Navigation – Plan du site
Actualité économique

Economie informelle : recul du travail au noir

Isabelle Bourgeois

Texte intégral

Le travail dissimulé ne pèsera plus que 15,6 % du PIB en 2005

1En 2005, le travail au noir devrait reculer outre-Rhin. Son volume ne représentera plus que 346 milliards € (15,6 % du PIB), soit une baisse de 2,8 % par rapport à 2004 ou de 6,4 % par rapport à 2003. L’économie informelle allemande restera né­anmoins dans la moyenne des pays de l’OCDE (15,6 % du PIB également). C’est nettement plus que les ‘meilleurs élèves’ que sont les Etats-Unis (8,2 %), la Suisse (9 %) et l’Autriche comme le Japon (10,3 %, ex aequo). La France (13,8 %) se montre un peu plus vertueuse que l’Al­lemagne, et beaucoup plus que les pays sud-européens où l’économie informelle varie entre 21,2 % du PIB (Portugal) et même 27,6 % pour la Grèce, ‘championne’ en titre.

2Structurellement, ce sont les secteurs intensifs en main d’œuvre et permettant le paie­ment en espèces qui apportent la plus forte contribution outre-Rhin (comme ailleurs, au demeurant) : en tête, le BTP et l’artisanat, avec 131,6 milliards €, soit 38 % du total de l’éco­nomie informelle. Viennent ensuite, avec 58,9 milliards € (17 %) chacun, l’industrie et le commerce, ainsi que l’hôtellerie et la gastronomie. Le reste se partage entre les ‘pe­tits services’ comme le baby-sitting ou les leçons particulières (51,8 mil­liards €, 15 %) et le sec­teur du divertissement et des loisirs (45 milliards €, 13 %).

L’effet salutaire des mini-jobs

3Les auteurs de ces prévisions, l’économiste Friedrich Schneider (Université de Linz, Au­triche) et l’Institut für Angewandte Wirtschaftsforschung (www.iaw.edu) de l’Université de Tübin­gen, voient dans le recul du travail dissimulé les effets de di­verses réformes enga­gées par le gouvernement fédéral. La principale étant la création des mini-jobs (voir REA 67/04), qui aura en quelque sorte ‘légalisé’ les pe­tits boulots en les exonérant de char­ges so­ciales, et se solderait par un recul en vo­lume de 20 milliards € cette an­née. Vien­nent en­suite l’assouplissement de la régle­mentation du travail, comme la hausse à 20 salariés du seuil d’application de la loi de protection contre le licenciement (voir REA 62/03) ou la déréglementation de l’accès à divers mé­tiers dans l’artisanat. En­fin, la ré­forme de l’impôt sur le revenu pourrait se ré­véler elle aussi favo­rable, en rendant du pou­voir d’achat aux ménages, mais aussi par ses effets psychologiques.

… et d’un policy-mix indirect

4En revanche, la Loi de Lutte contre l’économie de l’ombre (Ge­setz zur Bekämpfung der Schattenwirtschaft), entrée en vigueur en août 2004, n’aurait joué qu’un rôle infime dans la réduction du travail dissimulé (au ma­xi­mum une baisse de 1,5 milliard €) ; tout au plus lui prêtent-ils des effets préventifs. Cette loi avait été adoptée conformément à l’objectif de « réduire la part de l’écono­mie in­formelle » formulé par la Commission européenne dans ses « lignes direc­trices » pour une stratégie pour l’emploi adoptées en avril 2003.

5Le principal ob­stacle est en effet d’ordre culturel, les Allemands ayant tendance à consi­dérer comme un délit mi­neur le fait de recourir au travail au noir. Dans ce contexte, le pro­jet de suppression des primes d’accès à la propriété pourrait inciter un certain nombre de ménages à compenser le ‘trou’ ouvert dans leur budget immo­bilier en faisant effectuer au noir certains travaux de construction ou d’aménage­ment. A bien les consi­dérer, ces ar­guments plaident contre une approche répres­sive du phéno­mène, telle que la par­tagent l’Allemagne et la Suède, et plutôt pour une approche systémique (Espagne ou Italie) tentant d’agir sur l’environnement ré­glementaire (fis­calité, droit du travail, etc.) à l’origine de l’économie informelle. Or il semblerait que l’Allemagne mêle au­jourd’hui ces deux approches, sans qu’il y ait de lien direct entre l’objectif de lutte contre le travail illégal et les réformes adoptées dans le cadre de l’Agenda 2010.

Une réalité qui reste complexe à définir

6Le travail au noir avait connu une forte croissance ces dernières années, outre-Rhin aus­si, suscitant une série de débats sur les effets né­fastes (distorsion de con­cur­rence, recul des recettes fiscales, déficit des systèmes de protection sociale) ou, à l’inverse, positifs (contribution à la création de richesse), de ces activités non dé­cla­rées sur la croissance du PIB ‘officiel’. Le pivot de ces dé­bats, déterminant aussi pour la définition d’une poli­tique afférente, est la définition de l’économie in­formelle.

