Navigation – Plan du site
Articles

Chine, Inde, Brésil : les choix des entreprises allemandes

Markus Gabel
p. 31-34

Résumé

Plus personne ne conteste l’ascension de la Chine, de l’Inde et du Brésil parmi les puissances économiques. Pourtant, l’Allemagne, championne mondiale à l’export, joue pour l’instant essentiellement la carte chinoise. Les chiffres sont parlants : tandis que les échanges germano-chinois se sont élevés à près de 44 milliards € en 2003, ceux avec le Brésil n’ont pas atteint 8 mil­liards ; avec l’Inde, ils ont tout juste dépassé les 5 milliards. Ces chiffres tra­duisent une ap­proche très différente de ces trois pays : la Chine est un marché prioritaire pour les grandes entreprises et le devient pour le Mittelstand, car contrairement aux deux autres pays, elle est perçue à la fois comme un site de production et, du fait de la taille comme du pouvoir d’achat de son mar­ché intérieur, comme un débouché incontournable pour le made in Germany. La liste des firmes pré­sentes se lit ainsi comme le who’s who de l’éco­nomie allemande. Et la Chine est aujourd’hui le premier partenaire économique allemand en Asie – devant le Japon. Depuis son arrivée au pouvoir en 1998, le chan­celier Schröder a déjà vi­sité la Chine à six reprises.

Haut de page

Texte intégral

Les échanges sino-allemands multiplié par 100 depuis 1972

1Les relations économiques sino-allemandes ont enregistré une évolution extra­ordinaire. En trente ans, le volume des échanges commerciaux s’est multiplié par 100, passant de 0,445 milliard € en 1972 à 43,9 milliards € en 2003, ce qui représente près de 40 % du volume des échanges franco-allemands (177 mil­liards € en 2003). Au fil des ans, l’excédent commercial initial face à la Chine s’est transformé en déficit. Il reste néanmoins plutôt faible et oscille de­puis des années entre 5 et 9 milliards € (7,4 milliards € en 2003). Convoitée de­puis long­temps, la Chine est depuis 2002 le second mar­ché à l’export hors l’Europe après les Etats-Unis. Si on inclut les exportations vers la zone de Hong Kong, l’es­pace économique chinois l’est depuis 2000 déjà.

Déficit commercial en recul

2Les échanges sont relativement plus importants du côté chinois : pour ce der­nier, l’Allemagne est le sixième partenaire commercial. Pour l’Allemagne, la Chine ne figure qu’à la 10e place en termes d’exportations, avec 2,7 % du total en 2003. Et ceci malgré la croissance exceptionnelle des exportations alle­mandes ces dernières années (entre 20 % et 30 % depuis 2001). Les importa­tions ont enregistré une crois­sance un peu moins soutenue (entre 7 % et 17 % depuis 2001), réduisant ainsi le défit commercial allemand avec la Chine – une tendance exceptionnelle par­mi les grands pays industrialisés.

Forte concentration des exportations vers la Chine

3Les exportations allemandes vers la Chine sont très concentrées : les secteurs de l’automobile et de la machine-outil en fournissent près de 55 %. Le troisième secteur, certes distancé par les deux précédents, est celui de la production et distribution d’électricité (8,5 % en 2003). Les firmes allemandes, très en pointe dans la production d’énergies propres (voir REA 57/02), profitent ici d’une pré­occupation de plus en plus mar­quée des autorités chinoises pour l’écologie. La part de ces trois secteurs s’est nettement accentuée depuis 2000, passant de 45 % à 63 % en 2003. Cette pro­gression s’est réalisée au détriment rela­tif des télécommuni­ca­tions, de la bu­reautique et de l’électronique grand public. La con­centration est nettement moins prononcée du côté des importations qui reflètent encore le caractère de PED de la Chine, qui reste un marché à très bas salaires avec un PIB par tête de 1000 $ en 2003. Trois secteurs couvrent chacun 16 % à 17 % des im­portations : textile-habillement-cuir, bureau­tique-informatique et électro­ména­ger-télécommunication. Mais on observe une tendance à la spécia­li­sation : le poids des trois secteurs est passé de 44 % à 50 % depuis 2000.

Les échanges de l’Allemagne avec la Chine et l’Inde (valeur en milliards d’euros)

Chine

Inde

2000

2001

2002

2003

2000

2001

2002

2003

Exportations allemandes

9,46

12,12

14,57

18,26

2,08

2,31

2,42

2,44

Importations allemandes

18,55

19,94

21,34

25,68

2,46

2,52

2,54

2,64

Solde commercial

-9,09

-7,82

-6,77

-7,42

-0,38

-0,21

-0,12

-0,20

Source des données : Destatis, janvier 2005 (www.destatis.de).

