Navigation – Plan du site
Articles

Influence allemande à Bruxelles : un état des forces économiques

Florence Autret
p. 11-16

Résumé

Le débat récent sur la « perte d’influence de la France à Bruxelles » ouvre une perspective dans le traitement des questions européennes. Pour une fois, il n’est plus question de mécano institutionnel mais de pouvoir, au sens strict, c’est-à-dire de la capacité à faire, concrètement, bouger les pièces sur l’échi­quier politique et économique. Cette réflexion, encore embryonnaire, peut révo­lutionner notre manière de voir et de penser l’Europe, en particulier parce qu’elle met en évidence le rôle éminent qu’y jouent les groupes d’intérêt, géné­ralement au vu et au su de tous. Comment, de ce point de vue, l’Allemagne tire-t-elle son épingle du jeu ? Et comment sont structurés la présence et les le­viers d’action de ses lobbies ?

Haut de page

Texte intégral

Lobbying bienvenu à Bruxelles

1A Bruxelles, la participation des groupes d’intérêt à la conception et à l’élabo­ra­tion des politiques européennes est plus que tolérée, elle est bienvenue. Au moins deux des trois sommets du triangle institutionnel ont un intérêt straté­gique à s’attacher l’expertise d’experts extérieurs. Il s’agit du Parlement (où sont représentés les peuples) et de la Commission (à qui revient le rôle de pro­poser et d’exécuter les politiques européennes), la troisième étant le Conseil des ministres (où sont représentés les Etats). Cette situation n’a rien de surpre­nant pour les Allemands alors qu’elle est déroutante pour les Français.

RFA : un capitalisme négocié qui permet de …

2Car autant le « lobbying » est tabou en France, autant il constitue en Alle­magne, sous le nom de « représentation des intérêts » (Interressenvertretung), un rouage naturel et essentiel de l’économie sociale de marché. L’art. 9 (3) de la Loi fondamentale garantit en effet à tous et dans toutes les professions le droit de fonder des associations pour la sauvegarde et l’amélioration des con­di­tions de travail et des conditions économiques. Ce droit fondamental est à la base de l’autonomie des partenaires sociaux en matière de macro-régulation sociale ; il fonde aussi l’organisation de la représentation des intérêts de la so­ciété civile via les corps intermédiaires que sont, dans le domaine éco­no­mique, les associations professionnelles (Verbände). Regroupées au sein de puis­santes fédérations de branche, elles font partie intégrante de cette forme négo­ciée du capitalisme appelée communément le « modèle rhénan » et où l’acteur public lui-même est « partie prenante de la société civile » (Colletis, 2004).

… concilier les intérêts des divers groupes de la société civile

3En France, le néocorporatisme de l’ère gaullienne s’est montré d’emblée très ambigu quant à l’autonomie laissée aux acteurs non publics. Il a d’ailleurs sou­vent consisté à absorber la sphère économique dans la sphère politique (cf. la création de cette troisième chambre destinée à assurer la représentation des « forces vives » : le Conseil économique et social). En République fédérale, à l’inverse, les entreprises – via les structures qui en émanent – participent direc­tement et activement à l’action politique et sociale. Intégrées en amont du pro­cessus de prise de décision politique, elles agissent au nom de l’intérêt général (Gemeinwohl), faisant entendre légitimement la voix collective d’une branche, d’un secteur, du patronat, du salariat ou d’une religion. Ce néocorporatisme pluraliste qui brouille, aux yeux d’un observateur français, les frontières entre public et privé, est générateur de cette « culture du consensus » qui permet, outre-Rhin, une convergence effective des intérêts entre groupes sociaux.

4Acteur historique de l’intégration européenne, l’Allemagne a exporté à Bruxelles son mode de fonctionnement. De tous les acteurs de l’influence, les fédérations professionnelles (Verbände) et les syndicats sont de loin les plus importants par leur nombre. Dans ce domaine, la présence allemande s’organise en plusieurs cercles.

