Navigation – Plan du site
Articles

Financement et vieillissement : le Mittelstand en mutation

Markus Gabel

Résumé

Plus que les grandes entreprises, les PME allemandes ont souffert de l’atonie de la croissance, de la faiblesse de la consommation et des difficultés finan­cières du secteur bancaire. Le Mittelstand est également mar­qué par l’incerti­tude en matière de transmission d’entreprises, par­ticulièrement forte dans un pays où de nombreuses PME sont dorénavant contraintes de trouver un suc­cesseur en dehors du cercle familial. S’y ajoute l’épineuse question du finan­ce­ment. Le nouvel accord sur les capitaux propres des banques, Bâle II, remodèle la relation banque-entreprise, si centrale outre-Rhin, et modifie profondément les conditions de financement d’un Mittelstand qui reste encore trop souvent handicapé par sa traditionnelle faiblesse de fonds propres. Si le fameux credit crunch n’a finalement pas eu lieu, les banques sont devenues plus sélectives dans le choix de leurs crédits et obligent les PME à s’ouvrir à des schémas de finan­ce­ment plus innovants – une voie également empruntée par les banques via la True-sales-Initiative qui vient de démarrer…

Haut de page

Texte intégral

Mittelstand : des critères culturels plus que de taille

1La notion du Mittelstand est spécifique à l’Allemagne. Si ailleurs on parle sim­plement de PME et TPE, outre-Rhin, le Mittelstand mêle également des as­pects sociologiques et psychologiques. La définition qu’en donnait Ludwig Er­hard reste d’actualité : « Le Mittelstand ne peut guère être mesuré en seuls termes ma­tériels, car il est davantage empreint d’un état d’esprit et d’une atti­tude spéci­fique qui s’exprime dans le processus socio-politique ». Les entre­prises de taille moyenne se trouvent dans toutes les branches, y compris les professions libé­rales, et bénéficient d’un lobbying politique considérable : partis politiques, fé­dé­ra­tions professionnelles, etc. ont une division dédiée (ainsi la Mittel­stands­ver­ei­ni­gung de la CDU). Le Mittelständler typique réunit propriété et res­ponsabilité, gère le risque et est indépendant. Il est organisé sous forme d’en­treprises en nom personnel ou sous loi civile (Gesellschaft des bürgerlichen Rechts) ; seule­ment 15 % de ces PME sont des GmbH (Sarl), les SA étant encore plus rares.

Les définitions du Mittelstand : un enjeu non négligeable

Définition de l’Institut du Mittelstand et de la KfW (environ 3,3 millions d’entreprises)

Taille de l’entreprise

Salariés

Chiffre d’affaires

Répartition

Petite

jusqu’à 9

jusqu’à 1 million €

84,8 %

Moyenne

10 à 499

1 à 50 millions €

14,8 %

Grande

500 et plus

50 millions € et plus

0,4 %

Autres définitions

En 2001, la Commission européenne a changé le règlement 96/280/CE et conseille, à partir du 1er janvier 2005, l’application de la définition suivante : un effectif de 10 à 249 salariés, un CA de 10 à 50 millions € ou un bilan entre 10 et 43 millions €. S’y ajoute le critère de « l’indépendance » : moins de 25 % de fonds propres ou de droits de vote contrôlés par une entreprise tierce. L’Institut pour le Mittelstand (IfM) estime que 95 % des PME allemandes entrent dans cette catégorie.

L’application de ce conseil réduit sensiblement la taille du Mittelstand en Allemagne : sa contribution à la création de valeur et à l’emploi serait ainsi modifiée, ce qui pourrait avoir à l’avenir des conséquences quant à la représentation politique du secteur et, éventuellement, favoriser les très grandes entreprises industrielles.

D’autres définitions existent, par exemple pour la comptabilité (voir le Journal officiel de la CE n° L 283 du 27 octobre 2001) et selon les traditions nationales. Ainsi, en France, est considérée comme une PME toute entreprise de moins de 499 salariés.

Source : Institut für Mittelstand, Bonn, 07/2004.

