Navigation – Plan du site
Actualité économique

Société : la générosité des Allemands

Isabelle Bourgeois
p. 37-38

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

370 millions € de dons privés pour les victimes du tsunami

1Après le tsunami de la fin 2004, l’Allemagne a fait preuve d’une générosité hors pair. Si le gouvernement fédéral a décidé de débloquer quelque 500 millions €, les ménages ont fait don de quelque 370 millions €, selon une enquête ef­fectuée par l’agence AP et pu­bliée le 11 janvier 2005. La Croix Rouge allemande vient en tête des organismes collec­teurs (près de 75 millions €), suivie d’Aktion Deutschland hilft (ADH), de l’UNICEF, de l’antenne allemande de Médecins sans frontières, ou des œuvres ca­tholiques (Cari­tas) et protestantes (Dia­konie), sans oublier les comptes ad hoc créés à l’initiative de la télé­vision publique ZDF ou du quotidien Bild. La gé­nérosité traditionnellement plus élevée en période de Noël ne suffit pas à expliquer ce record.

La prise de conscience de la mondialisation

2La forte médiatisation du tsunami n’y est à l’évidence pas étrangère. Mais le vo­lume des dons dépasse largement le produit des collectes antérieures réalisées lors de ca­tas­trophes ou événements excep­tionnels, ainsi que le rappelle l’Institut de re­cherches so­ciales Deutsches Institut für soziale Fragen (www.dzi.de) : en 1990, les ménages avaient versé 60 millions € pour « aider la Russie » (opération pilotée notamment par le quoti­dien Bild) ou 110 millions € d’aide humanitaire au Kosovo en 1999. D’ordinaire, la proxi­mité d’une catastrophe influe sur le volume des dons : c’est ainsi que 350 millions € avaient été recueillis à l’été 2002, après les inondations dans l’est de l’Allemagne. Mais il semblerait, à en croire le socio­logue Heinz Bude (Université de Kassel), que les liens tou­ristiques étroits noués avec l’Asie du Sud aient rapproché cette ré­gion des préoccu­pa­tions des Allemands, à quoi s’ajoute que « progressivement, nous prenons cons­cience du fait que nous vivons dans un monde globalisé » (Die Welt, 11-01-05).

La bienfaisance, un ‘marché’ de 2,3 milliards €

3Quoi qu’il en soit, les aides aux victimes du tsunami n’ont d’extraordinaire que leur con­centration sur un événement ponctuel. Leur volume est en effet à peu près équi­valent au total des dons versés aux œuvres au cours du seul 3e trimestre 2004, soit 395,4 mil­lions €, selon les estimations de l’Institut GfK et de l’instance d’autoré­gu­la­tion des ONG et œuvres sociales, le Deutscher Spendenrat (www.spendenrat.com), qui viennent de ré­aliser conjointe­ment une étude sur le comportement des Alle­mands en la matière (« Bilanz des Helfens »). Les trois quarts des dons (2,3 mil­liards € en 2004, soit autant qu’en 2003) sont collectés par des organismes d’aide humanitaire et sociale, les autres secteurs étant réduits à la portion congrue : pro­tection de l’environnement (3,7 %), des animaux (3,6 %) ou du patri­moine (3,5 %).

4L’élan donateur s’explique par l’histoire de l’Allemagne. « Les Allemands de la généra­tion d’après-guerre, ceux qui ont contribué au retour de la prospérité, désirent en resti­tuer une part à la société », explique Christoph Mecking, président de la Fédération des fondations Bundesverband Deutscher Stiftungen. Mais ils souhaitent éga­lement garder un certain contrôle de l’utilisation de leurs dons puisqu’ils « impliquent leurs valeurs » (Die Welt, 05-12-04). C’est ainsi qu’ils préfèrent les grands organismes agréés, comme le confirme la Fédération alle­mande du fundraising : 1 % seulement des orga­nismes se partagent 85 % des fonds collectés (www.fundraisingverband.de). La concurrence est rude sur le ‘mar­ché’ caritatif, incitant cette fédération à créer une centre de forma­tion : la Fundrai­sing Akademie, pour contribuer à réguler ce marché en le pro­fessionnalisant.

La générosité reflète l’organisation du secteur de la bienfaisance

5Bien sûr, le régime fiscal entretient la générosité des Allemands (comme des Fran­çais, au demeurant) ; le montant des dons ne cesse de progresser depuis 1995, passant de 80 € en moyenne par personne à 101 € à la fin 2004, selon l’institut TNS Emnid. Mais elle s’explique aussi par les valeurs de solidarité au fondement de l’économie sociale de marché (dont sont plus proches, il est vrai, les générations d’après-guerre, les plus de 50 ans constituant une large moitié des donateurs), et plus encore par le haut degré d’auto-organisation de la société civile (expression du prin­cipe de subsidiarité) qui fait que nombre d’activités sociales ou de bienfaisance ne sont pas exercées par l’Etat, mais par des organismes privés. La structure des dons par destination en est le reflet : les Allemands privilégient le secours aux ma­lades et handicapés, l’aide humanitaire excep­tionnelle ne venant qu’en seconde po­sition, avant l’aide à l’enfance. Depuis 1999, on constate en outre l’essor de l’aide humanitaire et au développement. Le recul relatif de la ‘part de mar­ché’ des œuvres caritatives confessionnelles, tombée de 31 % à 22 % au fil de la décennie (Emnid), reflète bien cette restructuration des flux.

6Si la générosité des ménages est cons­tante dans le temps, in­sensible au tassement de leurs revenus dispo­nibles, la ‘branche’ caritative regrettait encore, à l’approche de la pé­riode de Noël, une cer­taine propension au nombri­lisme. Le tsunami aura provoqué un transfert des ré­flexes de solidarité de proximité à un espace désormais plus vaste : ce « village glo­bal » qu’entrevoyait voici 30 ans le sociologue des médias Mc Luhan. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Société : la générosité des Allemands », Regards sur l'économie allemande, 70 | 2005, 37-38.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Société : la générosité des Allemands », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 70 | mars 2005, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rea.revues.org/2233

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page