Une forte représentation au niveau des partenaires sociaux européens

5Le premier réunit les organisations proprement européennes, où il faut à nou­veau distinguer plusieurs niveaux. Tout d’abord, les organisations confédérales ou partenaires sociaux : Unice (confédération patronale européenne), CES (confédération européenne des syndicats) et CEEP (centre européen des en­treprises à participation publique et des entreprises d’intérêt économique géné­ral) qui jouissent d’un pouvoir quasi-législatif en matière sociale depuis l’entrée en vigueur du traité de Maastricht. Ces organisations rassemblent des confé­dé­rations nationales, à savoir : le BDI (industrie) et le BDA (patronat) à l’Unice et le DGB (syndicalisme) à la CES. Au CEEP, ce sont une cinquantaine d’entre­prises ou d’organisations représentatives compte tenu de la décentralisation de l’organisation des secteurs de l’eau, de l’électricité, des déchets, des hôpitaux, etc. en Allemagne.

Mais des syndicats sous-représentés par rapport au patronat

6Mais autant les organisations allemandes savent faire entendre leur voix au sein de l’Unice, présidé, du reste, par l’ancien président du directoire de BASF (et toujours président de son conseil de surveillance), Jürgen F. Strube, autant leur influence est plus limitée du côté de la CES. « La CES fonc­tionne comme une superstructure plutôt que sur un mode fédéral, ce qui met le DGB mal à l’aise et lui retire de son influence, malgré le poids des syndicats allemands », analyse un spécialiste du dialogue social. A plusieurs reprises, la confédération syndicale (DGB) s’est trouvée isolée lors de discussion sur des projets d’ac­cords qui allaient être adoptés dans le cadre du dialogue social. Le niveau sec­toriel, celui auquel s’exprime le mieux la force des syndicats alle­mands, est peu organisé à l’échelon de l’Europe, à l’exception de la Fédération européenne de la métallurgie (FEM). En 2001, la pondération des voix, établie en fonction du nombre d’adhérents, réservait 28 % des droits de vote à IG Metall (pour mé­moire : les syndicats britanniques disposaient de 10 % des voix et les français, de 3 %). La FEM s’est en effet montrée très en pointe par le passé pour pous­ser une forme d’européanisation de la négociation collective qui avait été re­prise au niveau multisectoriel par la CES dans le cadre de l’accord dit « de Doorn » (voir REA 45/00).

Fédérations sectorielles : le poids de l’industrie allemande

7S’ajoutent aux confédérations les fédérations sectorielles européennes qui comptent, pour les plus importantes, jusqu’à 150 collaborateurs branchés en permanence sur la prépa­ration et la discussion de la législation européenne. La présence d’Alle­mands au sein de ces organisations est à l’image du poids de l’industrie alle­mande dans ces secteurs et, dans nombre d’entre elles, le prési­dent ou le diri­geant est de nationalité allemande. On citera pêle-mêle, pour les présidences, l’Euro­pean Association of Auto­motive Suppliers (Jürgen Harnisch, prési­dent du directoire de ThyssenKrupp-Automotive), la Fédération de l’indus­trie européenne de la cons­truction FIEC (Wilhelm Küchler, l’ancien président de la fédération allemande de la construction) et la fédération européenne de l’in­dustrie chimique (Eggert Vosche­rau, président du directoire de BASF) ou, pour les directions générales, Ulrich Paetzold à la FIEC et Corina Hebe­streit chez Euromines.

65 bureaux de liaison et représentations propres…

8Le second cercle regroupe les organisations allemandes qui ont choisi, outre leur participation aux organisations européennes, d’avoir une présence propre au­près des institutions européennes. Là encore, la présence allemande est im­portante. Ces représentations des grandes institutions et organisations alle­mandes, appelées bureaux de liaison européens (EU Verbindungsbüros) sont au nombre de 65. Parmi elles, le bureau européen du BDI, fort d’une dizaine de permanents (5 seulement pour le BDA installé sur le même palier), se conçoit comme un simple poste d’observation et un intermédiaire entre le patronat alle­mand et les décideurs européens. Il n’a pas de fonction politique. Comme au Medef, c’est toute l’organisation du BDI, comme du BDA, à Berlin, qui a intégré de façon transversale la dimension européenne à ses travaux. Plusieurs repré­sentations sectorielles sont d’ailleurs installées dans le même immeuble, au 31 rue du Commerce : celle de l’automobile (VDA), de la chimie (VCI) ou des no­taires. Il n’est pas rare qu’elles soient plus importantes numériquement, comme celle du VDMA, la puissante fédération de la construction mécanique.