Un rôle socio-économique
déterminant

2Le Mittelstand représente la colonne vertébrale de l’économie. Son poids a lé­gèrement diminué ces dernières années, mais reste toujours très déterminant. S’il englobe 99 % des entreprises assujetties à la TVA, son poids dans le CA total des entreprises allemandes s’élève à un peu plus de 41 % (41,2 % en 2002 contre 43,4 % en 2000). Il emploie un peu plus de 70 % des salariés et forme plus de 80 % des apprentis. A lui seul, il réalise près de la moitié du PIB allemand. Sa contribution à l’inves­tis­se­ment brut est à peine plus faible (46 % en 2000). Les entreprises sont souvent jeunes (un peu plus d’un tiers d’entre elles existent depuis moins de 10 ans) et assurent le renouvellement du tissu économique : on compte en moyenne quelque 500 000 créations pour environ 420 000 fermetures annuelles au cours des dernières années.

Une industrie et des services compétitifs

3La situation économique et financière des PME reste fortement marquée par quatre années de stagnation, comme le révèle l’indicateur de la conjoncture du secteur, calculé par la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW). En 2003, cet indi­cateur a atteint son niveau le plus bas depuis sa création en 1992. Mais après 4 ans de baisse, la situation s’améliore. Tandis que le BTP reste toujours à la traîne, le commerce, le secteur manufacturier et sur­tout les services ressentent la reprise et ont commencé l’année 2004 avec plus d’optimisme. Au plan de l’emploi, la situation d’ensemble reste néanmoins tendue depuis 2001. En 2003, la part des PME qui ont réduit leur effectif a dépassé de 13 % celles qui ont em­bauché. Pour 2004, la prudence règne : seulement 12 % envisageaient au dé­but de l’année d’augmenter leurs effectifs. Par ailleurs, l’en­quête de la KfW révèle que si le pourcentage des PME prêtes à investir à court terme est en hausse en 2004 (31 % contre 25 % en 2003), il reste néan­moins en des­sous de la moyenne à long terme (48 %).

Une moitié des PME est tributaire de la demande intérieure, …

4C’est surtout l’atonie de la demande intérieure qui affecte le Mittelstand : la moitié des entreprises dépend presque exclusivement de la consommation alle­mande ; hors secteur manufacturier (et la branche de la machine-outil, leader mondial), cette proportion atteint trois quarts. Cette si­tuation contraste nette­ment avec celle des grandes entreprises qui ont un taux moyen à l’exportation d’envi­ron 30 % et qui profitent pleinement de la reprise tirée par la demande ex­té­rieure. Le Mittelstand, quant à lui, arrive de moins en moins à remplir son rôle tradition­nel de stabilisateur conjoncturel.

Mittelstand et exportation*) (en %)

Part du Mittelstand dans l’exportation de la branche

Taux d’exportateurs**)

Taux du CA export / CA global***)

Industrie chimique

7,8

51,5

25,9

Production de produits plastiques

34,9

49,5

21,1

Industrie du papier

18,9

44,1

21,5

Machines outils

25,4

42,4

32,0

Voitures / pièces détachées

1,4

35,3

21,3

Meubles, bijoux, jeux, etc.

45,7

22,5

18,0

Produits métallurgiques

46,0

20,5

19,1

Commerce de détail

36,8

12,9

6,8

Energie

4,1

5,0

3,5

Source : Institut für Mittelstand, Unternehmensgrössenstatistik 2001/2002.*) Chiffres pour 1999. **) Pourcentage des entreprises exportatrices du Mittelstand par rapport à l’ensemble des entreprises de la branche. ***) Par branche pour les entreprises du Mittelstand.

… l’autre est le fief de hidden champions mondiaux

5Cette dépendance de la demande intérieure doit cependant être nuancée. Dans certaines branches du Mittelstand, le taux d’exportateurs est proche de 50 % (chimie, produits plastiques, papier, machines outil, métallurgie ou voitures). Ces branches profitent donc pleinement de la demande internationale, et leurs entreprises sont également les plus actives en matière d’emploi. Pour d’autres, cette ouverture est moins forte, comme pour les producteurs de meubles et bi­joux, le commerce de détail ou le secteur de l’énergie. Ces branches dépendent donc davantage du marché intérieur allemand. Par ail­leurs, presque toutes les branches du Mittelstand possèdent une caractéristique particulière : la présence de hidden champions, c’est-à-dire d’en­tre­prises très spécialisées qui sont des leaders mondiaux dans leur domaine. En Allemagne, environ 20 % des PME font partie de ce groupe – un record mondial. Il comporte des Mittelständler de toutes catégories – de la TPE à la PME de 499 salariés, des entreprises de l’est, ainsi que des jeunes pousses.