L’Allemagne est le plus grand investisseur européen

4Ces évolutions commerciales reflètent une intense activité en termes d’investis­sements. A la fin 2003, le stock d’investissement des entreprises allemandes en Chine s’élève à 9,3 milliards € ; c’est largement 10 fois plus qu’en 1995 (800 mil­lions). Les investissements proviennent surtout de quatre secteurs : l’au­tomobile avec 30 % (VW, BMW et prochainement DaimlerChrysler), l’indus­trie électronique avec 15 %, la chimie avec près de 10 % (BASF et Bayer no­tamment) et la machine-outil (près de 6 %, surtout des PME). Depuis 1999, l’Allemagne est le plus grand investisseur européen en Chine devant le Royaume-Uni. Mais comparativement, le volume reste modeste. L’Allemagne n’arrive ainsi qu’à la neuvième place des investisseurs, loin derrière Hong Kong, les Etats-Unis, Taiwan et la Corée.

Les relations avec le Brésil, délaissées en comparaison
Le traditionnel excédent commercial avec le Brésil s’est récemment réduit (0,24 milliard € en 2003 après 1,12 milliard en 2002), suite à une forte baisse des exportations allemandes (4,1 milliards € en 2003 après 4,9 en 2002) contractant le volume des échanges à 7,9 mil­liards € en 2003. Commercialement, le Brésil est très tourné vers l’Allemagne qui couvre 10 % de son commerce extérieur (ce qui vaut à la RFA la troisième place en termes d’échanges après les USA et l’Argentine). Cette importance ne se reflète pas dans les investisse­ments où l’Allemagne ne prend plus que la neuvième place (0,5 milliard € en 2003). Le plus grand pays d’Amérique latine, et tête de pont de l’industrie allemande vers le marché nord-améri­cain depuis… la fin du XIXe siècle, accuse une nette baisse d’intérêt depuis que l’Europe de l’Est est de­venue la destination prioritaire pour la relocalisation d’activités indus­trielles (voir REA 59/02). Malgré tout, le stock d’investissement allemand au Brésil s’élève encore à 14 mil­liards € – grâce surtout aux an­nées 1970/80 durant lesquelles trois quarts des investissements allemands vers les PVD allaient vers l’Amé­rique du Sud, dont 70 % au Brésil. Mais les temps ont changé : en 1979, le stock d’investissement alle­mand au Brésil était 10 fois plus important que celui en Asie ; aujourd’hui, il ne l’est plus que de trois fois. Néanmoins, l’héritage de ces in­vestissements fait que les liens restent solides et même exceptionnels : le Brésil abrite ainsi la plus grande ville industrielle ‘allemande’, Sao Paulo. On y trouve la plupart des 1 200 filiales d’entreprises allemandes, consé­quence non seulement du poids économique de la ville et de sa région, mais aussi de sa proximité avec les régions de prédilection de l’importante immigra­tion allemande au Brésil, surtout concentrée au Sud du pays depuis le début de l’ère industrielle.

Chine : un marché difficile pour le Mittelstand

5Selon un sondage effectué par la Deutsche Bank au début 2004 parmi les plus grandes entreprises, les investisse­ments allemands en Chine pourraient monter à 20 milliards € en 2010. La con­séquence pourrait être une diversification de la localisation des investissements allemands, concentrés pour l’instant dans trois régions : Shanghai et le delta du Yangzi Jiang (qui comptent les plus anciennes implantations allemandes), le nord-est chinois (très industriel et proche de Pé­kin) et la région du Guangdong (capitale : Canton), dominée par les PME. Mais malgré l’indéniable attractivité du marché chinois, les entreprises, surtout les PME, restent insatisfaites de la fiabilité comme de la transparence juridiques et se plaignent d’une discrimination lors des appels d’offres. Le plus grand pro­blème reste cependant le vol d’idées et l’insuffisance de la protection des bre­vets. L’Allemagne a ainsi insisté pour que soit signé en 2003 un traité remédiant à cette situation (Investitionsschutz- und fördervertrag).