… au pouvoir cependant limité

9Toutefois, au regard du relativement faible espace laissé à Bruxelles aux fédé­rations professionnelles sectorielles, on peut se demander si, en projetant sur Bruxelles des réflexes nationaux, les Allemands n’ont pas surinvesti. Le rôle de ces organisations connaît deux limites majeures. La première tient au pouvoir européen lui-même, avant tout réglementaire, qui n’offre pas les mêmes possi­bilités de coopération que le pouvoir fédéral ou celui des Länder allemands. L’autre limite tient à leur taille, qui est un facteur évident de paralysie même lorsqu’elles ont prévu un système de vote à la majorité pour dégager des po­si­tions communes. Apparemment toutes puissantes (lorsqu’elles alignent les chiffres impressionnants du nombre cumulé de salariés de leurs membres ou de leur chiffre d’affaires), ces organisations peuvent s’avérer des colosses au pied d’argile. D’où l’intérêt de maintenir une représentation nationale et de di­versifier ses relais d’influence.

Des réseaux informels non sectoriels et …

10Un nombre croissant de grandes entreprises allemandes a opté pour une stra­tégie d’influence non sectorielle qui n’est du reste pas exclusive du rôle tenu dans telle ou telle fédération. Cette démarche ne concerne qu’un nombre limité d’entreprises qui ont choisi d’ouvrir leur propre représentation à Bruxelles (comme elles l’ont souvent fait à Bonn, hier, et à Berlin, aujourd’hui). Elles sont regroupées au sein d’un réseau informel regroupant les chefs de leurs bureaux européens : ce EU Wirtschaftskreis regroupe une trentaine de membres, plus le BDI. Il est comparable en tous points au « cercle des représentants permanents français » (qui, au passage, ignore l’existence de son homologue allemand).

… une forte présence des grandes entreprises dans les réseaux multinationaux et les think-tanks

11Les plus grandes de ces entreprises sont également celles qu’on trouve au con­seil d’administration des grands lobbys transnationaux ou parmi les fondateurs des think tanks européens. C’est ainsi que huit des 45 dirigeants membres de l’European Roundtable of Industrialists sont allemands et que, parmi les 42 membres du Transatlantic Business Dialogue (TABD) figurent trois groupes allemands. Plusieurs entreprises, enfin, investissent dans les think tanks qui comptent à Bruxelles : The European Policy Center, Friends of Eu­rope ou en­core le CEPS (Center for European Policy Studies) et se trouvent ainsi complè­tement intégrées dans le paysage bruxellois à l’instar des multinatio­nales fran­çaises, britanniques ou américaines.

European Round Table of Industrialists (ERT) :

Fondé en 1983 avec une majorité de groupes britanniques et américains, l’ERT est un club de grands patrons plus qu’une organisation professionnelle. Elle a été très active dans la prépa­ra­tion des quelques 300 directives et règlements adoptés pour la réalisation du Marché Unique. Ses travaux portent actuellement sur tous les grands sujets de politique économique de l’Union, comme la compétitivité, l’emploi ou les normes comptables. Membres allemands : Gerhard Cromme, prési­dent de l’ERT (ThyssenKrupp) ; Wulf Bernotat (E.ON) ; Henning Kagermann (SAP) ; Heinrich v. Pierer (Siemens); Bernd Pischetsrieder (VW); Kai-Uwe Ricke (Deutsche Telekom); Manfred Schneider (Bayer); Jürgen Weber (Deutsche Luft­hansa).

Transatlantic Business Dialogue (TABD) :

Le TABD, qui regroupe quant à lui des entreprises, a été créé à l’initiative de l’ancien ministre fé­déral américain au commerce extérieur Ron Brown, avec le soutien en Europe des commis­saires britannique Sir Leon Brittan et alle­mand Martin Bangemann, respectivement en charge du Commerce extérieur et de l’Industrie. Actuellement coprésidé par Niall Fitzgerald (Chairman et CEO Reuters Group PLC) et E. Neville Isdell (Chairman et CEO The Coca-Cola Company), il compte trois membres allemands : les groupes BASF, Deutsche Bank et SAP.

Trois leviers d’influence

12Pour être influent, il ne suffit pas d’être présent. Il faut également être entendu par les décideurs ou être investi d’une légitimité à décider et/ou agir. Cette participation est bien difficile à appréhender, et les obligations de publicité faites aux institutions en la matière restent limitées. A cet égard, un important travail thé­o­rique reste à faire sur la problématique de la gouvernance. Rappelons ce­pen­dant que, l’architecture institutionnelle de l’Union reposant sur trois piliers, les leviers de l’influence sont également au nombre de trois, à savoir : la partici­pa­tion au travail de la Commission européenne, l’influence sur les positions dé­fen­dues au Conseil des ministres et, enfin, la capacité à faire relayer ses po­si­tions au moment du débat parlementaire.

