accélère, et l’UE adopte des règle­ments pour l’application des IFRS : le règlement n°1606/2002 du Parlement et du Conseil européens, re­latif à l’application des normes comptables internationales, adopté le 19 juillet 2002, ainsi que les règlements n°1725/2003 et n°707/2004 de la Commission.

Source des données : IASB (www.iasb.org)

La France en retard, l’Allemagne sereine

17Les experts s’accordent à estimer la durée du projet de passage aux normes IAS/IFRS à un minimum de douze mois. D’après un sondage réalisé par le ca­binet PricewaterhouseCoopers en mars 2004, plus d’un tiers des groupes fran­çais (37 %) estime être en retard dans le projet de passage aux normes IAS/ IFRS, et 59 % estiment être dans les temps. Paradoxalement, dans l’enquête européenne menée par Mazars quatre mois plus tôt, près de 90 % des sociétés cotées allemandes avaient dépassé la phase de diagnos­tic. Cette avance s’ex­plique en partie par l’autorisation précoce (octobre 2001) donnée par le code de commerce alle­mand de publier des états finan­ciers consolidés selon les normes IAS/IFRS.

Période de transition délicate
et nécessaire pédagogie

18C’est une période de transition entre l’ancien référentiel national et le nou­veau référentiel international qui s’ouvre. Et si l’objectif des normes IAS/IFRS est une plus grande transparence et une meilleure comparabilité des ré­sultats et des performances des entreprises, à court terme, cela risque d’être fort com­plexe, car toutes les sociétés n’en sont pas aux mêmes phases. Le ma­nage­ment des sociétés va donc devoir faire preuve de pédagogie pour expli­quer l’avancement de leur projet de conversion aux acteurs des marchés finan­ciers. Compte tenu de l’enjeu, les entreprises sont d’ailleurs épaulées par plusieurs institutions : les cabinets d’expertise comptable et de commissariat aux comptes sont en pre­mière ligne pour fournir prestations et outils techniques, mais aussi formations adaptées aux spécificités des secteurs des en­treprises. Les grandes banques et autres autorités de régulation des marchés financiers proposent plutôt des conseils pour aider les entreprises à communi­quer sur les changements affec­tant les états financiers lors du basculement.

Quelques outils pour aider les entreprises

19Ainsi par exemple, pour rendre possible la comparaison entre l’avant et l’après conversion, le Comité européen des régulateurs des marchés de valeurs mobi­lières (CESR) a diffusé un plan en quatre étapes :

201. lors de la publication des états financiers 2003, décrire les mesures enga­gées pour assurer le succès du projet de transition vers les normes IAS/IFRS, et le degré d’a­vancement ;

212. lors de la publication des états financiers 2004, fournir une information per­tinente sur les impacts du nouveau référentiel sur les états financiers ;

223. la publication des comptes intermédiaires 2005 devra avoir été préparée dans le res­pect des normes IAS/IFRS ;

234. lors de la publication des états financiers 2005, l’information comparative devra être accessible et claire.

24Et afin de faciliter encore l’élaboration des états financiers comparés, à l’issue de la période de transition, un format indicatif de présentation (valable pour le bilan, le compte de résultat, le tableau de variation des capitaux propres et le tableau des flux de trésorerie) est fourni par le CESR :

Source des données : AMF, 03/2004 (www.amf-france.org)

1 008 sociétés concernées en Allemagne

25Au 1er janvier 2005, environ 7 000 sociétés de l’UE devront donc publier leurs comptes consolidés selon les normes IAS/IFRS. Le règlement n°1606/2002 du Parlement et du Conseil européens, re­latif à l’application des normes comp­tables internationales, stipule que ce sont les sociétés immatriculées dans l’un des 25 Etats membres de l’UE et dont les titres (actions ou obligations) sont cotés sur un marché ré­glementé européen. En RFA, plus d’un millier de so­cié­tés répondant à ces critères a été recensé : 791 dans le secteur de l’indus­trie, du commerce et des services, et 217 établissements financiers et d’assu­rance.

Quid des autres entreprises ?

26Or ces 1 008 sociétés cotées en Allemagne ne repré­sentent qu’une partie in­fime du tissu économique national, composé à 99 % de PME, le plus souvent au statut de sociétés de personnes ou en nom personnel. Or dans l’industrie, la forme juridique qui domine avec près de 40 % est celle de la GmbH, équiva­lente à la SARL – avec un capital fermé et une équipe dirigeante familiale. L’IASB tra­vaille d’ailleurs à un système ‘allégé’ de normes pour les PME et a ouvert une concertation en ce sens, à laquelle parti­cipent activement la fédé­ra­tion alle­mande de l’industrie BDI et celle des chambres du commerce et de l’industrie DIHK, fidèles en cela à leur rôle de dé­fenseur des intérêts de leur branche ou de leurs membres, en Allemagne comme dans les enceintes bruxelloises. En l’état actuel, aucune pres­cription n’a été publiée. En revanche, le règlement eu­ropéen laisse la liberté au légis­la­teur national d’autoriser ou d’obliger les so­cié­tés non cotées à établir leurs états fi­nanciers en normes IAS/ IFRS. La France et l’Allemagne ont choisi d’autoriser l’adoption volontaire des normes internatio­nales par les entreprises.