7Dans un ouvrage publié à desti­nation du grand public (Arbeit im Schat­ten. Wo Deutsch­lands Wirtschaft wirklich wächst, Gabler, Wiesbaden, 2004), Friedrich Schneider passe en revue les diverses méthodes utilisées pour prendre en compte le phénomène. Il les classe en deux catégories : les méthodes directes, d’un côté, qui se basent sur des son­dages d’opinion ou le calcul de la fraude fiscale (niveau microécono­mique) ; de l’autre, les méthodes indirectes (ni­veau macroéconomique) reposant sur di­vers indica­teurs sta­tistiques (calcul du PIB, du taux d’activité, évolution des transactions monétaires ou va­riations de la con­sommation d’électricité) et la prise en considération du cadre régis­sant les activités (degré de réglementation, poids des prélève­ments, etc.). Les don­nées com­paratives publiées par F. Schneider et l’IAW, et qui ali­mentent la réflexion de la Commis­sion européenne, mêlent ces deux approches, ce qui explique aussi leurs réserves en­vers une politique de pure répression, inca­pable par es­sence de prendre en compte la complexité des mécanismes générant le travail dissi­mulé.

10 millions d’emplois en équivalent temps plein

8Selon ces calculs, l’économie informelle n’a cessé de croître outre-Rhin depuis 1975, passant de 5,75 % du PIB ‘officiel’ à un maximum de 17,4 % en 2003 avant de baisser légèrement depuis. L’unification, avec ses difficultés conjoncturelles, y a certes contri­bué, mais finalement assez peu en part de PIB : alors qu’en 1990 (ouest de la RFA seu­lement), l’économie informelle pesait 12,20 %, elle ne repré­sente que 13,90 % en 1995 (est et ouest réunis). La forte diffusion des activités dissimulées outre-Rhin peut se me­surer également en termes d’effectifs occupés : le nombre de travailleurs au noir s’é­lève à plus de 9 millions en 2004, à quoi il faut ajouter un bon million d’actifs étrangers illé­gaux. Sachant qu’il s’agit là d’équivalents temps plein, et donc d’une fiction, puisque presque personne ne travaille au noir à temps plein, on mesure l’ampleur de l’économie parallèle, que confirment les vagues suc­cessives de sondages présentés dans l’ou­vrage. Ainsi, en mai 2003, un quart des Allemands affirmait travailler régulièrement au noir (pour plus de 300 € par mois) ; la moitié (46 %) avouait recourir régulièrement à des prestations non déclarées.

Une économie dopée par un pouvoir d’achat en recul et les rigidités réglementaires

9Les justifications invoquées en disent long. 90 % des Allemands le font pour dé­pen­ser moins, ce qui semble coïncider avec le tassement du pouvoir d’achat (voir REA 67/04) quand on met en regard la troisième raison avancée : « sinon, il faudrait renoncer » (68 %). Contrairement aux apparences, les Allemands ne font donc nul­lement la ‘grève’ de la consommation… Les trois quarts (73 %) font travail­ler au noir « parce que l’Etat nous prend assez d’argent comme ça », ce qui con­firme le poids des prélèvements obli­gatoires, mais aussi la faible lisibilité de la fisca­lité des mé­nages, incriminée par le gou­vernement fédéral lui-même (voir REA 65/04). La moi­tié (52 %) des Alle­mands rappelle « que les en­tre­prises le proposent d’elles-mêmes », ce qui renvoie aux prélèvements, mais aus­si à la place éminente du paie­ment en li­quide outre-Rhin. Enfin, 31 % ex­pliquent que ce faisant, « on obtient vite des bons profes­sion­nels », ce qui se rapporte à une relative pénurie d’ar­tisans in­duite par des rigidités corporatistes (voir REA 48/00) ; mais le gouver­nement fédéral a commencé à y remédier.

Un réservoir de croissance non négligeable

10Dommageable à la croissance, le travail dissimulé ? Assurément, en termes de manque à gagner pour les budgets publics et le système de protection sociale. Non, si on consi­dère l’étonnante dynamique de l’économie parallèle comme un réservoir potentiel de croissance pour le PIB ‘officiel’. L’importance de son volume révèle en tout cas que les Allemands mettent à profit le faible nombre d’heures tra­vaillées – pour ga­gner plus en travaillant plus, mais aussi pour contourner une série de réglementations in­hibantes à la fois pour le pouvoir d’achat et l’activi­té. Reste à savoir comment mobiliser ce potentiel afin qu’il finisse par se traduire dans les statis­tiques officielles de croissance. (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Economie informelle : recul du travail au noir », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 70 | mars 2005, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://rea.revues.org/2163

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page