Navigation – Plan du site
Notes de lecture
3

Communication et médias

Deutscher Presserat, Jahrbuch 2004. Mit der Spruchpraxis des Jahres 2003 / Oliver Gehrs, Der Spiegel-Komplex. Wie Stefan Aust das Blatt für sich wendete / Dominique Wolton, Il faut sauver la communication
Référence(s) :

Deutscher Presserat, Jahrbuch 2004. Mit der Spruchpraxis des Jahres 2003, UVK, Constance, 2004, 332 p.

Oliver Gehrs, Der Spiegel-Komplex. Wie Stefan Aust das Blatt für sich wendete, Droemer, Munich, 2005, 336 p.

Dominique Wolton, Il faut sauver la communication, Flammarion, Paris, 2005, 224 p.

Texte intégral

1Il était une fois un hebdomadaire publié le lundi à Hambourg et redouté des milieux politiques pour ses révélations. Mais Der Spiegel n’est plus ce qu’il était. Au tout début des années 1960, il se faisait le défenseur acharné de la démocratie dans une RFA naissante où il a contribué à développer une réglementation très libérale de la liberté de la presse, en application de la garantie du droit constitutionnel fondamental de la liberté d’expression et d’information. Mais aujourd’hui ? En 1992, il a trouvé un concurrent en Focus (Munich) dont la naissance l’a forcé à moderniser sa maquette. Au poids des mots s’ajoute maintenant le choc des photos. Der Spiegel est devenu un média de divertissement informatif, une sorte de BILD-Zeitung, version hebdomadaire et s’adressant à un lectorat CSP+. Ce repositionnement commercial est l’œuvre de son rédacteur en chef Stefan Aust, dont voici le portrait dressé par un ancien de Der Spiegel, qui fut aussi journaliste au quotidien alternatif berlinois taz avant d’intégrer les rédactions d’un grand quotidien comme la Süddeutsche Zeitung (GEHRS). Portrait au vitriol d’un ancien 68ard qui s’est hissé au rang d’une puissance éditoriale redoutée.

2Bien qu’elle soit particulièrement protégée outre-Rhin, la liberté de l’information doit être en permanence défendue dans un environnement réglementaire qui cherche à intégrer la nouvelle donne créée par la lutte anti-terroriste. L’autorité qui veille sur la liberté de la presse est le Conseil allemand de la Presse (Deutscher Presserat), une instance d’auto-régulation composée à parité par des représentants des journalistes et des patrons de presse. Elle est associée à toutes les réflexions sur la réglementation. Plus important : elle est la gardienne de l’éthique journalistique ; à cet effet, elle a développé un code déontologique adapté en permanence à l’évolution de la profession. Et elle est l’instance de recours en cas de non-respect des règles de fair play. Ses sanctions incluent le blâme public (cas extrême), mais elle se contente généralement de publier tous les ans le recueil anonymisé des cas portés à sa connaissance, dont voici l’édition 2003.

3Ce travail au quotidien sur des valeurs (non des règlements) peut se considérer comme un apport au plaidoyer de D. WOLTON pour la communication dont il s’agit de « préserver [la] dimension humaniste ». En effet, écrit-il, « l’essentiel de la communication n’est pas du côté des techniques, des usages ou des marchés, mais de la capacité à relier des outils de plus en plus performants à des valeurs démocratiques ». C’est exactement ce à quoi correspondent la constitutionnalisation de la liberté de la communication en Allemagne et l’existence de règles de fair play moralement contraignantes. (ib)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Communication et médias », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 73 | octobre 2005, document 3, mis en ligne le 24 avril 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rea.revues.org/234

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page