Le cadre réglementaire évolue favorablement

6Aujourd’hui, le Mittelstand est confronté à un environnement en forte mutation. Comme toutes les entreprises, les PME doivent s’adapter à la déréglementation et à la mondialisation. Mais le Mittelstand est également frappé par des pro­blèmes plus spécifiques : il s’agit notamment de sa sous-capitalisation, du changement générationnel et des problèmes de financement, liés last but not least à Bâle II, le nouvel accord réglementaire pour les banques. Pour accom­pagner ces évolutions, le gouvernement de Berlin a commencé à assouplir le cadre réglementaire. La réforme de l’imposition des en­treprises, entrée en vi­gueur début 2001, constitue une réelle avancée. Non seu­lement, elle réduit lé­gèrement la charge fiscale pour l’ensemble des entre­prises, mais elle met sur­tout fin à la longue pénalisation des Mittelständler par rapport aux sociétés de capitaux en permettant la défalcation de la taxe professionnelle dans l’imposi­tion sur le revenu, une mesure réservée aux entreprises en nom personnel et sous loi civile, dont la charge fiscale est maintenant inférieure de plus de 3 % à celle d’une société en capitaux dans la même situation. Quant au règlement concernant les licenciements, le gouvernement fédéral est revenu en 2004 à l’état de la réglementation de 1996, ramenant à 10 salariés le seuil à partir du­quel s’applique la loi de protection contre le licenciement (le seuil avait été abaissé à 5 salariés en 1999). Les PME disposent ainsi d’un peu plus de flexi­bi­lité, mais cela ne suffit pas pour inciter à l’embauche, car la contribution du sec­teur à l’amélioration de la situation de l’emploi reste inférieure à son poten­tiel.

Amélioration de la traditionnelle faiblesse en fonds propres

7Le contexte conjoncturel, mais aussi le comportement plus sélectif des banques en matière de crédit et l’arrivée de Bâle II, sont en train de remodeler le bilan des PME. Le Mittelstand est traditionnellement pénalisé par son niveau trop faible en fonds propres. Avec un taux moyen des fonds propres rapporté au bilan de 20 %, les Mittelständler restent loin derrière la concurrence interna­tio­nale (45 % aux USA, 41 % au Royaume-Uni, 34 % en France, 22 % au Japon). Le secteur est conscient du problème et a entrepris des efforts pour améliorer la situation. Mais il s’agit sur­tout des plus grandes PME et des socié­tés de ca­pi­taux du secteur manufac­tu­rier : donc d’entreprises qui ont tradi­tionnellement des taux de fonds propres plutôt élevés. Régionalement, cette tendance est plus marquée à l’ouest qu’à l’est, marqué structurellement par un manque de grandes PME. Certes, dans les bilans des entreprises du Mittelstand n’ap­paraît pas toujours l’ensemble des ca­pitaux de garantie (haftende Eigenmittel), mais la situation reste insatisfaisante : le niveau en fonds propres du Mittelstand n’atteint même pas un tiers de celui des grandes entreprises.

Le changement démographique au coeur des préoccupations

8Un autre problème concerne le vieillissement et l’inévitable succession à la tête des entreprises. En Europe, l’Allemagne est le pays le plus touché par le phé­nomène : plus de 70 000 entreprises sont transmises chaque année, concer­nant plus de 900 000 emplois (en France, un peu plus de 43 000 entreprises seulement pour 160 000 salariés). Dans la plupart des cas, la succession s’an­nonce difficile, faute de repreneur au sein de la famille. De plus en plus de PME sont donc obligées de faire appel à un successeur externe. Et ce problème concerne un nombre croissant d’entreprises, surtout des petites (ce qui relati­vise quelque peu le nombre de salariés concernés). L’institut de recherche sur le Mittelstand (IfM) estime que le nombre de fermetures faute de repreneur pas­sera de 5 000 en 2000 à 5 900 en 2005. Le risque d’une perte de connais­sances et d’infrastructures in­duit par l’ensemble de ces tendances, surtout au niveau local, est indéniable.