Auprès de la Commission, la carte de l’expertise

13Les acteurs économiques allemands ont deux atouts majeurs pour répondre à la demande forte d’expertise de la Commission européenne. Premièrement, elle leur est familière. Autant la tradition française veut que l’expertise soit réputée intégrée à l’administration de l’Etat, autant, en République fédérale, les entre­prises et leurs représentants sont constamment sollicités par les autorités pu­bliques à l’appui des politiques de régulation (pour la libéralisation des services de réseaux, par exemple) et des politiques structurelles (formation, emploi). Leur second atout tient à la variété et à l’importance de leur présence à Bruxelles, qui joue un effet démultiplicateur sur le premier. Cet investissement leur permet d’être une force de proposition auprès des services de la Com­mis­sion et un interlocuteur fiable. Les méthodes de travail de la Commission euro­péenne offrent de multiples oc­casions de valoriser ces atouts. La « Plateforme européenne pour les techno­logies de l’hydrogène et des piles à combustibles » (voir REA 66/04) mise en place au début de l’année par la Commission europé­enne en offre l’exemple. Tous les grands acteurs de la filière sont présents au sein de son comité de pi­lotage : les industriels et leurs fédérations profession­nelles, mais également les acteurs de la politique industrielle et de recherche. Les enjeux d’une telle parti­cipation sont multiples : technologiques, industriels et commerciaux, puis­qu’elle renforce la position de l’industrie et des centres de recherche allemands dans la filière.

Un élément de politique économique

14Au niveau du Conseil des ministres, la faculté de faire valoir les positions des acteurs économiques est facilitée par l’approche qu’ont leurs autorités des questions européennes, considérées comme un élément de politique intérieure. En témoignent les modalités de la coordination interministérielle destinée à faire émerger une position nationale, qui diffèrent profondément en France et en Alle­magne. Pas de secrétariat général à la coordination interministérielle pour les questions européennes ou SGCI placé directement sous l’autorité du Pre­mier Ministre, outre-Rhin. La préparation des positions allemandes échoit, au sein du gouvernement fédéral, au ministère de l’Economie (sauf pour la justice, les affaires intérieures et la politique étrangère et de sécurité). En cas de diver­gence avec le gouvernement fédéral, le Parlement, où les lobbys ont tradition­nellement une présence forte, fonctionne comme une corde de rappel.

L’impressionnant investissement des Länder

15Si les traités ne connaissent que « la République fédérale », le pouvoir fédéral doit, lui, veiller à associer les Länder, en particulier dès lors que ses positions eu­ropéennes touchent à leurs compétences. Cela vaut notamment pour les aides aux entreprises, sur lesquelles la Commission européenne exerce un contrôle extrêmement scrupuleux. En Allemagne, en effet, la plus grande partie de ces « aides d’Etat » est en réalité allouée par les Länder. Les procédures d’examen sont donc suivies de près par leur représentation, en lien avec les fé­dérations professionnelles et les entreprises intéressées, comme cela fut par exemple le cas pour la construction navale ou le charbon.

Un rapport de force triangulaire

16Comme l’explique un représentant de l’industrie, « les Länder viennent dé­fendre à Bruxelles leur identité » menacée par les transferts de compétences à l’échelon européen et le renforcement subséquent du pouvoir fédéral. Leur pré­sence spectaculaire (avec plusieurs dizaines de permanents, la plus impor­tante est sans conteste celle de la Bavière) participe de l’établissement d’un rapport de force triangulaire entre institutions européennes, fédérales et régionales, qui n’interdit cependant pas la coopération. Ainsi, au sujet de la très délicate révi­sion des autorisations accordées aux produits chimiques (la fameuse direc­tive REACH), des consultations informelles ont déjà commencé entre la repré­sen­ta­tion permanente, les industriels et les Länder pour suivre la négociation au plus près. Les députés européens ont d’ores et déjà obtenu de la Commission la ré­alisation d’une étude d’impact en vue de mieux prendre en compte les inté­rêts industriels.

