Navigation – Plan du site
Actualité économique

Industrie : un nouveau patron pour le BDI

Isabelle Bourgeois
p. 38

Entrées d’index

Mots-clés :

Industrie, BDI, lobby, syndicat
Haut de page

Texte intégral

Retour aux valeurs des PME leaders mondiales

1Le 25 janvier, Jürgen R. Thumann (63 ans), a succédé à Michael Rogowski à la tête de la Fédération allemande de l’industrie BDI. Moins médiatique que son prédéces­seur con­nu pour ses formules choc, il incarne aussi le retour des valeurs patronales caracté­ris­tiques des PME alle­mandes (voir REA 69/04). Le groupe Heitkamp & Thu­mann KG (Düsseldorf) qu’il avait fondé en 1978 et dont il était resté associé respon­sable person­nellement jus­qu’en 1998, figure parmi les 20 % de hidden champions dans le tissu des PME : avec un CA de 300 millions € réalisé par plus de 2 000 salariés dans 16 sites (Eu­rope, Asie, continent américain), il est leader mon­dial dans le seg­ment des composants métal­liques et plastiques pour l’industrie au­tomobile, pharma­ceutique ou le BTP.

3 chantiers prioritaires : fiscalité, travail, internationalisation

2Elu à la tête du BDI pour deux ans, J. R. Thumann défendra les intérêts des PME, no­tamment en matière de politique fiscale et sociale. Il prône ainsi l’abaissement du taux d’imposition des bénéfices non distribués à 25 % afin d’inciter les entreprises à investir ; son groupe donne l’exemple, investissant cette année 20 millions € et cré­ant 100 em­plois en Allemagne. Habitué à une organisation du travail hors du champ de la conven­tion de branche (dans son groupe, la durée hebdomadaire du travail est de 40 heures ou plus), il plaide pour une flexibilisation généralisée des accords sur le temps de travail et la négociation au niveau de l’en­treprise plutôt qu’à l’échelle de la branche.

3Mais « je ne suis pas un mangeur de syndicats », affirme-t-il (Frankfurter Allgemeine Zei­tung, 26-01-05), avançant une raison simple : « le patro­nat n’est pas en mesure de tenir une grève ». Avec 18 % seulement de capitaux propres en moyenne, et étant donné le haut degré d’interdé­pendance des activités, les entreprises sont peu enclines au conflit, lui préférant de loin la négociation. En­fin, son troisième dossier : l’internationalisation des activités des PME, dans l’intérêt même de l’emploi et de la croissance de l’Allemagne.

Le BDI, un puissant lobby

4Le BDI est l’une des institutions de cette triade décisionnelle (gouvernement, patro­nat, syndicats) qui définit la politique économique et sociale et constitue le fonde­ment de la forme négociée du capitalisme qui prévaut outre-Rhin. Si le BDI ne repré­sente pas les intérêts organisés du patronat face au DGB dans l’équilibre politique des représentations (le partenaire de la confédération syndicale est alors la Fédération patro­nale BDA), il n’en représente pas moins ceux du monde de l’en­treprise, et plus particu­lièrement de l’industrie (voir REA 60/03). Le BDI, qui fédère 36 fédérations de branche, compte quel­que 100 000 entreprises affiliées, employant directement et indirectement (par diffusion) près de la moitié des actifs occupés d’Allemagne. Les PME allemandes ont là un puis­sant lobby. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Industrie : un nouveau patron pour le BDI », Regards sur l'économie allemande, 70 | 2005, 38.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Industrie : un nouveau patron pour le BDI », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 70 | mars 2005, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/2283

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page