Successions : un régime fiscal dans la moyenne européenne

9Un facteur essentiel dans tout projet de succession, surtout du point de vue des héritiers, est le traitement fiscal. Une comparaison européenne montre néan­moins que la situation n’est guère pénalisante pour les héritiers allemands: le montant de l’impôt s’élève en moyenne à 4 % de la valeur de l’entreprise pour les des­cendants directs. L’Allemagne se place ainsi à un niveau moyen : en France (16 %), aux Pays-Bas (25 %) ou au Japon (30 %) les taux sont nette­ment plus élevés ; tandis qu’en Irlande, au Luxembourg et au Royaume-Uni, les petites entreprises sont léguées aux enfants sans impôts. Ce régime rela­ti­ve­ment favorable pour­rait cependant évoluer. Actuellement, il est basé sur un trai­tement très avanta­geux des patrimoines d’entreprise, immobiliers et fonciers par rapport au reste du patrimoine (argent liquide et valeurs mobilières). Depuis 2002, le Tribunal constitutionnel fédéral examine une plainte en constitutionna­li­té déposée par la Cour fédérale des finances ; le verdict est attendu pour 2005.

La transmission des entreprises du Mittelstand*)

Nombre d’entreprises

%

Nombre de salariés

Total

70 900

100

678 000

Session à des membres de la famille**)

31 000

43,8

351 000

Vente à des concurrents

15 000

21,1

114 000

Vente à des cadres extérieurs

11 700

16,5

107 000

Vente à des salariés (MBO)

7 300

10,2

72 500

Fermeture sans successeur

5 900

8,3

33 500

Source : Institut für Mittelstand, Bonn (www.ifm-bonn.org). *) Prévisions 2005 pour les entreprises au CA su­périeur à 50 000 €. **) Vente, legs, donation, etc.

Transmissions : peu de mesures fiscales spécifiques…

10Le vieillissement des entrepreneurs est un problème européen. La Commission européenne estime qu’un tiers des entreprises de l’UE feront l’objet d’une trans­mission dans les dix prochaines années. Elle a recensé six domaines de me­sures facilitant la transmission, dont des mesures fiscales (à destination des sa­lariés et des tiers) et des aides matérielles et logistiques pour les entrepreneurs. Seule la Belgique a pris des mesures dans les six domaines ; l’Allemagne est en deuxième position avec un retard dans la mise en place d’instruments ap­propriés pour financer des cas spécifiques de trans­mission. Il y existe seule­ment un programme de financement pour les opéra­tions de MBO/MBI destiné aux capital-risqueurs pour leur permettre de refinancer leurs participa­tions dans le cadre des cessions d’entreprises. D’autres mesures ne sont pas envisagées, par exemple dans le domaine des abattements fiscaux sur les droits de suc­cession et de donation. Ceux-ci étant perçus par les Länder, il faudrait une ini­tiative conjointe de ces derniers pour modifier la législation actuelle.

… mais soutien logistique et simplification des procédures

11A l’avenir, des améliorations sont surtout à prévoir dans le domaine logistique et du conseil. La priorité sera donnée au perfectionnement des mesures de sou­tien actuel. Le portail « www.nexxt.org » en sera la clé de voûte. Il est prévu de le transformer en un guichet unique pour toutes les questions de transmission d’entreprises, intégrant des bases de données sur les entreprises à transmettre (comme l’actuel site www.change-online.de), recensant les consultants spéciali­sés et offrant des séminaires et des formations. Le rôle de la KfW-Banken­gruppe dans ces activités est central. Il s’amplifiera encore à l’avenir, résultat de la récente fusion entre la KfW et la DtA (Deutsche Ausgleichsbank) dont est issue la KfW-Bankengruppe, conformément à la loi Förderbankenneustrukturie­rungsgesetz de l’été 2003. Par ailleurs, il est prévu de renforcer le lien re­cherche-entreprise en incitant les universités à intégrer les questions de trans­mission dans leurs programmes d’études et de recherche.

Bâle II : le financement du Mittelstand se réorganise

12Préparer en bon ordre les questions concernant la succession intéressera de plus en plus les banques, confrontées à un environnement réglementaire en pleine mutation à cause du nouvel accord de Bâle sur les fonds propres. Il im­plique le passage d’un système traitant chaque risque de manière identique (Bâle I avec sa norme homogène de 8 % de fonds propres qui s’est soldée par la subvention des mauvais risques par les bons risques) à une individualisation des risques. Chaque banque devra à l’avenir adapter les conditions de crédit au risque et à la probabilité de défaut de l’entreprise, mesurés par un rating soit ex­terne (agences spécialisées) soit interne. Après ratification par la Commission européenne et transformation en loi nationale, Bâle II entrera progressivement en vigueur à partir du 31 décembre 2006.