Harmonisation européenne et défense de l’économie sociale de marché
L’inspiration libérale de nombreuses propositions de lois de la Commission européenne pose un problème particulier à la République fédérale lorsqu’elle menace directement les fondements de l’économie sociale de marché. Exemple : la société anonyme européenne dont le projet a achoppé pendant des années sur la question de la représentation des salariés dans les organes dirigeants. Le risque était qu’en introduisant dans tous les pays de l’Union une forme de société ne prévoyant pas de participation des salariés, la Mitbestimmung soit contournée, en Allemagne même, grâce au recours au statut de société européenne. Le – très long – travail parlementaire coor­donné par le député démocrate-chrétien Winfrid Menrad a permis que la réglementation adoptée ex­clue ce risque en réintroduisant le facteur national dans les règles de gouvernance de la société européenne. Mais ce compromis n’en est qu’à moitié un, puisqu’il rend factice l’unicité du statut de la société européenne. La création d’un statut unique a donc été sacrifiée sur l’autel de la Mitbestim­mung.Le modèle de l’économie sociale de marché, même s’il est la référence formelle de l’Europe en matière de régulation et qu’il est inscrit comme tel dans les traités, ne fait pas bon ménage avec le mouvement d’harmonisation du continent. Sur de nombreux dossiers, la République fédérale se trouve donc face à un dilemme. Sauve­garder les traits spécifiques du modèle allemand en négociant, au nom de la subsidiarité, des marges de manœuvre nationales fait courir au Stand­ort un risque important en termes de com­pétitivité. Dès lors, la seule solution est d’exporter le modèle dans les autres pays européens, une tentation qui ressurgit régulièrement.La problématique des débats qui s’ouvrent sur la 10ème Directive sur les fusions transfrontalières est exactement la même. La question est : comment préserver la Mitbestimmung dans le cadre d’une fusion entre sociétés allemande et française ou allemande et italienne ? Le risque étant, là encore, d’abandonner la cogestion à la faveur d’une fusion transfrontalière – ce que, le cas de la fusion Daimler Chrysler l’a montré, les salariés allemands ne sont pas prêts à accepter.La position défendue conjointement par le BDI et le BDA est tout à fait éloquente. Les con­fé­dé­rations ne cherchent pas à se servir du levier bruxellois pour limiter la Mitbestimmung en Alle­magne. A un compromis prévoyant une dilution – et non une suppression – de la participa­tion des salariés, ils préfèrent l’application du « principe du pays membre d’origine ». On s’o­riente ainsi vers une solution où, dans le cas d’une fusion transfrontalière impliquant au moins une so­ciété allemande, la parité entre salariés et managers au conseil de surveillance restera la règle, à moins qu’un groupe de négociation ad hoc réunissant les deux parties ne décide d’y dé­roger spécifiquement.

Le puissant levier du Parlement européen …

17Tout indique que les parlementaires européens allemands ont exporté à Bruxelles (et à Strasbourg) l’esprit du parlementarisme allemand. Non contents d’être les plus nombreux (la délégation allemande comprend 99 élus), ils y fi­gurent également parmi les plus actifs (avec les Britanniques) et sont réputés pour leur professionnalisme, leur assiduité, mais aussi leur grande proximité avec certains intérêts économiques. Les liens qu’ils entretiennent avec ces der­niers peuvent être contractuels ou se nouer au gré des travaux parlemen­taires. Elmar Brok, par exemple, actuellement président de la Commission des affaires étrangères, précise dans sa déclaration d’intérêts (que les élus ont dé­sormais obligation de rendre publique) qu’il est « senior vice-president for me­dia de­velopment » de la Bertelsmann AG.

… avec ses présidences de commission

18Mais un élu, même puissant, ne peut rien s’il est isolé, surtout dans l’enceinte parlementaire où les coalitions se font et se défont au gré des textes. Il faut agir collectivement. Or la taille de la délégation allemande, ainsi que sa faible dis­persion entre groupes, expliquent que ses membres occupent le plus grand nombre de ces postes stratégiques : prési­dences de commission, coordination de la position d’un groupe politique au sein d’une commission (cette fonction est confiée à un élu dit « coordinateur » pour la durée de la mandature), rapports sur les textes en débat. Ces positions leur permettent de se saisir de sujets stratégiques comme le montrent les exemples de textes examinés au cours de la dernière mandature (1999-2004) et dont le rap­porteur, social-démocrate ou démocrate-chrétien, appartenait à la délégation allemande.