La promotion des échanges est assurée par de nombreux acteurs

6L’Allemagne dispose d’un arsenal bien équipé pour promouvoir ses intérêts en Chine. Elle entretient plusieurs bureaux de délégués (à Pékin, Hong Kong, Shanghai et Canton) organisés sous le toit du département des relations ex­té­rieures (Auslandskammerwesen) de la Chambre allemande d’industrie et du commerce. L’agence pour la promotion du commerce extérieur (Bundesa­gentur für Außenwirtschaftsförderung, BfAI ; www.bfai.org) a sur place des correspon­dants à qui elle fournit une aide logistique. Ces acteurs sont organisés dans un réseau qui travaille en lien étroit avec l’ambassade et les différents consulats. Par ail­leurs, à Pékin existe le German Center Beijing (il appartient à la Lan­des­bank Baden-Württemberg), qui soutient surtout les PME dans leur re­cherche de locaux. Il faut citer éga­lement le Ostasiati­scher Verein et l’Asien-Pazik-Aus­schuss der deutschen Wirtschaft, orga­nismes privés qui agissent ‘à distance’, c’est-à-dire à partir d’Allemagne, en faveur des intérêts allemands dans la ré­gion, ainsi que l’iné­vitable Euler-Hermes-Kredit AG, institution entièrement pu­blique qui distribue des crédits à l’exportation.

Statu quo avec l’Inde à faible niveau

7Les relations avec l’Inde se distinguent à plus d’un titre de celles avec la Chine. D’abord, par leur moindre volume : en 2003, elles ont atteint à peine plus de 11 % du commerce germano-chinois. Ensuite, on est également loin du dyna­misme extraordinaire des relations avec la Chine, car les échanges commer­ciaux avec l’Inde marquent le pas : depuis 2000, le volume stagne entre 4,5 et 5 milliards €. Enfin, l’importance relative des échanges est encore plus déséqui­librée que dans le cas de la Chine : pour l’Inde, l’Allemagne arrive en 5e posi­tion ; l’Inde n’apparaît pas parmi les 30 principaux partenaires de l’Allemagne.

La structure des échanges allemands avec la Chine et l’Inde en 2003 (en %)*

Imp. chinoises en RFA

Exp. all. vers la Chine

Imp. indiennes en RFA

Exp. all. vers l’Inde

Articles textiles

2,91

0,47

14,04

1,07

Vêtements

9,90

0,08

20,38

0,06

Cuir et articles de maroquinerie

4,04

0,04

8,81

0,28

Produits chimiques

3,81

6,69

15,84

17,44

Métaux et produits métallurgiques / sidérurgiques

0,77

5,64

1,86

8,92

Métallurgie

3,91

2,45

2,94

2,23

Machine outil

6,20

30,90

5,08

30,41

Bureautique et équipement informatique

16,64

0,75

0,41

1,29

Production et distribution d’électricité

9,68

8,49

3,48

7,28

Télécommunications, électronique grand public

16,99

4,01

2,57

3,25

Appareils médicaux et de mesure, optique, montres

3,17

5,13

1,34

9,37

Voitures et pièces détachées

0,43

19,58

2,51

2,69

Utilitaires et autres automobiles

1,38

3,92

1,30

4,01

Meubles, bijoux, instruments de musique et de sport, jeu

11,42

0,95

4,10

0,65

Divers (dont : produits agricoles, verre, céramique ...)

8,75

10,9

15,34

11,05

Source des données : Destatis, janvier 2005 (www.destatis.de). *) En pourcentage du total des importations chinoises / indiennes vers l’Allemagne, respective­ment exportations allemandes vers la Chine/l’Inde.

Les poids lourds allemands toujours présents en Inde

8Si le marché indien reste peu important pour l’Allemagne (0,5 % des échanges), les secteurs présents sont les mêmes que chez le voisin chinois. La construc­tion mécanique et les produits chimiques représentent près de 60 % des ventes en Inde. Des secteurs jusqu’ici secondaires ont récemment enregistré des taux de croissance impor­tants, comme l’électronique et la métallurgie. Du côté des importations in­diennes vers l’Allemagne, la concentration est encore plus mar­quée : plus de 43 % proviennent du secteur textile-vêtement-cuir. Mais il est très incertain que ce secteur puisse maintenir cette position, compte tenu de la future percée chinoise à l’échéance de l’accord multi-fibres le 1er janvier 2005, qui libéralise complètement ce secteur. L’importance relative du sec­teur a déjà reculé (de 50 % en 2000). Etant donné la légère progression des impor­ta­tions glo­bales, cette baisse traduit une diversification des ventes in­diennes vers l’Alle­magne. Elle concerne les produits chimiques (16 % en 2003 contre 10 % en 2000), mais également l’électrotechnique, l’automobile, les ap­pareils médi­caux et l’optique.