Crédit bancaire : 45 % du bilan des PME

13En Allemagne, les propositions du comité de Bâle, exposées pour la première fois en 1999, ont reçu un écho particulièrement fort, surtout chez les PME qui risquent plus que les grandes entreprises de subir une dégradation de leurs conditions de financement : chez les premières, la part des crédits bancaires s’élève à 45 % du bilan, mais à seulement 9 % chez les secondes. La dépen­dance du crédit bancaire est telle que celui-ci joue partiellement le rôle de quasi-fonds propres, une conséquence de la relation très étroite entre le pa­tron et son banquier (principe de la Hausbank).

Accord Bâle II : 3 mesures favorables au Mittelstand

14A la suite d’une série de papiers consultatifs et d’études d’impact réalisée entre 1999 et 2003, accompagnés d’un lobbying intense de la part du Mittelstand, le règle­ment initial a connu une adaptation substantielle. L’accord final, présenté le 26 juin 2004, contient trois mesures favorables au Mittelstand, en réponse à ses critiques :

15● les crédits aux entreprises dont le volume total de crédits ban­caires ne dépasse pas 1 million € peuvent être traités par la banque comme des crédits aux particuliers, exi­geant ainsi moins de réserves en fonds propres ;

16● concernant les crédits aux entreprises au CA inférieur ou égal à 50 millions € et au volume de crédit supérieur à 1 million € (auprès de l’établissement bancaire con­cer­né), le calcul du risque de défaut dépendra de la taille de l’entreprise : plus l’entre­prise sera pe­tite, plus la probabilité de défaut sera réduite ;

17● dans le cas des crédits à long terme, Bâle II exige des fonds propres supplémen­taires (sauf si l’entreprise concernée relève de la catégorie 1) ; cependant, l’autorité de contrôle nationale a le choix d’exonérer de ce supplément des entreprises avec un CA annuel et un bilan de moins de 500 millions €. L’autorité allemande, la Bun­des­amt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin), a annoncé son intention de pra­ti­quer cette exo­nération.

Le rating et la procyclicité restent un souci

18Ces améliorations offriront à la plupart des PME des conditions de financement proches, voire identiques à celles d’aujourd’hui. Par rapport à la version initiale, l’ancien niveau d’exigence de fonds propres de 8 % ne sera atteint qu’à partir d’un rating BB (BB+ auparavant). Reste un litige sur la pratique du rating. Ba­sée sur les chiffres de bilan, elle traite toutes les entreprises de la même ma­nière et ne peut guère prendre en compte les particularités des PME (notam­ment le fait que le bilan ne contient pas tous les éléments, surtout l’immatériel de l’entreprise). Ensuite, les résultats des bilans des entreprises sont très cor­rélés – d’où le reproche fait à Bâle II d’une procyclicité : une dégradation des bilans des entreprises inciterait ainsi les banques à durcir leur offre de crédit (avec un risque d’un res­serrement global des conditions de crédit, ce qui dé­gra­derait encore davantage la situation des entreprises. Il est certain que le nou­veau règlement se traduira par une plus grande disparité des conditions. Pour les entreprises représentant de mauvais risques et/ou se montrant trop ri­gides au plan de la transparence, le financement sera plus cher. Cette exigence d’une plus grande transparence est un aspect auquel le Mittelständler, mais égale­ment le banquier, devront encore s’accoutumer, habitués par le principe de la banque-maison à une relation privilégiée, souvent basée sur la confiance.

La relation banque-entreprise restera déterminante

19En déduire un affaiblissement du principe de la Hausbank serait néanmoins exagéré. Les banques resteront le partenaire privilégié du Mittelstand (à 90 % des caisses d’épargne, des Landesbanken et des banques mutualistes) pour les deux volets du Hausbankprinzip : les questions de financement et l’accès aux aides offertes par les 23 promoteurs publics, dont surtout la KfW-Bankengruppe et les Landesanstalten für Aufbaufinanzierung (LfA) des Länder. A l’avenir, les banques auront un rôle plus important de con­seil à jouer, car les entreprises pour lesquelles le financement sera plus difficile avec Bâle II seront incitées à recourir à d’autres formes de financement, comme le leasing, le factoring (vente de créances à un tiers), les obligations d’entreprises et, dans le cas d’une so­ciété anonyme, l’émission d’actions. Si ces instruments sont encore ré­servés à une minorité de PME, la situation évolue rapidement, comme le montre l’émis­sion de la première obligation perpétuelle d’une entreprise du Mit­telstand ; il s’agit de l’entreprise Claas, producteur de machines agricoles.