Travaux parlementaires pour lesquels des députés allemands ont été rapporteurs

Texte de la directive / du règlement

Rapporteur

● Offre publique d’achat ou d’échange – 13ème Directive (2001)

Klaus-Heiner Lehne (PPE)

● Fusions transfrontalières – 10ème Directive (enjeu : participation des salariés à la gestion)


Klaus-Heiner Lehne (PPE)

● Déchets : prévention quantitative et qualitative et recyclage. Communication (2004)


Karl-Heinz Florenz (PPE)

● Environnement et santé : déchets d'équipements électriques et électroniques DEEE (2002 et modif. direct. 2003)


Karl-Heinz Florenz (PPE)

● Véhicules hors d'usage. Proposition de directive (2000)

Karl-Heinz Florenz (PPE)

● Qualité de l'air : émissions des véhicules à moteur (2001, 2002)

Bernd Lange (PSE)

● Emissions poids lourds

Bernd Lange (PSE)

● Contrôle technique routier des véhicules utilitaires circulant dans la Communauté


Willi Piecyk (PSE)

● Programme pluriannuel pour la promotion des sources d'énergie renouvelables (1998-2002). Proposition de décision (1999)


Werner Langen (PPE)

● Sidérurgie : code des aides au secteur acier (1999)

Werner Langen (PPE)

● Construction navale : la situation dans le monde (2000)

Werner Langen (PPE)

● Assurances : accords, décisions et pratiques concertées, exemption catégorielle (règle­ment) (2000)


Werner Langen (PPE)

● Les services d’intérêt général en Europe (2000)

Werner Langen (PPE)

● Statut de la société coopérative européenne

Evelyne Gebhart (PSE)

● Statut de la société anonyme européenne

Hans-Peter Mayer (PPE)

● Statut de la société anonyme européenne – place des travailleurs

Winfrid Menrad (PPE)

Source : www.europarl.eu.int

19Les Etats membres exportent au ni­veau européen leurs pratiques de l’in­flu­ence avant de s’adapter, avec plus ou moins de succès, au contexte local. L’Allemagne ne fait pas exception. Elle a conquis une place de premier plan dans le champ de la représentation sectorielle ou quasi-institution­na­lisée (parte­naires sociaux) et joue un rôle plutôt de sui­veur dans les organisa­tions conçues selon les canons britanniques ou améri­cains du lobbying.

20Pendant ce temps, en Allemagne, les difficultés économiques, la remise en question des formes de régulation mises en place à partir des années 1950 ain­si que les changements dans la structure du capital des entreprises conduisent à l’éclatement et à la dé­multiplication des formes de représentation collective (souvent au détriment de l’intérêt général). Dans ce contexte, être présent à Bruxelles comporte un double enjeu. L’espace politique européen, où pré­do­minent le pluralisme et la concurrence dans les modes de représen­ta­tion, cons­titue tout d’abord un formidable terrain d’expérimentation pour de nouvelles formes de coopération entre sphères publique et privée. Mais il est aussi un champ à investir d’urgence pour adapter les régulations traditionnelles aux défis lancés par une concurrence internationale exacerbée. Les Allemands l’ont com­pris, comme le montre la mobilisation de leurs capacités d’influence pour y dé­fendre le modèle de l’économie sociale de mar­ché.

Haut de page

Bibliographie

Autret F., « Coordination syndicale européenne. Premières expériences entre syndicats alle­mands, belges et néerlandais », Regards sur l’écono­mie alle­mande, n° 45/00

Pautrat M.-H., « Lobbying en crise : la fin de l’intérêt collectif ? », Regards sur l’écono­mie alle­mande, n° 60/03

Colletis G., « Mutation du ‘modèle rhénan’ et avenir du modèle européen », Regards sur l’économie allemande, n° 67/04

Bertrand G., La prise de décision dans l’Union européenne, 2ème édition, coll. Réflexe Eu­rope, La Documentation Française, 2002

Schumacher, A., « Néocorporatisme et économie sociale de marché », in Commun P. (dir.), L’ordolibéralisme allemand, aux sources de l’économie sociale de marché, Cirac / CICC, 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Autret, « Influence allemande à Bruxelles : un état des forces économiques », Regards sur l'économie allemande, 69 | 2004, 11-16.

Référence électronique

Florence Autret, « Influence allemande à Bruxelles : un état des forces économiques », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 69 | décembre 2004, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rea.revues.org/3283 ; DOI : 10.4000/rea.3283

Haut de page

Auteur

Florence Autret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page