Forte baisse des investissements allemands en Inde

9Bien que depuis 1991, c’est-à-dire le début de la politique de réformes en Inde, environ 2 560 joint ventures aient vu le jour (144 en 2003), le montant des in­vestissements annuels est en baisse, tombant de 480 millions € en 1997 à 51,7 millions € en 2002 et à 37 millions € en 2003. Les investissements réali­sés concernent surtout la chimie, la pharmacie, la machine-outil et l’électronique, et ils s’élèvent en 2003 à un stock de 1,7 mil­liard €. La position allemande en Inde reste faible : bien que troisième investis­seur européen (après le Royaume-Uni et les Pays-Bas), l’Allemagne n’assure que 5 % des IDE indiens.

Un important potentiel inexploité

10Rares sont pour l’instant les entreprises allemandes à avoir osé s’implanter en Inde, surtout parmi les PME. Le producteur de chaussures Bär (Bietigheim, Bade-Wurtemberg) est une des rares exceptions. Quant aux grandes entre­prises, lorsqu’elles sont présentes, elles le sont encore trop souvent dans des niches, ainsi Daim­lerChrysler, Porsche et autres sur le marché des voitures de luxe. Mais une amélioration pourrait venir des secteurs qui font actuellement le succès de l’Inde : la délocalisation d’activités de call-centers, de comptabilité et de R&D – des domaines dans lesquels l’Allemagne est presque absente jus­qu’ici. Cons­cients de ce potentiel, les gouvernements ont signé fin 2003 l’Agen­da For Idian-German Partnership for the Twenty-first-century. Celui-ci donnera un nouveau souffle à l’institution centrale des relations germano-indiennes, la Deutsch-Indische Handelskammer qui est, avec ses 6 500 membres, la plus grande des chambres de commerce bilatérales. Un des axes centraux du déve­loppement est l’environnement : les entreprises allemandes sont en train de réaliser une percée sur le marché des énergies renouvelables en Inde, sur­tout grâce à leur expertise dans le domaine des éoliennes.

11Pour l’instant, le commerce extérieur allemand avec les trois futurs géants ne connaît qu’une destination : la Chine. Ce pays est surtout perçu comme le plus grand marché du monde, tandis que l’Inde souffre encore de son image de PVD. Le Brésil, quant à lui, a été doublé par l’Europe de l’Est en termes de lieux de production bon marché. Mais cette solution de proximité pourra rapidement toucher à ses limites si le processus de rattrapage des nouveaux membres de l’UE se poursuit à la même vitesse. Or l’Inde et le Brésil ont un atout encore lar­gement inexploité par les firmes allemandes : la localisation de services. L’Alle­magne a pour l’instant peu d’expérience dans ce domaine, mais le poten­tiel est identifié : en Asie, avec son réservoir énorme de main d’œuvre très qua­lifiée, l’Inde com­plèterait ainsi parfaitement la Chine, considérée surtout comme « éta­bli prolon­gé ». D’autres pays, surtout anglo-saxons, l’on déjà compris, amélio­rant de la sorte leur compétitivité. Le Brésil peut jouer le même rôle pour l’Amé­rique du Sud. Avec son système de décision économique, politique et juri­dique plus proche de la culture européenne, il dispose d’un avantage de poids par rapport à l’Inde. Mais en dépit des relations diplomatiques et de l’intérêt affiché du chancelier pour la Chine, les choix mondiaux de localisation des activités re­lèvent outre-Rhin des seules entreprises. Et leurs critères premiers sont la com­pétitivité de ces géants, de même que leur importance straté­gique pour la spé­cialisation mondiale des entreprises allemandes.

Haut de page

Bibliographie

Gabel M., « Commerce extérieur allemand : faiblesses et atouts », Regards sur l‘écono­mie allemande, n° 63/03

Grziska M.,« Chinas Integration in die Weltwirtschfat – Chancen und Risiken », DIW Wo­chenbericht, n° 52, 2004

Trinh T., « Deutsche Investitionen in China – Chance für deutsche Unternehmen? », Deutsche Bank Research, 6 août 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Markus Gabel, « Chine, Inde, Brésil : les choix des entreprises allemandes », Regards sur l'économie allemande, 70 | 2005, 31-34.

Référence électronique

Markus Gabel, « Chine, Inde, Brésil : les choix des entreprises allemandes », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 70 | mars 2005, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rea.revues.org/2093 ; DOI : 10.4000/rea.2093

Haut de page

Auteur

Markus Gabel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page