Les différents référentiels comptables vont coexister

27Dans ces conditions, les normes comptables internationales vont coexister avec les référentiels nationaux. D’une part parce que les comptes individuels de toutes les entreprises, cotées ou non, devront être établis selon le référentiel lo­cal (Handelsgesetz­buch, HGB, en Alle­magne). D’autre part, parce que les dis­tributions de divi­dendes et la fiscalité s’appuient sur les comptes en réfé­rentiel national. Ce qui pose à terme la ques­tion de l’harmo­nisation des régimes fis­caux dans le cadre d’une unification des normes comp­tables…

La conversion volontaire, un avantage compétitif…

28Mais quel serait donc l’avantage, pour une société qui n’y serait pas obligée par la loi, de produire des états financiers selon les normes comptables inter­natio­nales ? Si une transition est, à l’évidence, particulièrement coûteuse pour la plu­part des entreprises de taille petite et moyenne, elle n’en présente pas moins plusieurs avantages, notamment dans ses rapports avec ses interlocuteurs éco­nomiques, financiers et institutionnels.

… sur le marché international

29Pour bien comprendre les enjeux, rappelons que le Mittelstand représente, se­lon la définition allemande, quelque 3,3 millions d’entreprises : 40 % oeuvrent dans le secteur des services, 22 % dans le com­merce (essentiellement des en­treprises artisanales) et 37 % dans le secteur in­dustriel. Le Mittelstand est iné­galement internationalisé : alors que les en­treprises de services et du com­merce sont principalement centrées sur le mar­ché do­mestique, les 4/5e des en­treprises du secteur des biens manufac­tu­rés se posi­tionnent à l’export (la branche de la machine-outil est même leader mondial). Dans le contexte de la globalisation des marchés et de l’intensification de la concurrence, y compris sur le marché communautaire, il est indé­niable que la publication des comptes dans un ré­féren­tiel international est straté­gique. En effet, en renforçant la lisibilité de leurs résul­tats et de leurs performances, ces PME accroissent leur compétiti­vité et leur croissance poten­tielles.

Le fonctionnement en réseau aura un effet d’entraînement

30Par ailleurs, une autre caractéristique importante du Mittelstand allemand est son fonctionnement en réseau : la sous-traitance industrielle, le service aux en­treprises, l’omniprésence des banques, en tant que financeurs, actionnaires et administrateurs, le lien tissé au travers des fédérations professionnelles, tout concourt à une forte intégration des PME allemandes. Et quand bien même elles ne sont actives que sur le marché domestique, leurs liens de coopération étroits avec des sociétés cotées, elles, fortement internationalisées, les poussent à mettre en œuvre les normes comptables internationales. Comme l’explique Sven Hayn, associé du cabinet Ernst & Young, « tant l’alliance straté­gique traditionnelle entre clients et fournisseurs que les nouvelles relations B2B et B2C nécessitent un langage comptable commun, et l’Union européenne a décidé que ce serait les normes IAS/IFRS ». Le langage commun donnera donc à ces entreprises l’avantage compétitif d’une nouvelle transparence, contribuant ainsi indirectement à la mise en œuvre des objectifs de la Stratégie de Lis­bonne. C’est dès lors un effet d’entraînement qui conduira les en­treprises, en partant des sociétés cotées jusqu’aux PME, à adopter les normes IAS/IFRS.

Une prime à l’information financière

31De plus, la conversion volontaire aux normes comptables internationales pour­rait se révéler payante vis-à-vis des acteurs sur les marchés financiers. Une ‘prime d’information financière’ pourrait par exemple récompenser une telle atti­tude : meilleur rating des analystes finan­ciers, meilleurs taux d’intérêt de la part des banques... Dans le cas contraire, la non application des normes IAS/­IFRS pourrait être considérée comme de l’ob­struction à l’accès à l’information, et sanctionnée comme telle. C’est ainsi que la conversion pourrait devenir une obli­gation de fait, sous la pression des acteurs des marchés financiers, action­naires, banques, analystes, etc. De ce point de vue, Sven Hayn estime que les trois quarts des entreprises n’ont pas encore réalisé le lien entre la publication de leurs comptes selon les normes IAS/IFRS et la possibilité d’améliorer leurs opportunités de financement. Et de rappeler que les normes comptables inter­nationales ont été élaborées pour répondre aux besoins des in­vestisseurs, prin­cipaux utilisateurs des états financiers. En outre, dans le cas du Mittel­stand, ces investisseurs sont en premier lieu les banques, qui, en quête d’une meilleure lisibilité des activités des PME dans le cadre de leur propre moderni­sation (« Bâle II »), poussent de leur côté à une standardisation des bilans.