True-Sales-Initiative : amélioration de la rentabilité des banques

20Du côté des banques, les instruments se modernisent également. La True-sales-Initiative des banques et de la KfW, qui permet de restructurer les porte­feuilles de crédit par la vente sur le marché (les crédits sont cumulés et trans­formés dans un titre négociable permettant à la banque de récolter des liquidi­tés immédiates), est un premier pas important dans cette direction. Elle ren­force les banques dans leurs efforts pour assainir leur bilan et améliorer leur rentabilité, condition nécessaire d’une consolidation ultérieure des trois pi­liers du secteur bancaire allemand (privé, public, mutualiste).

Une politique de soutien pas encore optimale

21La politique des banques de soutien est également en train de changer. Depuis la loi Förderbankenneustrukturierungsgesetz de 2003, elles doivent – en échange de la préservation de la garantie de l’Etat – davantage veiller à ne pas pratiquer de distorsion de la concurrence. Cela incite les banques commer­ciales à proposer encore un peu plus leurs propres solutions financières au dé­triment des moyens offerts par les promoteurs publics. Pourtant, les aides finan­cières destinées au Mittelstand ont progressé continuellement ces dernières an­nées : en 2002, plus d’un tiers des moyens de soutien aux entreprises est allé à aux PME (700 millions € sur un total de 1,8 milliard €). Le problème est que ces dernières ne disposent pas toujours des informations nécessaires quant à l’existence des fonds ; en outre, les volumes exigés (montant minimum pour une promotion) sont souvent trop élevés. D’autres instruments, comme surtout les aides indirectes (garanties, cautionnements), sont de plus en plus utilisés.

22Malgré les difficultés auxquels il doit faire face, le Mittelstand représente tou­jours le gisement essentiel de dynamisme et d’innovation pour l’Allemagne. Mais il subit encore de plein fouet les rigidités structurelles qui inhibent la crois­sance outre-Rhin : moins internationalisé que les très grandes entreprises, les PME sont bien plus qu’elles tributaires de la réglementation nationale. Elles dis­posent certes des atouts nécessaires pour s’ajuster aux réorganisations en cours, comme Bâle II, le problème des successions et les mutations de la rela­tion banque-entreprise. Mais pour que le Mittelstand déploie vraiment son po­tentiel, il faudra à l’avenir plus que des mesures concernant la promotion ou le cadre réglementaire du secteur, mais un nouvel équilibre entre l’économie et la société, laissant plus de place à l’initiative individuelle et à la prise de risque. Le gouvernement fédéral a commencé de s’engager dans cette voie avec ses ré­formes sociales. Mais beaucoup reste encore à faire, surtout au plan des prélè­vements sociaux et de la flexibilisation du marché du travail. L’enjeu est crucial : le Mittelstand constitue la base même du tissu économique et social allemand.

Haut de page

Bibliographie

Bundesverband deutscher Banken, « Mittelstandfinanzierung vor neuen Herausforderun­gen », Série Daten, Fakten, Argumente, janvier 2003.

Commission européenne, Transmission d’entreprises  – La continuité grâce à un nouveau départ, Bruxelles, août 2003.

Deutsche Bundesbank, « Zur wirtschaftlichen Situation kleiner und mittelständischer Un­ternehmen in Deutschland », Monatsbericht, octobre 2003, et Wege aus der Krise – Wirt­schaftspolitische Denkanstöße für Deutschland, mars 2003.

Hommel U., Schneider H., « Financing the German Mittelstand », EIB-Papers, vol. 8, n° 2, 2003.

Mittelstandsmonitor 2004, KfW-Bankengruppe, 2004.

Traistra G., « Basel II – Aktueller Stand und Auswirkungen auf die Mittelstandfinanzie­rung », KfW, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Markus Gabel, « Financement et vieillissement : le Mittelstand en mutation », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 69 | décembre 2004, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://rea.revues.org/3313 ; DOI : 10.4000/rea.3313

Haut de page

Auteur

Markus Gabel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page