Mais le débat reste vif

32Quoi qu’il en soit, la question de l’adoption des normes IAS/IFRS par le Mittel­stand donne lieu à un vif débat outre-Rhin, et ce débat se déroule largement sur la place publique. Ainsi, le quotidien Frankfurter Allgemeine Zei­tung a ouvert à l’automne ses pages aux réflexions des experts. Si certains estiment que la surcharge de travail que représenterait une telle adoption serait dispropor­tion­née et plaident un statu quo, d’autres vont jusqu’à préconiser une ré­forme du droit allemand des sociétés ; d’autres encore estiment qu’une conversion s’im­pose de fait, puisqu’elle n’est qu’une manifestation parmi d’autres du processus d’intégration européenne des marchés. La fédération DIHT, pour sa part, mène un travail d’explication pédagogique auprès de ses adhérents, via sa plateforme Internet (www.diht.de) et ses activités internes d’information/formation. Ainsi, d’une manière plus générale, la question des normes comptables contribue aussi à alimenter la réflexion sur la modernisation des structures juridiques et capitalistiques du Mittelstand. Impulser aux PME la volonté du changement, ne serait-ce qu’au plan comptable, revient en ce sens à soutenir leur compétitivité future dans un environnement réglementaire en pleine mutation – fidèlement à l’esprit des objectifs définis lors du Sommet européen de Lisbonne en 2000.

33La mise en œuvre des nouvelles normes comptables interna­tio­nales a contribué à enclencher un processus de modernisation du tissu économique allemand. Loin de voir cette con­version comme une contrainte bruxelloise, les sociétés co­tées l’exploitent comme une oppor­tunité vis-à-vis des marchés : amélioration des procédures internes et plus grande transparence mettent en exergue les adaptations dont les entreprises allemandes sont capables pour répondre aux exigences des ac­teurs. Sous l’action de l’harmonisation en cours des normes régissant les activités bancaires et boursières, la modernisation se diffuse de proche en proche jusque dans le secteur des PME, favorisée par l’ouverture in­ternationale d’un Mittelstand industriel allemand qui dispose par ailleurs de mul­tiples relais d’information et d’incitation du fait du fonctionnement en réseaux de partenariats comme de représentations propre à l’économie allemande. Les plus internationalisées des PME, rompues à la diversité des normes comp­tables, s’accommodent de la coexistence des normes IAS/IFRS et des règles nationales, se préparant pour l’heure à une double présentation de leur bilan. Quant aux autres qui, tributaires du seul marché domestique, se contenteront d’appliquer les normes nationales, elles finiront forcément par maîtriser elles aussi les différents langages comptables dès lors qu’elles cultivent des liens de partenariat étroit avec des PME plus internationalisées. Or, conjugué à l’adop­tion du rating et à la découverte de nouveaux instruments financiers, cet ap­prentissage aura pour effet de moderniser durablement une culture entrepre­neuriale encore souvent enfermée dans le cercle familial. A l’avenir plus trans­parente, l’économie allemande y gagnera aussi en attractivité pour l’investis­sement.

Haut de page

Bibliographie

Bourgeois I., « Comment les PME allemandes passent-elles au numérique? », in Dos­sier Stratégie de Lisbonne, Regards sur l’économie allemande, 61/03

BDI, Zielmarke Lissabon: Herausforderungen für den industriellen Mittelstand in einem erweiterten Europa. Strategien und Positionen für eine europäische Mittelstandspolitik 2005-2010, 11-10-2004

BDI / DIHT, Stellungsnahme zum Diskussionspapier des IASB zur Entwicklung von inter­na­tionalen Rechnungslegungsstandards für kleine und mittelgroße Unternehmen, 09/04

Ernst & Young, Viele Unternehmen unterschätzen Auswirkungen der IFRS-Umstellung, 12/03

« IFRS – Révolution dans l’entreprise », dossier publié par Les Echos en partenariat avec PricewaterhouseCoopers, 13-05-2004

Mazars, Les impacts du passage aux normes IAS-IFRS sur les entreprises euro­pé­ennes : entre opportunités et complexités, 11/2003 (www.mazars.com)

Mind 03 – Mittelstand in Deutschland, Impulse / Institut für Mittelstandsforschung Bonn (ifm-bonn.de)

Pricewaterhouse­Coopers / PwC Deutsche Revision, IAS/IFRS – Kapitalmarktorien­tierte Unternehmen in Deutschland, 04/2004

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source des données : AMF, 03/2004 (www.amf-france.org)
URL http://rea.revues.org/docannexe/image/3323/img-1.png
Fichier image/png, 2,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Guiot, « Les entreprises allemandes à l’heure des normes IAS/IFRS », Regards sur l'économie allemande, 69 | 2004, 23-28.

Référence électronique

Caroline Guiot, « Les entreprises allemandes à l’heure des normes IAS/IFRS », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 69 | décembre 2004, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rea.revues.org/3323 ; DOI : 10.4000/rea.3323

Haut de page

Auteur

Caroline Guiot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page